S'installer et travailler en Chine

Lucasf

Nouveau Membre
12 Oct 2021
2
0
1
32
Bonjour à tous,

Je m'appelle Lucas, j'ai 32 ans, je suis parisien. Cela fait maintenant plusieurs années que j'envisage de partir vivre en Chine, pour plusieurs raisons: passion, apprentissage de la langue, envie d'ailleurs... Là-bas je souhaiterais travailler pour pouvoir être autonome.
Je voulais savoir comment cela se passait pour le visa une fois que l'on a trouvé un job ? Est-ce plus difficile aujourd'hui ? Les agences de visa qui pullulent sur wechat sont elles efficaces ?
D'un côté on me dit qu'il faut des diplômes et autres critères sérieux pour avoir un visa travail en Chine mais de l'autre je vois des tas de gens installés là-bas juste en ayant trouvé quelque chose sur place. Genre prof de langue, kindergarten, serveur, etc. Je voudrais démêler un peu tout ça et en savoir un peu plus sur les possibilités.

Merci d'avance pour vos réponses !

PS: J'ai une licence et je parle couramment le mandarin (niveau HSK 4-5). J'ai déjà vécu en Chine 1 an mais en tant qu'étudiant.
 

Suikka

Membre Platinum
21 Sept 2012
103
33
73
Le process pour acceder au work visa est de plus en plus strict.
Pour prof de langue, il faut par exemple avoir une licence FLE et de l'experience. Ou produire des faux (ce que certains font, et n'est pas du tout conseille).

Si tu trouves un job, et que tu as les qualification necessaires (diplomes + experience), normalement pas de soucis pour le visa de travail.

Si ca ne passe pas pour la Chine, tu peux aussi chercher ailleurs . Japon, Coree et Singapour pas simple. Mais Vietnam, Thailande ou Taiwan, ca n'a pas l'air tres dur d'y deccrocher un visa de travail. Eventuellement Philippines ou Indonesie aussi (mais sans doute moins d'opportunites que dans les 3 precedents).

L'experience y sera sans doute tout aussi (si ce n'est plus ?) enrichissante. La Chine, il y aura toujours moyen de travailler avec, d'y faire des business trip etc..
 
Dernière édition:

Mastercloud

Membre Gold
19 Sept 2016
266
52
58
Salut,

Si tu as licence plus 2 ans d'expérience, c'est possible, maintenant si tu veux être professeur FLE, il faut ta licence FLE plus l'expérience qui va avec. Honnêtement, de ce que je ressens pour le moment, les salaires qu'ils donnent aux étrangers qui travaillent dans les milieux que tu as mentionnés sont assez bas. Pour Shanghai, on parlerait de 10.000 à 20.000 RMB pour prof de langue 7.000 à 15.000 pour serveur. Je ne pense pas que ce genre de salaire te permettent vraiment de profiter de la vie à Shanghai, qui est de plus en plus cher, les prix ont explosés.

Jardin d'enfants : Si tu travailles en tant que professeur d'anglais, il faut savoir que ce n'est pas légal, peu importe que tu obtiennes le permis de travail ou non, les prérequis pour ce genre de travail sont basés sur minimum licence dans un pays anglophone ou Anglophone natif. En gros ce genre d'établissements mentent souvent durant la demande de permis, à ton détriment bien sûr.

Agence de Visa : On est en 2021, tu peux faire ta demande toi-même, il n'y a plus de connexions entre les agences visas et l'immigration ou le bureau du travail. C'est inutile, au pire, demande leurs conseils, mais pour moi, c’est une perte d'argent.

Piste à explorer : Les jeux vidéos, c'est un milieu qui explose et fait pas mal d'argent, je travaille là-dedans actuellement, il y a peu d'étrangers et une forte demande pour les positions juniors, bonne courbe d'apprentissage et développement, beaucoup de compagnies donc le marché est bien développé à Shanghai, Pékin, Shenzhen, offre pas mal d'avantages vu qu'il y a beaucoup de compétitions entre compagnies, cela pousse les salaires vers le haut.

Sans vouloir te rabaisser, un niveau HSK4 et même 5 n'est pas suffisant pour être professionnellement apte à communiquer avec tes collègues, je suis passé par là et sincèrement, même avec un niveau HSK6 j'éprouve de temps en temps des difficultés dans des sujets pointus. Certes, ton HSK te permettra d'avoir plus de points au niveau de l'application du permis de travail, mais les compagnies chinoises sont de plus en plus strictes sur le prérequis du niveau de chinois des étrangers.

À noter que, le test HSK va être refait et tous les niveaux vont être durcis + ajouts de 3 niveaux supérieurs.
 

Lucasf

Nouveau Membre
12 Oct 2021
2
0
1
32
Salut, merci pour vos réponses !

Oui en fait à la base c'est vraiment pour pouvoir continuer d'apprendre le chinois en immersion en Chine tout en y travaillant pour m'assurer une autonomie. Compliqué de progresser en restant en France...

Avant le Covid j'avais été embauché dans une école privée pour donner des cours de comédie, pour un salaire de 30k RMB. C'était plutôt pas mal mais j'avoue qu'à l'époque on m'avait fait peur en me disant qu'il fallait des points etc. pour le visa et que c'était compliqué. Du coup j'avais pas fait les démarches. (Pas de regret vu qu'il y a eu l'épidémie juste après!).

En fait la question que je me pose c'est: Comment certaines personnes sans aucun diplôme qui se font embaucher (par exemple juste parce qu'ils sont natifs anglais) font pour avoir un visa aussi facilement, alors que j'entends si souvent que les démarches sont très strictes ?

PS:
@Mastercloud Pour le HSK oui je sais :) même avec un HSK 6 on est loin d'être bilingue...
 

Mathieu

Alpha & Oméga
Admin
Membre du personnel
15 Oct 2006
9 480
4 030
298
Shanghai, People Square
www.murailledechine.com
En fait la question que je me pose c'est: Comment certaines personnes sans aucun diplôme qui se font embaucher (par exemple juste parce qu'ils sont natifs anglais) font pour avoir un visa aussi facilement, alors que j'entends si souvent que les démarches sont très strictes ?
Ca dépend de la structure d'accueil (les fortune 500 ont des passe droit que ce soit sur le nombre de points ou du fait qu'ils ont un guichet spécial plus compréhensif que la petite boite à faible investissement.

Certaines professions style cuisinier sont aussi plus flexibles avec la lettre qui va bien.

Mais prof d'anglais il me semble que l'époque du simple natif est révolue. A fortiori en ces temps de covid.