1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Un site pour résoudre les successions vacantes

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par NEUF, 18 Janvier 2012.

  1. NEUF

    NEUF Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    Qui n'a pas rêvé d'avoir un oncle d'Amérique ? Un ascendant perdu de vue ou ignoré, qui tout à coup serait révélé avec bonheur. Ce rêve que caressent beaucoup de nos compatriotes qui affichent une véritable passion pour la généalogie, est à l'origine d'une entreprise fondée par Raphaël Bermondi. Un ancien clerc de notaire sensibilisé à la difficulté de résoudre les successions vacantes. Désireux, d'une part, de proposer aux professionnels notaires, assureurs, banquiers, magistrats ou avocats, un outil qui permette de gagner du temps, et d'autre part de répondre à la demande du public, il a lancé le site www.oncledamerique.com. Au cœur de la démarche, un logiciel de localisation d'héritiers qu'il explique avoir "dessiné avant d'en confier la réalisation à des informaticiens".

    Les notaires recherchent environ 120 000 héritiers par an

    L'entreprise n'est pas une affaire de généalogie. "Le point de départ, c'est un vide, explique Raphaël Bermondy. Les notaires ont l'obligation de retrouver des héritiers partout dans le monde. Ils en recherchent environ 120 000 par an et souvent, le temps et les moyens manquent. Une fois opérée la première recherche, il s'en remet à des tiers. Lesquels sont gourmands". D'où cette idée de proposer un partenariat. Le notaire va sur le site et s'inscrit dans un espace sécurisé. Il espère en retirer des informations qui seront utiles pour régler des successions jusqu'au 6e degré, le degré le plus ancien en droit français. Le service est payant. Autre utilité : banques et assureurs ont aussi l'obligation de retrouver les bénéficiaires de contrats.

    10 000 inscrits en 8 mois d'existence = 100 000 informations nominatives
    Le site comporte une seconde entrée, grand public celle-là, mais gratuite et elle aussi confidentielle. Les particuliers s'y inscrivent, nourrissent un arbre généalogique et les informations sont stockées dans une banque de données. "Les familles donnent beaucoup, c'est étonnant", avoue Raphaël. Ces données qui sont stockées et protégées, forment un patrimoine quotidiennement enrichi. Avec 10 000 inscrits en 8 mois d'existence et 100 000 informations nominatives, le site a d'ores et déjà atteint la taille critique nécessaire pour être efficace. "Pour les particuliers qui s'inscrivent, on recrée un lien, une ambiance. On en vient à faire des cousinades jusqu'au 8e degré" , poursuit Raphaël. "Mais c'est aussi un investissement. Car la chance de retrouver un héritier et un héritage est bien plus grande que de gagner au loto. Elle est de 100, contre 116 millions" .
    Pionnier et conscient d'être sur une niche de marché à la fois ludique et prometteuse, le jeune chef d'entreprise parle aussi qualité de services. Il peut mettre en relation les familles avec professionnels du droit ; il est aussi en mesure de proposer une garantie de première recherche aux 9 000 notaires de France. Un point important, car il arrive que des héritiers mécontents réclament des dommages et intérêts à des notaires à qui il est reproché de ne pas avoir effectué suffisamment de recherches. Bref, la généalogie a ses bons et ses mauvais côtés. Elle peut aussi créer des emplois. Raphaël y songe d'ailleurs.
     

Partager cette page