1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Un petit village si tranquille ....

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 2 Août 2010.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 941
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    http://chinecoree.blog.lemonde.fr/2010/08/02/un-petit-village-si-tranquille/

    6 juin 2010, trois Chinois sont abattus par des gardes-frontière nord-coréens près de Dandong, alors qu’ils faisaient du commerce illégal à proximité de la rive interdite du fleuve Yalu.Si des pêcheurs et même des soldats chinois ont déjà payé de leur vie des errances hasardeuses auparavant, la presse chinoise s’est vue autorisée pour la première fois à aborder le sujet frontalement. C’est encore un signe que les relations entre les deux pays battent sérieusement de l’aile et que Pékin se lasse de couvrir les agissements douteux de son turbulent voisin.

    Les trafiquants étant originaires d’un village tout proche, nous nous rendons sur place pour tenter d’en savoir plus.

    [​IMG]

    Avec nos faciès de « long nez », il est évidemment impossible de passer incognito dans un bourg paysan où personne ne va jamais. Nous décidons donc de nous arrêter dans le premier restaurant venu en espérant grappiller quelques informations. Notre excuse pour venir sur place : en savoir plus sur la zone de développement économique entourant le hameau, et avoir le point vue des villageois sur ce projet.

    Arrêt pour routiers et travailleurs migrants, l’établissement emploie des serveuses entre deux âges, en mini-jupes de skaï, dont les visages ravagés laissent à penser qu’elles ne s’occupent pas seulement d’apporter les plats.

    L’envers du décor

    Pendant le repas, notre guide chinoise s’éclipse pour bavarder un peu avec le patron sur le perron et recueille un témoignage pour le moins explicite:

    «Comment mourir pour une poignée de coquillages»

    son village

    Un peu secoués, nous nous dirigeons doucement vers le centre du village à quelques centaines de mètres. Potagers fleuris, maisonnettes en construction, travailleurs partant aux champs, tous les ingrédients du paisible hameau semblent réunis.

    Une petite conversation avec une famille locale recadrera tout de suite l’ambiance : « Le village va être détruit pour laisser place à la zone de développement » explique la villageoise. « Nous allons être indemnisés mais mal, et il faudra payer de notre poche pour se réinstaller. Pour toucher un peu plus, certains font des extensions à leur maison car les autorités ont décidé de payer en fonction du nombre de fenêtres. Mais en gros, nous allons tout perdre ! »

    A la sortie de l’unique épicerie où nous achetions de l’eau, une surprise nous attend. Trois membres de la police militaire en uniforme s’avancent vers nous l’air un peu inquiet : « Que faites-vous ici ? » demande l’un deux en nous montrant son badge : « est-ce que vous avez des papiers de presse officiels ? ». Nous sommes bien en règle et finalement la seule chose qui nous est reprochée est de ne pas nous être enregistrés au poste de police local en arrivant à Dandong, formalité obligatoire sous 24H pour les étrangers partout en Chine.

    Après de longues tergiversations, nos trois compères nous raccompagnent vers la ville pour remplir les formalités, trop heureux d’avoir trouvé une excuse pour nous éjecter du village. Et ce, non sans avoir pris avec nous une photo témoin, qui leur servira sûrement de trophée !

    Lâchés dans un commissariat miteux où la personne en charge des enregistrements est absente, nous retournons chez nous avec l’injonction de revenir le lendemain avec la propriétaire qui nous loue un petit 2 pièces. Mme Wu, quadragénaire ultra lookée avec un faible certain pour le violet, ne l’entend pas de cette oreille. Un rapide coup de fil à une autorité mystérieuse, et l’affaire est pliée, plus besoin de s’enregistrer !

    Nous venons d’assister encore une fois à la magie ancestrale des “guanxi” (relations) qui régit toujours tant de choses dans la Chine d’aujourd’hui.

    [​IMG]
     

Partager cette page