La nouvelle route de la soie - China Belt & Road Initiative - BRICS - OCS - RCEP - ASEAN - EAEU - WTO -AIIB - NDB - INSTC - G20 - APEC - ...

Xavier Tytelman, c'est comme un avion sans ailes...
 
* 4 intervenants + 1 photographe , pour produire un article de 10 lignes ... On comprend mieux pourquoi Chat GTP inquiete dans le milieu journalistique ... :)
Ni Reuters, et encore moins les journalistes, ne sont responsables des dépêches que la Tribune choisit de publier ou pas.
Ces journalistes ont écrit des articles bien plus longs sur le sujet :

 
Xavier Tylleman est un gonfleur d'helices dans les milieux appropries , ce n' est pas un pilote ni un stratege , mais neanmoins ses connaissances sont evidentes voir une pointure , tant qu' il n'aborde pas les domaines geopolitiques et operationnels ..
Tytelman s'imagine Tom Cruise dans Top Gun. Mais il n'a jamais été pilote de chasse ; il était tout juste navigateur sur Breguet Atlantic.
Même sa page Wikipédia a été supprimée après une courte présence.
 
Le sommet du G20 prépare l'affrontement entre l'Occident et le Sud en pleine ascension byConnor Echols is a reporter for Responsible Statecraft. He was previously an associate editor at the Nonzero Foundation, where he co-wrote a weekly foreign policy newsletter. Echols received his bachelor’s degree from Northwestern University, where he studied journalism and Middle East and North African Studies.

1694034129562.png

6 septembre 2023

Selon Kishore Mahbubani, ancien diplomate singapourien, les querelles géopolitiques risquent de transformer la réunion en une simple "séance de photos".

Edito : Les dirigeants des plus grandes économies mondiales se réuniront ce week-end à New Delhi, en Inde, à l'occasion du sommet du G20. Cette réunion intervient à un moment complexe pour le groupe, qui est l'un des rares endroits où les dirigeants russes, chinois, américains et européens se côtoient chaque année.

L'Inde espère sans doute renforcer son profil de leader du Sud en se concentrant sur des questions telles que le changement climatique et les prix alimentaires mondiaux, mais le sommet de cette année risque d'être paralysé par la guerre de la Russie en Ukraine, qui a empêché le groupe de se mettre d'accord sur un communiqué commun lors de sa réunion de 2022.

Le fait que le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping ne prévoient pas de participer au sommet complique encore les choses. La rebuffade de M. Xi a attiré l'attention compte tenu des tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine, qui ont connu un rare répit l'année dernière lorsque le dirigeant chinois a tenu une réunion de trois heures avec le président américain Joe Biden.

Peu d'analystes sont mieux placés pour analyser cette dynamique que Kishore Mahbubani, ancien ambassadeur de Singapour auprès des Nations unies et membre éminent de l'Asia Research Institute. Après une carrière diplomatique de 30 ans, M. Mahbubani s'est imposé comme un commentateur de premier plan des affaires internationales, avec une attention particulière pour l'Asie et les pays du Sud.

RS s'est entretenu par courriel avec Mahbubani pour connaître son point de vue sur le sommet et le paysage géopolitique changeant qui l'encadrera. La conversation qui suit a été légèrement modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

RS : Qu'est-ce que l'Inde espère retirer du sommet du G20 ? Comment s'inscrit-il dans la vision du Premier ministre Narendra Modi quant au rôle de l'Inde dans le monde ?

Mahbubani :
Le sommet du G20 est un événement important pour le Premier ministre Modi et son gouvernement. Il a des objectifs à la fois nationaux et internationaux à atteindre lors de cette réunion. Sur le plan intérieur, un G20 réussi rehaussera la stature de son gouvernement et la sienne à l'approche des élections nationales de 2024. Sur le plan international, le Premier ministre Modi souhaite positionner l'Inde en tant que leader mondial émergent. Il s'efforcera donc de faire entendre la voix des pays du Sud lors du sommet du G20 en Inde. Il fera tout son possible pour que l'Union africaine soit représentée en tant que membre.

RS : Le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine ont tous deux choisi de ne pas participer à l'événement de cette année. Comment leur absence affectera-t-elle les réunions ?

Mahbubani :
L'absence de Poutine n'est pas surprenante. Il a également manqué le sommet du G20 à Bali l'année dernière. Il est préoccupé par la guerre en Ukraine. Il risque également d'être évité par les autres dirigeants. Il est donc sage que Poutine ne participe pas au sommet. Toutefois, si Xi Jinping décide de ne pas participer, cela diminuera malheureusement l'importance du sommet du G20. La relation bilatérale la plus importante au monde est celle qui existe entre les États-Unis et la Chine. Juste avant le sommet du G20 à Bali en novembre 2022, le président [indonésien] Jokowi m'a invité à prendre un petit-déjeuner pour discuter de l'ordre du jour. Je lui ai dit que le monde le remercierait s'il organisait une bonne rencontre entre le président Joe Biden et le président Xi Jinping. Il m'a répondu : "Ne vous inquiétez pas. Je leur ai donné la plus belle chambre de Bali pour la réunion." Cela a fonctionné. Biden et Xi ont eu une bonne réunion. Le monde a poussé un soupir de soulagement. Il n'y aura pas de soupir de soulagement similaire après le sommet du G20 à New Delhi.

Permettez-moi d'ajouter qu'il est possible que le président Xi ait décidé de ne pas assister à cette réunion à New Delhi, car il aura une autre occasion de rencontrer le président Biden aux États-Unis lors du sommet de l'APEC en novembre.

RS : M. Biden sera présent à New Delhi. Avez-vous une idée de ce que les Etats-Unis espèrent retirer de ce sommet ?

Mahbubani :
Les États-Unis font une cour féroce à l'Inde. Paradoxalement, la meilleure comparaison que l'on puisse faire de cette cour est la cour féroce que les États-Unis ont faite à la Chine pour faire contrepoids à l'Union soviétique dans les années 1970. Aujourd'hui, pour faire contrepoids à la Chine, les États-Unis courtisent l'Inde. C'est la raison pour laquelle le président Biden participe au sommet du G20 en Inde et ne participe pas au sommet de l'Asie de l'Est en Indonésie. D'un point de vue réaliste, les États-Unis n'espèrent pas obtenir grand-chose du sommet du G20 en Inde. Le sommet du G20 le plus réussi a été celui de 2009 à Londres, lorsque le G20 s'est réuni pour sauver les États-Unis et d'autres économies occidentales pendant la crise financière mondiale. Aujourd'hui, l'économie américaine se porte relativement bien. Les États-Unis n'attendent donc pas grand-chose du sommet du G20 à New Delhi. Peu de choses substantielles émergeront de ce sommet. Il pourrait bien s'avérer être, comme de nombreuses réunions du G7, une séance de photos pour les dirigeants qui y participent.

RS : Vous attendez-vous à ce que la guerre en Ukraine domine les conversations comme elle l'a fait dans d'autres forums internationaux ? Craignez-vous qu'elle détourne l'attention d'autres problèmes mondiaux, tels que le changement climatique et la crise alimentaire actuelle ?

Mahbubani : Il y aura une tension permanente entre les dirigeants du Sud et les dirigeants du G7 participant à la réunion du G20. Les pays du Sud voudraient se concentrer sur leurs préoccupations, comme les problèmes de développement en cours, y compris la crise alimentaire. Ils souhaiteraient également que les dirigeants du G7 respectent leurs engagements d'aider les pays du Sud à lutter contre le changement climatique. En revanche, les dirigeants du G7 voudraient se concentrer sur la guerre en Ukraine et tenter d'obtenir une déclaration ferme condamnant la Russie lors de la réunion. Il n'y aura pas de rencontre entre les dirigeants des pays du Sud et ceux du G7. Au mieux, on peut s'attendre à un compromis qui tente de gommer les grandes différences entre les deux parties.

À bien des égards, il est heureux que l'Inde accueille le sommet du G20 cette année. L'Inde est le seul grand pays qui bénéficie d'un haut niveau de confiance de la part des pays du Sud et du G7. Seule l'Inde peut parvenir à une solution de compromis entre les deux parties. Si l'Inde échoue, cela montrera que le fossé entre les deux parties est trop grand pour être comblé. Le monde restera divisé.

