Tensions Internationales en Mer de Chine

Un cas de situation similaire a celle du golfe du Tonkin ou cela a degenere ?

  • Oui !

    Votes: 13 38,2%
  • Non !

    Votes: 21 61,8%

  • Nombre total d'électeurs
    34

Dgibe

Dieu créateur
13 Mai 2016
2 421
1 005
158
39
Chengdu
A force de chercher miseres il est ineluctable qu'un serieux incident se produise un de ces quatres matins ! :hum:
En même temps difficile de dire qui est a blâmer dans ce cas.

Autant dans le détroit de Taiwan, pour des raisons historiques bien établies, il semble logique que la Chine cherche à retrouver sa souveraineté.

Autant dans les parages des îles ci-dessus, la légitimité est beaucoup plus discutable. Il me semble que la Chine se base de façon unilatérale sur une poignée d'anciennes cartes chinoises sur lesquelles apparaissent les 9 traits. Les îles sont a des milliers de kilomètres du continent et les revendications ont été déboutées par la cours pénale internationale.

Bref je pense qu'ici les 2 partis sont en tort connaissant les répercutions que ça pourait avoir.
 

Mathieu

Alpha & Oméga
Admin
Membre du personnel
15 Oct 2006
10 314
4 358
298
Shanghai, People Square
www.murailledechine.com
Autant dans les parages des îles ci-dessus, la légitimité est beaucoup plus discutable. Il me semble que la Chine se base de façon unilatérale sur une poignée d'anciennes cartes chinoises sur lesquelles apparaissent les 9 traits. Les îles sont a des milliers de kilomètres du continent et les revendications ont été déboutées par la cours pénale internationale.

Que des pays asiatiques discuttent la position de la Chine pourquoi pas... mais la legitimité des americains en mer de chine et la noblesse de leurs intentions...

Ce qui est marrant c'est qu'ils ont laché les afghans et avant ca les kurdes pour se repositionner en asie... mais en faisant cela ils ont envoyé un message clair a leurs alliés dans la zone qu'ils les jeteraient comme de vulgaires kleenex le moment venu que ce soit un democrate ou un republicain au pouvoir.
 

totoautibet

Alpha & Oméga
03 Mar 2010
5 498
5 388
188
76
Nanning
Que des pays asiatiques discuttent la position de la Chine pourquoi pas... mais la legitimité des americains en mer de chine et la noblesse de leurs intentions...

Ce qui est marrant c'est qu'ils ont laché les afghans et avant ca les kurdes pour se repositionner en asie... mais en faisant cela ils ont envoyé un message clair a leurs alliés dans la zone qu'ils les jeteraient comme de vulgaires kleenex le moment venu que ce soit un democrate ou un republicain au pouvoir.
Message clair, soit ! mais pour le temps d'une génération seulement ! Chaque nouvelle génération amène son lot de gogos tous frais qui va pouvoir à son tour s'indigner du nouveau clash et dans le même temps, découvrir le précédent qui était presque tout pareil... Dans une sorte de mouvement perpétuel de l'Histoire ! C'est amusant ! :chinois:
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Rapport sur la concurrence entre les États-Unis et la Chine en mer de Chine orientale et méridionale

10 septembre 2021

Ce qui suit est le rapport du 8 septembre 2021 du Congressional Research Service intitulé U.S.-China Strategic Competition in South and East China Seas : Background and Issues for Congress.

Extrait du rapport : Au cours des dernières années, la mer de Chine méridionale (SCS) est devenue une arène de la compétition stratégique entre les États-Unis et la Chine. Les actions de la Chine dans la mer de Chine méridionale - y compris les vastes activités de construction d'îles et de bases sur les sites qu'elle occupe dans les îles Spratly, ainsi que les actions de ses forces maritimes visant à affirmer les revendications de la Chine face aux revendications concurrentes de voisins régionaux tels que les Philippines et le Vietnam - ont accru les inquiétudes des observateurs américains quant à la prise de contrôle effective par la Chine de la mer de Chine méridionale, une zone d'importance stratégique, politique et économique pour les États-Unis et leurs alliés et partenaires. Les actions des forces maritimes chinoises sur les îles Senkaku, administrées par le Japon, dans la mer de Chine orientale , constituent une autre source de préoccupation pour les observateurs américains. La domination chinoise de la région proche de la mer - c'est-à-dire la mer de Chine orientale et la mer de Chine centrale, ainsi que la mer Jaune - pourrait affecter de manière substantielle les intérêts stratégiques, politiques et économiques des États-Unis dans la région indo-pacifique et ailleurs.

Les objectifs généraux potentiels des États-Unis en matière de concurrence stratégique entre les États-Unis et la Chine dans la mer du Sud et la mer Jaune comprennent, sans s'y limiter nécessairement, les éléments suivants : le respect des engagements de sécurité des États-Unis dans le Pacifique occidental, y compris les engagements du traité envers le Japon et les Philippines ; le maintien et le renforcement de l'architecture de sécurité dirigée par les États-Unis dans le Pacifique occidental, y compris les engagements du traité envers le Japon et les Philippines. Le maintien et le renforcement de l'architecture de sécurité dirigée par les États-Unis dans le Pacifique occidental, y compris les relations de sécurité des États-Unis avec les alliés et les États partenaires, le maintien d'un équilibre régional des forces favorable aux États-Unis, à leurs alliés et à leurs partenaires, la défense du principe de la résolution pacifique des différends et la résistance à l'émergence d'une autre approche des affaires internationales fondée sur la loi du plus fort, la défense du principe de la liberté des mers, également appelée parfois liberté de navigation, l'empêchement de la Chine de devenir un hégémon régional en Asie de l'Est, et la poursuite de ces objectifs dans le cadre d'une stratégie plus large des États-Unis pour la concurrence stratégique et le développement durable. La poursuite de ces objectifs s'inscrit dans le cadre d'une stratégie américaine plus large de concurrence stratégique et de gestion des relations avec la Chine.

Objectifs spécifiques potentiels des États-Unis en matière de concurrence stratégique entre les États-Unis et la Chine dans la région du sud-est de la mer et en Asie de l'Est . Chine dans la mer du sud-est et la mer du nord-est incluent, sans s'y limiter nécessairement, les objectifs suivants dissuader la Chine de mener des activités supplémentaires de construction de bases dans la SCS, de déplacer du personnel, des équipements et des fournitures militaires supplémentaires vers des bases sur des sites qu'elle occupe dans la SCS, de lancer des activités de construction d'îles ou de bases sur le haut-fond Scarborough dans la SCS, de déclarer des lignes de base droites autour des caractéristiques terrestres qu'elle revendique dans la SCS, ou de déclarer une zone d'identification de défense aérienne (ADIZ) au-dessus de la SCS ; et encourager la Chine à réduire ou à mettre fin aux opérations de ses forces maritimes dans les îles Senkaku de la ECS à mettre un terme aux actions visant à faire pression sur les sites occupés par les Philippines dans les îles Spratly, à permettre aux pêcheurs philippins d'accéder plus facilement aux eaux entourant le haut-fond Scarborough ou dans les îles Spratly, à adopter la définition américano-occidentale relative à la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales. États-Unis/occidentale concernant la liberté des mers, et accepter et respecter la sentence du tribunal de juillet 2016 dans l'affaire d'arbitrage SCS impliquant les Philippines et la Chine.

