Descente de Police...?

Yu Feng

Membre Gold
23 Oct 2005
317
0
61
Shanghai
www.imagination.com
Bonjour la Foule,

J'avais déjà entendu parlé d'une descente musclée dans un bar à 4 lettres de Shanghai, mais sans plus de précisons ou de détails, seulement les commentaires du gars qui vend des clopes (et des feuilles) devant le bar...

Et aujourd'hui je reçoit ça, un recit d'un remake dans un bar de Pékin:
Info ou intox?

Opération musclée de la police chinoise dans le quartier des bars de Pékin‏
Info à faire tourner!

Opération musclée de la police chinoise dans le quartier des bars de Pékin
le 5/4/2008 à 18h17 par Mathilde Bonnasieux et Charlotte Cailliez
(Aujourd'hui la Chine)

A 22 heures, vendredi soir, une cinquantaine de policiers ont investi un bar
de San Li Tun, un quartier de Pékin très fréquenté par les expatriés pour
mener une opération "anti-drogue". Des jeunes Français ont été arrêtés.
Récit d'une action policière très musclée.

La rue des bars à Sanlitun
Selon un témoin français de 18 ans, " ils ont débarqué au Pure Girl en
demandant les pièces d'identité, ils ont commencé à embarquer ceux qui n'en
avaient pas, certains d'entre nous ont pu s'échapper, mais ils ont bloqué la
rue. Ils prenaient des photos et filmaient tout le monde, même ceux qui
étaient de l'autre côté des barrières, ils ont couché des gens par terre,
les ont menacés avec des armes et ils ont confisqué les portables"

Une jeune française de 16 ans a été elle, mise à genoux en pleine rue . "
Ils m'avaient laissé sortir du bar, puis m'ont rattrapée en me demandant si
je savais à qui appartenait une veste qui n'était pas la mienne et puis ils
m'ont embarquée aussi"

"Ils sont arrivés, c'était comme la guerre, tout le monde était terrorisé,
je les ai vus tabasser un black brésilien, ils ont embarqué tous ceux qui
leur tombaient sous la main. J'ai réussi à me cacher mais mon mari a
disparu, je n'ai aucune nouvelle depuis. De toutes façons, nous les Blacks,
on n'a aucun droit ici " raconte, encore angoissée, une Africaine,
quasiment au terme de sa grossesse.

Au commissariat
Tous les interpelés ont été emmenés au commissariat de Dongzhimen, à côté de
San Li Tun.
Le jeune Français de 18 ans en faisait partie, il poursuit : "on m'a mis
mon tee-shirt sur la tête pendant quatre heures. Dès que j'essayais de
relever la tête, on me frappait avec une matraque sur la tête et on m'a mis
une claque. J'entendais les flics se marrer et se moquer de nous, ils ont
voulu que je fasse un test d'urine mais j'ai refusé, ils n'ont pas insisté".

Pour la jeune française, l'arrestation vire tout de suite au cauchemar:
"deux femmes m'ont amenée dans une salle à part , elles ont voulu que je me
déshabille. J'ai refusé mais elles m'ont dit le faire sinon j'allais avoir
des problèmes, je me suis donc déshabillée complètement, elles m'ont palpée
partout, même les cheveux, elles n'ont rien trouvé, après je me suis
rhabillée et on m'a ramené dans une salle où il y avait d'autres personnes
arrêtées qui étaient menottées. Les noirs étaient à part. On m'a mis un sac
en plastique sur la tête, j'avais du mal à respirer, j'ai essayé d'ouvrir un
peu le sac et là j'ai reçu des coups".

Autour du commissariat
Une dizaine de jeunes Français ont été ainsi arrêtés, ainsi que des serveurs
du bar et plusieurs Africains. La mère du jeune témoin français a assisté à
toute la scène car elle était venue chercher ses enfants. Elle a pu alerter
d'autres parents. " Ils ne nous ont pas laissé entrer dans le commissariat
mais on pouvait voir à travers la porte vitrée. n voyait des jambes
alignées et des têtes recouvertes par les habits. Après les parents ont été
repoussés et des barrières ont été placées autour du commissariat";

"On a attendu, on a ramené les pièces d'identité et petit à petit ceux qui
avaient été contrôlés négatifs et dont les parents avaient les papiers ont
été relâchés, entre 1 heures et 4 heures du matin. Les clefs, certains
portables et d'autres objets personnels ont été confisqués, les policiers
ont dit " vous allez les récupérer après l'interrogatoire", mais il n'y
avait pas d' interprète et ils n'ont rien rendu. "

Un jeune homme de 18 ans etait toujours retenu en début d'après midi parce
qu'il a été contrôlé positif , selon les policiers de DongZhimen. Il avait
pu envoyer un texto à son père à 8 heures du matin " je suis toujours là".
Selon son père , un policier lui a dit "on a le droit de garder les gens
positifs 24 heures sans prévenir l'Ambassade".

La mère du premier témoin a emmené ses fils à SOS Clinic, et fait établir
deux constats pour coups et blessures , notamment à l' l'épaule et à la
tête. "Je veux que ça se sache " dit-elle encore traumatisée par ce qui est
arrivé.

Quelques heures plus tard à San Li Tun
Les policiers du commissariat de Dong Zhimen ne font pas le moindre
commentaire. Le plus aimable d'entre eux s'est contenté d'un laconique" je
n'ai pas le droit de parler, personne n'a le droit de le faire ici et vous
n'avez pas le droit d'entrer ici" .

Dans un communiqué cité par l'agence de presse Chine Nouvelle, la police de
Pékin a annoncé avoir arrêté "une vingtaine de trafiquants ou consommateurs
de drogue dont huit étrangers" lors de cette opération et avoir saisi une
"grande quantité de drogue", ectasy et marijuana notamment.

Silence également dans la rue des bars, a San Li Tun. Un employé chinois
confie rapidement que les policiers " n'ont pas tout de suite embarqué tout
le monde , mais seulement quand les gens ne se sont pas laissé faire, il y
avait 3 ou 4 fourgons..." avant d'être interrompu par son patron paniqué :
" On n'a pas le droit de vous parler, sinon on ne pourra plus faire notre
commerce" .

Communiqué de l'Ambassade de France
L'Ambassade de France, rapidement alertée, a publié samedi après midi le
communiqué suivant : "les autorités de police chinoises ont mené dans la
nuit du 4 au 5 avril une opération de contrôle de certains bars situés dans
le quartier de Sanlitun. Plusieurs dizaines de jeunes, de différentes
nationalités, ont été appréhendés pour vérification, dont un certain nombre
de Français, y compris des mineurs.

Les opérations de vérification se sont soldées par la relâche de la plupart
de nos jeunes compatriotes.
L'Ambassade, dont les différents services concernés se sont aussitôt
mobilisés, se réserve de mener les démarches appropriées auprès des
autorités compétentes chinoises s'il devait se confirmer que des voies de
fait ont été commises."

L'affaire fait évidemment grand bruit au sein des communautés expatriées :
il est extrêmement rare que de jeunes étrangers soient ainsi brutalisés par
la police chinoise, quel que soit le motif de son opération. Et en termes de
communication, elle jette une lumière assez crue sur les pratiques en
vigueur depuis longtemps dans les postes de police chinois .



Les pékinois du forum en savent plus? En plus des galères de visas, sans compter que j'me suis fait arréter 3 fois en une semaine sur mon scoot electrique, j'ai bien l'impression que l'état de grâce prend fin.

:discours:
 

zulfi

Membre Bronze
11 Mar 2008
2
0
29
www.zulfi.be
Salut,
Je peux juste te dire que ce n'est pas de l'intox. Le sujet a été traité et largement commenté sur aujourdhuilachine.com Lien retiré et Lien retiré.

Je n'habite pas (encore) en Chine, mais à voir les infos sur les sites spécialisés... oui, l'étau se resserre avant les J.O. Je ne sais pas si cette descente est une 'revanche' ou si ça fait tout simplement partie d'un cleaning avant l'événement. J'imagine qu'il y a un message la derrière... Ma foi assez difficile à interpréter.

Mais d'autres mesures vont dans ce sens, dont la réduction des visas tourisme à max. 30 jour.

Note bien qu'il y a eu une opération musclée semblable l'année passée à San Li Tun. Mais visant essentiellement les "dealers" africains.
 

mike

Grandmaster M.
Admin
Membre du personnel
08 Avr 2006
8 365
5 992
298
Canton Powah
www.supadezign.com
c'est quand meme bien ciblé, et comme le dit zulfi, ca s'est deja passe dans le meme quartier l'annee derniere (pour les memes raisons parait-il). A cote de ca, il y a bien 1 milliard d'autres endroits ou il ne se passe rien. Donc pas de quoi paniquer non plus, ce genre d'evenement malheureux reste quand meme assez rare.
 

Kentin

Membre Silver
18 Mar 2008
31
0
41
Tayhue Suites, Sanlitun Nanlu
Je confirme la chose, j'étais avec Mathieu, Raphael, Anne Claire et Edouard. On voulait aller au Bar Blu vendredi dernier, mais ils avaient bouclés la rue..et des gens se faisaient embarquer...

Donc bon on a pas trop trainé dans le coin, on est revenu une heure plus tard environ, ils ont réouvert la rue mais gardaient confiné derrières des banderoles de sécurité des gens dans les bars en face du Bar Blu...

Chaud quand même à lire...
 

LouLou

Alpha & Oméga
Modérateur
Membre du personnel
14 Juil 2007
3 825
2 233
188
Bonjour

[FONT=宋体]Oui chaud à lire .............mais le quartier de San Li Tun a cette réputation, et les deux bars en question le Pure Girl et le Phoenix sont connus pour être des lieux de consommation de produits illicites
.Mais il est vrai que ce genre d`activité policière est un peu plus musclée qu’en France.

-Ne pas oublier que la consommation et le trafic de narcotique et un acte très sévèrement puni par la loi chinoise et que lorsque vous êtes pris dans une rafle telle que celle qui mentionnée ici, les personnes sont cataloguées et fichées comme présumées consommatrices de produits illégales, d`après les dernières infos chinoises 36 personnes au total ont été interpellées dont 21 étrangers. L`an passé la police a effectuée un contrôle identique dans 8 établissements situe dans le même quartier.

-San Li Tun est un lieu idéal pour la police qui lorsqu’`elle veut prouvée son efficacité conte le trafic de narcotique au public.

[FONT=宋体]Enfin que cela ne vous empêches pas de faire la fête avec modération .........anim_drunk[/FONT]

Descente policière à Pékin

[/FONT]
 
Dernière édition: