1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Un traité international pour normaliser le commerce des armes

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par xml, 11 Février 2015.

  1. xml

    xml Dieu souverain

    Inscrit:
    26 Juin 2011
    Messages:
    2 421
    Localité:
    guangdong
    Ratings:
    +1 972 / -8
    http://www.rfi.fr/general/20141223-...commerce-nations-unies-onu-defense-armement-/

    Le traité des Nations unies sur le commerce des armes entre en vigueur ce mercredi 24 décembre 2014. Sur les dix principaux exportateurs d'armes, cinq seulement ont ratifié ce texte, dont la France. La Chine, le Canada et la Russie, grands producteurs, refusent de signer le traité, qui a pour finalité de moraliser le commerce international des armes conventionnelles.

    Aussi incroyable que cela puisse paraitre et alors que le commerce international croule sous une multitude de normes, aucune règle internationale solide et juridiquement contraignante n'encadrait jusqu'à présent les ventes d'armes.

    Le nouveau traité, signé par cent-trente pays et ratifié par soixante d'entre eux, évoque donc un commerce plus « responsable », « proportionné » et « transparent ». Après huit ans de discussions, le traité entre en vigueur et après vingt ans de campagne, Amnesty International se félicite. Selon Aymeric Elluin, chargé de campagne «arme et impunité», le traité dit aux Etats : « Vous êtes responsables du commerce des armes, à vous de le contrôler. Donc pour ce faire, vous devez mettre en place des systèmes de contrôle pour faire en sorte que ce qui passe par votre territoire soit contrôlé et évite de contribuer à des violations graves des droits de l'homme. »

    Principale avancée permise par le traité : un Etat ne pourra pas vendre d'armes à un pays où des violations des droits l'homme sont commises. Mais toute la difficulté, c'est le contrôle pour éviter les détournements : « On estime que 80% des armes vendues et détournées sont en général issues d'un commerce licite », précise Aymeric Elluin.

    Plus de transparence

    Les détails de ce commerce sont souvent entourés de secret même si l'on sait avec certitude que ce marché pèse au moins 100 milliards de dollars par an. Une quarantaine de pays ont des capacités de production d'armement à grande échelle. En tête les Etats-Unis qui totalisent à eux seuls près d'un tiers des exportations mondiales, suivis de près par la Russie avec 27% des ventes. La France est, avec le Royaume-Uni et l'Allemagne, régulièrement classée au 3e, 4e ou 5e rang.

    Le traité vise donc à accroitre la transparence en matière de transfert d'armements. « Cela ne s'est jamais vu », selon Jean-Hugues Simon Michel, chef de la délégation française pour les négociations. « C'est une évolution qui prendra du temps, peut-être même plusieurs décennies, mais je suis convaincu que ce sera un tournant historique », prédit-il.

    Le groupe des Nations unies pour les droits de l'homme pousse aujourd'hui tous les Etats à ratifier le traité.
     

Partager cette page