RS : Cet événement intervient moins d'un mois après le sommet très remarqué des BRICS en Afrique du Sud, au cours duquel le groupe a officiellement invité l'Arabie saoudite, l'Iran, les Émirats arabes unis, l'Éthiopie, l'Argentine et l'Égypte à se joindre à lui. Les BRICS et le G7 comptent désormais chacun sept membres du G20. Pensez-vous que ces groupes agiront comme des blocs concurrents lors du sommet ? Comment la montée en puissance des BRICS modifie-t-elle la dynamique du G20 ?

Mahbubani :
Au cours des 20 dernières années, les médias mondiaux, en particulier les médias occidentaux, ont accordé beaucoup plus d'attention aux événements du G7 qu'à ceux des BRICS. C'est une grave erreur de jugement. Le G7 est une organisation en voie de disparition. Les BRICS sont une organisation en plein essor. En 1990, en termes de PPA, le produit national brut (PNB) combiné du G7 était plus du double de celui des pays des BRICS. Aujourd'hui, il est inférieur. De manière tout aussi significative, 40 pays ont demandé à rejoindre les BRICS. Il n'y a pas de ruée similaire sur les demandes d'adhésion au G7. Dans mon livre, The Asian 21st Century (qui est un livre en libre accès), je décris comment le monde se prépare psychologiquement au siècle asiatique. Les 88 % de la population mondiale qui vivent en dehors de l'Occident comprennent cette réalité. Les 12 % qui vivent en Occident ne la comprennent pas.

Si l'Occident souhaite suivre une ligne de conduite plus sage, il devrait profiter du prochain sommet du G20 à New Delhi pour jeter de nouveaux ponts avec le Sud. Il devrait également apprendre à partager le pouvoir en permettant, par exemple, à des représentants du Sud de diriger des organisations telles que le FMI et la Banque mondiale. Malheureusement, il est peu probable que l'Occident s'engage dans cette voie. Il gâchera donc la précieuse occasion offerte par le sommet du G20 à New Delhi de jeter de nouveaux ponts avec le Sud.


Source

1694034246218.png
 

Le train à grande vitesse du Viêt Nam-Japon et le train à grande vitesse de l'Inde-Japon semblent avoir démarré plus tôt que le train à grande vitesse de l'Indonésie, qu'en est-il aujourd'hui de ces lignes de chemins de fer ?
 
Le train à grande vitesse du Viêt Nam-Japon et le train à grande vitesse de l'Inde-Japon semblent avoir démarré plus tôt que le train à grande vitesse de l'Indonésie, qu'en est-il aujourd'hui de ces lignes de chemins de fer ?
Les japonais a l'epoque ont fait une excellente operation financiere dans le domaine des livraisons de rames , transferts de technologies et de licences concernant les trains a grande vitesse ( Shinkansen ) avec la Chine , mais bon kif -kif pour les europeens et cie dans le domaine ferroviaire , Alstom - Siemens - Bombardier , etc ... :dead:
 
Dernière édition:
Les japonais a l'epoque ont fait une excellente operation financiere dans le domaine des livraisons de rames , transferts de technologies et de licences concernant les trains a grande vitesse ( Shinkansen ) avec la Chine , mais bon kif -kif pour les europeens et cie dans le domaine ferroviaire , Alstom - Siemens - Bombardier , etc ... :dead:
Pourquoi tous ces sommets ces dernières années ? C'est tellement vertigineux que je ne sais même pas ce qu'ils font. Espérons simplement qu'ils apportent richesse, paix, protection de l'environnement et sécurité et développement sans causer d'ennuis.
 

Climat : les propositions des pays du G20 sont « tristement inadaptées » (ONU)


ph20221121131401.png
7 septembre 2023

« Les communiqués qui ont été publiés sont tristement inadaptés, ils n'abordent pas les questions cruciales qui doivent être résolues par ces 20 pays », a alerté le chef du climat à l'ONU Simon Stiell. « Il y a encore des tentatives d'esquive et d'obstruction autour de ces sujets-clés ».

Communique : Les pays du G20 ne sont pas à la hauteur de la crise climatique à en croire les Nations unies. Les déclarations des membres du G20 sur la lutte contre le réchauffement climatique sont « tristement inadaptées » à l'urgence de la situation, a épinglé mercredi dans un entretien à l'AFP le chef de l'ONU Climat Simon Stiell, avant leur réunion prévue ce week-end.

Le G20, qui pèse environ 85% de l'économie mondiale et des émissions de gaz à effet de serre, se réunit samedi et dimanche à New Delhi. Le sommet se tient en l'absence des présidents chinois Xi Jinping et russe Vladimir Poutine, dans un contexte de vives tensions avec l'Occident autour de la guerre en Ukraine, de l'élimination progressive des énergies fossiles et des questions commerciales.

Le sommet du G20, qui regroupe 19 pays et l'Union européenne, se trouve au milieu d'un cycle de quatre mois de négociations majeures sur le réchauffement climatique, qui aboutiront à une conférence de l'ONU (COP28) à Dubaï fin novembre. Pour Simon Stiell, les récentes déclarations des pays du G20 en ce sens sont en décalage avec le problème du climat. « Les communiqués qui ont été publiés sont tristement inadaptés, ils n'abordent pas les questions cruciales qui doivent être résolues par ces 20 pays », a-t-il fustigé. « Il y a encore des tentatives d'esquive et d'obstruction autour de ces sujets-clés ».

Appel à la coopération entre Etats-Unis et Chine

Une réunion des ministres de l'Énergie du G20 en juillet n'a d'ailleurs pas permis d'ébaucher un calendrier sur l'élimination progressive des énergies fossiles, ni de soutenir le consensus scientifique selon lequel les émissions de gaz à effet de serre atteindront leur pic d'ici 2025. Le sommet du G20 va se dérouler alors que les pays vont connaître les premiers pointages officiels de leurs avancées sur les objectifs convenus à Paris en 2015. Dans le cadre de l'accord de Paris, près de 200 pays se sont engagés à limiter le réchauffement climatique « bien en-dessous » de 2°C depuis l'époque préindustrielle, et de préférence 1,5°C.

Ces bilans feront sûrement écho aux conclusions alarmistes d'une série de rapports de l'ONU sur le climat, soulignant l'insuffisance de la réponse mondiale. « Il y a du travail à faire à tous les niveaux », affirme Simon Stiell, estimant que « la charge de la réponse incombe à 20 pays ». Il a ainsi exhorté les dirigeants du G20 à « envoyer un signal très fort sur leur engagement à lutter contre le changement climatique ».

De même, lundi, le chef de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a appelé les États-Unis et la Chine à mettre de côté « leurs tensions » pour traiter les questions climatiques, dans un entretien à l'AFP. Le lendemain, l'émissaire américain pour le climat, John Kerry, a dit espérer que Washington et Pékin puissent « se rapprocher », tout en admettant que cette coopération ne se ferait pas « à n'importe quel prix ».

Simon Stiell vante les technologies permettant de réduire de 43% les émissions de gaz à effet de serre au cours de la décennie en cours - recommandée par les experts de l'ONU. Selon lui, elles sont à portée de main si les pays les plus riches intensifient leurs efforts. Cela passerait par un respect de leur engagement pris en 2009 à fournir 100 milliards de dollars par an en financement climatique d'ici 2020, ainsi qu'à aider les pays les plus vulnérables à faire face aux impacts immédiats du changement climatique. « La finance est tout », considère-t-il.



1694071544292.png
 
La Chine est prête à travailler avec l'Australie pour relancer et reprendre les échanges dans divers domaines : Premier ministre chinois

1693960941181.png
7 septembre 2023

Le Premier ministre chinois Li Qiang a déclaré jeudi que la Chine était prête à travailler avec l'Australie pour relancer et reprendre les échanges bilatéraux dans divers domaines.

Communique : Il a fait ces remarques lors de sa rencontre avec le Premier ministre australien Anthony Albanese en marge des réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l'Est tenues à Jakarta, à savoir le 26e sommet Chine-ASEAN, le 26e sommet ASEAN Plus Trois et le 18e sommet de l'Asie de l'Est. Il s'agissait également de leur première rencontre.

