1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Un monde sans corruption serait inhumain !

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par cogito, 27 Septembre 2011.

  1. cogito

    cogito Membre Gold

    Inscrit:
    26 Juillet 2011
    Messages:
    241
    Ratings:
    +238 / -3
    "Un monde sans corruption serait inhumain"

    Alors que les affaires de valises font leur retour dans l’actualité, L'Usine Nouvelle a interrogé Gaspard Koenig, ancien conseiller au cabinet de Christine Lagarde et auteur d’un essai* remarqué et paradoxal vantant les mérites de la corruption. Il décrypte sa face cachée positive dans l’économie.

    Entre les pétaradantes révélations de Robert Bourgi sur d’éventuelles valises de billets circulant entre l’Afrique et les palais officiels de la République française, et le livre de Pierre Péan "La république des malettes" qui dresse le portrait d’Alexandre Djouhri, à la croisée du monde des affaires et de la politique, sans oublier les plus franco-françaises affaires marseillaises, ayant abouti à la mise en examen de Jean-Noël Guérini, l’actualité française bat à nouveau au rythme des affaires.
    Gaspard Koenig, agrégé de philosophie, revient pour L'Usine Nouvelle sur ce phénomène. Loin d’être un pur esprit, il a travaillé au cabinet de Christine Lagarde quand elle était ministre de l’Economie et occupe aujourd’hui la fonction de conseiller stratégique à la Banque européenne de reconstruction et de développement. Au moment où il nous a parlé, il n’avait pas pu lire le livre de Pierre Péan. Iconoclaste, il décortique la corruption.

    L'Usine Nouvelle - Vous défendez la corruption dans votre livre. Pourtant, du point de vue de l’entreprise, c’est une taxe supplémentaire à payer. Où sont donc ces vertus cachées qui figurent dans votre titre ?
    Gaspard Koenig - D’abord, la corruption ne peut pas être réduite à sa seule dimension économique, même si celle-ci peut et doit être prise en compte. Vous présentez la corruption comme un coût mais c’est une vision partielle. Il faut aussi prendre en compte les avantages qu’elle présente et tous les coûts qui sont économisés de cette façon. L’économiste américain Huntington a montré que dans des économies où l’économie de marché ne fonctionne pas bien, la corruption récompense finalement ceux qui veulent produire du nouveau. Un entrepreneur, un nouvel entrant utilise ce levier pour détourner les blocages institutionnels, réglementaires ou humains. C’est un moyen pour gagner du temps, pour aller plus vite. Vous dîtes que c’est une taxe, mais si cela évite de remplir des dizaines de formulaires avec des résultats incertains, c’est surtout un accélérateur pour l’acteur économique.

    Autrement dit, corrompre ce serait remettre du marché là où il n’existe pas ou là où il est défaillant ?
    Oui, la corruption remet une certaine égalité entre tous les acteurs dans des systèmes économiques bloqués. En outre, elle contribue à fluidifier les relations, à produire de la confiance, quand l’entreprise peut être soumise sinon à l’aléa d’une bureaucratie.

    De l’égalité ? Vraiment ? Mais c’est la négation de la transparence. Ce n’est plus le meilleur qui l’emporte mais celui qui peut mettre le plus. Où est l’égalité dont vous parlez ?
    Certes, il faut payer pour obtenir un droit, mais c’est surtout un moyen d’éviter de passer par des réseaux plus ou moins opaques. La corruption évite les effets des réseaux trop fermés. Elle ouvre les portes de marchés qui resteraient autrement cadenassés. Des études ont montré qu’en URSS, la corruption était le seul moyen d’agir pour ceux qui voulaient plus que ce à quoi il avait droit selon les règles du système.

    Cela est-il aussi valable dans les économies les plus développées, avec un état de droit en bonne et due forme ?
    Dans nos sociétés, c’est évidemment plus compliqué. En général, la corruption prend des formes moins directement vénales, quoiqu’il faudrait relativiser si on en croît l’’actualité, avec ses révélations de valises de billets. Ce que nous voyons habituellement, c’est plutôt un système d’aide et d’entraide, où un ministre remet une médaille ou une légion d’honneur à quelqu’un qui lui rend service. C’est un système de dons, contre-dons, finalement très humain. Car au fond chacun est corrompu.

    Faut-il dès lors tout autoriser, parce que c’est humain ?
    Non évidemment. Ce sur quoi j’insiste est que la frontière est très ténue entre rendre service à quelqu’un, ce que nous faisons tous chaque jour, et la corruption. Ce qui se discute c’est de savoir où passe la frontière entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas.
    Les tenants du zéro corruption ferait bien de relire ce qu’écrivait Hannah Arendt sur le totalitarisme. Dans le système nazi, explique-t-elle, la corruption est éradiquée, car tout désir personnel, tout échange sont eux aussi éradiqué. Tout est fixé par les principes de l’Etat nazi. Je leur conseille de lire aussi 1984 de George Orwell, avec ce cri du héros que je cite de mémoire « par pitié donnez-moi de la corruption. » Le monde moral et transparent que certains voudraient est juste inhumain. Ce qu’il faut préserver, c’est cette zone grise, cette zone où chacun peut se rendre un service.

    A vous écouter, le rêve d’un monde sans corruption serait un cauchemar. Mais tout indique que les sociétés sont de moins en moins tolérantes vis-à-vis de la corruption. Faut-il s’en inquiéter ?
    Il est incontestable qu’on constate un retour de la morale. Regardez l’affaire Woerth. Il n’a pas reçu de mallettes bourrées d’espèces. De quoi parle-t-on ? De l’attribution de la légion d’honneur. Mais si on décortiquait les actes de chacun, ce sont des milliers d’affaires Woerth qu’on trouverait.

    Revenons au monde économique. Les affaires dont on parle aujourd’hui apparaissent dans un contexte d’échanges entre des entreprises occidentales qui travaillent sur des marchés étrangers. Au fond, peut-on vouloir échanger, sans se corrompre, c’est-à-dire sans accepter qu’une partie de nous-mêmes soit altérée ?
    Jusque dans les années 90, la corruption dans les contrats internationaux était exemptée de taxes. Il y avait un budget spécial prévu. Le pot de vin était exempté d’impôts par l’administration fiscale. Aujourd’hui, cela n’a plus court.
    Ensuite, il est difficile de vouloir commercer sans entendre l’autre. Je me souviens d’un économiste que je cite dans mon livre, dont les travaux portaient sur la Roumanie. En substance, il expliquait que ce que l’on appelait corruption avec des lunettes occidentales, c’était ce qu’on appelait localement "la vie, un coup de main, de l’aide." Pour les Roumains qu’il avait rencontré, les accusations occidentales étaient difficiles à entendre, car ils estimaient que la corruption existait aussi dans les économies développées, parfois sous d’autres formes, et que l’application des principes occidentaux dans leur pays conduirait à la mort.

    Dès lors, une entreprise est-elle obligée de corrompre si elle veut commercer avec l'international ?
    Il y a une corruption qui libère, qui fluidifie et celle qui sert des économies de rente, particulièrement écoeurante. Je travaille pour une institution la Berd dont les missions ont été élargies vers les pays du Maghreb et plus généralement, là où le printemps arabe s’est déroulé. La Berd apporte ses concours pour contribuer à construire de vraies démocraties avec un état de droit, comme elle l’a fait dans le passé dans les pays de l’ex bloc soviétique. Dans ces pays-là, la corruption a été le moyen d’une captation de richesses par un minuscule clan. Les peuples se sont aussi rebellés contre elle.
    La Berd préfèrerait perdre un marché en respectant ses principes plutôt que de le gagner en y renonçant. Dans le monde anglo-saxon, il existe une vraie culture de la transparence. Des règles de comportement très précises sont édictées.

    *"Les discrètes vertus de la corruption", Grasset 2010

    Pour en savoir plus sur les discrètes vertus de la corruption, on peut se référer à l’article du blog des livres et vous ou ici par un auteur qui se définit lui-même comme "libéral".

    Le 15 septembre 2011 par Christophe Bys

    Source : L'Usine Nouvelle (http://www.usinenouvelle.com/article/un-monde-sans-corruption-serait-inhumain.N158875)
     
  2. Legume28

    Legume28 Membre Platinum

    Inscrit:
    23 Décembre 2007
    Messages:
    1 291
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +5 / -8
    WTF ? jamais lu ça dans ce bouquin, et je l'ai lu 3 fois.

    Toujours intéressant ces avis en tous cas sur lesquels on diverge, surtout sur ce sujet et vivant en Chine.

    Je peux comprendre pour ma part entre pays dont l'un des deux est relativement peu démocratique une certaine forme d'"échanges". Dans la mesure où cela est étatique, et un peu dans le même contexte que l'on tolère aux Etats le monopole de la violence et de la guerre, cela ne me choque pas, cela me gène mais j'en comprend la possible nécessité, parfois. Sans pour autant excuser tous les moyens.

    Dès que cela sort de ce contexte, je trouve que toute corruption trahit une profonde pauvreté morale et un échec social, une défaite personnelle aussi à ne pas savoir gérer ses affaires d'une autre façon. Autant dans ce cas, recourir à la torture, au mensonge, à l'extorsion ou aux "accidents". Et qu'on n'accuse pas ma vision de naïve, quand dans cet article on utilise le nazisme comme argument suprême : tout le monde sait au contraire qu'il n'y a jamais plus de corruption que dans les régimes autoritaires.
     
    #2 Legume28, 27 Septembre 2011
    Dernière édition: 28 Septembre 2011
  3. flopper84

    flopper84 Membre Bronze

    Inscrit:
    14 Avril 2011
    Messages:
    178
    Localité:
    Yangzhou
    Ratings:
    +0 / -0
    Magnifique reductio ad Hitlerum. Il n'y a pas de corruption non plus dans mon paquet de Frosties. Par déduction, ma boîte de céréales est-elle nazie ?
     
  4. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 188
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 026 / -65
    Pour le savoir c'est facile , il suffit de jetter 1 ou 2 Chocapics ,dans ton bol de lait ,au milieu des Frosties et d'observer ...
     

Partager cette page