1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Un Prix Nobel en prison : Le silence assourdissant des dirigeants occidentaux

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 23 Février 2011.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    LE MONDE du 23 février 2011

    Le 3 février, la Chine est entrée dans l'année du lapin. La fête du printemps, comme on l'appelle parfois, est traditionnellement l'occasion pour les familles de se retrouver, pour les débiteurs de régler leurs dettes, et pour les dirigeants, d'offrir des repas à leurs employés. Le Nouvel An survenant tout juste après la visite du secrétaire général du parti, Hu Jintao, aux Etats-Unis, on pouvait penser que, pour "donner de la face" à cet autre Prix Nobel de la paix qu'est le président Obama, Hu ferait un geste en faveur de Liu Xiaobo, ou au moins, de sa famille. Il n'en a rien été.

    Rappelons les faits. Le 8 octobre, Liu a obtenu le Prix Nobel de la paix. Le 10, son épouse Liu Xia a été emmenée à bord d'une voiture de la sécurité publique à la prison de Jinzhou, et elle a pu se réjouir avec son époux de la nouvelle qu'il connaissait depuis deux jours. Depuis l'annonce du Prix, elle a été placée en résidence surveillée. Son téléphone portable a été débranché, et elle n'a pu en obtenir de nouveau. Jusqu'au 20 octobre, elle pouvait encore s'exprimer sur Internet et sur Twitter, ce qui lui avait permis de lancer des invitations à la cérémonie du Nobel à des amis chinois et étrangers. Depuis cette date, plus rien.

    D'après des sources liées à sa famille, elle ne peut se rendre que chez ses parents (qui habitent très près de chez elle) dans une voiture de la police. Elle peut leur téléphoner une fois par jour, et sinon, elle est coupée du monde, ne peut voir ses amis, ni sortir de chez elle. Il faut savoir que Liu Xia ne fait pas de politique, et qu'elle n'a parlé aux journalistes étrangers que pour faire connaître le sort de son époux. Sans avoir subi aucune condamnation, elle est maintenue au secret, seule chez elle, depuis plus de quatre mois.

    Alors que le code de procédure pénale de la République populaire prévoit que tout détenu condamné peut recevoir une fois par mois une visite d'un membre de sa famille, Liu Xiaobo n'en a reçu aucune depuis le 10 octobre. Et, après l'année du tigre, il a passé l'année du lapin sans visite de sa femme.

    Les dirigeants chinois, outre qu'ils violent leur propre légalité, n'ont pas l'air gênés de se trouver en bien mauvaise compagnie dans leur traitement du Prix Nobel de la paix : en effet, depuis sa création en 1905, seul un lauréat était en prison lorsqu'il a obtenu le Prix, Karl Von Ossietsky, détenu à Buchenwald en 1935. C'est la première fois que personne ne vient retirer le Prix à la place du lauréat : en effet, tous les invités de la liste de Liu Xia, et même les membres de leurs familles, ont été empêchés de quitter la Chine jusqu'au 10 décembre, date de la cérémonie. Elena Bonner, l'épouse d'Andrei Sakharov, l'épouse de Lech Walesa, le fils d'Aung San Suu Kyi avaient pu se rendre à Oslo, pas Liu Xia.

    Si les membres du comité Nobel sont, comme l'a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères de Pékin, des "clowns", on comprend mal l'acharnement des autorités. Comment un gouvernement, membre permanent du conseil de sécurité des Nations unies, qui se prétend si soucieux de son image, peut-il violer tant de règles fondamentales de la vie en société ? Qu'en est-il de ce fameux "soft power" que les dirigeants chinois affirment vouloir développer ?

    La réponse est claire. A part les organisations des droits de l'homme et de courageux intellectuels chinois, personne n'est intervenu avec force en faveur du Prix Nobel de la paix ou de son épouse. Depuis le 8 octobre, Nicolas Sarkozy, David Cameron et Barak Obama ont rencontré Hu Jintao. Aucun des chefs des principales puissances occidentales (à l'exception de l'Allemange) n'a soulevé en public la question de la libération de Liu Xiaobo ou, au moins, de la mise au secret de son épouse. Est-ce parce que l'on a besoin du marché chinois pour sortir de la crise ? Parce que l'on a besoin de la Chine pour résoudre des crises régionales ?

    Si c'est le cas, il s'agit d'une attitude particulièrement myope. Comme tous les régimes autoritaires, le Parti communiste chinois méprise ceux qui font preuve de faiblesse. On croyait que Barak Obama l'avait compris. En novembre 2009, l'attitude conciliatrice qu'il a adoptée en se rendant à Pékin n'a abouti qu'à un durcissement du gouvernement chinois qui l'a humilié en décembre au sommet de Copenhague. Plus jamais ça, a-t-on alors déclaré à Washington. Et les Etats-Unis ont adopté une attitude plus ferme sur la question de Taiwan, du Tibet. Mais, sur la question des droits de l'homme en Chine, pas de changement. Au cours de la conférence de presse commune des deux chefs d'Etat lors de la visite de Hu Jintao à Washington, le président des Etats-Unis a laissé le secrétaire général du Parti communiste chinois parler des droits de l'homme sans soulever le cas de Liu Xiaobo.

    DÉSHONNEUR

    En se taisant, les gouvernements occidentaux ne suscitent pas seulement le mépris des dirigeants de la République populaire, ils déçoivent les Chinois, de plus en plus nombreux, qui se lèvent pour défendre leurs droits. Lors de l'annonce du Prix Nobel de la paix, nombre d'entre eux ont cru que le monde reconnaissait enfin l'importance de leur lutte. Parents des victimes du massacre du 4 juin 1989, avocats aux pieds nus qui défendent les paysans expulsés, citadins luttant contre les promoteurs liés au Parti, se sont sentis plus forts. Aujourd'hui, ils doivent comprendre qu'ils sont seuls. Les gouvernements démocratiques préfèrent discuter avec des dictatures, on l'a vu en Tunisie et en Egypte, qu'avec les combattants de la société civile. Pourtant, dans certaines circonstances, ceux-ci montrent qu'ils peuvent constituer une force incontournable.

    Pis encore, nos gouvernants affaiblissent ceux qui, à l'intérieur du régime, estiment que la répression ne peut pas régler tous les problèmes. Des dirigeants du Parti comme le premier ministre Wen Jiabao, ont affirmé que le Parti communiste défendait les "valeurs universelles" et qu'une "réforme du système politique" était indispensable si l'on voulait garantir les acquis du développement économique. Le comité Nobel n'est-il pas précisément l'une des instances qui propagent ces "valeurs universelles" ? Ne devrait-on pas encourager leurs défenseurs en Chine en refusant de mettre notre drapeau dans notre poche ?

    Entre la date de l'arrestation de Liu Xiaobo et sa condamnation, il s'est écoulé plus d'un an. Cela prouve que bien des dirigeants estimaient que cette condamnation était une erreur. En se taisant, en n'intervenant même pas pour exiger que Liu Xia, cette courageuse femme dont le seul crime est d'être l'épouse de Liu Xiaobo retrouve sa liberté de mouvement, nos gouvernants affaiblissent la faction éclairée du Parti. Et, bien entendu, ils se déshonorent.

    Ne serait-il pas temps pour le président du G20 et du G8 qui, tout au long de sa campagne, avait affirmé qu'il n'hésiterait jamais à défendre les droits de l'homme, d'intervenir pour la libération de Liu Xiaobo ? Et puisque les interventions en privé dont on nous dit qu'elles sont nombreuses n'aboutissent à aucun résultat, ne serait-il pas temps pour l'ensemble des dirigeants occidentaux de soulever publiquement le cas du Prix Nobel ? Ou faudra-t-il attendre un prochain printemps asiatique pour que l'on se rende compte que l'on a eu tort d'ignorer la vitalité de la société chinoise ?

    Jean-Philippe Béja va publier un choix d'articles de Liu Xiaobo sous le titre La philosophie du porc et autres essais (Gallimard, Coll. Bleu de Chine).

    Jean-Philippe Béja, directeur de recherche au CNRS, membre du CERI-Sciences-Po
     
  2. Cyril.G

    Cyril.G Dieu Supérieur

    Inscrit:
    17 Juin 2009
    Messages:
    2 014
    Localité:
    Shanghai, Pudong
    Ratings:
    +391 / -3
    Merci pour l'article. Tous le monde a peur de la puissance économique de la chine...
     
  3. limpat

    limpat Membre Bronze

    Inscrit:
    16 Mars 2010
    Messages:
    50
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +0 / -0
    Si tu agis, tu seras puni. Et hop, plus d´argent de poche !
    D´ailleurs, même si les occidentaux s´en mêlaient, on connaitrait d´ors et déjà la réponse des dirigeants chinois: "ceci est une affaire qui ne concerne qu éxclusivement la Chine"... fatalisme quand tu nous tiens...
     
  4. axila

    axila Apprenti

    Inscrit:
    1 Avril 2011
    Messages:
    2
    Ratings:
    +0 / -0
    bonjour,

    j'ai récemment envoyé un colis à un ami de shanghai contenant ce livre via la fnac. j'ignorais qu'il ne passerait pas comme une lettre à la poste, et par le suivi DHL j apprends qu'il est bloqué aux douanes jusqu'à nouvel ordre.
    Mon ami sur place risque t il quelque chose?
     
  5. Dejiyao

    Dejiyao Ange

    Inscrit:
    13 Janvier 2007
    Messages:
    967
    Localité:
    上海,徐汇区
    Ratings:
    +141 / -0
    Hum, je pense pas
     
  6. axila

    axila Apprenti

    Inscrit:
    1 Avril 2011
    Messages:
    2
    Ratings:
    +0 / -0
    Pas d'amende? et moi? ne vont il pas ficher mon nom et me chercher des pb si je fais une demande de visa? mes questions peuvent paraitre stupides mais je ne sais pas du tout quoi penser...
     
  7. Deep Link

    Deep Link Membre Bronze

    Inscrit:
    2 Juillet 2010
    Messages:
    84
    Ratings:
    +0 / -0
    Salut,

    Merci encore Mattq, comme d'habitude pour l'article

    ha...vraiment la vie (tu es injuste...): le bonheur pour les uns; malheur pour les autres.
    ps: celui qui donne, c'est celui qui finis par diriger tôt ou tard...
     
  8. Dejiyao

    Dejiyao Ange

    Inscrit:
    13 Janvier 2007
    Messages:
    967
    Localité:
    上海,徐汇区
    Ratings:
    +141 / -0
    Je pense pas vraiment qu'ils vont aller s'ennuyer à aller te ficher pour un bouquin.
     

Partager cette page