La construction du 3e porte-avions chinois serait déjà bien avancée

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Le Japon surveille la flotte navale combinée russe et chinoise naviguant au large de Honshu.

102221_Japan.png
Chinese and Russian Warships. Japan Self-Defense Forces Photos
October 22, 2021

KUALA LUMPUR - Une flotte combinée de la marine russe et de la marine chinoise de l'Armée populaire de libération (PLAN) continue de naviguer dans les eaux internationales à l'est de l'île principale japonaise de Honshu, tandis que des navires et des avions de la Force maritime d'autodéfense du Japon surveillent la flotte pendant son voyage.

Communique : À 4 heures du matin jeudi, la flotte conjointe a été repérée entre l'île Smith (Sumisu-tō) et l'île Tori-shima dans la chaîne d'îles Izu, selon un communiqué et une carte publiés vendredi par l'état-major conjoint des forces d'autodéfense japonaises. L'île Smith se trouve à environ 440 kilomètres, ou environ 273 miles, au sud de l'île principale de Honshu. Le communiqué de presse indique que la flotte se trouve à 50 kilomètres, ou environ 31 miles, au sud-ouest de l'île Smith.

Plus tôt, la flotte avait traversé le détroit de Tsugaru lundi soir, passant à 40 kilomètres, ou environ 25 miles, d'est en sud-est du phare de Shiriyazaki, selon le communiqué de presse. À 1 h du matin mercredi, la flotte se trouvait à 130 kilomètres, soit environ 81 milles, à l'est du phare d'Inubōsaki.

Un communiqué datant de plus tôt cette semaine identifiait les navires chinois comme étant le destroyer de type 055 Nanchang (101), le destroyer de type 052D Kuming (172), les frégates de type 054a Binzou (515) et Liuzhou (573) et un navire de ravitaillement non nommé. Les navires russes comprennent les destroyers Admiral Tributs (564) et Admiral Panteleyev (548), les corvettes Gromkiy (335) et Hero of the Russian Federation Aldar Tsydenzhapov (339) et le navire d'instrumentation de portée de missiles Marshal Krylov (331).

Le communiqué de l'état-major interarmées indique que la JMSDF surveille le passage des navires par l'intermédiaire des Orions P-3C de la Fleet Air Wing 2 stationnés à la base aérienne de Hachinohe, à Honshu, tandis que le dragueur de mines JS Izushima (MSC-687) et les destroyers JS Yamagiri (DD-152) et JS Takanami (DD-110) surveillent également la flotte. Le communiqué indique également que les chasseurs de la Force aérienne d'autodéfense du Japon ont été mobilisés en réponse au décollage d'hélicoptères de la marine russe et des navires du PLAN, avec des photos des hélicoptères en question.

Auparavant, les navires de la PLAN avaient pris part à l'exercice Sea Interaction 2021 entre les deux pays du 14 au 17 octobre. Un communiqué du ministère russe de la défense annonçant l'achèvement de l'exercice lundi a indiqué que le contingent PLAN comprenait également un navire de sauvetage et un sous-marin diesel. Les moyens navals russes qui ont pris part à l'exercice étaient, selon le communiqué, l'amiral Panteleyev, le Gromkiy, le héros de la Fédération de Russie Aldar Tsydenzhapov, le sous-marin Ust-Bolsheretsk (B-494), deux dragueurs de mines de base, un navire lance-missiles et un remorqueur de sauvetage.

Le communiqué de l'état-major interarmées des FJA publié en début de semaine indique que c'est la première fois que des navires des deux pays naviguent ensemble dans le détroit de Tsugaru et que le voyage des navires autour du Japon a suscité des spéculations quant à savoir si la navigation de la flotte combinée est une réponse aux diverses navigations et exercices multinationaux menés par le Japon et les États-Unis au cours des derniers mois dans le Pacifique occidental. Le Japon a également effectué quatre itérations des exercices Pacific Crown avec le Carrier Strike Group 21 (CSG 21) de la Royal Navy britannique dans les eaux au large du Japon en août et septembre de cette année.

Par ailleurs, le destroyer américain USS The Sullivans (DDG-68) a achevé mercredi sa participation au CSG 21 et a pris le chemin du retour, tandis que la majorité du CSG effectue actuellement des missions portuaires en Inde.

L'USS The Sullivans fait partie intégrante du CSG depuis plus d'un an. Hier, il a quitté le #CSG21 pour commencer son voyage de retour. Je vous remercie pour votre engagement, votre loyauté, votre professionnalisme et votre humour. Votre devise dit tout #westicktogether pic.twitter.com/ZkxIDY9GP7

- Commandant du Carrier Strike Group du Royaume-Uni (@smrmoorhouse) 20 octobre 2021

À Guam, la frégate Bayern (F217) de la marine allemande remplace actuellement les deux hélicoptères Sea Lynx en service à bord par deux autres, dans le cadre de son déploiement dans la région indo-pacifique. Un avion de transport A400M de l'armée de l'air allemande est également en route pour Guam et transporte des fournitures et des pièces détachées après avoir fait une rapide escale de nuit à la base aérienne de Subang de l'armée de l'air royale malaisienne, mercredi et jeudi.

Non seulement les unités @US7thFleet ont navigué avec @FregatteBayern, mais elles ont également contribué à faciliter l'échange d'hélicos #SEALYNX sur @nbguam de @USPacificFleet. Nous remercions tout particulièrement le Cdr Butts & son #HSC25 ainsi que le ViceCdr #36thWing Col Aragon pour leur soutien exceptionnel.
@deutschemarine https://t.co/JNCsQQ7Uwb pic.twitter.com/zIPO9ScyY6

- FlyNavy1 (@CdrDeuNavalAir) 21 octobre 2021



White book on the Publication of Defense of Japan 2021 / Pdf 44 pages 1636805271983.png
1599602124680.png
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
L'inhabituelle capacité de destruction de porte-avions du bombardier stratégique de la marine chinoise

1635072368027.png

23 Oct 2021

Face aux porte-avions de l'U.S. Navy, de la Royal Navy, de la marine indienne et du Japon, la Chine cherche une parade. La marine chinoise (PLAN) a mis au point une arme unique "tueuse de porte-avions" pour son bombardier stratégique H-6.

Article : Le récent essai par la Chine d'un "système de bombardement orbital" hypersonique a été qualifié de "moment Spoutnik". Le monde commence tout juste à prendre conscience des avancées chinoises en matière de technologies d'armement stratégique. Parmi une série de nouvelles armes qui, de plus en plus, n'ont pas d'équivalents directs en Occident, figurent les missiles balistiques antinavires (ASBM). L'un d'entre eux, une version à lanceur aérien, semble inclure un missile de manœuvre hypersonique.

Le porteur de ce missile est un avion qui aurait été familier à ceux qui ont assisté au lancement du satellite Spoutnik-1 en 1957. Mais l'itération moderne de la marine chinoise (PLAN), connue sous le nom de H-6, est loin d'être dépassée.


Le blaireau sous un autre nom...

Le Xian H-6 chinois est une évolution directe de l'ancien Tupolev Tu-16 BADGER. Dans sa version soviétique originale, l'avion était considéré comme un bombardier de taille moyenne, mais avec un long rayon d'action. Il n'était pas aussi grand que les bombardiers Tu-95 BEAR ou M-4 BISON, ni aussi rapide que le Tu-22M BACKFIRE. Il a été retiré du service russe il y a près de 30 ans. Mais sous sa forme chinoise, il a été transformé en un bombardier puissant qui est encore redoutable aujourd'hui. Les modèles chinois sont bien sûr beaucoup plus récents, datant en grande partie des 20 dernières années, et sont dotés de moteurs bien plus performants.

La version actuelle du Tu-16 Badger destinée à la marine chinoise comporte un certain nombre d'améliorations de base, outre l'avionique et l'armement. L'équipage est réduit à trois personnes dans un fuselage avant remodelé. Et ils sont dotés de sièges éjectables. Le nez vitré est remplacé par un grand radôme et le canon de queue par un groupe auxiliaire de puissance.


Missile tueur de porte-avions

La capacité la plus redoutable vue sur le H-6 serait un missile balistique antinavire. Cette arme massive est le plus grand missile lancé par voie aérienne au monde. Une seule cartouche doit être glissée sous le fuselage. Et sa principale proie est probablement un porte-avions ennemi. C'est pour cette raison qu'il a été largement surnommé le "tueur de porte-avions". En ce qui concerne les bombardiers stratégiques, cette capacité est unique.

Elle consiste en un gros propulseur de fusée d'environ 9 mètres (33 pieds) de long. Il est associé à un missile hypersonique qui peut manœuvrer pour être plus difficile à contrer et s'adapter au guidage terminal. La forme exacte de la phase terminale n'a pas été confirmée. Mais la Chine a montré un corps de glissement hypersonique avec son missile terrestre DF-17.

La charge utile hypersonique est susceptible d'inclure un véhicule de rentrée manœuvrant qui lui permet d'atteindre une cible mobile. Et cela signifie qu'il est beaucoup plus difficile à contrer car sa trajectoire de vol est imprévisible. Même sans ogive explosive, l'énergie cinétique seule est susceptible de suffire à détruire un navire de guerre.

Les missiles balistiques antinavires deviennent un thème récurrent, car de plus en plus de pays tentent de contrer directement les groupes de combat de porte-avions et d'autres grands navires de combat de surface bien défendus. Parmi les autres pays qui en sont dotés figurent l'Iran et la Russie, et peut-être l'Inde.

Parmi les autres missiles transportés figure le KD-63. Il est capable de mener des attaques terrestres et antinavires, mais il s'agit d'une arme plus ancienne. Il est généralement transporté en conjonction avec des missiles plus récents. Pour le rôle d'attaque terrestre, il s'agit du missile de croisière KD-20 à lancement aérien. Il est à peu près équivalent à un Tomahawk lancé par voie aérienne. Pour le rôle anti-navire, il s'agit du YJ-12. Il s'agit d'une arme supersonique de grande taille, vaguement équivalente au célèbre Moskit russe (SS-N-22 Sunburn).

Le H-6 est une plate-forme polyvalente et peut également effectuer des missions de reconnaissance. Il peut notamment servir de vaisseau-mère pour le drone WZ-8. Comme le missile balistique, il sera probablement placé sous le fuselage central.


Perspectives

Avec sa gamme de missiles avancés, et le ASBM en particulier, le H-6 donne à la marine chinoise une portée étendue. Et lorsqu'il est associé aux navires de guerre et aux sous-marins les plus récents, il souligne l'importance qu'elle accorde à la lutte contre les ressources de surface de grande valeur.

Cela doit être considéré dans le contexte des groupes de combat de porte-avions de l'US Navy, et maintenant de la Grande-Bretagne ou de la France. Le programme ASBM montre à quel point la marine chinoise considère la menace des porte-avions. Dans le même temps, la Chine est occupée à développer sa propre capacité de porte-avions.


China-H6-Bomber-Cutaway-ASBM-scaled.jpg
 
Dernière édition:

chwpaul

Dieu suprême
20 Juil 2009
2 601
840
168
L'inhabituelle capacité de destruction de porte-avions du bombardier stratégique de la marine chinoise


23 Oct 2021

Face aux porte-avions de l'U.S. Navy, de la Royal Navy, de la marine indienne et du Japon, la Chine cherche une parade. La marine chinoise (PLAN) a mis au point une arme unique "tueuse de porte-avions" pour son bombardier stratégique H-6.

Article : Le récent essai par la Chine d'un "système de bombardement orbital" hypersonique a été qualifié de "moment Spoutnik". Le monde commence tout juste à prendre conscience des avancées chinoises en matière de technologies d'armement stratégique. Parmi une série de nouvelles armes qui, de plus en plus, n'ont pas d'équivalents directs en Occident, figurent les missiles balistiques antinavires (ASBM). L'un d'entre eux, une version à lanceur aérien, semble inclure un missile de manœuvre hypersonique.

Le porteur de ce missile est un avion qui aurait été familier à ceux qui ont assisté au lancement du satellite Spoutnik-1 en 1957. Mais l'itération moderne de la marine chinoise (PLAN), connue sous le nom de H-6, est loin d'être dépassée.


Le blaireau sous un autre nom...

Le Xian H-6 chinois est une évolution directe de l'ancien Tupolev Tu-16 BADGER. Dans sa version soviétique originale, l'avion était considéré comme un bombardier de taille moyenne, mais avec un long rayon d'action. Il n'était pas aussi grand que les bombardiers Tu-95 BEAR ou M-4 BISON, ni aussi rapide que le Tu-22M BACKFIRE. Il a été retiré du service russe il y a près de 30 ans. Mais sous sa forme chinoise, il a été transformé en un bombardier puissant qui est encore redoutable aujourd'hui. Les modèles chinois sont bien sûr beaucoup plus récents, datant en grande partie des 20 dernières années, et sont dotés de moteurs bien plus performants.

La version actuelle du Tu-16 Badger destinée à la marine chinoise comporte un certain nombre d'améliorations de base, outre l'avionique et l'armement. L'équipage est réduit à trois personnes dans un fuselage avant remodelé. Et ils sont dotés de sièges éjectables. Le nez vitré est remplacé par un grand radôme et le canon de queue par un groupe auxiliaire de puissance.


Missile tueur de porte-avions

La capacité la plus redoutable vue sur le H-6 serait un missile balistique antinavire. Cette arme massive est le plus grand missile lancé par voie aérienne au monde. Une seule cartouche doit être glissée sous le fuselage. Et sa principale proie est probablement un porte-avions ennemi. C'est pour cette raison qu'il a été largement surnommé le "tueur de porte-avions". En ce qui concerne les bombardiers stratégiques, cette capacité est unique.

Elle consiste en un gros propulseur de fusée d'environ 9 mètres (33 pieds) de long. Il est associé à un missile hypersonique qui peut manœuvrer pour être plus difficile à contrer et s'adapter au guidage terminal. La forme exacte de la phase terminale n'a pas été confirmée. Mais la Chine a montré un corps de glissement hypersonique avec son missile terrestre DF-17.

La charge utile hypersonique est susceptible d'inclure un véhicule de rentrée manœuvrant qui lui permet d'atteindre une cible mobile. Et cela signifie qu'il est beaucoup plus difficile à contrer car sa trajectoire de vol est imprévisible. Même sans ogive explosive, l'énergie cinétique seule est susceptible de suffire à détruire un navire de guerre.

Les missiles balistiques antinavires deviennent un thème récurrent, car de plus en plus de pays tentent de contrer directement les groupes de combat de porte-avions et d'autres grands navires de combat de surface bien défendus. Parmi les autres pays qui en sont dotés figurent l'Iran et la Russie, et peut-être l'Inde.

Parmi les autres missiles transportés figure le KD-63. Il est capable de mener des attaques terrestres et antinavires, mais il s'agit d'une arme plus ancienne. Il est généralement transporté en conjonction avec des missiles plus récents. Pour le rôle d'attaque terrestre, il s'agit du missile de croisière KD-20 à lancement aérien. Il est à peu près équivalent à un Tomahawk lancé par voie aérienne. Pour le rôle anti-navire, il s'agit du YJ-12. Il s'agit d'une arme supersonique de grande taille, vaguement équivalente au célèbre Moskit russe (SS-N-22 Sunburn).

Le H-6 est une plate-forme polyvalente et peut également effectuer des missions de reconnaissance. Il peut notamment servir de vaisseau-mère pour le drone WZ-8. Comme le missile balistique, il sera probablement placé sous le fuselage central.


Perspectives

Avec sa gamme de missiles avancés, et le ASBM en particulier, le H-6 donne à la marine chinoise une portée étendue. Et lorsqu'il est associé aux navires de guerre et aux sous-marins les plus récents, il souligne l'importance qu'elle accorde à la lutte contre les ressources de surface de grande valeur.

Cela doit être considéré dans le contexte des groupes de combat de porte-avions de l'US Navy, et maintenant de la Grande-Bretagne ou de la France. Le programme ASBM montre à quel point la marine chinoise considère la menace des porte-avions. Dans le même temps, la Chine est occupée à développer sa propre capacité de porte-avions.


La signification de ces termes semble très profonde, difficile à comprendre.
Mais la théorie de Mao Zedong est toujours vraie: la guerre juste finit par gagner.
 

Dgibe

Dieu souverain
13 Mai 2016
1 811
772
143
39
Chengdu
La signification de ces termes semble très profonde, difficile à comprendre.
Mais la théorie de Mao Zedong est toujours vraie: la guerre juste finit par gagner.
Mon avis à moi sur la question: c'est plus que le vainqueur arrive toujours à se justifier (aka la raison du plus fort est toujours la meilleure).
 

chwpaul

Dieu suprême
20 Juil 2009
2 601
840
168
Mon avis à moi sur la question: c'est plus que le vainqueur arrive toujours à se justifier (aka la raison du plus fort est toujours la meilleure).
il y a un caractères chinois=理(prononciation: li)=dans les sens suivants: principe admis/doctrine/norme/raison/bon sens/raison d'être/motif.
ce 理 est compose de 2 partis: 王(roi)+里(intérieur; dedans). Tu le vois que cela signifie?
Ca veut dire que Tout ce que le roi est à l’intérieur est juste. :grin: :dead:
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Le nouveau porte-avions chinois est aussi grand que possible.

1635341615580.png

27 Oct 2021

Les porte-avions sont à l'avant-garde de l'incroyable expansion navale de la Chine Un nouveau super-porteur, plus grand, est en cours de construction près de Shanghai. L'analyse des images satellite radar montre qu'il est aussi grand que le permettent les nouvelles bases chinoises.

Article : La croissance de la marine chinoise a été incroyable. La PLAN (People's Liberation Army Navy) est à peine reconnaissable d'il y a vingt ans. Les porte-avions figurent parmi les développements les plus importants.

Les analystes de la défense ont parcouru les sources ouvertes de renseignement (OSINT) pour suivre l'évolution de la situation. Mais comme une grande partie de la Chine, le chantier naval qui construit le dernier porte-avions est protégé des observations satellitaires traditionnelles par un nuage impénétrable. Un nouveau satellite commercial a fourni à Naval News un moyen de voir à travers ce nuage.

Voir dans l'obscurité ou à travers les nuages

Grâce aux satellites SAR (Synthetic Aperture Radar) appartenant à Capella Space, nous avons vérifié les progrès réalisés sur le porte-avions. Cette imagerie radar peut voir à travers les nuages, et de nuit.

Le dernier modèle, qui a été conçu il y a dix ans à partir de technologies russes importées, commence à rivaliser avec les super-porteurs de la marine américaine. La PLAN a maintenant deux des porte-avions russes en service. Et le troisième, le Type-003, est en cours de construction près de Shanghai. Il est à peu près comparable à la classe Ford de la marine américaine.

L'imagerie SAR met en évidence les trois catapultes de pont, un changement majeur par rapport aux porte-avions russes. Ces derniers s'appuient sur une proue à tremplin pour lancer les avions. Cela fonctionne pour les chasseurs J-15 Flanker mais ne permet pas à l'avion KJ-600 AWE&C (airborne early warning and control) de fonctionner. Ce nouvel avion bimoteur ressemble beaucoup au E-2 Hawkeye et est considéré comme globalement comparable aux derniers modèles.

Le nouveau porte-avions est équipé d'un système de lancement électromagnétique des avions (EMALS), comme les catapultes. Il s'agit de la même technologie que celle que la marine américaine introduit avec la classe Ford. Cela signifie que le KJ-600 peut être utilisé. Et elle devrait améliorer l'endurance des chasseurs embarqués. En particulier, un nouveau chasseur de porte-avions plus furtif est attendu.

Les progrès semblent constants au chantier de Shanghai. Un autre navire qui se trouvait récemment dans la même cale sèche, mais plus près du fleuve, a été déplacé. Il bloquait l'entrée de la cale sèche et constitue donc une étape nécessaire avant le lancement du porte-avions.

Nous ne pensons cependant pas que le lancement du porte-avions soit imminent. En effet, des sections d'un porte-conteneurs ont été déplacées dans le dock derrière le porte-avions. Deux trous massifs permettant d'accéder à l'intérieur du navire. C'est normal pour la construction d'un porte-avions et on peut voir la même chose sur les navires américains.

L'analyse de l'imagerie révèle également des informations sur d'autres programmes de navires de guerre. Un certain nombre de grands aéroglisseurs destinés aux navires amphibies sont encore présents dans le bassin, ainsi que d'autres navires de guerre.
Il est toutefois particulièrement intéressant de noter l'absence du sous-marin unique "Sailless". Les analystes surveilleront de près ce sous-marin pour voir s'il entre en service opérationnel ou s'il est déplacé vers une unité de recherche.
La taille compte.

À 1 900 km plus au sud, à Sanya sur l'île de Hainan, les travaux se poursuivent sur une gigantesque cale sèche pour les porte-avions. Cette installation est située à un endroit stratégique pour l'accès à la mer de Chine méridionale. Un porte-avions, le Type-002 Shandong, y est déjà basé, ainsi que la majeure partie de la flotte de sous-marins nucléaires de la Chine.
Un grand batardeau a été construit en 2016-17 pour empêcher la mer d'entrer pendant la construction. Les quais sont désormais clairement visibles sur l'imagerie SAR. Les mesures confirment que le nouveau porte-avions Type-003 pourra s'y adapter. Cependant, son faisceau étroit suggère que la Chine n'a pas de plans pour des porte-avions nettement plus grands.

Il est important de noter que le plus grand nouveau quai ne fait qu'environ 80 mètres de large, ce qui correspond au quai où le Type-003 est construit. Le Type-003 lui-même fait également environ 80m de large (nos estimations précédentes étaient légèrement plus étroites). Cela suggère que a) le Type-003 rentrera dans le nouveau dock, b) tout nouveau porte-avions ne peut pas être plus large s'il doit aussi rentrer dans le dock.

Il semble donc probable que le Type-003 représente le porte-avions chinois "grandeur nature" dans un avenir prévisible. Les prochains peuvent être plus longs ou avoir un plus grand déplacement, mais pas plus larges. Si c'est le cas, il faudra peut-être construire encore plus d'infrastructures.

Les nouveaux porte-avions représentent une augmentation significative des capacités de la marine chinoise. Ils contribuent également à son émergence en tant que véritable force de haute mer.

October 25, 2021
26 Oct 2021
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Le futur porte-avions de la Chine : Un nouveau chasseur furtif et un AWACS repérés en vol

1635582398372.png

29 Oct 2021
Plusieurs photos prises par des observateurs d'avions locaux ont fait surface aujourd'hui, montrant deux avions clés de l'escadre du futur porte-avions chinois en vol : Le nouveau chasseur bimoteur furtif des forces aériennes de la marine de l'Armée de libération du peuple (PLANAF) (parfois appelé J-35) et l'avion de détection et de contrôle aéroporté (AEW&C) KJ-600. Ces deux appareils sont destinés à voler à partir du futur porte-avions chinois de type 003.

La PLAN dispose désormais de deux porte-avions STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery) en service. Ceux-ci utilisent un saut à ski pour lancer l'avion. Ce système présente des limites : Les avions doivent avoir un rapport poussée/poids élevé et leur charge utile opérationnelle peut être limitée. La Chine construit actuellement un troisième porte-avions près de Shanghai : Le Type-003 sera massif. Il est à peu près comparable à la classe Ford de la marine américaine. Il s'agira d'un modèle CATOBAR (décollage assisté par catapulte mais récupération arrêtée). Grâce à ses trois catapultes EMALS (système de lancement électromagnétique d'aéronefs), il sera en mesure de lancer le nouvel avion aperçu en vol aujourd'hui.

J-35 / J-XY stealth fighter

1635582049179.png
L'avion semble être doté d'ailes repliables (pour réduire l'encombrement lorsqu'il est stocké à bord du porte-avions)
et d'une barre de lancement de catapulte (au-dessus de la roue avant) pour les opérations CATOBAR.

La désignation officielle du nouvel avion de combat furtif bimoteur chinois n'est pas encore connue. La plupart des sources ouvertes l'appellent "J-35" ou "J-XY), certaines l'appellent même une variante du FC-31. Une maquette grandeur nature de l'avion furtif est apparue pour la première fois en juin de cette année sur un site d'essai terrestre : Une maquette grandeur nature d'un véritable porte-avions de la marine chinoise, située à Wuhan. H I Sutton, contributeur régulier de Naval News, a longuement couvert le développement à l'époque, soulignant les similitudes entre l'avion et le FC-31.

La cellule est conforme aux nouvelles normes de conception des avions furtifs. Des angles soigneusement alignés, un mélange d'arêtes vives et de surfaces mixtes, et des bords en dents de scie pour les panneaux. Au fil de son développement, depuis son premier vol en 2013. Trois prototypes ont volé, le dernier, prévu pour 2020, étant considéré comme plus proche d'un avion de série.
Une soute à armes interne s'étend sur la partie inférieure du fuselage, un peu comme le F-22. Elle peut transporter le missile air-air de moyenne portée PL-15. Comme le F-35, des armes supplémentaires peuvent être transportées dans des points d'ancrage sous l'aile. Elles augmentent la section transversale du radar de l'avion et ne sont donc normalement pas visibles.

KJ-600 airborne early warning & Control (AEW&C)

Le KJ-600 a également été aperçu en vol (nous ne savons pas quand, mais les photos ont été publiées aujourd'hui). C'est l'analogue chinois de l'E-2D Advanced Hawkeye de la marine américaine, et il semble remarquablement similaire. La maquette est apparue sur le pont du porte-avions en béton en 2017. Le prototype a volé pour la première fois en août ou septembre 2020. Si le véritable appareil n'est pas identique à la maquette, il en est très proche.

On ne sait pas grand-chose de sa suite de capteurs, mais Henri Kenhmann du blog Eastpendulum, une source très fiable sur l'armée chinoise, a précédemment partagé avec nous ce qui suit :

"Quant au type de radar choisi pour la plateforme, les rumeurs évoquent un radar à balayage électronique actif (AESA) monté sur un disque rotatif. Cela favoriserait la "largeur" du radar (donc le nombre de modules installés), la puissance et la portée, au détriment du taux de rafraîchissement s'il s'agissait d'une configuration fixe à trois côtés (comme c'est le cas pour les AWACS terrestres KJ-2000 et KJ-500). Un calcul rapide montre qu'en configuration "dos à dos", la "largeur" de chaque face radar est environ 15% plus grande que dans la configuration à trois faces fixes, mais tout cela reste à confirmer."

Oct. 28 2021
 
Dernière édition:

LouLou

Alpha & Oméga
Modérateur
Membre du personnel
14 Juil 2007
3 847
2 257
188
P.A . L’évolution de la marine chinoise. :ptdr:
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Vision de l'aviation navale 2030-2035

1635707621853.png

29 octobre 2021

Voici la Vision 2030-2035 de l'aviation navale publiée cette semaine par la Marine des Etats Unis .

Navy Aviation Vision 2030-2035 /Pdf 28 pages 1635707461441.png

1599602124680.png

 

LouLou

Alpha & Oméga
Modérateur
Membre du personnel
14 Juil 2007
3 847
2 257
188
Image 1.png
L'Armée populaire de libération (APL) a depuis longtemps laissé entendre qu'elle utiliserait des navires civils pour soutenir directement une invasion de Taïwan par-delà le détroit. Jusqu'à présent, cependant, peu d'efforts ont été déployés pour évaluer la capacité réelle de l'APL à utiliser la flotte commerciale chinoise dans la partie la plus difficile d'une telle campagne - les opérations sur le littoral.

S'appuyant sur les données de suivi des navires, les images satellites, les reportages des médias et les écrits des experts de l'APL, ce rapport analyse les récents exercices et entraînements de fusion militaro-civile pour évaluer les capacités actuelles. Un exercice de l'APL à l'été 2020 indique des développements significatifs dans l'utilisation de nouvelles technologies par certains navires marchands battant pavillon chinois pour le soutien logistique à terre des opérations amphibies.

En 2021, l'APL a également démontré l'utilisation de ferries roll-on/roll-off (RO-RO) comme navires de débarquement auxiliaires lors d'exercices amphibies et a testé une nouvelle chaussée flottante qui pourrait être utilisée dans une opération amphibie à grande échelle. Malgré ces développements, le présent rapport conclut qu'à partir de 2021, la flotte marchande chinoise ne sera pas en mesure de fournir les capacités de débarquement amphibie ou la logistique maritime dans des environnements austères ou difficiles nécessaires pour avoir un impact significatif lors d'une opération de débarquement amphibie à Taïwan.

 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 074
10 223
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Voir la pièce jointe 119937
L'Armée populaire de libération (APL) a depuis longtemps laissé entendre qu'elle utiliserait des navires civils pour soutenir directement une invasion de Taïwan par-delà le détroit. Jusqu'à présent, cependant, peu d'efforts ont été déployés pour évaluer la capacité réelle de l'APL à utiliser la flotte commerciale chinoise dans la partie la plus difficile d'une telle campagne - les opérations sur le littoral.

S'appuyant sur les données de suivi des navires, les images satellites, les reportages des médias et les écrits des experts de l'APL, ce rapport analyse les récents exercices et entraînements de fusion militaro-civile pour évaluer les capacités actuelles. Un exercice de l'APL à l'été 2020 indique des développements significatifs dans l'utilisation de nouvelles technologies par certains navires marchands battant pavillon chinois pour le soutien logistique à terre des opérations amphibies.

En 2021, l'APL a également démontré l'utilisation de ferries roll-on/roll-off (RO-RO) comme navires de débarquement auxiliaires lors d'exercices amphibies et a testé une nouvelle chaussée flottante qui pourrait être utilisée dans une opération amphibie à grande échelle. Malgré ces développements, le présent rapport conclut qu'à partir de 2021, la flotte marchande chinoise ne sera pas en mesure de fournir les capacités de débarquement amphibie ou la logistique maritime dans des environnements austères ou difficiles nécessaires pour avoir un impact significatif lors d'une opération de débarquement amphibie à Taïwan.

Bonjour Loulou
Une info complementaire dans ce domaine !

 

Mathieu

Alpha & Oméga
Admin
Membre du personnel
15 Oct 2006
9 480
4 030
298
Shanghai, People Square
www.murailledechine.com

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
13 722
13 289
183
Hong Kong et Shanghai
Quel est l'intérêt de tirer les missiles depuis des sous-marins restés au port ?
Autant les tirer depuis des silos qui coûtent 100 fois moins cher à construire ! :grin: