[Brexit] Vos pronostics

Quel sera le résultat du Brexit ?


  • Nombre total d'électeurs
    31
  • Sondage fermé .
ChrisHK

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
12 911
10 124
173
Hong Kong et Shanghai
Bon, ça fait quelques temps qu'on a pas parlé du Brexit.

Alors :
- le 31 octobre est passé, et le Brexit n'a toujours pas eu lieu
- Boris Johnson a demandé un report
- L'UE a accepté le report
- Boris Johnson n'a pas crevé dans un fossé.
- Des élections générales sont prévues pour le 12 décembre

Royaume-Uni : pourquoi les élections législatives anticipées vont déterminer l'avenir du Brexit
Les députés britanniques ont approuvé mardi la tenue d'élections législatives anticipées, comme le souhaitait Boris Johnson. Mais l'issue du scrutin pourrait influencer (voire bouleverser) les conditions du divorce entre Londres et Bruxelles.

La quatrième tentative était la bonne. Après avoir essuyé trois refus des députés britanniques, le Premier ministre Boris Johnson a obtenu un accord, mardi 29 octobre, pour l'organisation d'élections législatives anticipées. La Chambre des communes, puis les Lords, ont approuvé la tenue d'un scrutin à la date du 12 décembre. Le texte n'a plus que quelques autres étapes à franchir, qui ne devraient être que des formalités, afin de permettre la dissolution du Parlement le 6 novembre.

L'issue de ces élections déterminera l'avenir du Brexit, qui sera au centre de la campagne. Boris Johnson parviendra-t-il à retrouver la majorité nécessaire pour faire adopter l'accord qu'il a négocié avec Bruxelles ? Les europhiles obtiendront-ils suffisamment de sièges pour empêcher la sortie de l'UE ? Ou repartira-t-on pour un tour de négociations si aucune majorité absolue ne se dégage ? Franceinfo vous explique pourquoi ces élections anticipées pourraient bouleverser la situation au Royaume-Uni.

Parce qu'elles pourraient (enfin) débloquer la situation
Boris Johnson espère sortir son pays de l'impasse du Brexit en obtenant une majorité absolue au Parlement. "La raison principale pour laquelle le Royaume-Uni n'est pas sorti de l'Union [européenne] depuis quasiment un an est qu'aucun plan de sortie (...) n'a pu être adopté par un Parlement qui n'a pas de majorité absolue, rappelle Thibault Muzergues, politologue, dans un entretien à Marianne. On a pu, à de maintes reprises, savoir ce qu'il ne voulait pas (pas de no deal, pas de plan May, pas de nouveau référendum...), mais il est très difficile de voir ce qu'il veut réellement."

Le Premier ministre britannique souhaite donc éviter les déconvenues rencontrées par sa prédécesseure Theresa May, qui a vu échouer toutes ses tentatives de faire ratifier un accord sur le Brexit. En cas de large victoire de son parti aux législatives anticipées, Boris Johnson aurait les mains libres pour faire adopter l'accord qu'il a négocié avec Bruxelles. Il pourrait ainsi honorer sa promesse de faire sortir le Royaume-Uni de l'Union "coûte que coûte". Mais les autres partis espèrent, eux aussi, remporter suffisamment de sièges aux législatives anticipées pour influencer le Brexit, selon leur programme.

Parce que les partis ont des visions très différentes du Brexit
Les programmes des formations politiques britanniques diffèrent largement sur la question du Brexit. Voici ce que chacun des principaux partis prévoit de faire s'il obtient la majorité absolue à la Chambre des communes, à l'issue des élections anticipées.

Les conservateurs veulent un Brexit au 31 janvier. Boris Johnson va faire campagne sur sa promesse de ratifier l'accord qu'il a négocié avec Bruxelles, afin d'obtenir une sortie "ordonnée" de l'UE au 31 janvier. "La seule façon de réaliser un grand Brexit est de voter pour ce parti et ce gouvernement", a-t-il lancé à la Chambre des communes, mercredi 30 octobre.