Les relations entre la Chine et l'Australie, a-t-il noté, ont maintenu une dynamique positive d'amélioration grâce aux efforts concertés des deux parties au cours de l'année écoulée.

M. Li a également déclaré que des relations saines et stables entre la Chine et l'Australie servaient les intérêts fondamentaux et les aspirations communes des deux peuples.

 
Dernière édition:
Le sommet de l'ASEAN se termine sur des résultats fructueux malgré les défis mondiaux

10723c75-9a47-4048-8063-6f840ecc2751_0.jpg
Indonesian President Joko Widodo speaks during a news conference after the closing of the 43rd ASEAN Summit in Jakarta,
Indonesia, September 7, 2023.
7 septembre 2023

Le 43e sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) s'est conclu jeudi avec une série de résultats malgré les incertitudes croissantes à l'échelle mondiale.

Communique : "La présidence indonésienne a accompli beaucoup de choses en termes d'efforts pour maintenir la stabilité et la prospérité dans la région", a déclaré le président indonésien Joko Widodo lors d'une conférence de presse après le sommet.

Ce monde a besoin d’un refuge, et l’ASEAN est sur la bonne voie pour être en mesure de remplir ces rôles, a déclaré Widodo.

Le sommet de cette année, sous la présidence de l'Indonésie, a pour thème "Les questions de l'ASEAN : épicentre de la croissance".

De nombreux documents ont été adoptés lors du sommet, notamment la déclaration des dirigeants du Sommet de l'Asie de l'Est (EAS) sur l'épicentre de la croissance et un accord sur le développement de l'écosystème des véhicules électriques (VE), a déclaré le président.

Les pays participants à l'EAS ont réaffirmé leur engagement à maintenir et à promouvoir la région en tant qu'épicentre de croissance en renforçant la résilience face aux défis émergents et aux chocs futurs grâce à la coopération, selon le communiqué.

Au cours du sommet, les membres de l'ASEAN ont réaffirmé leur engagement à renforcer davantage l'ASEAN en tant qu'organisation robuste, agile et dotée de capacités et d'une efficacité institutionnelle renforcées.

"Nous devons, main dans la main, surmonter les défis pour devenir des opportunités, gérer les rivalités pour devenir des collaborations, naviguer dans l'exclusivité pour devenir l'inclusivité et gérer les différences pour devenir l'unité", a déclaré Widodo lors de son discours à la cérémonie de clôture du sommet.

"Les grandes tâches de l'ASEAN ne s'arrêteront pas à une seule présidence. Nous continuerons à faire face à la complexité des défis mondiaux", a déclaré le président.

L'Indonésie a cédé la présidence de l'ASEAN pour 2024 au Laos lors de la cérémonie de clôture.

Fondée en 1967, l’ASEAN regroupe le Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

 
1694138666141.png
7 septembre 2023

Edito : Le sommet du G20 s'ouvre à New Delhi, en Inde, ces 9 et 10 septembre. L'occasion de revenir sur la création et le fonctionnement de ce club des 19 plus grandes puissances économiques du monde - et l'Union européenne - * créé initialement pour lutter contre la crise économique de 2008. Désormais confronté à des critiques concernant ses actions concrètes, sa représentativité et sa légitimité, notamment à l'heure où les BRICS s'élargissent, le G20 reste un forum de discussion utile dans un contexte internationale dégradé où tout dialogue n'est jamais mal venu. Cette édition indienne sera sans nul doute marquée, comme la précédente, par l'absence de Vladimir Poutine, mais également de son homologue chinois Xi Jinping. Mon analyse.


* Le Groupe des vingt (G20) est un forum intergouvernemental composé de dix-neuf des pays aux économies les plus développées et de l'Union européenne, dont les chefs d'État, chefs de gouvernement, ministres des finances et chefs des banques centrales se réunissent annuellement. Il est créé en 1999, après une succession de crises financières dans les années 1990. Il vise à favoriser la concertation internationale, en intégrant le principe d'un dialogue élargi tenant compte du poids économique croissant pris par un certain nombre de pays. En 2021, le G20 représente 75 % du commerce mondial, près des deux tiers de la population mondiale et plus de 80 % du produit mondial brut (somme des PIB de tous les pays du monde)3. * Le 15 novembre 2008, pour la première fois de son histoire, les chefs d'État et de gouvernement se réunissent à Washington.

