Etats Unis - Politique , Diplomatie & Commerce International après l'élection du president Biden ...

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Biden va signer 17 actions de l'exécutif, des ordres pour inverser les politiques de l'ère Trump, et restaurer les programmes de l'ère Obama dès le premier jour

Dans ses premières actions en tant que président, Biden est prêt à faire marche arrière et à inverser un certain nombre de politiques et de directives de Trump.

Extrait : Le président élu Joe Biden signera 17 actions et ordres exécutifs dans les premières heures de sa présidence mercredi.

Ces actions devraient permettre de rétablir un certain nombre de politiques de l'ère Obama et d'inverser certains des "dommages les plus graves" de l'administration Trump, selon l'équipe de Joe Biden.
Biden devrait signer les actions exécutives depuis le Bureau ovale mercredi après-midi après l'inauguration, ce qui devrait permettre de définir une vision "prospective" pour sa présidence.

"Il veut retrousser ses manches et se mettre au travail le plus rapidement possible", a déclaré la nouvelle attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, ajoutant qu'une partie de ce travail consistera à renverser les actions de son prédécesseur, le président Trump, afin d'atteindre les objectifs de M. Biden, à savoir "faire avancer le pays".
Dans ses premières actions en tant que président, Biden est prêt à faire marche arrière et à renverser un certain nombre de politiques et de directives de Trump.

La fin du Mur ...

M. Biden déclarera une "cessation immédiate" du financement de la construction du mur frontalier - mettant ainsi fin à une campagne clé de l'agence Trump et à la promesse de l'administration de "construire un mur" le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Cette décision entraînera une "pause immédiate" dans la construction du mur et permettra de "déterminer la meilleure façon de réorienter les fonds qui ont été détournés par l'administration précédente pour financer la construction du mur".
M. Biden signera également un décret révoquant l'ordonnance précédente de M. Trump qui ordonnait une application agressive des lois sur l'immigration. L'équipe de M. Biden a déclaré que cette décision permettra au ministère de la sécurité intérieure et à d'autres agences de mettre en place "des politiques civiles d'immigration qui protègent au mieux le peuple américain" et qui sont "en accord avec nos valeurs et nos priorités".

"L'administration Biden va avoir une approche très différente de la migration régionale", a déclaré le nouveau conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, ajoutant qu'il y aura un "accent particulier" pour traiter les "causes profondes de la migration dans la région".

 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -


1611194414370.png

Joe Biden signe une série de décrets dont le retour dans l'accord de Paris sur le climat​

Joe Biden, qui affiche sa volonté de s'attaquer immédiatement aux multiples crises en cours, a signé devant les caméras un autre décret pour lutter contre la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 400.000 morts dans le pays. Le document rend obligatoire le port du masque dans les bâtiments fédéraux, les transports entre les Etats et pour les fonctionnaires fédéraux.

La presse a ensuite été priée de quitter les lieux, mais une pile de documents à parapher restait visible sur le bureau présidentiel.

Le premier échange de Biden avec un dirigeant étranger sera avec Trudeau​

Communique : Le président américain Joe Biden aura vendredi un entretien téléphonique avec le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, pour son premier échange avec un dirigeant étranger, a annoncé mercredi la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki. Les deux dirigeants «vont très certainement discuter des relations très importantes» entre les Etats-Unis et le Canada et de la décision de Joe Biden de bloquer le projet controversé d'oléoduc Keystone XL entre les deux pays, a-t-elle ajouté. Ce projet, soutenu par Ottawa mais critiqué par les écologistes, avait été lancé en 2008, annulé une première fois par Barack Obama pour des raisons environnementales puis remis sur les rails par Donald Trump pour des raisons économiques.

 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
La Chine félicite Biden, espère une relance des relations
2021-01-22

La Chine a félicité jeudi le président américain Joe Biden pour son investiture et a appelé à une remise à plat des relations entre Pékin et Washington après une période de diplomatie particulièrement difficile sous la direction de Donald Trump.

Communique : "Je pense qu'après cette période très difficile et extraordinaire, les peuples chinois et américain méritent un meilleur avenir", a déclaré aux journalistes le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying.