La question pour le Congrès est de savoir si la stratégie de l'administration pour concurrencer stratégiquement la Chine dans le SCS et l'ECS est appropriée et correctement dotée en ressources, et si le Congrès devrait approuver, rejeter ou modifier la stratégie, le niveau des ressources pour la mettre en œuvre, ou les deux. Les décisions prises par le Congrès sur ces questions pourraient affecter considérablement les intérêts stratégiques, politiques et économiques des États-Unis dans la région indo-pacifique et ailleurs.

* South China Sea (SCS) * East China Sea (ECS)

U.S.-China Strategic Competition in South and East China Seas: Background and Issues for Congress / Pdf 132 pages
1599602124680.png
La vision hegemonique , geoeconomique , geostrategique et geopolitique des Etats Unis et surtout de ses propres interets pour etre concis , dans les zones concernees ! :)

Nb : Concernant le pdf , les 132 pages paraissent impressionantes , mais ce n'est pas le cas , c'est tres aere et truffes de ref sources en annexes , quelques cartes ou presentations ! En fait ces rapports sont toujours les memes au fil du temps , seules les mises a jour sont effectives ... Globalement une fois que l'on a lu un , on les as tous lu ... Pour les moins courageux ou ceux limites cerebralement a 6 lignes car ils n'ont pas ete beaucoup a l'ecole vu que cela ne sert a rien , le resume suffit voir le gros titre ! :)
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Les revendications de la Chine sur les mers de Chine méridionale et les eaux adjacentes sont étayées à la fois par des faits historiques et par les règles du droit international relatives à l'acquisition de territoires.

1632120150033.png

China's Sovereignty over the South ChinaSea Islands: A Historical Perspective/ Pdf 64 pages
1599602124680.png

1632121291082.png
1632124741412.png
On en cause souvent sur ce fil ,mais sait-on de quoi l'on cause ? :hum: Document a consulter ne serait-ce que par simple curiosite historique ( Pdf ) !
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Asie du Sud-Est : les principales menaces terroristes

27 sept. 2021
Un haut responsable malaisien de la lutte contre le terrorisme a déclaré que l'extrémisme religieux et ethnique violent était la menace terroriste la plus importante à laquelle le pays était confronté.

Communique : Dans le même temps, le principal danger pour l'Indonésie, les Philippines et Singapour est représenté par des groupes liés à al-Qaïda et à l'État islamique, comme le rapporte le South China Morning Post, le 23 septembre. Les commentaires de responsables et d'analystes des pays en question sont venus en réponse à une recherche "This Week in Asia" dans laquelle les agences de sécurité de la région ont été interrogées sur les menaces terroristes les plus graves auxquelles elles sont confrontées vingt ans après le 11 septembre.

La réponse de la Malaisie était très différente des autres pays du sud est asiatique et a attiré l'attention sur les questions délicates d'ethnicité et de religion qui ont pris une importance croissante dans la rhétorique politique du pays ces dernières années. Un responsable anonyme des Forces antiterroristes malaisiennes a déclaré que la plus grande menace terroriste en Malaisie peut être qualifiée d'"extrémisme religieux et ethnique violent". Selon lui, ce genre de menace déclencherait « des divisions ethnico-nationalistes susceptibles de conduire à des épisodes violents ». Par conséquent, le responsable a déclaré qu'il n'était pas circonspect de la part des dirigeants politiques du pays de tirer parti des lignes religieuses et ethniques, même si c'est peut-être ce que leurs électeurs aimeraient entendre. L'effet de résonance créé par de tels politiciens aurait radicalisé leur public et créé davantage de formes d'extrémisme, ce qui ne serait pas bon signe pour la Malaisie, qui est un pays multi-confessionnel et multiracial. Pour le responsable, cette question, si elle n'est pas abordée, sera préjudiciable à l'unité nationale et à "l'édification de la nation dont la Malaisie a tant besoin".

Les questions ethniques, raciales et religieuses ont été exploitées par des groupes islamiques en Malaisie, en Indonésie et dans le sud des Philippines pour radicaliser et recruter des individus. Un professeur au National War College de Washington, Zachary Abuza, a déclaré que les groupes terroristes exploitent les problèmes sociaux préexistants et les divisions sectaires et créent des situations de crise lorsque l'État n'agit pas, sous le prétexte de la défense de la religion. Abuza s'est dit préoccupé par la Malaisie, où, a-t-il dit, toute attaque de masse perpétrée dans le pays pourrait provoquer des tensions et déclencher une réponse excessive. Parmi les analystes cités par le South China Morning Post, on craint que la Malaisie ne soit menacée d'attaques par l'Etat islamique. Mohamed Faizal, un membre en visite à l'Institut ISEAS-Yusof Ishak à Singapour a déclaré que le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan, qui a été salué par le Parti islamique pan-malais (PAS), exposerait la Malaisie à la menace de l'Etat islamique puisque le groupe est un ennemi des talibans. PAS est actuellement membre de la coalition au pouvoir en Malaisie dirigée par le Premier ministre Ismail Sabri.

En Indonésie, en revanche, les analystes considéreraient le groupe Jemaah Islamiyah (JI) lié à Al-Qaïda comme la plus grande menace terroriste en Indonésie. JI a organisé sa dernière attaque en 2011 lorsqu'un kamikaze a fait exploser un engin explosif dans une mosquée fréquentée par des policiers à Cirebon, dans l'ouest de Java. L'organisation JI est égalemnt responsable de l'attentat terroriste qui, en 2002, a fait plus de 200 morts sur l'île de Bali. En 2007, suite à des affrontements avec la police, JI a failli disparaître après l'arrestation de plus de 40 de ses militants. Al'heure actuelle, c'est l'organisation liée à l'État islamique Jamaah Ansharut Daulah (JAD), qui est l'organisation la plus active en termes d'attentats terroristes dans le pays.

La police indonésienne a arrêté le chef de JI Para Wijayanto en 2019 et a découvert qu'à partir d'un groupe financé par des dons et des vols, JI est devenu une organisation ayant des intérêts commerciaux dans les plantations de palmiers à huile, les hôtels, les gymnases et d'autres secteurs.
Abuza du National War College a déclaré qu'à ce jour, le sud des Philippines reste le maillon faible de la sécurité régionale en Asie du Sud-Est. La gouvernance de l'État dans la région serait faible et une grande partie de la région serait mal administrée. Un autre problème serait du à la corruption au sein des forces de sécurité philippines. Rommel Banlaoi, président de l'Institut philippin pour la recherche sur la paix, la violence et le terrorisme, a déclaré que les plus grandes menaces viendraient des groupes pro-Etat islamiue, en particulier le groupe Abu Sayyaf.

Abu Sayyaf est une organisation islamique séparatiste et terroriste des Philippines, un pays à majorité catholique. Le mouvement islamique a été fondé par Abdurajak Abubakar Janjalani, en 1991. Le groupe a mené sa première attaque à Zamboanga City, le 4 avril 1991, tuant deux évangélistes de nationalité américaine. Le 10 août 1997, Abu Sayyaf a été inséré sur la liste des organisations terroristes étrangères aux États-Unis. Actuellement, l'organisation est basée dans la province de Sulu, qui fait partie de la région autonome de Mindanao, une région majoritairement musulmane. Il est souvent impliqué dans la piraterie, les enlèvements et les attaques terroristes. Toujours aux Philippines, dans la province du Sultan Kudarat, une menace croissante serait représentée par le groupe Hassan Salahuddin qui a juré allégeance à l'Etat islamique et par les cellules toujours actives du groupe Maute, pro-Etat islamique, qui avait pris le contrôle de la ville. de Marawi sur l'île de Mindanao en 2017, déclenchant un conflit armé qui a duré cinq mois.

Le Department of Homeland Security (ISD) de Singapour s'attend à ce que les médias sociaux continuent de jouer un rôle clé dans la radicalisation et le recrutement d'individus dans les zones de conflit à l'étranger, y compris en Afghanistan. L'ISD a déclaré que la nation insulaire n'hésiterait pas à prendre des mesures contre toute personne impliquée dans le terrorisme et la violence armée.


Je met cette information sur ce fil , vu que tout ce petit monde a les pieds dans l'eau dans cette zone et qu'il sagit bien de tensions internationales ... :)
 

Pautal

Ange
23 Déc 2006
772
215
88
Shanghai
Asie du Sud-Est : les principales menaces terroristes
C'est en effet une menace particulièrement préoccupante:


Le groupe terroriste islamiste qui sévit dans le sud des Philippines est une ramification extrémiste de l'insurrection séparatiste musulmane qui a fait plus de 100 000 morts depuis les années 1970 dans ce pays d'Asie du Sud-Est composé à très grande majorité de catholiques fervents. Considéré comme une organisation terroriste par Washington, il a été fondé au début des années 1990 avec des financements du réseau Al-Qaïda.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/34548-philippines-otage-allemand-decapite-abou-sayyaf
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
C'est en effet une menace particulièrement préoccupante:


Le groupe terroriste islamiste qui sévit dans le sud des Philippines est une ramification extrémiste de l'insurrection séparatiste musulmane qui a fait plus de 100 000 morts depuis les années 1970 dans ce pays d'Asie du Sud-Est composé à très grande majorité de catholiques fervents. Considéré comme une organisation terroriste par Washington, il a été fondé au début des années 1990 avec des financements du réseau Al-Qaïda.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/34548-philippines-otage-allemand-decapite-abou-sayyaf
Bonsoir Pautal
Tres complique la zone Asie Pacifique niveau Islamiste , Extremiste & Terrorisme , on en entend tres peu parler en Occident a part dans des cas d'attentats importants contre des etrangers , il sont pourtant bien present voir beaucoup plus dangereux car larves au sein de la societe ou calfeutres dans des quantites d'iles qui sont toutes interconnectees entre elles par les reseaux islamistes et autres rebelles qui se livrent egalement a la piraterie maritime , ou bien encore se tapissant dans des jungles inextricables et de ce fait invisibles , la est le reel danger .... Autant chercher une aiguille dans une meule de foin !

1632829743287.png1632829878056.png
 
Dernière édition:

Pautal

Ange
23 Déc 2006
772
215
88
Shanghai
Re-
Je ne me rappel plus si c'est en indonesie ou aux philipines, mais au infos TV il y as 2 ou 3 ans j'ai souvenir de combat dur sur plusieurs mois pour encercler des groupes terroristes, qui a l’époque m'avait fait découvrir que l'islamisme radical était présent en Asie. ( sans prendre en compte les attentas qui ont eu lieu en Chine dont on se rappel tous).
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Le groupe d'attaque de porte-avions Carl Vinson s'entraîne avec la force japonaise en mer de Chine méridionale By: Dzirhan Mahadzir
November 8, 2021

KUALA LUMPUR - Bien que le Carrier Strike Group 21 (CSG21) du Royaume-Uni ait quitté le Pacifique occidental, l'activité maritime des groupes navals déployés reste importante.


Analyse : Le corps principal du groupe opérationnel Indo-Pacific Deployment 2021 (IPD21) de la Force maritime d'autodéfense japonaise, qui comprend les destroyers d'hélicoptères JS Kaga (DDH-184) et JS Murasame (DD101), a effectué un entraînement conjoint en mer de Chine méridionale avec le groupe d'attaque de porte-avions Carl Vinson du 29 octobre au 3 novembre. Le CSG américain comprend le porte-avions USS Carl Vinson (CVN-70) et la Carrier Air Wing 2 (CVW 2) embarquée, les croiseurs USS Lake Champlain (CG-57) et USS Shiloh, (CG-67) et le destroyer USS Milius (DDG-69).

Le contre-amiral Dan Martin, commandant du Carrier Strike Group 1, est venu à bord du Kaga pour rencontrer le contre-amiral Ikeuchi Izuru, commandant de la flottille d'escorte 3, selon un communiqué de presse du JMSDF du 30 octobre. Les deux commandants ont discuté de l'importance des activités conjointes des forces navales japonaises et américaines dans la mer de Chine méridionale.

Après l'entraînement, Kaga et Murasame ont fait escale à Cam Ranh, au Vietnam, du 5 au 7 novembre, et ont effectué un exercice avec la frégate Đinh Tiên Hoàng (HQ-011) de la Marine populaire vietnamienne (V-P-N) lors de leur départ.

Pendant ce temps, le dernier navire des JMSDF du groupe opérationnel IPD 21, le destroyer JS Shiranui (DD-120), a effectué un entraînement conjoint du 28 octobre au 4 novembre en mer de Chine méridionale, en mer de Chine orientale et en mer du Japon avec le destroyer américain USS Higgins (DDG-76) et le navire de ravitaillement USNS Big Horn (T-AO-198).

Plus près de nous, le navire de ravitaillement JS Oumi (AOE-426) s'est entraîné avec le destroyer américain USS Dewey (DDG-105) dans les eaux d'Okinawa mercredi dernier. Le même jour, l'USS America (LHA-6) a effectué un entraînement intégré au large des côtes de Kyushu avec le destroyer-hélicoptère JS Ise (DDH-182), les destroyers JS Harusame (DD 102) et JS Asahi (DD 119), le patrouilleur lance-missiles JS Otaka (PG 826) et les dragueurs de mines JS Takashima (MSC 603), JS Harishima (MSC 601) et JS Yakushima (MSC 602).

Entre-temps, plusieurs navires de la Royal Australian Navy ont achevé leur déploiement dans la région indo-pacifique. La frégate HMAS Ballarat (FFH155) et le navire de ravitaillement HMAS Sirius (O266) sont maintenant de retour en Australie après un déploiement au cours duquel Ballarat a participé à la phase deux de l'exercice Malabar au large de l'Inde et Sirius a ravitaillé les navires de la RAN et des pays partenaires dans l'océan Indien et les eaux de l'Asie du Sud-Est.

Ce déploiement est le dernier déploiement opérationnel du Sirius, car le navire sera mis hors service en décembre. Le groupe opérationnel Indo-Pacific Endeavour 2021 (IPE21) de la RAN, composé du LHD HMAS Canberra (L02) et de la frégate HMAS Anzac (FFH150), est maintenant sur le chemin du retour. Le groupe opérationnel IPE21 a quitté l'Australie fin août pour une série d'engagements avec les partenaires australiens en Asie du Sud-Est et pour participer à l'exercice Bersama Gold de l'Arrangement de défense des cinq puissances (FPDA). La dernière activité officielle de l'IPE21 a été l'exercice New Horizon 21 entre l'Anzac et la frégate de la marine indonésienne KRI I Gusti Ngurah Rai (332) et la corvette KRI Malahayati (362). L'exercice s'est déroulé en mer de Java et en mer de Bali du 31 octobre au 3 novembre.

Le navire de ravitaillement de la marine royale néo-zélandaise HMNZS Aotearoa (A11) est également rentré chez lui, arrivant à Auckland dimanche après un déploiement indo-pacifique qui comprenait la participation à Bersama Gold. La frégate HMNZS Te Kaha (F77), qui était déployée avec Aotearoa, est toujours en déploiement. Le destroyer HMAS Brisbane (D41) de la RAN, actuellement amarré au Japon, et la frégate HMAS Warramunga (FFH152) - qui effectue des patrouilles de surveillance en mer de Chine orientale à l'appui des sanctions des Nations Unies contre la Corée du Nord - sont également toujours déployés. Brisbane a fait transporter un MH-60R Seahawk de remplacement au Japon par un C-17 de la Royal Australia Air Force pour remplacer celui qu'elle a perdu dans un accident non fatal en mer des Philippines en octobre.

* La frégate Bayern (F217) de la marine allemande est également au Japon, où elle a accosté au Tokyo International Cruise Terminal vendredi. Elle a été accueillie par le ministre japonais de la défense Nobuo Kishi, le général Eberhard Zorn, chef de la défense allemande, et le vice-amiral Kay-Achim Schönbach, chef de la marine allemande. À la mi-novembre, le Bayern commencera la toute première participation allemande à des activités de contrôle et de surveillance à l'appui des sanctions de l'ONU contre la Corée du Nord. La Nouvelle-Zélande a annoncé la semaine dernière qu'un avion P-3K2 Orion de l'armée de l'air royale néo-zélandaise sera déployé depuis la base aérienne de Kadena, au Japon, afin de mener des activités de surveillance et de contrôle aérien à l'appui des sanctions. Un avion de patrouille maritime CP-140 de l'armée de l'air canadienne effectuera la mission aérienne jusqu'à la mi-novembre, tandis qu'un Falcon 200 de la marine française achèvera sa participation à la mission, selon des rapports de presse.

Parallèlement, la corvette Gremyashchiy (337) et les sous-marins Petropavlovsk-Kamchatsky (B274) et Volkhov (B603) de la marine russe ont traversé le détroit de Singapour vendredi. La corvette et les sous-marins faisaient auparavant partie de la flotte balte de la marine russe et sont maintenant en route vers leurs nouvelles bases d'attache au sein de la flotte russe du Pacifique.


South-China-Sea-Map.jpg

* Bayern (F217)
 
Dernière édition:

Pautal

Ange
23 Déc 2006
772
215
88
Shanghai
Bonsoir,

peu on en déduire que nos amis américain et allier , viennent faire trempette dans une zone ou il n'as jamais eu de piraterie , pour défendre la liberter.
en face j'aimerai bien voir les portes avion us protéger les routes dans le golf d'Aden ou il est potentiellement plus risquer de se faire arraisoner que dans le detroit de " Fromoze "
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
L'Australie, le Canada, l'Allemagne, le Japon et les États-Unis s'unissent pour l'exercice ANNUALEX 2021

22 Nov 2021

Les forces navales d'Australie, du Canada, d'Allemagne, du Japon et des États-Unis s'unissent pour mener l'exercice multilatéral et multinational ANNUALEX en mer des Philippines, du 21 au 30 novembre.

Situation : Cinq marines internationales, à savoir la Royal Australian Navy (RAN), la Royal Canadian Navy (RCN), la marine allemande (GMN), la Japan Maritime Self-Defense Force (JMSDF) et l'US Navy, participeront à divers événements, dont des tactiques de communication maritime améliorées, des opérations de lutte anti-sous-marine, des opérations de guerre aérienne, des réapprovisionnements en mer, des opérations de vol entre ponts et des manœuvres d'interdiction maritime.

"De nombreuses forces navales (États-Unis, Australie, Canada et en premier lieu l'Allemagne) se joindront à cet exercice de la JMSDF. Je suis très fier de participer à l'exercice en tant que commandant des forces de surface", a déclaré le contre-amiral Komuta Shukaku, commandant de la flottille d'escorte 1. "Nous renforcerons la coopération entre ces marines grâce à cet exercice tactique de haut niveau."

ANNUALEX est un événement annuel d'entraînement naval dirigé par la JMSDF. Les forces navales du monde entier sont invitées à participer à l'événement dans le but de renforcer les relations durables tout en aiguisant les compétences navales à tous les niveaux.

"L'U.S. Navy est honorée d'être invitée à participer une fois de plus", a déclaré le contre-amiral Dan Martin, commandant du Carrier Strike Group (CSG) 1. "ANNUALEX représente une occasion de coordonner stratégiquement, de collaborer et de renforcer davantage notre réseau de partenariats et d'alliances, ce qui nous permet de demeurer une force combinée souple, adaptable et persistante, capable de projeter rapidement de la puissance, où et quand cela est nécessaire."

L'itération 2021 d'ANNUALEX se déroulera dans la mer des Philippines, au large de la côte sud du Japon.

" La Royal Australian Navy a profité de multiples occasions tout au long de cette année pour travailler avec le Canada, le Japon, l'Allemagne et les États-Unis, renforçant nos compétences de marine à marine et tissant des liens professionnels ", a déclaré le commandant Aaron Cox, commandant du destroyer de classe Hobart HMAS Brisbane. "Ce solide programme d'engagement nous a bien préparés à ANNUALEX, qui constitue un test de notre interopérabilité."
Les forces navales participantes opéreront dans un environnement maritime complexe avec des engagements intégrés de surface et aériens conçus pour accroître davantage la préparation collective au combat, la supériorité maritime et la projection de puissance dans l'Indo-Pacifique.

"La Marine royale du Canada est fière de participer à cet exercice important qui sert à améliorer l'interopérabilité et l'intégration entre les nations alliées et partenaires ", a déclaré le Capitaine de frégate Doug Layton, capitaine du NCSM Winnipeg. "Nos efforts combinés durant l'exercice ANNUALEX contribuent à renforcer la confiance dans les opérations mutuelles et à maintenir les plus hauts niveaux de préparation entre des marines aux vues similaires."

Bien que les engagements maritimes coordonnés avec des partenaires internationaux fassent partie des opérations de présence de routine pour de nombreuses marines à travers l'Indo-Pacifique, ANNUALEX 2021 marque la première fois en 20 ans que la marine allemande participe à des exercices maritimes dans la région.

"L'invitation à l'exercice ANNUALEX 2021 dirigé par le Japon représente le point culminant opérationnel du déploiement du FGS Bayern dans la région indo-pacifique. Étant le premier navire de guerre allemand depuis près de deux décennies à naviguer dans ces mers, c'est un énorme honneur d'avoir la possibilité de s'entraîner avec nos marines partenaires au sein d'une force maritime aussi impressionnante", a déclaré le capitaine de frégate Tilo Kalski, commandant du FGS Bayern de la marine allemande. "Après avoir mené de nombreux exercices d'entraînement au cours des derniers mois avec différentes marines, j'espère que le Bayern pourra également contribuer à l'objectif global de cet exercice, qui est de renforcer l'interopérabilité multinationale et la compréhension mutuelle."

Chaque année, le JMSDF dirige ANNUALEX et offre aux marines partenaires et alliées l'occasion de revenir et de s'appuyer sur les capacités d'interopérabilité de combat existantes afin d'améliorer la préparation sur toutes les plateformes en tant que moyen de dissuasion contre l'instabilité et l'agression régionales.

"La marine allemande renforcera son engagement dans la région en approfondissant la coopération en matière de sécurité et de défense avec les partenaires régionaux", a déclaré le vice-amiral Kay-Achim Schönbach, chef de la marine allemande. "L'Allemagne cherchera à envoyer une frégate tous les deux ans dans la région indo-pacifique avec un navire de ravitaillement."

Depuis leur arrivée dans la région de la 7e flotte américaine au début du mois de septembre, les unités du CSG 1 ont participé à de multiples opérations et exercices, dont Malabar 2021, et à plusieurs opérations multi-porteurs et multi-nations, dont le récent exercice de partenariat maritime (MPX) 2021.

Dirigées par le CSG 1, les unités de la marine américaine qui participent à l'exercice ANNUALEX comprennent le porte-avions USS Carl Vinson (CVN 70), le croiseur à missiles guidés de classe Ticonderoga USS Lake Champlain (CG 57), le destroyer à missiles guidés de classe Arleigh Burke USS Stockdale (DDG 106) de l'escadron de destroyers (DESRON) 1, le ravitailleur de la flotte de classe Henry J. Kaiser, les navires de ravitaillement de la flotte USNS Rappahannock (T-AO 204) et USNS John Ericsson (T-AO 194), ainsi que neuf escadrons de la Carrier Air Wing (CVW) 2.

La CVW-2 comprend un escadron de F-35C, les "Argonautes" de l'escadron de chasseurs d'attaque (VFA) 147 ; trois escadrons de F/A-18E/F Super Hornet, les "Chasseurs de primes" de la VFA-2, les "Stingers" de la VFA-113 et les "Dragons dorés" de la VFA-192 ; les "Gantelets" de l'escadron d'attaque électronique (VAQ) 136, qui exploite le EA-18G Growler ; les " Aigles noirs " de l'escadron de commandement et de contrôle aéroporté (VAW) 113, qui exploite le E-2D Advanced Hawkeye ; les " Titans " de l'escadron logistique multi-mission de la flotte (VRM) 30, qui exploite le CMV-22B Osprey ; les " Chevaliers noirs " de l'escadron d'hélicoptères de combat maritime (HSC) 4, qui exploite le MH-60S Sea Hawk ; et les " Faucons bleus " de l'escadron d'hélicoptères d'attaque maritime (HSM) 78, qui exploite le MH-60R Sea Hawk.

Le CSG 1 est déployé dans la zone d'opérations de la 7e flotte des États-Unis, à l'appui d'une région Indo-Pacifique libre et ouverte.

1637614237176.pngphilippinesea-worldmap.jpg

USNI News Fleet and Marine Tracker: Nov. 22, 2021


 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Le Premier ministre australien : La marine chinoise a "tous les droits" d'opérer dans notre zone économique exclusive

November 26, 2021

KUALA LUMPUR, Malaisie - Les navires de la marine chinoise ont tout à fait le droit d'opérer dans la zone économique exclusive de l'Australie, tout comme l'Australie et d'autres pays ont le droit de se déplacer librement en mer de Chine méridionale, a déclaré vendredi le premier ministre australien Scott Morrison.

Communique : Au cours d'une conférence de presse tenue aujourd'hui en Australie-Méridionale, M. Morrison a été interrogé sur les informations selon lesquelles le navire de surveillance Yuhengxing (798) de la Marine de l'Armée populaire de libération (PLAN) a effectué une surveillance au large de l'Australie pendant trois semaines en août et septembre.

"Ils ont tous les droits d'être là en vertu du droit maritime international, tout comme nous avons tous les droits d'être en mer de Chine méridionale, et d'autres pays démocratiques libéraux libres ont tous les droits d'avoir une liberté de mouvement en mer de Chine méridionale. Nos mouvements dans la mer de Chine méridionale et ceux d'autres pays ont été un défi pour l'Australie", a déclaré Morrison.

Morrison a poursuivi en disant que parce que l'Australie a défendu son droit d'être dans la mer de Chine méridionale, a mis l'accent sur la liberté d'expression et la liberté de la presse, et renforce sa capacité de défense - y compris la construction de sous-marins à propulsion nucléaire - la Chine a soulevé des problèmes avec l'Australie et les deux nations ont une relation tendue. M. Morrison a ajouté que ces questions, cependant, "ne sont pas des questions sur lesquelles un gouvernement qui se respecte comme celui de l'Australie, ou même toute démocratie libérale qui se respecte, ne céderait jamais du terrain."


Le Premier ministre australien a déclaré que la situation démontrait que personne ne pouvait être complaisant dans l'Indo-Pacifique.

"Ils ont tout à fait le droit d'être là où ils sont. Nous savions qu'ils étaient là et ils sont, ils peuvent être là en vertu du droit maritime international", a déclaré Morrison. "Mais ne pensez pas une seconde que nous ne gardions pas un œil sur eux, comme ils cherchaient à garder un œil sur nous. Ce que cela démontre, c'est que maintenant personne ne peut être complaisant à propos de la situation dans l'Indo-Pacifique."

Le quotidien australien Daily Telegraph a rapporté vendredi que le navire avait été vu en train de tourner autour de la côte australienne pendant trois semaines en août et septembre, et que des sources avaient informé le journal que le navire était entré dans la ZEE de 200 kilomètres de l'Australie au large de Darwin en août avant de se diriger lentement vers le sud, en longeant la côte et en surveillant un certain nombre de zones d'entraînement militaire cruciales alors qu'il se rendait jusqu'à Sydney. Le navire de surveillance a ensuite traversé la mer de Tasmanie en direction de la Nouvelle-Zélande. En réponse aux questions des médias sur le sujet, le ministère australien de la défense a fourni une photo du navire en question, l'identifiant comme le Yuhengxing.

Vendredi, le ministre australien de la défense, Peter Dutton, a critiqué la Chine dans un discours prononcé au National Press Club of Australia, déclarant que si le gouvernement chinois affirme qu'il travaillera avec d'autres pays pour maintenir la liberté de navigation et des routes maritimes sûres, et qu'il traitera les différends territoriaux pacifiques par le dialogue et la consultation, la réalité est différente.

"Et pourtant, nous sommes témoins d'une déconnexion importante entre les mots et les actions, entre la rhétorique et la réalité. Tout comme les peuples de l'Indo-Pacifique et du monde entier, les Australiens ont observé le gouvernement chinois s'engager dans des activités de plus en plus alarmantes", a déclaré M. Dutton.

Parmi les exemples de ces activités, M. Dutton a cité l'occupation, la fabrication et la militarisation d'éléments contestés pour établir 20 avant-postes en mer de Chine méridionale, le rejet du verdict 2016 de la Cour permanente d'arbitrage de La Haye sur les revendications de droits historiques en mer de Chine méridionale, l'envoi d'un nombre croissant de jets militaires dans la zone d'identification de défense aérienne de Taïwan, l'utilisation de navires de pêche avec équipage de milice pour s'immiscer dans la ZEE des Philippines et l'escalade des tensions à la frontière de la Chine avec l'Inde et en mer de Chine orientale avec le Japon.

Le ministre australien de la défense a déclaré que la Chine utilisait son pouvoir croissant dans les domaines de la sécurité, du commerce et de l'économie, des médias et de l'internet pour obliger les pays à se conformer à ses obligations, et a fait remarquer que la Chine avait également rapidement accru la taille et les capacités de son armée. La Chine possède désormais la plus grande marine du monde avec quelque 355 navires et sous-marins, une force de combat navale dont la taille a plus que triplé en deux décennies. Il a souligné qu'en moyenne, au cours des quatre dernières années, la Chine a construit de nouveaux navires de guerre d'un tonnage équivalent à celui de l'ensemble de la flotte de la Royal Australian Navy tous les 18 mois et que d'ici 2030, la marine chinoise devrait compter quelque 460 navires.

M. Dutton a ajouté que la Chine dispose également de deux autres flottes subordonnées à ses forces armées : un corps de garde-côtes dont le nombre de navires de 1000 tonnes a doublé en une dizaine d'années, passant de 60 à 130, et une milice maritime qui compte régulièrement 300 navires opérant dans les îles Spratly. Il a également noté que les garde-côtes chinois possèdent à eux seuls des capacités et maintiennent un rythme opérationnel comparable à celui de certaines marines d'Asie du Sud-Est.

Il a déclaré que les nations cherchent à renforcer leurs capacités de défense lorsqu'elles sont confrontées à une agression et que l'Australie prévoit de compléter ses capacités de défense par des relations solides, comme des partenariats avec des pays partageant les mêmes idées et souhaitant la paix dans la région indo-pacifique.

M. Dutton a également souligné que l'accord de partage de technologies entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis - connu sous le nom d'AUKUS - n'est pas un partenariat visant à imposer un programme aux autres pays de la région.

"Il s'agit plutôt d'un complément à un réseau plus large de partenariats - comme l'ANASE, le Five Eyes, les Five Power Defence Arrangements, le Quad et d'autres arrangements similaires - qui s'engagent à promouvoir la souveraineté, la sécurité et la stabilité dans la région indo-pacifique", a déclaré M. Dutton.

L'ambassade de Chine en Australie a publié une déclaration en réponse au discours de M. Dutton.

"Dans son discours à l'APN, le ministre australien de la Défense Peter Dutton a continué à prêcher son incompréhension quichottesque de la politique étrangère de la Chine, déformant les efforts de la Chine pour sauvegarder la souveraineté et l'intégrité territoriale, trompant le peuple australien sur les situations et les priorités régionales, et attisant les conflits et les divisions entre les peuples et les nations", a déclaré l'ambassade de Chine. "Il est inconcevable que la relation Chine-Australie prenne un bon élan ou que l'intérêt général des pays régionaux, y compris celui de l'Australie, soit mieux promu si le gouvernement australien fonde sa stratégie nationale sur une telle analyse sans vision et une mentalité dépassée."

Pendant ce temps, un porte-parole du ministère chinois de la Défense nationale a déclaré lors d'une conférence de presse jeudi que la Chine attache une grande importance au développement des relations entre les armées américaine et chinoise et qu'elle est prête à maintenir les échanges et la coopération avec les États-Unis.

Le colonel Wu Qian a noté que "pendant un certain temps, les Etats-Unis ont dit beaucoup de choses irresponsables et ont fait beaucoup de provocations sur Taïwan, la mer de Chine méridionale, et l'arrivée de navires de guerre et d'avions de reconnaissance, etc..., pour lesquelles la Chine doit naturellement se battre tit pour tit et résolument. Nous avons dit à de nombreuses reprises que la Chine a des principes pour le développement des relations entre les deux armées, à savoir que la souveraineté, la dignité et les intérêts fondamentaux de la Chine ne peuvent être violés. En particulier sur la question de Taïwan, la Chine n'a pas de place pour le compromis, et les États-Unis ne doivent pas se faire d'illusions."

Lorsqu'on lui a demandé de commenter les remarques du secrétaire d'État à la Marine des États-Unis, Carlos Del Toro, selon lesquelles la Chine constitue une menace de premier plan, ainsi que les rapports des médias américains sur la construction par la Chine de cibles ressemblant à des navires de la Marine américaine, le colonel Wu a répondu : "Les personnes qui sont dépendantes de l'hégémonie et qui la poursuivent ont toujours l'impression que les autres convoitent leur hégémonie. Depuis longtemps, certaines personnes aux États-Unis sont plongées dans des 'délires de persécution' et ne peuvent s'en extraire, insistant sur la fabrication d'une 'menace militaire chinoise' inexistante. Leur but n'est rien d'autre que de se trouver des excuses pour rechercher une supériorité absolue dans le domaine militaire et maintenir une hégémonie mondiale." L'armée chinoise s'est toujours opposée à de telles caractérisations, a-t-il ajouté, et en ce qui concerne "la soi-disant question des cibles de missiles, nous demandons aux États-Unis de réfléchir sérieusement à eux-mêmes avant de blâmer la Chine".

En ce qui concerne la collision sous-marine impliquant l'USS Connecticut (SSN-22), qui a heurté un mont sous-marin non identifié début octobre en mer de Chine méridionale, le colonel Wu a déclaré que les États-Unis devaient clarifier trois questions, à savoir quelle était l'intention de la navigation du sous-marin dans la zone, où se trouvait le lieu précis de l'incident et si l'accident a provoqué une fuite nucléaire et une pollution de l'environnement marin. Selon lui, la Chine estime que la cause profonde de l'accident est l'approche à grande échelle et à haute fréquence, la reconnaissance, l'interférence, la provocation et les activités militaires des navires de guerre américains dans la région Asie-Pacifique, ainsi que la militarisation et l'hégémonie de la navigation en mer de Chine méridionale.

"Nous demandons aux États-Unis de cesser immédiatement de telles activités", a-t-il déclaré.

Après l'incident, un porte-parole de la marine américaine a déclaré en octobre que la centrale de propulsion nucléaire du sous-marin n'avait pas été endommagée lors de la collision.

"Le sous-marin reste dans un état sûr et stable. La centrale de propulsion nucléaire et les espaces de l'USS Connecticut n'ont pas été touchés et restent pleinement opérationnels. L'étendue des dommages subis par le reste du sous-marin est en cours d'évaluation. La marine américaine n'a pas demandé d'assistance. L'incident fera l'objet d'une enquête", a déclaré à l'époque le porte-parole de la flotte américaine du Pacifique, Bill Clinton, dans un communiqué.

1638057115288.png
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Archives : Faits et opinions sur les différends concernés entre la Chine et les Philippines en Mer de Chine méridionale

2016-07-13
Les Nanhai Zhudao font partie inhérente de la Chine

Extrait : Les Nanhai Zhudao (les îles Mer de Chine méridionale) sont regroupées en quatre archipels, à savoir les Dongsha Qundao (les îles Dongsha), les Xisha Qundao (les îles Xisha), les Zhongsha Qundao (les îles Zhongsha) et les Nansha Qundao (les îles Nansha). La Chine a été la première à découvrir, à nommer, à explorer et à exploiter les Nanhai Zhudao et les eaux concernées. Elle y a exercé sa souveraineté et sa juridiction en premier et de manière continue, pacifique et effective. Le Geng Lu Bu, un recueil qui a pris forme sous les dynasties Ming et Qing et qui a été transmis jusqu’à ce jour sous diverses versions manuscrites, dépeint la vie et les activités d’exploitation et de production des Chinois sur les Nanhai Zhudao et fait état de la dénomination de ces îles par les pêcheurs chinois. La souveraineté de la Chine sur les Nanhai Zhudao et ses droits et intérêts concernés en Mer de Chine méridionale ont été établis au cours d’une longue période historique et reposent sur des fondements historiques et juridiques solides.

En 1933, la France a fait intrusion dans certains îles et récifs des Nansha Qundao, provoquant ainsi l’« Incident des neuf îlots ». Le gouvernement chinois a ensuite pris une série de mesures pour sauvegarder sa souveraineté. En 1935, la Commission d’examen des cartes terrestres et marines a établi et publié le Zhong Guo Nan Hai Ge Dao Yu Tu (Carte des îles chinoises en Mer de Chine méridionale).

Durant la guerre d’agression contre la Chine, le Japon a envahi et occupé illégalement les Nanhai Zhudao. Avec la progression de la Guerre mondiale antifasciste et de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l’agression japonaise, la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni ont publié en décembre 1943 la Déclaration du Caire, ordonnant solennellement que le Japon restitue à la Chine les territoires qu’il avait volés aux Chinois. En juillet 1945, la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni ont publié la Déclaration de Potsdam dont l’article 8 stipule clairement que « les termes de la Déclaration du Caire devront être appliqués ». En août 1945, le Japon a annoncé son acceptation de la Déclaration de Potsdam et sa capitulation sans condition.

1489719828783062766.jpg1489719828755097364.jpg
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

La Russie et l'ASEAN ont mené leur premiers exercices navals conjoints

04/12/2021
DJAKARTA (Reuters) - La Russie et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) ont procédé à leurs premiers exercices navals interarmées de l'histoire, dans les eaux territoriales de l'Indonésie, a annoncé samedi la marine indonésienne.

Communique :
Ces manoeuvres, qui ont duré trois jours au large de l'île de Sumatra, interviennent dans un contexte de tensions régionales en mer de Chine méridionale, avivées par les visées expansionnistes de Pékin.
Elles visent à une plus grande interopérabilité entre les marines des pays membres de l'ASEAN et de la Russie, notamment pour la sécurité de la navigation et des activités commerciales maritimes dans ce secteur stratégique.
Ces opérations, qui se sont déroulées en deux séquences, l'une virtuelle l'autre marine, ont impliqué huit bâtiments et quatre appareils des marines de Russie, d'Indonésie, de Malaisie, de Thaïlande, du Vietnam, de Singapour et de Brunei.

"Cet exercice a un impact stratégique, il était destiné à cultiver l'amitié entre le gouvernement indonésien, les pays de l'Asean et la Russie", a souligné la marine indonésienne.

04/12/2021
03/12/2021
beibu.png
03/12/2021
02/12/2021
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Rapport sur la concurrence entre les États-Unis et la Chine en mer de Chine orientale et méridionale

23 décembre 2021

Ce qui suit est le rapport du 12 décembre 2021 du Congressional Research Service intitulé U.S.-China Strategic Competition in South and East China Seas : Background and Issues for Congress.


Extrait du rapport
: Au cours des dernières années, la mer de Chine méridionale (SCS) est devenue une arène de la compétition stratégique entre les États-Unis et la Chine. Les actions de la Chine dans la mer de Chine méridionale - y compris les vastes activités de construction d'îles et de bases sur les sites qu'elle occupe dans les îles Spratly, ainsi que les actions de ses forces maritimes visant à affirmer les revendications de la Chine face aux revendications concurrentes de voisins régionaux tels que les Philippines et le Vietnam - ont accru les inquiétudes des observateurs américains quant à la prise de contrôle effective par la Chine de la mer de Chine méridionale, une zone d'importance stratégique, politique et économique pour les États-Unis et leurs alliés et partenaires. Les actions des forces maritimes chinoises sur les îles Senkaku, administrées par le Japon, dans la mer de Chine orientale (CCE), constituent une autre source de préoccupation pour les observateurs américains. La domination chinoise sur la région proche de la mer - c'est-à-dire la mer de Chine orientale et la mer de Chine centrale, ainsi que la mer Jaune - pourrait affecter considérablement les intérêts stratégiques, politiques et économiques des États-Unis dans la région indo-pacifique et ailleurs.

U.S.-China Strategic Competition in Southand East China Seas : Background and Issues for Congress / Pdf 132 pages

1599602124680.png

Rapport parcourir en diagonale pour noter les nouveaux points , la trame ne variant guere au fil des editions !
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Indonésie : Jamaah Ansharut Daulah et la menace de l'État islamique en Indonésie


28 decembre 2021

Les récents efforts de lutte contre le terrorisme islamique indonésien se sont de plus en plus concentrés sur la menace résurgente de Jemaah Islamiyah (JI), qui à un moment donné était le groupe terroriste le plus meurtrier d'Asie du Sud-Est.

Extrait : Cependant, JI n'est pas nécessairement le groupe terroriste le plus menaçant. JI, affilié à Al-Qaida est actif dans le pays depuis de longues années. La menace représentée par JI peut être une menace à long terme, mais, actuellement, la menace posée par la Jamaah Ansharut Daulah (JAD) liée à l'État islamique est plus élevée que celle de la JI.

JAD, liée à l'État islamique, a été responsable de presque tous les attentats en Indonésie au cours des cinq dernières années. Au début des années 2010, la Jamaah Ansharut Tauhid (JAT) a été formée d'une scission au sein de la JI. Puis, les membres les plus radicalisés de ce groupe ont quitté la JAT et formé la JAD, qui a prêté allégeance à l'Etat islamique. La JAD est responsable des attentats de Jakarta en 2016, de Surabaya en 2018 , de l' attaque à l'arme blanche du ministre de la Sécurité de l'époque, Wiranto, et de l'attentat de Makassar en 2021 . Le Mujahideen Indonesia Timur (MIT), un autre affilié de l'Etat islamique, est responsable des autres attentats. Le chef du MIT, Ali Kalora, a été tué récemment.

Asie du Sud-Est : les principales menaces terroristes

27 septembre 2021
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Rapport du département d'État sur les revendications de la Chine en mer de Chine méridionale

13 janvier 2022

Ce qui suit est le rapport de janvier 2022 du Bureau des affaires océaniques et polaires, Bureau des océans et des affaires environnementales et scientifiques internationales du Département d'État des États-Unis, Limites dans les mers n° 150 République populaire de Chine : Revendications maritimes dans la mer de Chine méridionale.

Extrait du rapport


Introduction :
Cette étude examine les revendications maritimes de la République populaire de Chine (RPC) en mer de Chine méridionale. Les revendications maritimes expansives de la RPC en mer de Chine méridionale sont incompatibles avec le droit international tel qu'il est reflété dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 ("Convention").

La RPC revendique quatre catégories de revendications maritimes en mer de Chine méridionale :

Les revendications de souveraineté sur les caractéristiques maritimes. La RPC revendique la "souveraineté" sur plus d'une centaine d'éléments en mer de Chine méridionale qui sont immergés sous la surface de la mer à marée haute et se trouvent au-delà des limites légales de la mer territoriale de tout État. Ces revendications sont contraires au droit international, en vertu duquel ces éléments ne peuvent faire l'objet d'une revendication de souveraineté légitime ou générer des zones maritimes telles qu'une mer territoriale.

Lignes de base droites. La RPC a tracé, ou revendique le droit de tracer, des "lignes de base droites" qui entourent les îles, les eaux et les éléments immergés dans de vastes zones d'espace océanique en mer de Chine méridionale. Aucun des quatre "groupes d'îles" revendiqués par la RPC en mer de Chine méridionale ("Dongsha Qundao", "Xisha Qundao", "Zhongsha Qundao" et "Nansha Qundao") ne répond aux critères géographiques d'utilisation de lignes de base droites en vertu de la Convention. En outre, il n'existe pas de corpus distinct de droit international coutumier qui soutienne la position de la RPC selon laquelle elle peut enfermer des groupes d'îles entiers dans des lignes de base droites.

Zones maritimes. La RPC revendique des eaux intérieures, une mer territoriale, une zone économique exclusive et un plateau continental en traitant chaque groupe d'îles revendiqué en mer de Chine méridionale "comme un tout". Cela n'est pas autorisé par le droit international. L'étendue en mer des zones maritimes doit être mesurée à partir de lignes de base légalement établies, qui sont normalement la ligne de basse mer le long de la côte. À l'intérieur des zones maritimes qu'elle revendique, la RPC formule également de nombreuses revendications juridictionnelles qui sont incompatibles avec le droit international.

Droits historiques . La RPC affirme qu'elle possède des "droits historiques" dans la mer de Chine méridionale. Cette revendication n'a aucune base juridique et est affirmée par la RPC sans précision quant à la nature ou à l'étendue géographique des "droits historiques" revendiqués.

L'effet global de ces revendications maritimes est que la RPC revendique illégalement la souveraineté ou une certaine forme de juridiction exclusive sur la majeure partie de la mer de Chine méridionale. Ces revendications portent gravement atteinte à l'état de droit dans les océans et à de nombreuses dispositions universellement reconnues du droit international reflétées dans la Convention. C'est pourquoi les États-Unis et de nombreux autres États ont rejeté ces revendications en faveur d'un ordre maritime international fondé sur des règles en mer de Chine méridionale et dans le monde entier.


china south sea.png

State Department Report on Chinese Claims in the South China Sea / Pdf 47 pages

1599602124680.png

14 janvier 2022

Le rapport varie peu , seules les mises a jour sont effectives selon les evolutions dans la zone ! Il est toutefois necessaire de le consulter ne serais-ce que pour les nombreuses cartes des zones disputees ... :)

Dossier connexe

Archives : Faits et opinions sur les différends concernés entre la Chine et les Philippines en Mer de Chine méridionale

1642265080676.png
 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
17 516
10 787
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -

Des F-35 américains ont eu au moins un contact avec des J-20 chinois en mer de Chine orientale

18 mars 2022
Extrait : Commandant des forces aériennes du Pacifique [PACAF – Pacific Air Forces], qui relève du commandement militaire américain pour la région Indo-Pacifique [US INDOPACOM], le général Kenneth S. Wilsbach a été invité à s’exprimer devant le Mitchell Institute of Aerospace Studies, le 14 mars. Et, à cette occasion, il a révélé quelques informations intéressantes, sans toutefois donner trop de détails.

Les États-Unis, le Japon et l'Australie effectuent une formation trilatérale en mer de Chine méridionale

18 mars 2022
Extrait : Le destroyer à missiles guidés USS Momsen (DDG 92) de la classe Arleigh Burke de la marine américaine a rejoint la force maritime d'autodéfense du Japon (JMSDF) et la marine royale australienne (RAN) dans la mer de Chine méridionale pour un entraînement multinational qui s'est terminé le 15 mars.