 
Dernière édition:
Au Heilongjiang aujourd'hui.

Il va recevoir 2 présidents ces prochains jours.



Mais ils restent respectivement jusqu'au 14 et 16 Septembre donc il aurait pû les rencontrer ensuite.

Mais bon qui dit Venezuela, dit pétrole. Ca expliquerait....
 
Dernière édition:
Bonjour Dgibe

Le petrole , et surtout la position geostrategique du Venezuela , et l'interet de la Chine pour implanter une base de lancement pour ses missions lunaires ...

La participation de Caracas à la station internationale de recherche lunaire est plus que symbolique.
Sachant que Maduro doit chercher du soutien pour les élections de l'an prochain, qu'il est en difficulté dans les premiers sondages et qu'il s'est mis à dos pas mal de pays. Une belle opportunité pour la Chine effectivement.
 
Sachant que Maduro doit chercher du soutien pour les élections de l'an prochain, qu'il est en difficulté dans les premiers sondages et qu'il s'est mis à dos pas mal de pays. Une belle opportunité pour la Chine effectivement.
Suivant avec attention les evolutions geopolitiques et geostrategiques je constate que la Chine est copine avec les pays qui ont des positions strategiques dans tous les detroits , passes , golfes , et canaux strategiques de la planete , et ce sans exception ...

Pour ettayer ton argumention , la Chine dispose de 3.16 trillion de US dollars en reserve , donner un petit coup de pouce a l'industrie Maduro n' est pas impossible ... ;)

7 septembre 2023
 
Dernière édition:

Le président vénézuélien Maduro cherche de l’argent chinois pour relancer le secteur pétrolier du pays


Le vice-président et le ministre du Pétrole du Venezuela sont arrivés mardi à Shanghai, faisant partie de la plus haute délégation du pays à se rendre en Chine depuis cinq ans.
Pékin et Caracas renforcent leurs liens dans un contexte d'intensification de la rivalité entre les États-Unis et la Chine dans la région.



Il semblerait que les médias découvrent aussi la visite, un coup bien calculé.
 
Dernière édition:
Les dirigeants réunis au sommet du G20 en Inde auront du mal à parvenir à un consensus alors que la politique et la guerre l'emportent sur le changement climatique et l'économie. By Michael Froman / Michael Froman is the president of the Council on Foreign Relations. He was the G20 Sherpa from 2009 to 2012 and the U.S. Trade Representative from 2013 to 2017.

1694225790087.png

HP-2023-09-06T094432Z_564410646_MT1ASNEWS20230907014L_RTRMADP_3_ANI-3.jpg
8 septembre 2023

Les dirigeants du monde se réunissent à New Delhi pour un sommet qui clôturera la présidence indienne du Groupe des 20. À une époque où la géopolitique revient en force et où la coopération internationale est au point mort, il faut se demander quelle est la valeur du G20 ?

Analyse :
Apparu au lendemain de la crise financière asiatique de 1997, le G20 a été initialement conçu pour éteindre les incendies économiques. Le forum a pris une nouvelle importance en 2008 et a été élevé au rang de sommets de dirigeants avec l'émergence de la crise financière mondiale. A l’époque, ça marchait.

Grâce à un degré remarquable de collaboration entre le président Barack Obama et les dirigeants de la Chine, de l’Inde, de divers pays européens et même de la Russie, le G20 a évité qu’une récession mondiale ne se transforme en grande dépression. Pour ce faire, il a coordonné les politiques macroéconomiques, mobilisé des centaines de milliards de dollars pour la gestion des crises et établi d’importants mécanismes de coopération réglementaire, tels que le Conseil de stabilité financière.

Fort de ce succès, le G20 a été déclaré « premier forum pour notre coopération économique internationale » lors du sommet de Pittsburgh en septembre 2009. Cependant, ces dernières années, le G20 ne s’est pas révélé plus efficace dans la gestion des crises qu’en servant de comité directeur de l’économie mondiale. Il est important de noter qu’elle a raté des occasions de relever des défis mondiaux critiques, tels que la pandémie et le changement climatique.

Aujourd’hui, il est difficile d’imaginer le même niveau de coopération entre les pays qui se sont regroupés pendant la Grande crise financière sur presque tous les sujets. L'Inde a profité de sa présidence du G20 cette année pour souligner sa réussite économique et promouvoir certaines de ses réalisations nationales, notamment dans le domaine des infrastructures publiques numériques. Son thème – « Une Terre, une famille, un avenir » – suggère un vaste programme de collaboration, mais la géopolitique a empêché l’Inde, et l’Indonésie, qui présidait auparavant le G20, d’utiliser le forum pour progresser sur les défis internationaux les plus urgents. La décision du président chinois Xi Jinping de ne pas assister au sommet de New Delhi rend d'autant plus difficile la réalisation de progrès avec la Chine par l'un des participants.

De toute évidence, il ne peut y avoir de consensus entre les 20 principaux pays sur la guerre en Ukraine.

À son apogée, le G20 était un forum productif pour jeter les bases des progrès dans les négociations des Nations Unies sur les changements climatiques. Cela semble désormais également hors du domaine du possible. Il y a peu de chances que le prochain sommet du G20 parvienne à un consensus significatif sur le rôle des combustibles fossiles, ce qui aurait pu donner un élan aux négociations sur le changement climatique qui se tiendront aux Émirats arabes unis en novembre.

Cependant, ces rassemblements ont toujours de la valeur. Les sommets peuvent forcer l'action, mobilisant les bureaucraties de chaque pays pour faire avancer les choses dans un délai fixé. Les sommets du G20 peuvent également constituer d’importantes occasions de pourparlers bilatéraux formels et de réunions informelles informelles qui autrement pourraient être difficiles à réaliser.

Avoir plus de 20 dirigeants, en grande partie sans personnel, dans une salle pendant deux jours est une opportunité rare. Les sommets sont précieux car ils offrent aux dirigeants l’occasion d’échanges de vues spontanés et francs. Cela est devenu plus facile à réaliser avec des groupes plus petits et partageant les mêmes idées, comme le G7, mais le G20 aurait tout intérêt à rejeter tous les discours et points de discussion préparés et à se concentrer sur des conversations ouvertes sur les questions les plus importantes du monde. jour.

Le G20 apparaît également comme un forum important de dialogue entre l’Occident, la Chine, la Russie et les puissances moyennes. Cette dynamique est particulièrement évidente dans le fait que la troïka des présidents du G20 – l’Indonésie l’année dernière, l’Inde cette année et le Brésil l’année prochaine – sont tous des pays en développement qui jouent un rôle important dans le maintien de la continuité des travaux du G20.

Ces puissances moyennes sont parfois appelées le Sud global, mais il ne s’agit en aucun cas d’un groupe monolithique. Contrairement au Mouvement des non-alignés apparu pendant la guerre froide, ces pays travailleront avec l’Occident sur certaines questions et se montreront peut-être plus sympathiques à l’égard de la Chine et de la Russie sur d’autres.

Pour gérer cette complexité, les États-Unis devront systématiquement dans une forme de diplomatie plus nuancée que ce qui a été le cas traditionnellement : moins d’amis et d’adversaires clairement définis et plus d’attention à la géométrie variable de la construction de coalitions de soutien autour de questions spécifiques. La tentative de l’administration Biden de présenter une proposition de valeur pour les pays du Sud constitue une étape potentiellement importante dans cette direction.

Le G20 a peut-être perdu de son lustre en tant que principal forum de coopération économique internationale, mais il a encore un rôle potentiellement utile à jouer. Il appartiendra à l’Inde de tirer le meilleur parti du prochain sommet – et aux États-Unis de démontrer qu’ils peuvent naviguer avec compétence et sophistication dans la dynamique changeante d’un système international en évolution rapide.



India-Admin-Map-M.jpg



1694071544292.png
 
Dernière édition: