La nouvelle route de la soie - China Belt & Road Initiative - BRICS - OCS - RCEP - ASEAN - EAEU - WTO -AIIB - NDB - INSTC - G20 - APEC - ...

Nouvelle route ferroviaire au Kazakhstan avec des fonds chinois


screenshot-1705732164282.png1703715167595.png

screenshot-1705730607772.png
18 janvier 2024

Le trafic ferroviaire entre le Kazakhstan et la Chine a atteint plus de 23 millions de tonnes de marchandises, ce qui est un record historique pour l’année 2022. Depuis le début de l’année 2023, ce chiffre a encore augmenté de 22 %.

Extrait : Dans ces conditions, le nœud ferroviaire d’Almaty, situé au carrefour de grandes routes internationales, connaît une charge accrue. À cet égard, les autorités kazakhes ont annoncé le 14 novembre le début de la construction de voies ferrées en contournant la gare d’Almaty.

Dans le message du service de presse du cabinet des ministres de la République du Kazakhstan, il est indiqué qu’à l’heure actuelle, le traitement des marchandises au centre d’Almaty ralentit le processus de livraison de 1,5 à 2 jours, et que le nouvel échangeur améliorera l’efficacité de l’infrastructure, tout en accélérant les livraisons. Dans le même temps, la mise en œuvre du projet permettra de rediriger le trafic de marchandises vers la nouvelle ligne ferroviaire Jetyguen – Kazybek bek, en contournant la gare d’Almaty. D’une manière générale, le nouvel embranchement réduira de 40 % la charge de la jonction d’Almaty et diminuera considérablement le temps de livraison des marchandises.

Le projet d’infrastructure, qui revêt une grande importance pour le développement du potentiel de transport et de transit du Kazakhstan, est mis en œuvre sur les instructions du chef d’État Kassym-Jomart Tokaïev. Ainsi, le Premier ministre du Kazakhstan Alikhan Smailov a participé à la cérémonie de pose du premier tronçon de la voie ferrée le 14 novembre. Les autorités kazakhs ont annoncé ce projet pour la première fois en 2019, en déclarant que la construction devait être financée par le mécanisme du partenariat public-privé. Cette déclaration prévoyait le début de la construction des voies ferrées entre 2020 et 2022. Cependant, le premier tronçon n’a été posé qu’en novembre 2023.



MAJOR+RAILWAY+PROJECTS.jpgscreenshot-1705740079648.pngkazakhstan-political-map.jpg

Suite >>>


J'ai rajoute 3 cartes a l'article , c'est un minimum pour situer ... :)
 
Dernière édition:
20 janvier 2024
screenshot-1705545889237.png

Duree 38:07

Synopsis : Guerre en Ukraine ou au Proche-Orient, tensions en mer Rouge : les multiples désordres géopolitiques pèsent sur l’économie mondiale. Pas d’embellie des perspectives en vue, selon les économistes en chef sondés par le Forum de Davos. L’Europe devrait particulièrement être à la traîne. Que pourrait changer l'éventuel retour de Donald Trump à la tête de la première puissance mondiale ?

21 janvier 2024

Site officiel
screenshot-1705545889237.png

:discours: Au secours ! :eek:
 
Dernière édition:

Chine en Tunisie, genèse d’une coopération ambitieuse par Donia Jemli, Cheffe de pôle Afrique du Nord, diplômée de l’université européenne de Tunis. Elle se spécialise dans les relations internationales, diplomatiques et stratégiques.


screenshot20231228.png

screenshot-1705890273369.png

21 janvier 2024

Depuis l’antiquité, l’empire punique, véritable puissance maritime méditerranéenne, entretenait de bonnes relations commerciales avec l’Empire du Milieu. Les puniques, génies commerçants, partageaient avec les chinois un intérêt commun pour le commerce, et ce dans le cadre des anciennes routes de la soie. Ainsi, les relations entre la Tunisie et la Chine s’inscrivent dans une histoire riche et lointaine.

Extrait : Néanmoins, cette richesse demeure mal exploitée et dévalorisée. En effet, la Tunisie a été le dernier Etat maghrébin à reconnaître la République Populaire de Chine, et ce en 1964. Sous le régime Bourguibien, la relation entre Pékin et Tunis était plutôt distante et antagoniste. Sa politique anti-communiste et pro-occidentale a rendu difficile le rapprochement entre les deux parties. Ces récurrentes mésententes sur les questions diplomatiques n’ont pas empêché l’établissement des liens commerciaux, et ce depuis 1958. Toutefois, la Tunisie voyait son destin intimement lié à celui de l’occident, avec qui elle entretenait des relations diplomatiques et commerciales très denses. Cela se traduit aujourd’hui par une relation commerciale sino-tunisienne la moins développée au Maghreb : les importations des produits chinois ne représentent que 6.6% du total des importations de la Tunisie, et les exportations des produits tunisiens ne représentent que 1.4% du total des exportations de la Chine. Malgré que les relations commerciales se sont bien développées, elles demeurent marginales.

Contrairement au Maroc et l’Algérie, la Tunisie s’est aperçue très tardivement de l’importance du géant asiatique. En aspirant à développer une coopération plus fructueuse, la Tunisie a dévoilé son intention d’intégrer le projet BRI dès 2017 lors d’une visite officielle du ministre tunisien des affaires étrangères à Pékin. Divers accords ont été alors signés et sont en cours de réalisation, notamment dans le secteur du tourisme et des infrastructures.



Tunisia-Map-L.jpg
16 janvier 2024

Duree 2:16

Suite >>>

 
Dernière édition:
Monnaies numériques des banques centrales et concurrence stratégique des États-Unis avec la Chine

screenshot-1706055453445.png
23 janvier 2024

Ce rapport décrit le rôle potentiel des monnaies numériques des banques centrales (CBDC) dans la concurrence stratégique.

Extrait :Comprendre les implications sur la sécurité nationale des développements internationaux des CBDC et d'une potentielle CBDC américaine est un élément central du décret 14067 du président Biden de mars 2022 sur « Garantir le développement responsable des actifs numériques ».

Ce décret exigeait une évaluation des CBDC étrangères et de leurs effets potentiels sur la finance américaine, ainsi que de leurs effets sur la sécurité nationale et la criminalité financière – des préoccupations qui sont éclipsées par le stade relativement avancé de la CBDC chinoise. Ce rapport contribue au discours qui a émergé de ce décret en décrivant si et comment le stade le plus avancé du projet chinois de CBDC pourrait profiter à la Chine, comment les décisions concernant la gouvernance internationale des CBDC pourraient affecter la puissance nationale américaine et comment les choix de conception de une CBDC américaine pourrait affecter ses capacités en tant qu’instrument de puissance nationale.

Principales conclusions

La CBDC chinoise ne constitue pas une menace urgente pour la sécurité nationale des États-Unis.

La gouvernance internationale émergente des CBDC est susceptible de renforcer le système financier international existant plutôt que de l’affaiblir.
Les collaborations entre les CBDC entre les membres du G20 qui ne font pas partie du G7 pourraient saper la force du dollar américain à l'étranger et ouvrir des solutions de contournement aux canaux financiers sur lesquels les États-Unis s'appuient actuellement pour exercer leur influence.
Une CBDC américaine n’est peut-être pas nécessaire pour lutter contre les menaces à la sécurité posées par d’autres CBDC, mais elle pourrait permettre de nouvelles capacités de sécurité nationale, telles que de nouvelles façons de geler les actifs et de suivre les investissements étrangers aux États-Unis.


Central Bank Digital Currencies and U.S. Strategic Competition with China / Pdf 35 pages 45-451954_uk-round-flag-png.png

1599602124680.png

Website
screenshot-1706056426487.png
17 janvier 2024
 
Dernière édition:
Le yuan chinois contre le dollar américain en Afrique

screenshot-1706144508660.pngscreenshot20231228.png

2f146f86-0ada-4eee-bda4-75d5a9e057ec_ade4e100.jpg
24 janvier 2024

Avec la hausse du dollar américain, de nombreux pays africains sont confrontés à des problèmes de remboursement de leur dette et abandonnent donc l’utilisation de cette monnaie. Pendant ce temps, la Chine continue de promouvoir l’utilisation du yuan et des monnaies locales en Afrique dans le cadre de sa tentative de dédollarisation, écrit le « South China Morning Post ».

Analyse : Le vice-président de la BOC, Lin Jingzhen, s'est rendu en Zambie en décembre. Lors d’une réunion avec le président Hakainde Hichilema, Lin a promis d’utiliser la portée mondiale du prêteur pour faciliter les relations économiques et commerciales en utilisant la monnaie chinoise – non seulement avec la Zambie, mais également avec d’autres pays africains.

Pékin a également encouragé l’utilisation des monnaies locales dans divers pays africains dans le cadre de sa tentative de dédollarisation. Et il a poussé à l’émission transfrontalière d’obligations « panda » libellées en yuans.

L’année dernière, l’Égypte a émis des obligations panda sur trois ans d’une valeur de 3,5 milliards de yuans (490 millions de dollars), lorsqu’elle a décidé d’opter pour des emprunts moins conventionnels alors qu’elle faisait face à une crise économique qui s’est traduite par une diminution du dollar et des autres devises fortes.

Le Kenya, qui est également confronté à des problèmes de remboursement de sa dette, envisage d'émettre des obligations panda pour garantir les fonds nécessaires au remboursement de son euro-obligation de 2 milliards de dollars, qui arrive à échéance cette année.

Charlie Robertson, responsable de la stratégie macro chez FIM Partners, une société de gestion d'actifs, a déclaré que les sanctions financières strictes imposées par l'Occident à la Russie avaient incité la Chine à être déterminée à accélérer l'utilisation du yuan, afin de réduire sa vulnérabilité à des sanctions similaires.

« Il y a de bonnes raisons de plaider en faveur de l'Égypte et de la Zambie ; il s’agit d’une diversification raisonnable – du risque de change principalement en dollars américains vers une gamme plus large de devises », a déclaré Robertson.

Jusqu'à présent, si la Réserve fédérale américaine augmentait considérablement ses taux et que le dollar américain se renforçait, l'Égypte et la Zambie seraient très exposées, a déclaré Robertson.

« À l’avenir, la Fed comptera un peu moins et la Banque populaire de Chine un peu plus.

« Je n’ai aucun doute que la Chine fera pression pour que davantage d’échanges commerciaux et de dettes soient émis dans sa monnaie, avec l’incitation aujourd’hui que les taux d’intérêt chinois sont plus bas qu’aux États-Unis. »

L'analyste géoéconomique subsaharien Aly-Khan Satchu a déclaré qu'un puissant vent favorable conduisait à une plus grande adoption du yuan.

« Nous sommes à un tournant en Afrique », a-t-il déclaré, affirmant que les pays africains qui avaient emprunté en dollars étaient non seulement exclus des marchés de capitaux en dollars, mais que leurs dettes avaient augmenté sur une base ajustée en fonction des taux de change.

« C’est une situation intenable », a déclaré Satchu, ajoutant que cela poussait désormais les pays africains à diversifier leur exposition au dollar.

« Il est tout à fait logique d’échanger [le yuan] avec votre plus grand partenaire commercial, qui est la Chine pour la majeure partie du continent. Une adoption plus poussée est donc une évidence.

Pékin continuera probablement d'encourager les entreprises chinoises à utiliser le yuan pour les paiements commerciaux entre les pays participant à l'initiative "la Ceinture et la Route", selon Robert Greene, chercheur non-résident pour le programme Asie du Carnegie Endowment for International Peace.

« Nous pourrions voir de nouveaux accords impliquant la banque centrale de Chine et les banques commerciales publiques visant à accroître l’utilisation du [yuan] dans les paiements commerciaux transfrontaliers sino-africains », a déclaré Greene.

« Une chose à surveiller en 2024 est la conclusion d’accords bilatéraux d’échange de devises entre la banque centrale chinoise et ses homologues africaines. Ces accords peuvent être utilisés pour faciliter une plus grande utilisation du [yuan] dans le commerce et la finance transfrontaliers. »

Au Nigeria, les responsables politiques s’efforceraient de relancer un accord bilatéral d’échange de devises conclu en 2018 avec la banque centrale chinoise.

En août, le plus grand prêteur d’Afrique du Sud, Standard Bank, et la plus grande banque publique chinoise, Industrial and Commercial Bank of China, ont renouvelé un partenariat de longue date qui facilite l’utilisation du yuan sur 15 marchés africains.


 
Dernière édition:
Xi et le président ouzbek s'entretiennent et élèvent leurs liens au rang de partenariat stratégique global à toute épreuve pour une nouvelle ère

2771824640693643a0d168612c3ed629.gifscreenshot20231228.png

0353beb6-633b-43ae-a48f-ee39d2efe738_0.jpg
Le président Mirziyoyev et son épouse Ziroatkhon Mirziyoyeva - Le président Xi et son épouse Peng Liyuan
25 janvier 2023

Le président chinois Xi Jinping et son homologue ouzbek Shavkat Mirziyoyev ont eu des entretiens mercredi à Pékin, annonçant qu'ils élèveraient les relations bilatérales au niveau d'un partenariat stratégique global à toute épreuve pour une nouvelle ère et qu'ils promouvraient la construction d'une communauté sino-ouzbékistan avec un partenariat commun. l'avenir à partir d'un point de départ plus élevé.

Communique : Xi a noté qu'il y a 32 ans, l'Ouzbékistan était le premier pays d'Asie centrale à établir des relations diplomatiques avec la Chine. Les deux peuples ont transmis l'esprit de la Route de la Soie et l'amitié sino-ouzbékistan est profondément enracinée et dynamique, a-t-il indiqué.

"En particulier, au cours des sept dernières années et plus, nous avons travaillé ensemble pour conduire la coopération bilatérale dans divers domaines vers une situation saine et prospère", a déclaré M. Xi, soulignant que construire une relation sino-ouzbékistan plus significative et plus dynamique était l'aspiration commune. des deux peuples.

Soulignant que les deux parties se sont toujours traitées avec sincérité et confiance mutuelle, M. Xi a déclaré que les deux pays devraient se soutenir encore plus fermement face à la situation internationale complexe actuelle.

La Chine soutient fermement l'Ouzbékistan dans la sauvegarde de sa souveraineté nationale, de son indépendance et de son intégrité territoriale, ainsi que dans le choix de sa propre voie de développement, a déclaré M. Xi, appelant à un meilleur rôle du Comité de coopération intergouvernementale et d'autres plates-formes dans le renforcement de la communication stratégique et l'approfondissement global de la confiance stratégique mutuelle.

En mettant en synergie les huit étapes majeures de la Chine pour soutenir une coopération de haute qualité dans le cadre de la Ceinture et de la Route, les deux pays devraient exploiter le potentiel de la coopération traditionnelle, introduire davantage de mesures de facilitation du commerce et des investissements, élargir la coopération en matière d'infrastructures et de construction de parcs agricoles de haute technologie, et mettre en œuvre les plans de coopération à moyen et long terme pour l'économie, le commerce et l'investissement, a déclaré M. Xi.

La Chine est disposée à importer davantage de produits de qualité d'Ouzbékistan, a-t-il ajouté.

Les deux parties devraient commencer dès que possible la construction du projet ferroviaire Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan, et faire progresser simultanément la connectivité matérielle et la connectivité douce, pour aider l'Ouzbékistan à passer d'un pays enclavé à un pays relié à la terre, a déclaré M. Xi.

La Chine est disposée à élargir sa coopération avec l'Ouzbékistan à l'ensemble de la chaîne industrielle des véhicules à énergies nouvelles et à coopérer sur des projets majeurs, notamment des projets d'énergie photovoltaïque, éolienne et hydroélectrique, pour soutenir la stratégie de développement économique vert de l'Ouzbékistan et promouvoir le développement durable, a déclaré M. Xi.

Les deux parties doivent également coopérer en matière de réduction de la pauvreté, élargir et approfondir la coopération locale, construire davantage de projets bénéficiant à leurs peuples et approfondir les échanges culturels et entre les peuples, a déclaré M. Xi, ajoutant que la Chine offrirait davantage de bourses gouvernementales aux jeunes ouzbeks. personnes pour étudier en Chine.

Xi a également souligné la coordination et la coopération bilatérales pour maintenir la bonne direction du développement de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), mettre en œuvre les résultats du Sommet Chine-Asie centrale, renforcer le mécanisme Chine-Asie centrale, promouvoir la gouvernance mondiale et régionale et faire progresser la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.

Soulignant l'importance symbolique du choix de la Chine comme premier pays qu'il visite cette année, Mirziyoyev a déclaré qu'il attribuait les réalisations de la Chine en matière de développement au leadership du président Xi et qu'il était convaincu que la Chine réaliserait de plus grands progrès dans son cheminement vers la réalisation du rêve chinois d'indépendance nationale. rajeunissement.

L'Ouzbékistan est disposé à tirer les leçons de l'expérience réussie de développement de la Chine, et sa visite sera l'occasion de consolider et d'approfondir la confiance mutuelle avec la Chine, d'élargir la coopération globale, de promouvoir une coopération de haute qualité dans le cadre de la Ceinture et la Route et d'obtenir davantage de résultats de coopération dans des domaines tels que le commerce et l'économie, l'agriculture, l'énergie propre et le tourisme, a-t-il déclaré.

L'Ouzbékistan respecte fermement le principe d'une seule Chine, s'oppose strictement à toute ingérence extérieure dans les affaires intérieures de la Chine et est prêt à fournir un soutien ferme à la Chine sur les questions concernant les intérêts fondamentaux de la Chine, notamment Taiwan, le Xinjiang et les droits de l'homme, a déclaré Mirziyoyev.

Il a noté que l'Ouzbékistan est prêt à travailler avec la Chine pour combattre les « trois forces », à savoir le séparatisme, l'extrémisme et le terrorisme, afin de sauvegarder la sécurité et la stabilité des deux pays et de la région dans son ensemble.

Il a noté que les deux pays ont organisé un forum de coopération sous-nationale, un forum sur la réduction de la pauvreté et diverses autres activités, dont beaucoup ont eu lieu pour la première fois en Ouzbékistan, ce qui démontre pleinement l'amitié étroite entre les deux peuples, ainsi que les résultats fructueux et l'énorme potentiel des relations bilatérales.

Il a déclaré que l'Ouzbékistan soutenait fermement une série d'initiatives de coopération mondiale proposées par le président Xi, était disposé à travailler en étroite collaboration avec la Chine pour établir le secrétariat du Mécanisme Chine-Asie centrale et était prêt à renforcer la coopération au sein de l'OCS et d'autres cadres multilatéraux.

À l'issue de leurs entretiens, les deux chefs d'État ont signé et publié une déclaration commune entre la République populaire de Chine et la République d'Ouzbékistan sur le partenariat stratégique global à toute épreuve pour une nouvelle ère.

Ils ont également assisté à la signature d'une série de documents concernant la coopération dans le cadre de la Ceinture et la Route, la coopération économique et technologique, la connectivité, la protection de l'environnement, les énergies nouvelles, la science et la culture.

Xi et son épouse Peng Liyuan ont organisé une cérémonie de bienvenue pour Mirziyoyev et son épouse Ziroatkhon Mirziyoyeva dans le Grand Palais du Peuple avant les pourparlers, ainsi qu'un banquet de bienvenue pour eux mercredi soir.

Wang Yi était présent à ces événements.


uzbekistan-political-map.jpgShanghai_Cooperation_Organisation_Map.png
Shanghai Cooperation Organisation Map 2024

 
Dernière édition:
La Chine rallie les pays du G77 pour une réforme majeure de l'OMC et de Bretton Woods

screenshot-1706233780260.pngscreenshot-1706233537718.png

g77-china.jpg
The G77 South Summit in Kampala, Uganda. Photo: CGTN
25 janvier 2024

La Chine rallie le Groupe des 77 pays en développement pour faire pression en faveur d’une réforme du système de gouvernance mondiale qui – selon certains dirigeants d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine favorise de manière disproportionnée l’Occident .

Communique : Le vice-Premier ministre chinois Liu Guozhong obtient le soutien, y compris de la part des dirigeants de l'ONU, pour son discours appelant à une refonte des systèmes mondiaux, écrit le « South China Morning Post ».

La Chine rallie le Groupe des 77 pays en développement pour faire pression en faveur d’une réforme du système de gouvernance mondiale qui – selon certains dirigeants d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine – favorise de manière disproportionnée l’Occident.

Le vice-Premier ministre chinois Liu Guozhong a déclaré que les pays en développement « devraient soutenir conjointement la réforme de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et du système financier international ».

Liu s'exprimait à Kampala lors du troisième Sommet du Sud – l'organe décisionnel du G77 composé de 134 pays et de la Chine, qui ne se considère pas comme membre du groupe. L'Ouganda a également assumé la présidence du groupe lors de la réunion, succédant à Cuba.

La Chine rejoint une liste croissante de pays, notamment d’Afrique et d’Asie, qui exercent des pressions en faveur d’une réorganisation de l’ordre politique et économique mondial – en particulier le Conseil de sécurité de l’ONU et l’OMC, ainsi que la Banque mondiale et le FMI. .

Les appels croissants à une révision du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale reposent sur la crainte que la structure, l’emplacement et le mandat des institutions de Bretton Woods ne soient plus adaptés à l’évolution des tendances mondiales.

Les États-Unis ont joué un rôle considérable dans la création du FMI et de la Banque mondiale et continuent d’exercer une influence considérable, en tant que l’un des principaux actionnaires de ces deux organisations, dont le siège est également à Washington.

L’appel de Liu à réformer l’OMC intervient quelques mois après que le président chinois Xi Jinping a appelé à davantage d’efforts pour réformer l’organisation, qui est devenue le plus grand négociant de marchandises au monde et un partenaire clé pour plus de 140 pays depuis l’adhésion de la Chine en 2003.

Liu, qui participe au sommet en tant que représentant spécial de Xi, a déclaré qu’il était crucial de rendre les agences de développement internationales plus efficaces dans leur soutien aux pays du Sud – largement classés comme l’Amérique latine, l’Asie, l’Afrique et l’Océanie.

« La montée collective des pays du Sud est imparable, mais l’ordre politique et économique international injuste et inéquitable du passé continue d’avoir des effets persistants. »

Liu a déclaré que, dans le cadre de l’initiative chinoise visant à réformer le système financier mondial, Pékin avait contribué à la création de la Nouvelle Banque de développement, de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures et du Fonds de la Route de la Soie.

Ces institutions proposent des prêts alternatifs aux pays qui ne peuvent pas accéder aux marchés financiers internationaux et ont financé des projets de plusieurs milliards de dollars en Asie et sur d'autres marchés étrangers, a-t-il déclaré.

Liu a déclaré que les pays en développement, en particulier ceux du Sud, devraient accroître leur représentation et leur voix de manière significative pour résoudre les problèmes séculaires de la gouvernance internationale.