Son plan prévoit notamment un statut particulier pour l'Irlande du Nord (qui continuerait d'appliquer les règles européennes sur les marchandises), une période de transition jusqu'en 2020 et un versement de 38 milliards d'euros à Bruxelles. Il a également jeté les bases de la négociation de la relation future entre le Royaume-Uni et l'UE, qui serait fondée sur un accord de libre-échange.

Les travaillistes veulent un nouveau référendum. Jeremy Corbyn a promis qu'il écarterait la possibilité d'un no deal (ce que Boris Johnson s'est toujours refusé à faire) s'il arrivait au pouvoir. Le Labour renégocierait par ailleurs l'accord avec Bruxelles, afin de maintenir le Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE et une étroite collaboration avec le marché unique européen, explique le HuffPost (en anglais).

Ce nouvel accord serait soumis au vote populaire via un nouveau référendum. Les Britanniques auraient deux options : approuver le texte ou rester dans l'Union européenne. Le Labour n'a pas indiqué s'il ferait campagne pour ce nouvel accord sur le Brexit ou pour une annulation du Brexit, relève le HuffPost.

Le Lib-Dem veut annuler le Brexit. Les libéraux-démocrates, europhiles, souhaitent purement et simplement annuler le divorce avec l'UE. La cheffe de file du parti s'est ainsi engagée à révoquer l'article 50, qui déclenche le Brexit, si elle arrive au pouvoir. Comme le note le HuffPost, le slogan du Lib-Dem est d'ailleurs assez clair : "Merde au Brexit".

Le Brexit Party veut un "no deal". Le mouvement de Nigel Farage, eurosceptique, prône un "Brexit net". S'il emporte la majorité absolue (ce qui est très peu probable), le parti se contentera de mettre un terme aux négociations avec Bruxelles et d'attendre que l'extension de l'article 50 expire. Le Royaume-Uni sortirait ainsi brutalement de l'UE le 31 janvier 2020, à minuit.

Parce que l'issue du scrutin est incertaine
Organiser des élections anticipées est un pari risqué. Mardi 29 octobre, le Parti conservateur disposait d'une avance de 10 points sur le Labour, selon des sondages relayés par le Guardian (en anglais). Mais les Tories gardent en tête les élections générales anticipées de 2017, lorsque la Première ministre Theresa May avait perdu des sièges alors qu'elle tentait d'asseoir son autorité au Parlement. " Au début de la campagne, elle disposait d'une avance de 16 points dans les sondages. A l'arrivée, après une campagne calamiteuse de sa part et plutôt bonne de Jeremy Corbyn, elle avait perdu sa majorité", rappelle Libération.

Les conservateurs pourraient être concurrencés par le Brexit Party, qui va tenter d'obtenir les votes des eurosceptiques déçus de voir le divorce avec l'UE sans cesse repoussé. "Les Britanniques encore favorables au Brexit ont la perception que [Boris Johnson] a tout tenté pour tenir sa promesse de départ au 31 octobre, estime toutefois Thibault Muzergues dans les colonnes de Marianne. Il y a donc peu de chances de voir Farage jouer un rôle dans les prochaines semaines, à moins d'une mauvaise campagne des conservateurs."

Boris Johnson a préparé le terrain à l'édification d'une majorité en réintégrant 10 des 21 députés rebelles qu'il avait exclus du parti pour avoir contrarié la stratégie de l'exécutif sur le Brexit. Mais d'autres députés conservateurs ont décidé de jeter l'éponge, comme l'ex-ministre Amber Rudd ou l'ancien numéro deux du gouvernement de Theresa May, David Lidington.

Le Labour pâtit, pour sa part, de ses divisions internes. Depuis plusieurs mois, les travaillistes se déchirent entre partisans d'un second référendum et pro-Brexit. "Veulent-ils rester dans l'Union européenne ou veulent-ils partir ? La plupart des Britanniques n'ont pas de réponse à cette question, parce que le message du Labour est flou", souligne le politologue Thibault Muzergues. Un manque de clarté qui pourrait desservir les travaillistes dans les urnes.