Elle a déclaré que M. Biden avait utilisé le mot "unité" à plusieurs reprises dans son discours d'inauguration, et que c'était "précisément ce dont les relations américano-chinoises ont besoin actuellement".
Elle a souligné que la Chine et les Etats-Unis doivent relancer la coopération dans un certain nombre de domaines. Elle a particulièrement salué la décision de la nouvelle administration de rester au sein de l'Organisation mondiale de la santé et de revenir à l'accord de Paris sur le changement climatique.

"De nombreuses personnes perspicaces au sein de la communauté internationale attendent avec impatience le retour rapide des relations sino-américaines sur la bonne voie en apportant les contributions nécessaires pour relever ensemble les défis majeurs et urgents auxquels le monde est confronté aujourd'hui", a déclaré Mme Hua.
Elle a également critiqué l'ex-secrétaire d'État Mike Pompeo et d'autres anciens fonctionnaires, au lendemain des sanctions imposées par la Chine à 28 d'entre eux, dont Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale de Trump, et Kelly Craft, ambassadeur des Nations unies.

"Au cours des dernières années, l'administration Trump, en particulier Pompeo, a enterré trop de mines dans les relations sino-américaines qui doivent être éliminées, brûlé trop de ponts qui doivent être reconstruits et détruit trop de routes qui doivent être réparées", a déclaré M. Hua. "Je pense que la Chine et les États-Unis doivent faire preuve de courage, de sagesse, s'écouter, se confronter et se respecter mutuellement", a déclaré M. Hua.

"Je pense que c'est la responsabilité des deux principaux pays que sont la Chine et les États-Unis, et c'est aussi ce qu'attend la communauté internationale... si les deux pays font l'effort, les gentils anges peuvent triompher des forces du mal".
Jeudi également, l'ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a adressé ses félicitations à Biden sur Twitter.

"Félicitations au président Biden pour son investiture ! La Chine se réjouit de travailler avec la nouvelle administration pour promouvoir un développement sain et régulier des relations entre la Chine et les États-Unis et pour relever ensemble les défis mondiaux en matière de santé publique, de changement climatique et de croissance", a tweeté Cui Tiankai.

 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Après l’élection de Biden, je reste pessimiste mais… par Mark Kesselman / Professeur émérite de science politique à l'Université Columbia de New York

22 janvier 2021

Joseph Biden a démontré son talent de rassembleur pendant la cérémonie inaugurale du 20 janvier.

Extrait : La grande majorité du pays a vécu ces quatre dernières années, et surtout ces derniers mois et semaines – avec pour point final l’insurrection contre le Capitole – dans un brouillard. Et quel plaisir exquis de voir et d’entendre un président honnête, dévoué, modeste, décent, et pleinement conscient de la souffrance de ses concitoyens lié à la crise profonde de la société, de l’économie, et de l’Etat américains. Pour beaucoup d’Américains, bien qu’il ne s’agisse pas de la fin du cauchemar, c’est, pour citer Churchill, au moins le fin du début de la fin.
Cependant, passé le moment de soulagement et les premiers jours de la lune de miel traditionnelle pour un président américain, il y a des raisons d’être sceptique sur les chances que la nouvelle Administration puisse mener à bien les grandes réformes dont le pays a besoin. Mais il y a aussi place pour un optimisme raisonné.

Pour comprendre les fondements du mon pessimisme, revenons à l’élection récente et sa suite. Biden devient président d’un pays souffrant, traumatisé et profondément divisé. Donald Trump a quitté la Maison Blanche une semaine après que la Chambre des Représentants a créé un précédent en votant son empêchement pour la seconde fois. Il a laissé un lourd héritage, en particulier la nomination de centaines de juges conservateurs, une baisse d’impôts pour les plus riches, la stagnation des salaires, un chômage élevé, une dérèglementation économique et écologique, la profération de 30 000 mensonges et un mandat marqué par le racisme, la xénophobie, et la misogynie. Un président incompétent et indifférent face à la plus grande pandémie de l’histoire américaine, qui a causé plus de 400 000 morts et déclenché une récession économique profonde et durable. Cependant, malgré ce bilan désastreux, 74 millions d’Américains ont voté pour Trump le 3 novembre 2020, 11 millions de plus qu’en 2016 et plus qu’aucun président n’a jamais obtenu. D’ailleurs, presque trois mois après son échec électoral, 70% des Républicains persistent à croire que l’élection présidentielle lui a été volée. Bien que la cote de Trump ait baissé de 14% chez ses électeurs après l’insurrection qu’il a incitée le 6 janvier, ses troupes lui restent largement fidèles.


Suite de l'analyse >>>


Analyse lucide et tres interessante du professeur Kesselman , pour ceux qui s'interessent a la politique des Etats Unis ... Mais attendons de voir !
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Johnson et Biden conviennent d'«approfondir l'alliance» entre Londres et Washington

Les deux dirigeants ont eu ce samedi leur premier échange téléphonique depuis l'investiture du président américain.

Communique : Boris Johnson et Joe Biden ont convenu ce samedi d'approfondir les liens entre les deux pays, dans leur premier entretien téléphonique depuis l'investiture du second à la présidence des États-Unis.
Le premier ministre britannique, dont le pays a quitté l'Union européenne en 2020, a félicité Joe Biden pour son investiture et «les deux dirigeants ont prévu d'approfondir l'alliance entre les deux nations», a indiqué Downing Street.

Logique , c'est dans la suite des choses ...
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Premier entretien téléphonique entre Macron et Biden : une «grande convergence de vues», selon l’Élysée

Les deux chefs d’État ont notamment évoqué ce dimanche la gestion de la pandémie de Covid-19, mais aussi le climat ou l'accord nucléaire iranien.

Extrait : Motif de satisfaction ? Emmanuel Macron est le premier chef d’État de l'UE à avoir pu s'entretenir avec le nouveau président américain, Joe Biden, quatre jours après son investiture.
Emmanuel Macron et Joe Biden ont «constaté une grande convergence de vues» sur les grands dossiers internationaux, en particulier pour lutter contre le Covid-19 «dans le cadre de l'OMS» et sur le climat après le retour des États-Unis dans l'Accord de Paris, a indiqué dimanche l’Élysée. Les deux chefs d’État ont également acté «leur volonté d'agir ensemble pour la paix au Proche et Moyen-Orient, en particulier sur le dossier nucléaire iranien», a précisé la présidence dans un communiqué.

 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Xi Jinping met en garde contre «une nouvelle guerre froide»

Le président chinois s'est adressé par vidéo interposée au Forum économique mondial de Davos.

Communique : Le président chinois Xi Jinping a mis en garde lundi contre une «nouvelle guerre froide» qui ne peut conduire qu'à «une impasse», en s'adressant par vidéo interposée au Forum économique mondial de Davos.
Sans jamais nommer les États-Unis, M. Xi s'est posé en défenseur du multilatéralisme et de la mondialisation, comme il l'avait déjà fait face au même forum il y a quatre ans, juste avant l'arrivée au pouvoir de Donald Trump.
Moins d'une semaine après l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, l'homme fort de Pékin a paru mettre en garde ce dernier contre une poursuite de la politique chinoise de son prédécesseur qui avait fait de la Chine son rival numéro un, notamment sur les plans commercial et technologique. Le régime communiste redoute notamment que Joe Biden veuille ressouder les Occidentaux face à lui.

«Bâtir des clans ou déclencher une nouvelle guerre froide, rejeter, menacer ou intimider les autres, imposer le découplage, le bouleversement des chaînes d'approvisionnement ou des sanctions afin de provoquer l'isolement ne fera que pousser le monde dans la division et même la confrontation», a averti Xi Jinping. «Et la confrontation nous emmènera dans une impasse».


Le president Xi n'est pas dupe et ne de la derniere pluie , il est conscient que le president Biden est d'une autre carrure que monsieur Trump qui etait un gros lourdaud sans experience diplomatique ainsi que son comparse monsieur Pompeo , dans le duo c'etait du grand Laurel & Hardy avec effet ventilateur assorti d'esbrouffe ...
Le president Biden est rationnel et experimente de plus il a toute l'admnistration de monsieur Obama derriere lui , et surtout une certaine aura internationale * que n'avait pas les 2 comiques ! Attendons afin de pouvoir juger sur pieces mais ca risque d'etre chaud les marrons ...

Le jeu de Go se met en place ...

* Renforcee par ses derniers decrets ...
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Biden fera preuve de "patience" avec la Chine, dit la Maison blanche

WASHINGTON (Reuters) - Joe Biden souhaite faire preuve de patience à l'égard de la Chine, malgré la concurrence qui l'oppose aux Etats-Unis, a déclaré lundi la porte-parole de la Maison Blanche.

Communique : "Ce que nous avons vu au cours des dernières années, c'est que la Chine est de plus en plus autoritaire sur son territoire, plus assurée à l'étranger et que Pékin remet désormais en question notre sécurité, notre prospérité et nos valeurs de manière significative qui nécessite une nouvelle approche", a déclare Jen Psaki.
"Nous voulons aborder cela avec une certaine patience stratégique", a-t-elle poursuivi, assurant que le gouvernement allait consulter le Congrès et ses partenaires internationaux sur ce sujet dans les semaines à venir.

Priée de dire si le nouveau président des Etats-Unis avait l'intention de maintenir les strictes restrictions imposées au géant chinois de la technologie Huawei, Jen Psaki a déclaré que l'espionnage industriel et le non respect de la propriété intellectuelle en Chine restaient préoccupants.
"Notre point de vue, le point de vue du président, est que nous devons adopter une meilleure défense, en faisant notamment en sorte que la Chine ait à rendre des comptes pour ses pratiques déloyales et illégales et en nous assurant que les technologies américaines ne favorisent pas le renforcement militaire de la Chine", a-t-elle ajouté.

 

Mathieu

Alpha & Oméga
Admin
Membre du personnel
15 Oct 2006
9 266
3 953
298
Shanghai, People Square
www.murailledechine.com
Sur la forme on s'attend en effet à une politique plus posée et rationnelle que Pompeo/Trump, sur le fonds ca risque d'etre à couteau tiré.
On se souvient d'ailleurs que l'accord de libre échange des 15 pays asiatiques signé dernièrement par la Chine à l'origine devait se faire avec les USA a la place de la Chine et en excluant la Chine... mais comme c'était un projet de l'administration Obama, Trump l'avait fait capoter coté US et avait du coup redonné la place à la Chine.
 

Alplob

Dieu suprême
21 Avr 2010
2 806
1 726
168
Xujiahui
Tiens, c'est marrant ça! ^^

Joe Biden veut reconstruire l’Amérique en achetant américain​

Le nouveau président a signé un décret pour forcer plus efficacement l’administration, qui dépense chaque année 600 milliards de dollars, à acheter des produits « made in USA ».

Pendant la campagne électorale, Donald Trump n’avait cessé de qualifier Joe Biden de « made in China ». Parce que le candidat démocrate avait approuvé l’entrée de Pékin dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001 et promu un libre-échange ayant conduit, selon le républicain, à la désindustrialisation américaine.

Le candidat Biden l’avait bien compris lorsqu’il a cherché, dans un discours, à récupérer l’électorat ouvrier blanc des Etats dits de la Rust Belt (« ceinture de la rouille »), ceux qui ont manqué à Hillary Clinton en 2016. Et le voilà qui passe aux actes, défendant le travailleur américain et les syndicats, dans une politique qui s’inscrit largement dans la continuité de… Donald Trump.

[La suite]
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Biden réaffirme l'attachement des Etats-Unis à l'Otan

WASHINGTON (Reuters) - Joe Biden a réaffirmé mardi l'attachement des Etats-Unis aux accords de défense collective de l'Otan, lors d'un entretien avec Jens
Stoltenberg, secrétaire général de l'organisation, dit la Maison blanche, dans un communiqué.
En janvier 2017, quelques jours avant son investiture, Donald Trump avait jugé l'Otan "obsolète".

Premier entretien entre Biden et Poutine depuis l'investiture

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain Joe Biden a parlé mardi au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine, pour la première fois depuis son investiture le 20 janvier, ont annoncé la Maison blanche et le Kremlin.

Communique :
Le nouveau chef de la Maison blanche a notamment fait part de sa préoccupation concernant le sort de l'opposant Alexeï Navalny, arrêté il y a neuf jours à son retour en Russie, a déclaré la porte-parole de la Maison blanche, Jen Psaki, lors de son point de presse quotidien.
Parmi les autres sujets abordés par les deux dirigeants figuraient la proposition américaine de prolonger de cinq ans le traité New Start de limitation des arsenaux nucléaires et "le soutien ferme" apporté par Washington à la souveraineté de l'Ukraine face aux agressions de la Russie, a-t-elle ajouté.
Dans un communiqué, le Kremlin a déclaré que les deux présidents s'étaient entretenus après avoir conclu un accord sur la prolongation du traité New Start.

L'Iran menace de bloquer les inspections de l'AIEA le mois prochain

DUBAI/PARIS (Reuters) - L'Iran a menacé de bloquer le mois prochain les inspections par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de ses installations nucléaires tout en exhortant la nouvelle administration américaine à lever les sanctions économiques à son encontre.

Extrait :
L'ancien président américain, Donald Trump, a dénoncé en 2018 l'accord sur le nucléaire iranien conclu par Téhéran avec les puissances mondiales en 2015 et a rétabli par la suite les sanctions contre le pays.
Le nouveau président américain, Joe Biden, investi la semaine dernière, a promis de ramener son pays dans l'accord de Vienne si Téhéran se conforme strictement aux dispositions du JCPoA (ou PAGC, Plan d'action global commun), qui donne aux inspecteurs un large accès aux informations sur les activités nucléaires de l'Iran, notamment la possibilité d'inspecter tout site jugé suspect.

Proche-Orient-La solution à deux Etats, seul moyen de régler le conflit, selon Biden

WASHINGTON (Reuters) - Joe Biden juge que la solution à deux Etats "est le seul moyen" de parvenir à un règlement du conflit israélo-palestinien, a dit mardi la porte-parole de la Maison blanche.

Extrait : La "solution à deux Etats reste le seul moyen d'aller de l'avant", estime Joe Biden, investi il y a six jours à la présidence, a déclaré la porte-parole Jen Psaki.
Richard Mills, le représentant américain auprès des Nations Unies, a également annoncé devant le Conseil de sécurité que plusieurs décisions de l'administration précédente concernant le Proche-Orient allaient être abrogées.

Dans le cadre d'un plan de paix mis au point par Jared Kushner, gendre et conseiller diplomatique de Donald Trump, les Etats-Unis ont proposé l'an dernier de reconnaître la souveraineté israélienne dans les colonies juives de Cisjordanie, ce qui compromettrait la création d'un Etat palestinien continu avec Jérusalem-Est pour capitale.

Virages à 180° dans ces premiers jours de mandats de l'Admnistration du president Biden ...
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Tiens, c'est marrant ça! ^^

Joe Biden veut reconstruire l’Amérique en achetant américain​

Le nouveau président a signé un décret pour forcer plus efficacement l’administration, qui dépense chaque année 600 milliards de dollars, à acheter des produits « made in USA ». Pendant la campagne électorale, Donald Trump n’avait cessé de qualifier Joe Biden de « made in China ». Parce que le candidat démocrate avait approuvé l’entrée de Pékin dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001 et promu un libre-échange ayant conduit, selon le républicain, à la désindustrialisation américaine. Le candidat Biden l’avait bien compris lorsqu’il a cherché, dans un discours, à récupérer l’électorat ouvrier blanc des Etats dits de la Rust Belt (« ceinture de la rouille »), ceux qui ont manqué à Hillary Clinton en 2016. Et le voilà qui passe aux actes, défendant le travailleur américain et les syndicats, dans une politique qui s’inscrit largement dans la continuité de… Donald Trump. [La suite]

Bonjour Alplob
Ce n'est pas vraiment un scoop les analyses previsionnelles completes datent de juin 2020

 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Antony Blinken confirmé au poste de secrétaire d'Etat américain

WASHINGTON (Reuters) - Le Sénat américain a confirmé mardi la nomination d'Antony Blinken au poste de secrétaire d'Etat avec une large majorité de 78 voix contre 22.

Communique :
Confident de longue date du président Joe Biden, Antony Blinken a notamment servi comme numéro deux du département d'Etat au sein de l'administration de Barack Obama, dont Biden était le vice-président.
La commission sénatoriale des Affaires étrangères s'était prononcée auparavant à 15 voix contre 3 en faveur de la nomination de ce diplomate francophone chevronné âgé de 58 ans, qui a été conseiller adjoint à la sécurité nationale, puis secrétaire d'Etat adjoint de 2015 à 2017.

De nombreux élus du Congrès, dont plusieurs républicains, ont dit vouloir que la nouvelle équipe de Joe Biden chargée de la sécurité nationale se mette en place le plus rapidement possible.

 

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
13 633
13 234
183
Hong Kong et Shanghai
Finis les "China Virus", "Wuhan virus", "China Plague" et autres "Kung Flu" ...

Biden interdit aux administrations d'utiliser ces termes à connotations xénophobes, racistes, discriminatoires ...


 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Finis les "China Virus", "Wuhan virus", "China Plague" et autres "Kung Flu" ...

Biden interdit aux administrations d'utiliser ces termes à connotations xénophobes, racistes, discriminatoires ...
Le president Biden doit avoir parcouru Sun Tzu ! :)
Citation : Ne négligez pas de courir après un petit avantage lorsque vous pourrez vous le procurer sûrement et sans aucune perte de votre part.
Plusieurs de ces petits avantages qu’on pourrait acquérir et qu’on néglige occasionnent souvent de grandes pertes et des dommages irréparables. - Sun Tzu
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

"L'Amérique est de retour", dit Biden dans son premier discours de politique étrangère

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain Joe Biden a promis jeudi une nouvelle ère après la politique étrangère brouillonne de son prédécesseur Donald Trump, déclarant lors de son premier discours de politique étrangère que les Etats-Unis étaient de retour sur la scène internationale.

Communique : Au cours de son discours, effectué depuis le département d'Etat à Washington, le nouveau locataire démocrate de la Maison blanche a signalé qu'il adopterait une approche agressive à l'égard de la Chine et de la Russie, exhorté l'armée birmane à mettre fin à son coup d'Etat et annoncé la fin du soutien américain à l'intervention militaire de l'Arabie saoudite au Yémen.
Joe Biden a déclaré qu'il fallait répondre à cette nouvelle période de "progression de l'autoritarisme, * dont les ambitions croissantes de la Chine de concurrencer les Etats-Unis et la détermination de la Russie d'endommager et de perturber notre démocratie".
Son prédécesseur républicain à la présidence des Etats-Unis, Donald Trump, a provoqué la colère de dirigeants européens et asiatiques en instaurant des droits de douane, en rompant des alliances internationales et en menaçant de retirer des troupes américaines. Il n'a guère lutté contre les vagues d'autoritarisme dans certains pays.

"Investir dans notre diplomatie n'est pas quelque chose que nous faisons simplement parce que c'est la bonne chose à faire pour le monde", a dit Joe Biden. "Nous le faisons afin de vivre dans la paix, la sécurité et la prospérité. C'est dans notre propre intérêt".
Le choix du département d'Etat pour ce premier discours de politique étrangère en tant que président des Etats-Unis constituait un important symbole de la valeur que Joe Biden accorde aux diplomates de carrière, en qui Donald Trump voyait généralement des adversaires.
"Les alliances américaines sont nos plus grands atouts", a déclaré Joe Biden, ajoutant que guider la diplomatie signifiait "se tenir à nouveau épaule contre épaule avec nos alliés et partenaires clé".

Dès son arrivée à la Maison blanche le 20 janvier, l'ancien sénateur et vice-président a tenté de réparer ce qu'il considère comme les dégâts causés au statut des Etats-Unis à travers le monde, en inversant des politiques de Donald Trump. Joe Biden a ainsi annoncé le retour américain à l'Accord de Paris sur le climat et travaille avec l'objectif de revenir dans l'accord sur le programme nucléaire iranien.


* En fait l'objectif non dissimule est de maintenir l'hegemonie des Etats Unis sur le reste de la planete , ce n'est pas une question de droits de l'homme ou autres motifs humanitaires ( Ouighours , Hong Kong etc ... ) , mais une question geopolitique et geostrategique au seul benefice des Etats Unis et ce sans partage ... Comme cite par mes soins precedement le president Biden est un vieux routier de la diplomatie et en connait toutes les ficelles et prete une oreille attentive aux conseils avises de monsieur Obama **, dont les membres de son ancienne admnistration foisonnent a nouveau a la Maison Blanche ...

** Cette situation me fait penser au president Poutine losqu'il etait devenu premier ministre en interim , et ce par obligations ! :)
 
Dernière édition:

Orang Malang

Alpha & Oméga
Modérateur
Membre du personnel
23 Oct 2005
14 897
15 043
198
常熟,江苏
LE MONDE du 6 février 2021Capture d’écran 2021-02-07 à 12.51.39.png
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 755
10 139
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Joe Biden se prépare à «une compétition extrême» avec la Chine mais pas à un conflit

La Chine est considérée unanimement à Washington comme l'adversaire stratégique numéro un des États-Unis, et leur principal défi sur la scène internationale.

Communique : Joe Bien a prévenu que la rivalité entre les États-Unis et la Chine prendrait la forme d'une «compétition extrême», tout en assurant qu'il voulait éviter un «conflit» entre les deux premières puissances mondiales, dans un entretien diffusé dimanche.
Le président américain a expliqué qu'il n'avait pas encore parlé avec son homologue chinois Xi Jinping, mais il a précisé qu'il n'avait «aucune raison de ne pas l'appeler».
«Il est très dur. Il n'a pas, et je ne dis pas cela comme une critique, c'est juste la réalité, il n'a pas une once de démocratie en lui», a ajouté Joe Biden, selon des extraits rendus publics par la chaîne CBS de cette interview dont l'intégralité sera diffusée dans l'après-midi.

La Chine est considérée unanimement à Washington comme l'adversaire stratégique numéro un des États-Unis, et leur principal défi sur la scène internationale.
Pour autant, le nouveau président américain est resté très vague sur ce dossier lors de son premier discours de politique étrangère prononcé jeudi. Il a promis d'être « au rendez-vous face à l'avancée de l'autoritarisme, en particulier les ambitions croissantes de la Chine ».
Et il s'est engagé, sans dire comment, à « contrer les abus économiques de la Chine », ses « actes agressifs », et à * défendre les droits humains, tout en travaillant avec Pékin * « quand c'est dans l'intérêt de l'Amérique » .

Pressé sur CBS d'en dire un peu plus sur ses intentions, Joe Biden a affirmé qu'il voulait se «concentrer sur les règles internationales».
«Je ne vais pas gérer cela comme Trump», a-t-il martelé. «Nous ne devons pas avoir un conflit. Mais il y a aura une compétition extrême», a-t-il ajouté, soulignant connaître «assez bien» Xi Jinping pour avoir eu, en tant que vice-président de Barack Obama entre 2009 et 2017, «24-25 heures d'entretiens privés avec lui».
La confrontation entre les deux pays a pris des allures de nouvelle guerre froide sous la présidence de Donald Trump, malgré l'ambivalence de ce dernier, qui a d'abord concentré ses attaques sur le front commercial tout en affichant son «amitié» pour Xi Jinping, avant de se ranger tardivement derrière la ligne dure de son secrétaire d'État Mike Pompeo.

Le président chinois a lui mis en garde fin janvier contre une «nouvelle guerre froide» qui conduirait selon lui à une «impasse».


* Le synospsis est identique ... Dans notre interet , les autres debrouillez vous ! :siffle:... Pour le reste la raison de l'intelligence et de la diplomatie reprend le dessus , " competiteur " remplace "ennemi " precedemment usite au quotidien par les 2 psychopathes !
 
Dernière édition: