Un forum d'intérêt planétaire ?

Ian Mansour de Grange

Membre Actif
22 Août 2022
43
1
15
69
Bonjour à tous et toutes !
Auteur d'ouvrages diversement consacrés au dialogue entre les civilisations, j'aimerai échanger avec vous sur deux thèmes principaux : le premier relatif à une histoire universelle respectueuse de la diversité des points de vue ; le second autour du développement durable de notre planète commune. Un regard donc vers le passé ; un autre vers le futur ; à partir des données actuelles que chacun d'entre nous perçoit dans son univers spécifique...
Permettez-moi de commencer par vous livrer ici la préface de mon livre d'histoire que je pourrais transmettre intégralement en format PDF à qui voudrait le consulter, s'il est possible d'établir une connexion par email ou tout autre communication à ma portée. Un autre post lancera ultérieurement le second sujet... Bonne lecture à vous et à vos plumes !​

"GENS DU LIVRE" - PRÉFACE

L’histoire des civilisations développe-t-elle du sens ? Entendons-nous d’emblée sur les mots. Histoire signifie lecture, nécessite documents et matières lisibles : la quête de signification est déjà inscrite dans la démarche. En son sens strict, la civilisation est, quant à elle, affaire de cité : à tout le moins, orientation collective de l’espace et du temps... La rencontre entre le chercheur et sa recherche semble dès lors assurée. Mais il y a piège à se contenter d’un tel ravissement. Traditions écrites et sociétés urbaines ne constituent qu’un aspect de la trajectoire de l’Humanité. Aspect au demeurant essentiel à la juste appréciation de notre réalité contemporaine où l’on admet communément que l’Histoire des civilisations se confonde avec celle de « La » Civilisation.
Issus du 19ème siècle occidental, colonial et fondateur de la science historique dite « moderne », ces amalgames réducteurs ont effacé bon nombre de cultures orales et/ou non-urbaines, plaçant la civilisation occidentale au firmament des potentialités humaines. De ces hauteurs, on en vient à classer les autres cultures dans leur effort vers les « cimes », en s’interrogeant éventuellement sur les « causes » de leur « déficience » à rejoindre « l’élite ».
Or, si l’on prend pour référence le seul continent eurasiatique – et ce sera globalement notre premier choix, amplement justifié par l’ampleur de ses accumulations scripturaires – les civilisations chinoises, indiennes et moyen-orientales ont écrit quelque deux mille ans d’Histoire, avant que ne balbutient les premières cités grecques. Du point de vue de celles-là, les penseurs de celles-ci peuvent aisément apparaître comme des enfants à la découverte du monde et, du point de vue occidental, on est loin d’avoir mesuré le véritable impact des civilisations égyptiennes, mésopotamiennes et indiennes, voire chinoises, sur les sources gréco-romaines de la modernité.
Jouxtant cette dernière dans le temps et l’espace, les civilisations musulmanes occidentales – arabe et perse en premier chef mais aussi maghrébine, espagnole, sicilienne ou turque – constituent ses principaux points d’appui, nonobstant le rôle conséquent de la civilisation byzantine. Sans les splendeurs culturelles de l’Islam [1] en Europe méridionale, sans les Croisades et autre « Reconquête » espagnole, sans la vigueur ottomane depuis la Renaissance jusqu’au 18ème siècle, point d’essor civilisé en Occident ni de lecture cohérente de son histoire.
Au début du 11ème siècle, Paris est encore Lutèce : à peine vingt mille habitants, analphabètes dans leur quasi-totalité. Au cours du 12ème, elle en compte désormais cent mille et fonde sa première université, près de quatre siècles donc après son aînée cordouane...
« On ne se pose qu’en s’opposant. » Cette vérité relationnelle – et tout autant relative… – situe très simplement l’altérité largement millénaire entre les aires musulmanes et chrétiennes, singulièrement arbitrée par un judaïsme longtemps ambigu. Si les théoriciens du « choc des civilisations » fondent ici leur douteux commerce, il suffit pourtant d’élever à peine le point de vue pour saisir la relativité des oppositions. Non seulement, action et réaction participent d’une même globalité indivise mais, encore, l’immédiateté de la proximité implique interactions et inter-réactions : même à leur corps défendant – ordinairement à leur insu – c’est bien ensemble qu’Islam, Israël [2] et Chrétienté ont élaboré le monde moderne.
C’est à ce point de vue que nous convions le lecteur. Il y a urgence : l’état de dégradation écologique et sociale de la planète atteint un niveau largement suffisant pour que le postulat de l’excellence de la civilisation occidentale – voire de la Civilisation tout court – soit remis en cause. Bien des pistes de réévaluation sont déjà ouvertes. Dans le présent ouvrage, dont la préface laisse à penser qu’il ne saurait être qu’un moment de l’immense remaillage à accomplir, nous avons suivi la thèse de René Guénon, selon laquelle la quantification du Réel serait la caractéristique centrale de la modernité. Née de l’éclatement du religieux – c’est à dire : de ce qui relie – elle ne fonctionne et n’est efficace que dans la fragmentation. Spécialisations du savoir, manipulations atomiques et génétiques, numérisation du sensible, voire de l’intelligible, font exploser le sens de l’Un, pulvérisé jusqu’à quasi-liquéfaction... Comment alors percevoir l’Autre ?
Il y a dans l’altérité quelque chose du dédoublement, de la perspective en miroir, plus ou moins déformé, plus ou moins déformant. Aussi nous a-t-il paru intéressant – peut-être même nécessaire – d’initier nos recherches par un travail de correction visuelle, en proposant au lecteur une succession de décalages entre christianisme, islam et judaïsme – par ordre alphabétique, les trois religions civilisées de l’Ouest eurasien – en jouant sur des lectures en miroir des événements les concernant, des coïncidences spatiales et des faits qui ne deviennent suggestifs qu’en ce qu’on les perçoit dans leur relativité, ici triangulaire.
Un nouvel état d’esprit peut alors apparaître. En admettant que tout progrès conscient n’est que l’envers d’un inconscient regret – « regrès » – on en vient à considérer ses aspects pathologiques et concevoir autrui, dans sa différence évolutive, comme un médecin potentiel. L’altérité redevient un véritable lieu de connaissance. De proche en proche dans le temps et l’espace, il nous sera désormais possible de convier en de prochains ouvrages l’ensemble des civilisations eurasiennes ; de ses cultures tribales ; à une perspective unifiée de la trajectoire humaine : vaste entreprise, peut-être utopique, que nous ne prétendons pas achever seul. Puissions-nous aider le lecteur à s’y situer lui-même : nous aurons alors accompli l’essentiel de notre tâche.


NOTES​

[1] Tout au long de cet ouvrage, on prendra soin de distinguer Islam : civilisation (à l’instar de Chrétienté ou Israël) ; d’islam : religion (à celui de christianisme ou judaïsme).
[2] Les diverses communautés juives, donc, envisagées comme un tout culturel, ainsi liées au surnom de Yaqub - Paix et Bénédictions sur Lui (PBL) - un des plus doux prophètes monothéistes et non pas, bien évidemment, une quelconque structure étatique. Dans son ensemble, la société juive souffre bien plus qu’elle ne profite – une assertion que chaque jour de la déchirure palestinienne se charge, hélas, d’alourdir – de l’outrancier amalgame opéré au siècle dernier par les probablement plus stratèges commerciaux qu’idéologues sionistes…​
 

guillaumeenchine

Mahu en Chine
09 Sept 2019
6 407
575
163
47
Quand j'ai vu ce pavé je me suis d'abord dit oula, ca doit etre un manifesto de l'etat islamique :grin: Mais non. Juste une chinoiserie supplementaire.

PS: il faut qu'on te presente a Lafoy. C'est un autre adepte du copier-coller que personne ne lit 🤣
 

Ian Mansour de Grange

Membre Actif
22 Août 2022
43
1
15
69
Et encore, le bouquin en question fait 153 pages A4 :dead: Cela dit, musulman français de très vieille famille catholique et étudiant de longue date de la culture chinoise, je consacre l'essentiel de mes activités au dialogue entre les civilisations et les cultures, à distance certaine donc des exaspérations identitaires. Je sais cependant d'où je viens, les trésors que m'a offert la découverte d'autrui et crois fermement que s'entre-connaître est la clé de nos problèmes contemporains.
Mais, comme tu le reconnais si bien, "on est toujours le con de quelqu'un"...
 

Dui ni shuo de dui

Alpha & Oméga
18 Sept 2007
6 560
10 609
188
36
Shanghai
pavé palu
 

Chris-Strasbourg

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
15 165
14 181
188
Strasbourg et Shanghai

Ian Mansour de Grange

Membre Actif
22 Août 2022
43
1
15
69
Il y aurait sans doute beaucoup à dire de ce qui réunit et oppose radicalement RG et GB. Mais je ne pense pas que ce forum soit le lieu d'une telle réflexion, à moins, bien évidemment, qu'elle implique des chinois. Car je n'y suis intervenu qu'en l'espoir d'établir un contact avec eux. Connaissez-vous en susceptibles de s'intéresser à ma démarche ? Merci alors de les informer ; à tout le moins, m'indiquer comment les joindre.
 

Ian Mansour de Grange

Membre Actif
22 Août 2022
43
1
15
69
Il y aurait sans doute beaucoup à dire de ce qui réunit et oppose radicalement RG et GB. Mais je ne pense pas que ce forum soit le lieu d'une telle réflexion, à moins, bien évidemment, qu'elle implique des chinois. Car je n'y suis intervenu qu'en l'espoir d'établir un contact avec eux. Connaissez-vous en susceptibles de s'intéresser à ma démarche ? Merci alors de les informer ; à tout le moins, m'indiquer comment les joindre.
Excusez le lapsus : non pas GB mais GD (Guy Debord).
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
19 143
11 504
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Il y aurait sans doute beaucoup à dire de ce qui réunit et oppose radicalement RG et GB. Mais je ne pense pas que ce forum soit le lieu d'une telle réflexion, à moins, bien évidemment, qu'elle implique des chinois. Car je n'y suis intervenu qu'en l'espoir d'établir un contact avec eux. Connaissez-vous en susceptibles de s'intéresser à ma démarche ? Merci alors de les informer ; à tout le moins, m'indiquer comment les joindre.
Bonjour Ian
je vous conseille plutot de rechercher un dialogue intellectuel , un echange de point de vues , voir un debat sur le "forum des Lapins Cretins " ptutot que sur Bonjour Chine , vous economiserez votre temps et obtiendrez ainsi des reponses constructives a vos attentes ..
. :)

Plus serieusement , j'ai un ami francophone chinois a Beijing ancien haut fonctionnaire qui s'occupe des relations culturelles et de developpements par le biais d' associations diverses entre la Chine et l' Afrique , je vais lui poser la question a propos de votre requete ...
 
Dernière édition:

Ian Mansour de Grange

Membre Actif
22 Août 2022
43
1
15
69
Excusez le lapsus : non pas GB mais GD (Guy Debord).

Bonjour Ian
je vous conseille plutot de rechercher un dialogue intellectuel , un echange de point de vues , voir un debat sur le "forum des Lapins Cretins " ptutot que sur Bonjour Chine , vous economiserez votre temps et obtiendrez ainsi des reponses constructives a vos attentes ..
. :)

Plus serieusement , j'ai un ami francophone chinois a Beijing ancien haut fonctionnaire qui s'occupe des relations culturelles et de developpements par le biais d' associations diverses entre la Chine et l' Afrique , je vais lui poser la question a propos de votre requete ...
Merci beaucoup pour votre attention.
 

Ian Mansour de Grange

Membre Actif
22 Août 2022
43
1
15
69
Adresse bien notée, merci. Mais je n'en sollicite pas moins le contact avec des chinois moins exposés aux aléas politiques. Respecter la diversité des points de vue implique un détachement certain de ceux-là...
 

Dui ni shuo de dui

Alpha & Oméga
18 Sept 2007
6 560
10 609
188
36
Shanghai
Question con, sans doute, mais pourquoi aller sur un forum francophone chercher des chinois?
Ils sont tres peu nombreux ici et les rares a etre presents ne sont pas vraiment des gens que je qualifierais d'intellectuels (chwpaul par exemple)