D'autant plus que le Lib-Dem compte capitaliser sur ces dissensions pour récupérer les votes des "remainers" déçus du Labour. "Je pense que le choix qui nous est offert entre Boris Johnson et Jeremy Corbyn est loin d'être suffisant. Aucun de ces hommes n'est apte à diriger notre pays", a commenté sur la BBC la cheffe du parti, Jo Swinson, elle-même "candidate" au poste de Premier ministre. Néanmoins, le parti n'est pour l'instant crédité que de 18% des intentions de vote.

Un dernier scénario est possible : qu'aucune majorité absolue ne se dégage à l'issue des élections du 12 décembre, tant l'électorat britannique est indécis et volatil. "Et dans ce cas, toutes les options restent ouvertes", prévient Libération.
 
poochielechien

poochielechien

Dieu suprême
05 Déc 2007
2 619
1 463
168
Les conservateurs pourraient être concurrencés par le Brexit Party, qui va tenter d'obtenir les votes des eurosceptiques déçus de voir le divorce avec l'UE sans cesse repoussé. "Les Britanniques encore favorables au Brexit ont la perception que [Boris Johnson] a tout tenté pour tenir sa promesse de départ au 31 octobre, estime toutefois Thibault Muzergues dans les colonnes de Marianne. Il y a donc peu de chances de voir Farage jouer un rôle dans les prochaines semaines, à moins d'une mauvaise campagne des conservateurs."
Vendredi 1er novembre, l’europhobe Nigel Farage a prévenu le premier ministre britannique que son Parti du Brexit bataillerait « dans chaque circonscription d’Angleterre, d’Ecosse et [du] pays de Galles » à l’occasion des élections anticipées du 12 décembre, à moins que M. Johnson ne retire son accord de divorce avec l’Union européenne et accepte une alliance avec les partis pro-Brexit.

 
  • Like
Reactions: Alplob
Alplob

Alplob

Dieu suprême
21 Avr 2010
2 317
1 351
168
Xujiahui
Vendredi 1er novembre, l’europhobe Nigel Farage a prévenu le premier ministre britannique que son Parti du Brexit bataillerait « dans chaque circonscription d’Angleterre, d’Ecosse et [du] pays de Galles » à l’occasion des élections anticipées du 12 décembre, à moins que M. Johnson ne retire son accord de divorce avec l’Union européenne et accepte une alliance avec les partis pro-Brexit.

Cette phrase est également importante:

[Le Brexit party] ne présenterait alors que 150 candidats dans des circonscriptions tenues par le Labour, sièges que les conservateurs n’ont jamais réussi à décrocher.
Le labor serait alors menacé de quasi disparition. Je ne comprends pas que les conservateurs n'acceptent pas ce deal là. ^^
 
ChrisHK

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
12 911
10 124
173
Hong Kong et Shanghai
Un nouveau sondage sur le Brexit ici :

 
Orang Malang

Orang Malang

Alpha & Oméga
Membre du personnel
Modérateur
23 Oct 2005
19 494
11 484
198
常熟,江苏
Capture d_cran 2019-11-06 _ 10.48.17.pngCapture d_cran 2019-11-06 _ 10.48.24.pngCapture d_cran 2019-11-06 _ 10.48.40.png
 
Orang Malang

Orang Malang

Alpha & Oméga
Membre du personnel
Modérateur
23 Oct 2005
19 494
11 484
198
常熟,江苏
Voyage au coeur d'une Angleterre désabusée par le Brexit

Lien Youtube :

 
poochielechien

poochielechien

Dieu suprême
05 Déc 2007
2 619
1 463
168
Tu parlais bien d'une économie GB dans la merde et celle de l'UE, et un GB à poil? Que l'économie de l'UE soit dans le caca, rien de surprenant cela à toujours été le cas depuis 2007, sauf en Allemagne et les pays de l’Est sous perfusions des fonds européens. Par contre les britanniques ont enchainé des périodes de croissance après le Brexit. Et puis aujourd'hui on ne peut pas qu'ils soient particulièrement demandeur de quoi que soit. Leur endettement est maitrisé, leur chômage au plus bas, les salaires ont augmenté et le Brexit party a fait à lui seul 34% aux dernières européennes. Quasi la moitié du parlement est pour une sortie sans accord, certes pas la majorité. On ne pas dire les 3 années passées ont refroidi la volonté de la Grande Bretagne de sortir de l'UE.





Et? Le prix d'une monnaie est un prix comme un autre. Il faut lire Grace Ly ou Milton Friedman, d'ailleurs ce qu'il avait dit sur le traité Maastricht est extrêmement intéressant et clairvoyant (et puis cela t'expliquera ce qu'est le libéralisme....).

Après c'est sur que les fétichistes français de l'union européenne vont accorder une grande importance à la valeur d'une monnaie puisque l'euro est mécaniquement sur évalué par rapport au franc, et cela permet de dire "Oulala, ma belle monnaie bien forte", alors même que cette sur-évaluation lamine la compétitivité française….

Tain, encore ça? Et le mensonge du project fear que la “facture” du Brexit *doit* être payée? Marrant ça, c’est équivalent à la même somme que le mensonge de Boris qui date de 3 ans (mensonge dont plus personne ne parle à part toi je crois…).

Mais sinon j'ai plein d'éléments factuels pour dire que la construction européenne est juste un bullshit généralisé. Comme par exemple que l'euro a couté 56,000 euros par français. Et puis, pourquoi tu ne me réponds pas sur les mensonges proférés lors du référendum sur Maastricht? C'est dommage , il est passé avec juste 1.1% d’avance… Et on ne peut pas dire que les promesses d’ordre économique se soient réalisées par la suite hein.

Les européistes qui parlent de mensonge c’est l’hôpital qui se fout de la charité. Sur la durée, les eurosceptiques ont largement prédit la situation actuelle, et les européistes sont incapables de justifier quoi que ce soit.
ça c'est drôle
 
yannick_a_pudong

yannick_a_pudong

Dieu Supérieur
11 Juin 2007
732
646
138
Changaï
soundcloud.com
Bah, les européistes affirmaient un cataclysme dès le lendemain du vote des britanniques, et pis....ah bah non, rien.

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/12/20/97002-20171220FILWWW00130-brexit-l-economie-britannique-y-perd-deja-lagarde.php
Barack Obama, tellement l'UE nuit aux USA, qu'il veut absolument que l'UK y reste...

l'UE c'est un truc génial qui promettait monts et merveilles, plus d'emplois (délocalisations), stabilité économiques (gel du smic, réduction des aides publiques, baisse du pouvoir d'achat), liberté accrue (interdiction de manifester, censure médiatique, désinformation, bon je suis médisant, c'est vrai qu'on peut partir vivre en Bulgarie si on veut). Le tout dans une marmite où 28 pays qui n'ont pas particulièrement d’atomes crochus sont supposés s’entendre sur tout et nous pondre des lois qui sont trop super tip top (par exemple : interdire de protéger son économie, son patrimoine nationale, revendre aux français des actions de trucs qui leur appartenaient déjà (FDJ), partager son armement nucléaire avec les pays voisins, ouaip c'est chouette "lerope").

Et que même si après 60 ans de processus tu constates l'inverse, et ben il faut continuer à y croire, parce que sinon gare à toi! Tu n'es forcement qu'un vulgaire mécréant complotiste, un idiot. En voila des manières, qui suis-je pour oser demander à des gens que je n'ai pas choisis, un bilan sur l'utilisation qui a été faite de la souveraineté que je leur ai confiée! Bordel de tabarnak!
Je n'ai point le droit de remettre en cause l'existence de "DiU-Ex"

Sans déc, c'est pas une secte ça?

J'admire les bien pensants qui peuvent affirmer sans aucun scrupule qu'il faut refaire le referendum, pour cette fois espérer un résultat qui va dans leur sens.
Quelle belle idée de la démocratie....
Si ce sont les mêmes personnes qui décident des lois européennes pour moi, ça me conforte dans l’idée de sortir de cette utopie.
 
  • Like
Reactions: Yiyuan
yannick_a_pudong

yannick_a_pudong

Dieu Supérieur
11 Juin 2007
732
646
138
Changaï
soundcloud.com
Voilà, moi j'aime quand on me parle simplement, avec des jolis mots, merci madame De Montchalin !
(Amélie grandit en suivant les nombreuses mutations professionnelles de son père, Bernard Bommier, qui a occupé des postes de cadre supérieur chez Elf Aquitaine, ensuite Danone, puis Coca-Cola --> Gilet Jaune dans l’âme, donc)
Les discours à la Asselineau qui durent 3h, avec des explications et des analyses documentées, qu'est-ce que c'est chiant.

Moi justement j'ai toujours rêvé d'une 'rope plus efficace (ouai!), plus concrète pour les citoyens de ces pays (ouai!), plus rigoureuse pour créer une vraie convergence économique (ouai!) et sociale (ouai!) avec l'UE, au-delà des convergences juridiques (j'ai pas tout compris mais ouai quand même!).

ÇA, c'est un programme qui me parle!

Si j’étais taquin, je rajouterais même que :

- Ce qu'il faut absolument, c'est une 'rop qui puise dans ses racines l'ambition d'aller plus loin dans sa convergence de valeurs.
On ne peut pas, on ne doit pas s'enfermer dans les errements aléatoires de l’hésitation, il faut être plus dynamique, y aller avec ses convictions, avec son cœur.
Sinon c'est la porte ouverte à tous les fantasmes, à toutes les peurs, au populisme, au complotisme, au négationnisme, et pire encore....: à l'antisémitisme. (bruit de tonnerre)
Moi je ne veux pas que la France se subordonne à tout cela, c'est notre devoir, envers nos enfants, envers ceux qui sont tombés pour que nous ayons un avenir meilleur. Je veux dire aux français, que l'espoir n'est pas si désespéré, à condition d'analyser que l'absolu ne doit pas être annihilé par l'illusoire précarité, et qu'il ne faut pas cautionner l'irréalité sous des aspérités absentes et désenchantées de nos pensées iconoclastes, et vice et versa.

Oui, je l'avoue, la lutte sera dure, mais c'est mon combat, et j'y crois profondément.
Je crois en une 'rope forte, mais pour cela il faut faire des efforts.

- M'sieur le président STP, ta gueule, vas direct à tes propositions pour négocier, c'est quoi? Paske mwa, j'ai rien compris ! Bordel de tabarnak!

- Et bien justement, j'y venais :Il faut rassembler les pays autour de ce projet, inciter à la restauration de la confiance entre le peuple 'ropéen, initier une vraie alternative à la possibilité de modeler son destin, d'inhiber les peurs vis-a-vis de lerop, renforcer les idées fortes de façon plus massive, instaurer la liberté de suivre les recommandations de la grosse Commission (GrOPÉ).
Et puis aussi, ce sera ma dernière proposition : Arrêter immédiatement de bloquer toute entrave à la poursuite des interdictions de fermetures d'usines. Car oui, je ne suis pas sourd aux revendications des Gilles Et Jeunes. Je veux, leur bonheur.

Vive moi, vive LREM, vive lerope!
 
Alplob

Alplob

Dieu suprême
21 Avr 2010
2 317
1 351
168
Xujiahui
A l'UPR ils leur font croire que le Brexit a déjà eu lieu. Quand je dis que c'est une secte... ;)
Les seuls qui parlent de mysticisme sur le Brexit sont les européistes avec Jean-Claude Juncker (le pêché originel que serait le Brexit) et Donal Tusk (la place en enfer pour les promoteurs du Brexit).


l'UE c'est un truc génial qui promettait monts et merveilles, plus d'emplois (délocalisations), stabilité économiques (gel du smic, réduction des aides publiques, baisse du pouvoir d'achat), liberté accrue (interdiction de manifester, censure médiatique, désinformation, bon je suis médisant, c'est vrai qu'on peut partir vivre en Bulgarie si on veut). Le tout dans une marmite où 28 pays qui n'ont pas particulièrement d’atomes crochus sont supposés s’entendre sur tout et nous pondre des lois qui sont trop super tip top (par exemple : interdire de protéger son économie, son patrimoine nationale, revendre aux français des actions de trucs qui leur appartenaient déjà (FDJ), partager son armement nucléaire avec les pays voisins, ouaip c'est chouette "lerope").
C'est vrai qu'il faut avoir les fils électriques qui se touchent pour encore croire au truc.