Liu a souligné les plus de 3 000 projets de ceintures et de routes, d'une valeur de plus de 1 000 milliards de dollars, que la Chine a financés dans le monde au cours de la dernière décennie.

Les sentiments de Liu ont gagné le soutien des dirigeants présents, notamment du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a également été encouragé par Liu à nommer un envoyé spécial pour l’éradication de la pauvreté.

Dans son discours, Guterres a déclaré que le système international est « dépassé, hors du temps et en décalage, reflétant une époque révolue où nombre de vos pays étaient colonisés ».

« Le Conseil de sécurité des Nations Unies est paralysé par les divisions géopolitiques. Sa composition ne reflète pas la réalité du monde d’aujourd’hui. Il faut le réformer », a-t-il ajouté.

Le chef de l'ONU a déclaré que le système financier mondial, y compris les institutions de Bretton Woods, n'avait pas réussi à fournir un filet de sécurité mondial aux pays en développement en difficulté.

Mais il a ajouté que le Sommet du Futur, qui se tiendra à New York en septembre, envisagerait de « profondes réformes » de l’architecture financière internationale.

Dans son premier discours en tant que président du G77 et de la Chine, le président ougandais Yoweri Museveni a rallié les dirigeants pour qu'ils restent unis dans leurs exigences envers la communauté internationale – pour aider les pays en développement à relever de toute urgence les défis mondiaux tels que la pauvreté, la faim, la fracture numérique et le changement climatique .

Depuis sa création en 1964 en tant que groupe de 77 pays en développement, le G77 promeut la coopération économique entre ses États membres. Pékin apporte un soutien politique et financier au groupe depuis 1994.


Site officiel
screenshot-1706233780260.png
 
Dernière édition:
768px-Silk_Way_West_Airlines_logo.svg.pngscreenshot20231228.png screenshot-1706334559338.png


Duree 15:37

Synopsis : Bonjour de Bakou, Azerbaïdjan. Cette semaine, je vole sur le Silkway West B747-8 Freighter de Bakou à Amsterdam. Le B747-8F est entièrement chargé de 120 tonnes de fret avec une masse au décollage de plus de 400 tonnes !

Avant le vol, Samir du groupe Silk Way m'a fait visiter spécialement les installations de fret modernes à Bakou, qui comprennent un système de grue de fret automatisé et un grand entrepôt frigorifique dédié. Silk Way West exploite actuellement 12 avions cargo B747 dans sa flotte. La rampe de Bakou bourdonnait d'activité.

À l'intérieur du Boeing 747, j'ai rencontré le capitaine Rasim, qui m'a montré le chargement avancé du fret à l'intérieur du B747-8F. J'étais le seul passager à bord de cet avion cargo. Nous avons quitté Bakou en passant par la ville, puis nous nous sommes dirigés vers le Caucase, la Géorgie, à travers la mer Noire vers la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la République tchèque, l'Allemagne et notre destination finale Amsterdam aux Pays-Bas.

Ce fut une expérience de première classe vraiment inhabituelle sur le vol cargo du Boeing 747. Le capitaine Rasim m'a servi un repas comprenant du caviar de béluga de la mer Caspienne ! Après le repas, il y a une cabine de repos dédiée pour dormir. Au cours de mon voyage, j’ai également découvert la vie difficile d’un pilote cargo qui passait la plupart de son temps à contourner les restrictions pendant la pandémie pour livrer du fret. Ils sont confrontés à de longues périodes de solitude loin de leur famille à cause de leur travail.



1706332544095.png


20 janvier 2023

Un peu ancien , mais interessant niveaux ramifications et developpements ... :)
 
Dernière édition:
Dans quelle mesure le transport maritime dans l’Arctique est-il viable ?

1703715167595.png

amedvedkov-adobe-stock-120833.jpeg
27 janvier 2024

Les voies de navigation sont sous pression. Sept des dix plus grandes compagnies maritimes du monde ont suspendu leur transit par la mer Rouge, où les Houthis, un groupe rebelle yéménite, attaquent les navires commerciaux. En conséquence, beaucoup moins de navires empruntent le canal de Suez, un raccourci entre l’océan Indien et la mer Méditerranée, note « The Economist ».

Analyse : Le volume du commerce transitant par le canal de Panama, qui relie les océans Atlantique et Pacifique, a diminué de 30 % depuis novembre, après qu'une grave sécheresse ait frappé ses réservoirs, faisant baisser le niveau de l'eau. Le tarif spot pour l'envoi d'un conteneur de 40 pieds de Chine vers l'Europe du Nord a augmenté de 283 % depuis début décembre, selon les chiffres de Freightos, un marché de fret en ligne .

1706401008144.png

Il existe une alternative intéressante au commerce maritime à longue distance : une série de routes qui pourraient réduire jusqu'à 40 % la longueur des voyages effectués via le canal de Suez. Mais il y a un piège : la Route maritime du Nord (NSR), le Passage du Nord-Ouest (NWP) et la Route maritime transpolaire (TSR) traversent un océan couvert de glace. L’Arctique pourrait-il être une option viable pour la navigation commerciale ?

De plus en plus, oui – et pour une raison inquiétante. L'Arctique se réchauffe quatre fois plus vite que la moyenne mondiale. Depuis 1978, la couverture de glace a diminué d'environ 78 000 kilomètres carrés par an. En juin 2023, une étude publiée dans la revue Nature Communications suggérait que le premier été sans glace dans l’Arctique pourrait survenir dès les années 2040, même si le monde réduisait considérablement ses émissions de gaz à effet de serre. À mesure que la glace s’amincit et que la technologie de navigation en eau froide progresse, les eaux arctiques deviendront plus facilement navigables.

Ils sont déjà de plus en plus occupés, même s'ils partent d'un niveau bas. La route maritime la plus populaire dans l’Arctique est la NSR, contrôlée par la Russie. Les volumes commerciaux le long de la route ont augmenté de 755 % entre 2014 et 2022. La Russie souhaite que le trafic soit multiplié par dix par rapport aux niveaux de 2022 d’ici 2035. En octobre, elle a annoncé une coentreprise avec DP World, une entreprise de logistique émiratie, pour développer le transport de conteneurs dans l’Arctique. Ce mois-là, la société chinoise NewNew Shipping Line effectuait son premier aller-retour sur une route arctique entre Shanghai et Saint-Pétersbourg.

Mais le transport maritime dans l’Arctique reste négligeable par rapport aux normes mondiales. En 2022, moins de 1 700 navires sont entrés dans l’Arctique ; plus de 23 000 ont emprunté le canal de Suez et 14 000 le canal de Panama. La navigation sur les routes du Nord reste saisonnière : la plupart des voyages s'effectuent en été. Le NWP a plus de glace que le NSR et attire moins de trafic. Le tsr ne sera navigable que par des brise-glaces lourds jusqu'à ce que ses glaces fondent suffisamment. Tout cela rend les assureurs prudents. Une mauvaise cartographie, combinée à des conditions météorologiques extrêmes et imprévisibles, augmente la probabilité d’accidents. Et les gains de temps sont incertains. Selon une étude publiée en avril 2023 dans Geophysical Research Letters, une autre revue, les retards dus au brouillard marin représentent 23 à 27 % du temps de navigation le long du NWP et 4 à 11 % le long du Nsr. La navigation dans l'Arctique nécessite une expertise et des navires spécialisés. Les deux ont un coût.

Les tensions géopolitiques croissantes entraveront également le transport maritime transarctique, du moins à moyen terme. Les navires doivent avoir l’autorisation des autorités russes pour naviguer sur la NSR : quasiment aucun navire occidental ne l’utilise. Le Canada et les États-Unis ne sont pas d'accord sur les règles de transit le long du PNL. À terme, à mesure que l’Arctique se réchauffe et que les eaux internationales le long de la TSR s’ouvrent, les querelles politiques pourraient perdre de leur importance.

En revanche, les préoccupations environnementales concernant le transport maritime dans l’Arctique ne feront que croître. En 2021, l'Organisation maritime internationale, une agence des Nations Unies, a adopté une interdiction du fioul lourd dans l'Arctique, comme elle l'a fait dans l'Antarctique, qui entrera en vigueur en 2029. Cela, espère-t-elle, réduira le risque de marées noires et polluants nocifs. La pollution de l’air, de l’eau et du bruit due au transport maritime menace les espèces indigènes et les populations locales qui en dépendent. Quelques entreprises se sont engagées à ne pas expédier de marchandises via la région pour des raisons environnementales.

L’Arctique aura du mal à rivaliser avec les routes maritimes établies. Les conditions météorologiques saisonnières extrêmes limitent son potentiel pour la navigation commerciale. Mais à mesure que la couche de glace rétrécit, ses eaux deviendront de plus en plus fréquentées – et la Russie en fera toujours plus usage.



4f7779fc3273d681ecd15fbc7b5e0073.jpg


Dossier
Passage du Nord-Est : quelles stratégies pour les grandes puissances ?
( 20 decembre 2020 )
 
Dernière édition:

Synopsis : Bonjour de Bakou, Azerbaïdjan. Cette semaine, je vole sur le Silkway West B747-8 Freighter de Bakou à Amsterdam. Le B747-8F est entièrement chargé de 120 tonnes de fret avec une masse au décollage de plus de 400 tonnes !

Avant le vol, Samir du groupe Silk Way m'a fait visiter spécialement les installations de fret modernes à Bakou, qui comprennent un système de grue de fret automatisé et un grand entrepôt frigorifique dédié. Silk Way West exploite actuellement 12 avions cargo B747 dans sa flotte. La rampe de Bakou bourdonnait d'activité.

À l'intérieur du Boeing 747, j'ai rencontré le capitaine Rasim, qui m'a montré le chargement avancé du fret à l'intérieur du B747-8F. J'étais le seul passager à bord de cet avion cargo. Nous avons quitté Bakou en passant par la ville, puis nous nous sommes dirigés vers le Caucase, la Géorgie, à travers la mer Noire vers la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la République tchèque, l'Allemagne et notre destination finale Amsterdam aux Pays-Bas.

Ce fut une expérience de première classe vraiment inhabituelle sur le vol cargo du Boeing 747. Le capitaine Rasim m'a servi un repas comprenant du caviar de béluga de la mer Caspienne ! Après le repas, il y a une cabine de repos dédiée pour dormir. Au cours de mon voyage, j’ai également découvert la vie difficile d’un pilote cargo qui passait la plupart de son temps à contourner les restrictions pendant la pandémie pour livrer du fret. Ils sont confrontés à de longues périodes de solitude loin de leur famille à cause de leur travail.





20 janvier 2023

Un peu ancien , mais interessant niveaux ramifications et developpements ... :)

Bonjour Lafoychina , intéressant ta description du vol , en principe je ne lis pas trop tes articles , non

pas qu'ils ne soient sans intérêts mais trop longs pour ma petite tête.

concernant celui ci je peux te confirmer que le 8F est une superbe machine , pour lever les 400 T ses moteurs dont la poussée

est de 120 T ont du ronfler et il a dû manger de la piste !!!

Le passage qui m'a bien fait marrer ""Ils sont confrontés à de longues périodes de solitude loin de leur famille à cause de leur travail:endesaccord: (l'équipage)

Les accompagnants parfois depuis peu en vol cargo (autre compagnie) je peux t'assurer qu'en escale STOP ce n'est pas triste🍾🍾🍾
 
Bonjour Lafoychina , intéressant ta description du vol , en principe je ne lis pas trop tes articles , non

pas qu'ils ne soient sans intérêts mais trop longs pour ma petite tête.

concernant celui ci je peux te confirmer que le 8F est une superbe machine , pour lever les 400 T ses moteurs dont la poussée
Bonsoir

Concernant le 747-8 j'ai du effectuer une douzaine de voyages a bord toujours en upper-deck , c'est effectivement un excellent appareil , toutefois plus bruyant et moins confortable que l'A380 ..
. Appareils qui malheureusement ne sont plus en productions et mes 2 preferes , mais fort heureusement en services dans differentes compagnies ... Niveau Boeing 747 , j'ai utilise en 45 ans de voyages toute la gamme , du 747-100-200-300-747-400 avec en finalite le 747-8 ... Seule exception le 747-SP de memoire ... :hum:

screenshot-1706464867484.pngscreenshot-1706464893866.pngIMG_20170426_075222.jpg
 
Les BRICS, moteurs de l’émergence d’une nouvelle architecture mondiale by MD Africa Editor Kester Kenn Klomegah / Kester Kenn Klomegah is an independent researcher and writer on African affairs in the EurAsian region and former Soviet republics. He wrote previously for African Press Agency, African Executive and Inter Press Service .
screenshot-1705214319695.png

russia-brics-putin-768x474.jpg
5 fevrier 2024

Une association de cinq économies émergentes communément appelées BRICS sous la présidence russe (2024) a commencé ses travaux avec la première réunion des Sherpas/Sous-Sherpas.

Extrait : Une association de cinq économies émergentes communément appelées BRICS sous la présidence russe (2024) a commencé ses travaux avec la première réunion des Sherpas/Sous-Sherpas, tenue du 30 janvier au 1er février, avec la participation de nouveaux pays – l'Éthiopie, l'Égypte, Iran, Émirats arabes unis et Arabie saoudite. La réunion a sans réserve noté les contributions substantielles à l'élaboration de l'agenda 2024 et du plan global d'activités prévues dans la Fédération de Russie. Durant sa présidence des BRICS, la Russie fera de son mieux pour trouver des solutions aux problèmes économiques, politiques et humanitaires, afin de renforcer les consensus et les approches communs avec les pays partenaires.

Au cours de la réunion, présidée par Sergueï A. Ryabkov, vice-ministre des Affaires étrangères et sherpa russe des BRICS, les priorités de l'association ont été définies. Les représentants des ministères et départements russes ont donné des exposés détaillés sur les principaux domaines de coopération. L'importance de la mise en œuvre d'un certain nombre d'initiatives russes a été soulignée, notamment le lancement d'un système intégré de réponse rapide aux risques de maladies infectieuses de masse, la création d'un centre de compétences industrielles basé sur l'ONUDI, l'Association médicale des BRICS et une revue spécialisée. et le renforcement de la coopération dans le domaine des transports et du tourisme.

Dans le cadre de la mise en œuvre des instructions des dirigeants des pays BRICS suite aux résultats du XVe sommet de l'association (Johannesburg, 22-24 août 2023), les discussions se sont poursuivies sur les modalités de la catégorie des États partenaires des BRICS, ainsi que ainsi que l’augmentation du rôle des monnaies nationales et des instruments de paiement dans les transactions transfrontalières des « dix » pays. Tous les participants à la réunion ont confirmé leur concentration sur la poursuite du travail constructif dans les trois « paniers » du partenariat stratégique des BRICS : dans le domaine de la politique et de la sécurité, de l'économie et des finances, de la culture et des liens humanitaires.

Il a été souligné qu’il était temps de relever des défis extraordinaires et d’orienter l’association vers la création d’un monde plus juste et interactif. Une analyse rapide montre que la situation actuelle est en proie à de nouveaux conflits et à des menaces sans précédent qui mettent en danger la poursuite du développement durable. Mais de manière consciencieuse, les BRICS sont prêts à gérer les tâches et priorités collectives, la situation fragile en Ukraine, la catastrophe humaine découlant de l’horrible guerre israélienne contre la Palestine et son impact sur le Moyen-Orient et la Méditerranée.

Dans le même temps, l’Ukraine est apparue dans les discussions. Il a été souligné que la Russie accorde une grande attention et respecte les initiatives avancées par les pays BRICS concernant le règlement de la situation en Ukraine. Cela inclut l’initiative brésilienne, les propositions de la République populaire de Chine et le rôle exceptionnel de la République d’Afrique du Sud dans la discussion et la promotion d’approches en vue d’un éventuel règlement de paix.

En outre, les BRICS ciblent également un travail et des opportunités axés sur les résultats dans les pays en développement, en particulier ceux du Sud. Ses précieuses plateformes sont disponibles pour garantir des réponses cohérentes et durables aux défis, ainsi que pour favoriser la coopération et renouveler les partenariats multidimensionnels, par exemple avec l’Afrique.

Malgré des dizaines de demandes d'adhésion, les BRICS n'ont ajouté que cinq nouveaux membres le 1er janvier 2024. Sans surprise, l'Argentine a décliné son invitation, invoquant son droit souverain de prendre une décision finale basée sur des problèmes intérieurs et des ressources internes limitées. À l'heure actuelle, l'Algérie, Bahreïn, le Bangladesh, la Biélorussie, la Bolivie, Cuba, le Honduras, l'Indonésie, le Kazakhstan, le Koweït, le Maroc, le Nigeria, le Pakistan, la Palestine, le Sénégal, la Thaïlande, le Venezuela et le Vietnam attendent tous une invitation à rejoindre les BRICS après avoir déposé une demande officielle. demande d'adhésion.


Suite de l'analyse >>> Flag_of_the_United_Kingdom_(3-5).svg.png


5 fevrier 2024
29 janvier 2024

Les 'opinions des analystes des pays africains sont pour ma part de la plus haute importance en ce qui concerne les Brics + et bien evidemment la situation generale du continent africain , particulierement au vu des evenements recents en Afrique de l'Ouest , avec les pays ayant quittes la CEDEAO qui va se dissoudre "irremediablement" , et en ce moment les tergiversations au Tchad et les evenements au Senegal qui ne sont pas le fait du hasard , pas plus que l'adhesion aux Brics + de l'Ethiopie depuis le 1 er janvier 2024 , Ethiopie qui rappelons le a ete le siege de l’Organisation de l’unite africaine (1963-2002) est depuis 2002 le siege de l’Union africaine ... Nonobstant les tensions en Mer Rouge que nous constatons ...
 
Dernière édition:

CPEC – Corridor économique Chine-Pakistan, l’élève turbulent de la BRI Par Laurent Pinguet, Rédacteur à l’OFNRS, passé par l’Université Catholique de Lille en Relations Internationales, contributeur pour Asia Focus de l’IRIS, se spécialise sur les questions dans l’Himalaya, l’Asie Centrale et la BRI


screenshot20231228.png

screenshot-1707584615196.png
7 fevrier 2024

Quelles opportunités stratégiques pour la Chine ?


« Il y a les ingénieurs chinois qui déjeunent dans des restaurants à Lahore. Il y a la prolifération de nouvelles petites entreprises chinoises à Islamabad. Et, bien sûr, il y a les énormes machines, les armées de cadres et d’ouvriers chinois que l’on peut voir sur tous les chantiers du Pakistan, si l’on s’approche suffisamment de l’une des dizaines de projets financés par Pékin qui parsèment le paysage du pays tout entier.

Que cela nous plaise ou non, le sort économique du Pakistan est désormais lié à celui de la Chine, même si la question de savoir à quel point — et pour combien de temps — peut encore faire débat.
» — Farooq Tirmizi, écrivain pakistanais.

Extrait : Lorsque nous évoquons les corridors dans le contexte des Nouvelles Routes de la Soie, nous faisons référence à des itinéraires logistiques directement connectés à la Chine, facilitant la liaison avec d’autres zones économiques. Parmi ceux-ci, le corridor sino-pakistanais, également connu sous le nom de China-Pakistan Economic Corridor (CPEC), prend son départ à Kashgar, ville emblématique du Xinjiang associée aux anciennes routes de la soie. Il traverse le nord du Pakistan jusqu’à Islamabad via « l’autoroute de l’amitié », la plus haute autoroute du monde culminant 4600 mètres d’altitude, et achève son parcours en formant une boucle passant par Karachi, puis le port en eaux profondes de Gwadar, sous contrôle chinois depuis 2015 après signature d’un contrat de location d’une durée de 40 ans. Pékin nourrit de vastes ambitions pour ce port, visant d’ici 2055 la construction de 50 kilomètres de quais, la création d’une zone franche de 900 hectares, et même l’établissement d’un aéroport international. La région prévoit d’être transformée par la construction de multitudes d’infrastructures qui fera de Gwadar un hub international.

Cette voie présente d’immenses opportunités pour la Chine. Tout d’abord, le coût initial estimé à 62 milliards de dollars apparaît relativement modeste en regard du budget global du projet OBOR, qui a cumulé jusqu’à présent 1000 milliards de dollars d’investissement au cours des dix dernières années. En allouant cette somme, Pékin se garantit non seulement un accès direct à l’océan Indien, mais aussi une proximité immédiate du détroit d’Ormuz, par lequel transite jusqu’à 40 % du trafic pétrolier[1]. Ainsi, la Chine sera en mesure d’exporter ses marchandises vers les pays du Golfe en évitant un détour de 10 000 km, de sécuriser ses approvisionnements en hydrocarbures en contournant le détroit de Malacca, et d’éviter d’éventuelles tensions dans cette région stratégique. Cette voie permet également d’éviter le rival indien tout en échappant à la présence de la 7e flotte et des bases militaires américaines surveillant la mer de Chine. La possession conjointe des ports de Gwadar et d’Hambantota au Sri Lanka consolide la sécurisation des intérêts chinois autour de la péninsule indienne. De plus, le port de Gwadar offre un accès à tous les gisements de gaz et d’hydrocarbures encore inexploités de la région. Pour toutes ces raisons, le corridor sino-pakistanais s’affirme probablement comme le plus crucial parmi les Nouvelles Routes de la Soie.



1707583243095.png1707583289842.pngpakistan-administrative-map.jpg

Suite de l'analyse >>>


Dossier
ENTRE IRAN ET PAKISTAN, UNE RÉGION À RISQUE :LE BALOUCHISTAN ( 30 aout 2021)
Connexes
 
Dernière édition:

Entretien : Sawasdipakdi : « Il est trop tôt pour parler de proximité entre la Thaïlande et la Chine »


screenshot20231228.pnglogo-en-orange.png543-5431209_asean-logo-association-of-southeast-asian-nations-png.png

screenshot-1707778498472.png
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, avec le vice-Premier ministre thaïlandais
Parnpree Bahiddha-Nukara après une consultation annuelle à Bangkok. Thaïlande, 28 janvier 2024. /Xinhua
12 fevrier 2024

Dans le cadre des 10 ans des Nouvelles Routes de la Soie, l’OFNRS mène divers entretiens avec des spécialistes. Aujourd’hui, nous abordons les relations de la Thaïlande avec la Chine, au cours de cet entretien avec la chercheuse Sawasdipakdi Pongkwan.

Nutnaree Panich : Pouvez-vous nous expliquer pourquoi la relation entre la Chine et la Thaïlande a été caractérisée de « relation fraternelle » ?


Sawasdipakdi Pongkwan : La caractérisation des relations inter-étatiques par une relation de parenté est sans aucun doute un phénomène culturel. En Asie, les pays ont souvent décrit un autre État comme étant leur frère ou leur sœur, voire leur père ou encore leur fils. Si à l’heure actuelle, aucune étude explique les origines historiques de ce phénomène culturel, cette étiquette implique des relations hiérarchiques. Ce type de relation peut entraîner une attente de loyauté accrue entre les parties, la loyauté étant un principe moral fondamental de la parenté.

Nutnaree Panich : Quel est l’état actuel des relations entre la Chine et la Thaïlande ?

Sawasdipakdi Pongkwan :
Les relations entre les deux pays suivent une trajectoire positive depuis la crise financière asiatique de 1997. Il est indéniable que le coup d’État de 2014 a rapproché Bangkok de Pékin puisque le gouvernement militaire thaïlandais a trouvé en la Chine une alternative attrayante aux pays occidentaux.

Au moins deux facteurs peuvent expliquer le comportement de la Thaïlande :

  • Premièrement, le gouvernement militaire a peut-être cherché à attirer l’attention des pays occidentaux en se rapprochant de la Chine.
  • Deuxièmement, le rapprochement peut avoir été motivé par des similitudes idéologiques.

536298_1_En_16_Figa_HTML.png2896182.jpgthailand-admin-map.jpg

EEC of Thailand 4.0 Model and China’s BRI


Suite de l'entretien >>>

29 janvier 2024
Website
logo-en-orange.png
 
Dernière édition:
13ème Conférence ministérielle de l'OMC 26-29 février 2024


screenshot-1708368736794.pngOMC-Logo.png


1708369434089.png

Les Émirats arabes unis ont lancé un nouveau site Web dédié à la 13e Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (MC13) à Abou Dhabi, dans le cadre de son rôle de pays hôte et de président.

Objectifs : La Conférence ministérielle est l'organe délibérant le plus important de l'Organisation mondiale du commerce, l'entité intergouvernementale qui réglemente et facilite le commerce international. Avec 164 membres, l’OMC est la plus grande organisation économique internationale au monde, représentant plus de 98 % du commerce mondial et du PIB.

Les conférences ministérielles rassemblent les membres de l'OMC, qu'il s'agisse de représentants de nations ou d'unions douanières, pour améliorer, affiner et mettre à jour les règles régissant le commerce mondial, les systèmes commerciaux internationaux et les accords de libre-échange.

Présidée par Son Excellence Dr Thani bin Ahmed Al Zeyoudi, Ministre d'État chargé du Commerce extérieur des Émirats arabes unis, la 13e Conférence ministérielle à Abu Dhabi cherchera à s'appuyer sur les succès de la CM12 à Genève en juin 2022 et à assurer la circulation des marchandises. et les services restent gratuits et équitables pour chaque membre.



united_arab_emirates_map.jpg


 
Dernière édition:
L’Arabie Saoudite et la Chine signent un accord pour développer le transport aérien

Silk-Road-Logo-01 (1) (1).png

w=1200.jpg
Les parties ont exprimé leur intérêt pour l'exploration de solutions innovantes dans le domaine de l'aviation,
notamment les carburants durables, la mobilité aérienne avancée et les systèmes de gestion du trafic. (Photo : SPA)

23 fevrier 2024

Les partenaires explorent les opportunités de croissance économique et de progrès technologiques

Communique : L’Autorité générale de l’aviation civile d’Arabie saoudite (GACA) et l’Administration de l’aviation civile de Chine (CAAC) ont récemment signé un protocole d’accord (MoU) qui consolide leur collaboration dans le domaine du transport aérien.

Abdulaziz bin Abdullah Al-Dauilej, président de la GACA, et Song Zhiyong, administrateur de la CAAC, ont récemment signé l'accord lors de la visite d'une délégation saoudienne en Chine.

Innovation dans l'aviation

Le protocole d'accord vise à augmenter le nombre d'escales du transport aérien et à promouvoir le trafic aérien. En outre, il décrit les cadres de développement et de réglementation pour la coopération en matière de transport et de fret aérien entre l'Arabie saoudite et la Chine.

Dans le cadre de la coopération en cours entre les deux pays, la délégation saoudienne de haut niveau a convoqué une table ronde conjointe à Pékin. La réunion a exploré les opportunités de partenariat dans le domaine de la connectivité et dans divers autres domaines. Les discussions ont porté sur l'amélioration des échanges commerciaux et la stimulation de la croissance économique. En outre, l’Arabie saoudite et la Chine ont discuté de la nécessité de resserrer leurs liens dans le secteur de l’aviation.

L’Arabie saoudite et la Chine ont toutes deux exprimé leur intérêt pour l’exploration de solutions innovantes dans le domaine de l’aviation, notamment les carburants durables, la mobilité aérienne avancée et les systèmes de gestion du trafic. Ils ont mis l’accent sur l’intégration de l’intelligence artificielle et des technologies numériques pour améliorer l’expérience aéronautique et l’efficacité opérationnelle. De plus, ils ont démontré leur engagement à adopter les avancées technologiques de l’industrie.

Les investissements stratégiques de l’Arabie Saoudite

En plus de sa collaboration avec la Chine, l’Arabie saoudite a réalisé d’importants investissements dans les infrastructures aériennes et aéroportuaires, notamment en créant Riyadh Air en tant que nouveau transporteur national. En outre, elle a élaboré le plan directeur de l'aéroport international Roi Salman de Riyad. Ces investissements stratégiques s’alignent sur l’objectif de la Stratégie nationale de l’aviation d’améliorer la connectivité aérienne et de doubler la capacité de fret aérien d’ici 2030.

Perspectives d'avenir

La réunion avec la Chine s'est terminée par l'annonce par l'Arabie saoudite de la prochaine exposition aéroportuaire saoudienne qui devrait avoir lieu à Riyad plus tard cette année. Cet événement de deux jours évaluera la croissance du secteur de l'aviation et fournira une plate-forme aux leaders mondiaux du secteur pour échanger des idées et explorer des collaborations potentielles. Al-Duailej a exhorté les entreprises chinoises à saisir les opportunités d'investissement en Arabie saoudite, soulignant les efforts du pays pour façonner l'avenir de l'aviation mondiale.



Saudi-Arabia-Map.jpg


 
Dernière édition:

Pour Lula et la Chine, quel bilan un an après le début de son mandat ?


1679615912086.png
screenshot20231208.png

screenshot-1708735814407.png

23 fevrier 2024

Les élections présidentielles brésiliennes d’octobre 2022 avaient laissé entendre que le choix du prochain président aurait un impact direct sur la position diplomatique et les engagements commerciaux et économiques du Brésil.

Extrait analyse : On voyait dans Bolsonaro un alignement sur les Etats-Unis et un rejet de la Chine et dans Lula une position anti-impérialiste, donc plus éloignée des Etats-Unis, suggérant un rapprochement avec Pékin. Cependant, cette vision binaire se révèle inexacte, notamment parce que la marge de manœuvre et le pouvoir de décision du président brésilien sur son alignement géopolitique est limité.

D’un côté, la Chine est le premier partenaire commercial et le deuxième plus grand investisseur au Brésil. Il existe donc une dépendance du Brésil envers le marché chinois, sur des exportations de produits comme le boeuf, le soja, le fer et le pétrole.

D’un autre côté, les États-Unis est le pays qui investit le plus au Brésil. Brasilia n’a donc aucun intérêt à s’éloigner de Washington pour des raisons purement économiques. Ainsi, même si Bolsonaro présentait une hostilité verbale envers Pékin dans son discours, en l’accusant d’avoir volontairement introduit le Covid et « d’acheter le Brésil, plutôt que d’acheter au Brésil », il avait tenu une position commerciale réaliste, marquée par une augmentation des exportations vers la Chine de plus de 40% entre 2019 et 2022.

Un principe de non-alignement

Dès le début de son mandat, Lula a été très clair quant à son positionnement géopolitique et sa politique commerciale. Il a annoncé que le Brésil aurait des « relations avec tous » et qu’il respecterait un principe de non-alignement. Ainsi, le président socialiste a rejeté une offre américaine de remplacement de son équipement militaire vieillissant, dans le cas où le Brésil déciderait de le donner à l’Ukraine. Il a également proposé de former un club de paix des BRICS pour aider à la médiation et à la négociation d’une sortie de conflit entre l’Ukraine et la Russie. Lula a aussi fait part de sa volonté de bâtir une indépendance stratégique et de se libérer de l’alignement historique du Brésil sur les États-Unis en déclarant que « personne n’allait empêcher l’intensification des relations entre le Brésil et la Chine », ce qui visait implicitement Washington.

Les avancées des projets commerciaux et des activités chinoises au Brésil

De nombreuses avancées ont été faites par Pékin depuis le début du mandat de Lula. Dès le mois de mars 2023, les deux pays ont arrêté d’utiliser le dollar pour les transactions commerciales et financières. Cet accord leur permet d’échanger directement le yuan contre le real, plutôt que de passer par le dollar, réduisant ainsi les frais de transactions. Dans le but d’implémenter le yuan comme monnaie d’échange, la filiale brésilienne de l’ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) a commencé à agir en tant que banque de compensation, tandis que la banque brésilienne BOCOM BBM a annoncé son adhésion au système de paiement transfrontalier en yuan.

La visite diplomatique de Lula en Chine en avril 2023 a conclu une quinzaine d’accords bilatéraux notamment en matière de commerce, de technologie et de recherche. Pour permettre de faciliter les échanges commerciaux de produits agricoles, les deux pays ont mis en place une numérisation des procédures douanières.



brazil-map.jpg

Suite de l'analyse >>>


 
Dernière édition:
De nouvelles disciplines sur les bonnes pratiques réglementaires pour le commerce des services entrent en vigueur
screenshot-1709083349018.png

screenshot-1709083449787.png

27 fevrier 2024

L'entrée en vigueur de nouvelles disciplines sur la réglementation intérieure des services, annoncée lors de la 13e Conférence ministérielle (MC13) à Abu Dhabi le 27 février, devrait réduire les coûts du commerce de plus de 125 milliards USD dans le monde.

Communique : L'annonce a été faite lors d'un événement auquel ont participé la Directrice générale Ngozi Okonjo-Iweala, le Président de la CM13 Thani bin Ahmed Al Zayoudi et les membres participants à l'Initiative conjointe sur la réglementation intérieure des services, représentés par le Ministre du commerce extérieur du Costa Rica, Manuel Tovar, et le Conseil européen. Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission.

Les membres de l'OMC participant à l'initiative ont commencé à intégrer les nouvelles disciplines sur les bonnes pratiques réglementaires dans leurs engagements existants en matière de services une fois que les disciplines ont été conclues avec succès en décembre 2021. Le processus de certification de ces disciplines est désormais achevé pour 52 membres de l'OMC, et d'autres devraient l'être. finalisé dans les semaines à venir.

Les disciplines visent à atténuer les effets restrictifs involontaires sur le commerce des mesures liées aux prescriptions et procédures en matière de licences, aux prescriptions et procédures en matière de qualifications et aux normes techniques. Ils visent à rendre l’environnement réglementaire plus propice aux affaires et peuvent aider en particulier les micro, petites et moyennes entreprises ainsi que les femmes entrepreneurs.

Les disciplines seront appliquées selon le principe de la « nation la plus favorisée », ce qui signifie qu'elles bénéficieront à tous les membres de l'OMC. Une nouvelle étude de l'OMC révèle que leur mise en œuvre contribuera à réduire les coûts du commerce des services de 10 pour cent pour les économies à revenu intermédiaire inférieur et de 14 pour cent pour les économies à revenu intermédiaire supérieur, avec une économie globale de 127 milliards de dollars. Si tous les membres de l’OMC mettent en œuvre les disciplines, on prévoit une forte augmentation du bien-être et des échanges commerciaux, en particulier pour les économies en développement. D’ici 2032, le revenu réel mondial devrait augmenter d’au moins 0,3 pour cent, pour atteindre 301 milliards de dollars, et les exportations mondiales de services devraient augmenter de 0,8 pour cent, pour atteindre 206 milliards de dollars.

Saluant l'entrée en vigueur de ces disciplines, la DG Okonjo-Iweala a déclaré : « Les services sont le plus grand générateur d'emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes, et ils ont été ces dernières années le principal moteur de la croissance commerciale. Il est donc grand temps que les bonnes pratiques réglementaires reconnues en matière de commerce des services relèvent de l'OMC. La mise en œuvre des disciplines recèle un énorme potentiel pour les économies en développement.»

Le ministre du Commerce extérieur des Émirats arabes unis, Thani bin Ahmed Al Zayoudi, a déclaré : « La mise en œuvre de ce résultat réduira considérablement les formalités administratives et facilitera le commerce des services. .... Cela permettra aux exportateurs de services de commercer en toute confiance. … Même si les biens, les produits manufacturés et les matières premières joueront toujours un rôle dans l’économie, une grande partie de notre prospérité future dépendra des exportations de services. … La nature ouverte et transparente de cette réalisation représente l'OMC à son meilleur.”

Le ministre du Commerce extérieur du Costa Rica, Manuel Tovar, dont le pays coordonne l'initiative, a déclaré : « Il s'agit du premier résultat sur le commerce des services depuis plus de 25 ans — une mise à jour indispensable des règles de l'OMC. C’est très important car les membres de l’OMC, qui représentent plus de 92 pour cent du commerce mondial des services, se sont engagés à mettre en œuvre ces pratiques. Les Membres participant à ce résultat viennent de différents niveaux de développement, de différentes régions avec des capacités et des approches réglementaires différentes – mais ils y voient tous un moyen de mettre à jour les règles de l'OMC, en utilisant les règles et procédures convenues dans le cadre de l'Accord général. sur le commerce des services. Cela démontre qu'il est possible de progresser dans le pilier de négociation de l'OMC, de trouver un compromis entre les membres déterminés à soutenir et à renforcer le système commercial multilatéral.»

"Ce résultat représente nos efforts collectifs et démontre qu'un terrain d'entente peut être trouvé au sein de l'OMC, même en cas de divergences de vues", a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. « Ces disciplines répondent à une demande de longue date de notre monde des affaires concernant des procédures d'autorisation transparentes et efficaces et répondent aux besoins du commerce de services moderne. Ils amélioreront considérablement la manière dont nos entreprises sont traitées sur le terrain, dans 72 pays à travers le monde », a-t-il ajouté.

Les disciplines sont incorporées dans les listes d'engagements en matière de services des membres participants et seront appliquées selon le principe de la « nation la plus favorisée », ce qui signifie qu'elles bénéficieront à tous les membres de l'OMC.

Une nouvelle fiche d'information sur la réglementation intérieure des services peut être consultée ici.

Les négociations ont été lancées lors de la 11e Conférence ministérielle à Buenos Aires en 2017. De plus amples informations sur l'Initiative conjointe sur la réglementation intérieure des services peuvent être trouvées ici.

La Déclaration de 2021 définissant les engagements en matière de réglementation intérieure des services peut être consultée ici.

Une vidéo expliquant les résultats en matière de réglementation intérieure des services peut être trouvée
ici.

Au total, 72 économies – comprenant les membres de l'OMC et deux membres accédants (Timor-Leste et Comores) – se sont engagées à mettre en œuvre les nouvelles disciplines. L'Équateur a rejoint l'initiative le 27 février.


27 fevrier 2024
26 fevrier 2024
 
Dernière édition: