1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Shanghaï, nouvelle capitale des hedge funds ?

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par misterasi, 16 Juillet 2012.

  1. misterasi

    misterasi Membre Gold

    Inscrit:
    24 Juin 2008
    Messages:
    474
    Localité:
    live in Pontarlier, work in Lausanne
    Ratings:
    +0 / -0
    Alors que la Chine a dévoilé fin juin son projet de zone financière expérimentale à Shenzhen, une étape importante vers la convertibilité totale du yuan et un renforcement de ses liens avec Hongkong, voilà que les fonds spéculatifs étrangers viennent d'être autorisés dans le pays.
    Le changement de donne fait partie du QDPL, acronyme bien connu des gérants de fonds pour "Qualified domestic partner limited program" et constitue le pendant du QFII (Qualified foreign institutional investor) qui régente, lui, les investissements en Chine des étrangers.
    En gros, il s'agit d'une invitation à destination des hedge funds afin qu'ils demandent des licences à Shanghaï. Selon une source du Financial Times, les plus grands hedge funds au monde – avec au moins 10 milliards de dollars d'actifs sous gestion – seraient autorisés à s'inscrire en premier.

    C'est une avancée importante de la deuxième économie mondiale pour ouvrir l'accès à ses capitaux aux investisseurs étrangers, et qui participe à la remise en cause de la lourde régulation séparant la Chine des autres marchés financiers.
    Le rythme des réformes s'est accéléré cette année avec une rafale de petites initiatives, mais cette dernière est l'une des plus hardies. En plus de créer une nouvelle porte de sortie aux capitaux nationaux, elle donne aux investisseurs institutionnels chinois l'accès à des stratégies d'investissement alternatives qui jusqu'ici ne leur étaient pas ouvertes.
    DÉTOURNER LES CHINOIS DE L'IMMOBILIER

    En raison de ces blocages et limitations, l'immobilier était au cours de la dernière décennie l'investissement préféré des Chinois fortunés, contribuant à nourrir une bulle immobilière que le gouvernement tente aujourd'hui de dégonfler.
    Lire : "Prix de l'immobilier et pénurie de logements font de l'accession à la propriété un casse-tête" (lien abonnés)

    La réforme va cependant se mettre en place lentement et prudemment avec un plafond d'environ 5 milliards de dollars concernant les montants qui peuvent être levés. Et SAFE, l'administration d'Etat qui supervise la gestion des devises étrangères et des transactions transfrontalières, aura toujours le dernier mot sur la possibilité pour les yuans de quitter le pays... ou pas.

    "Il reste une zone d'ombre sur la façon dont ces hedge funds et leurs profits seront taxés", nuançait également Jing Ulrich, directeur de la banque d'investissement JPMorgan en Chine, dans un récent rapport. Et ces derniers ne pourront toujours pas investir directement dans des projets chinois et seront libellés en yuans.

    LES AMÉRICAINS FAVORISENT L'ASIE
    Le QDPL devrait attirer en premier lieu les investisseurs asiatiques en mal de capitaux frais, selon le South China Morning Post. Mais il pourrait aussi provoquer une ruée outre-Atlantique : un sondage de 2011 indiquait que les Américains se détournent peu à peu de l'Europe au profit de l'Asie, jugée plus importante pour l'avenir de leur pays.
    [h=2]Selon l'enquête de l'institut de recherche German Marshall Funds, la moitié des Américains (51 %) considèrent que la Chine, le Japon ou la Corée du Sud sont plus déterminants pour "les intérêts nationaux" des Etats-Unis que les pays de l'Union européenne. En 2004, 54 % des personnes jugeaient l'Europe plus importante pour leur pays que l'Asie. La montée en puissance de la Chine est également considérée comme "une opportunité" par une majorité de sondés aux Pays-Bas (67 %), en Suède (65 %), au Royaume-Uni (58 %) et en Allemagne (57 %).[/h] Cette réforme est avant tout un grand pas en avant pour la structure financière de l'Empire du milieu, qui intensifie son processus de dérégulation, alors que son économie s'affirme de plus en plus comme une économie centrée sur la consommation, à l'image des pays occidentaux.
     

Partager cette page