1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Une Chine qui réapprend le sens du luxe

Discussion dans 'Informations Chine' créé par mam721, 23 Mai 2012.

  1. mam721

    mam721 Membre Silver

    Inscrit:
    28 Février 2011
    Messages:
    262
    Localité:
    Wuhan 武汉
    Ratings:
    +33 / -0
    Dans le contexte actuel de la Chine marqué par de très grandes inégalités sociales, le luxe peut plus aisément prendre une nuance négative, voir provocatoire. Cependant, on peut ainsi tenter une réflexion positive sur le luxe et son rôle en faisant ressortir deux points majeurs.

    Le premier concerne les rapports entre les objets de luxe et la société. Les objets de luxe impliquent un travail en finesse sur des matériaux rares. En France, par exemple, on pense à l’argenterie, aux objets en cristal, à la haute couture ou au mobilier. De tels objets peuvent contribuer à donner de la valeur aux choses. Dans un monde submergé par les produits industriels, on a perdu le sens de la valeur des choses. Bien plus, le souci du style et de l’élégance peut aider à développer le savoir vivre. A cet égard, le siècle des Louis XIV a joué un grand rôle dans le luxe français. Quant à la Chine, elle a aussi connu des périodes ou le luxe était recherché. En revanche, durant et un peu après la Révolution Culturelle, par suite du non-respect et de la destruction des objets de valeur, elle était devenue une société dépourvue de manières et de savoir-vivre. Les politesses fondamentales, les formules de circonstances dans les moments clés de la vie comme les mariages ou les obsèques ont été délaissées ou perdues.

    Toujours à propos de ce premier point, les objets de luxe peuvent avoir une signification spirituelle. Dans l’Occident chrétien, le luxe est très lié à la religion. Les objets de luxe ont été historiquement des objets sacrés. La Saint Chapelle, les vitraux, les reliquaires, les ornements et autres objets sont d’un luxe inouï. L’architecture de la Sainte Chapelle elle-même peut être considérée comme un objet de luxe. En Chine aussi, les temples bouddhistes et leurs objets (encensoirs, etc) relèvent du luxe, mais tout y est un peu plus fruste. Les matériaux sont plus simples : le bois domaine et non le marbre par exemple.

    Le second aspect concerne les rapports entre les objets de luxe et la création artistique. Les objets de luxe ont besoin de la création artistique pour se rehausser ; inversement, les artistes ont besoin des objets de luxe pour s’exprimer. Il y a une dialectique entre luxe et création artistique. Cette relation a été très féconde en occident jusqu’à une période assez récente. Au cours de l’histoire, nombre de grand artistes ont su contribuer à rendre plus beaux les objets de la vie quotidienne. Braque à crée de magnifiques bijoux, Picasso a eu une intense activité de céramique, Cocteau aussi a créé des céramique et des bijoux. Renoir a orné des éventails et peint sur des ustensiles en porcelaine. L’Art Nouveau doit beaucoup aux grands artistes. Les grandes marques de luxe à la française se sont toujours appuyées sur les créateurs, comme Hermès par exemple. De ce fait les objets de grande marque de luxe contribuent au sens d’une vraie élégance.

    Dans la Chine du passé, les objets de luxe ont toujours été liés à de grande périodes de création artistique, qu’il s’agisse des dynasties Tang, Song, Ming ou Qing. Sans même parler des objets en jade ou en argent, même les objets de la vie quotidienne d’autrefois apparaissent comme des objets de luxe. La Chine a produit un nombre considérable de vases, miroirs, assiettes en porcelaines, des paravents de luxe. Sous les Song notamment, en particulier grâce à l’académie des beaux-arts (huizhong), l’art a profondément influencé l’art artisanal. Le moindre bol, la moindre boite en laque étaient de qualité remarquable car liés à la création artistique.

    Pendant la Révolution Culturelle, et au cours de la période qui a suivi, la Chine a connu une longue période de stérilité artistique. Pendant plusieurs années, il y eu un vide en matière de création artistique. C’est le règne des produits artisanaux de style fruste, voire grossier ou kitsch. Petit à petit, la Chine commence à s’affirmer, même si dominent encore les imitations. D’une manière générale, la Chine la création artistique doit être garante de la qualité des objets de luxe. En son absence, ils tombent dans le kitsch ou le mauvais gout pour les nouveaux riches. Le luxe sans souci de la création artistique, c’est le triomphe des choses clinquantes et l’artifice de bas étage.

    Pour que le luxe se diffuse à nouveau dans le corps social et que s’élève le niveau de savoir-vivre et de savoir-être, la Chine se doit d’évoluer. L’Occident peut jouer un rôle positif auprès de la Chine pour qu’elle réapprenne le sens du luxe, avant qu’elle-même ne recrée son propre luxe.

    Francois Cheng
     

Partager cette page