1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

revolution agricole : les pasteques grenades!

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par 何昂湍, 25 Mai 2011.

  1. 何昂湍

    何昂湍 Demi-dieu

    Inscrit:
    10 Janvier 2007
    Messages:
    903
    Localité:
    Binzhou - Qingdao, Shandong
    Ratings:
    +479 / -4
    En Chine, les pastèques explosent

    26.05.2011 | The Guardian

    Des pépins fusant dans tous les sens, des morceaux d’écorce et de chair rouge volant en éclats… Cette image hante encore Liu Mingsiu depuis qu’un engrais a dévasté sa récolte. Des champs de pastèques ont explosé après que ce fermier et d’autres cultivateurs les ont aspergé de forchlorfenuron, un accélérateur de croissance. Les médias chinois se sont emparés de cet incident pour dénoncer l’incurie des pratiques agricoles, le rendement à tout prix et l’utilisation excessive de fertilisants, à l’origine de toute une vague de scandales alimentaires : riz pollué au cadmium, lait contaminé à la mélamine, arsenic dans de la sauce soja, champignons à l’eau de Javel, borax injecté dans du porc pour lui donner l’aspect du bœuf. Au regard de ces cas, le délit de M. Liu est mineur, mais l’affaire a pris de l’ampleur après un reportage de la télévision nationale chinoise, CCTV. La chaîne a imputé ces explosions au forchlorfenuron. Cette substance chimique – légale – favorise la division cellulaire, déforme les pastèques et blanchit leurs pépins.

    Selon le reportage, les cultivateurs ont aspergé les fruits trop tard dans la saison et par temps humide, ce qui aurait transformé les champs de pastèques en “champ de mines”. Après avoir perdu 3 hectares, M. Liu a avoué qu’il ne trouvait plus le sommeil, ne parvenant pas à effacer de sa mémoire l’image de ses fruits éclatant en mille morceaux. “Le 7 mai, je suis allé voir et j’ai compté 80 pastèques explosées, mais, l’après-midi, il y en avait 100. Au bout de deux jours, j’ai arrêté de compter.” Une vingtaine de récoltants ainsi que 45 hectares ont été touchés près de Danyang, dans l’est du pays. Ces fruits n’ont pas pu être vendus et ont fini par servir de nourriture aux poissons et aux cochons. D’après les agriculteurs, le forchlorfenuron permet d’avancer la récolte de deux semaines, mais aussi d’augmenter la taille et le prix des fruits de plus de 20 %. “En général, on déconseille ce type d’engrais pour les pastèques : ce sont des fruits très délicats. Cela peut leur donner un aspect étrange. Le goût est moins bon et le stockage plus compliqué mais, a priori, il n’y a pas de danger pour la santé”, commente Cui Jian, directeur de l’Institut des sciences agricoles de Qingdao. Pour les mouvements écologistes, l’utilisation excessive d’engrais chimiques ne se limite pas aux accélérateurs de croissance. Pan Jing, membre de Greenpeace, souligne que les agriculteurs dépendent des fertilisants, car beaucoup d’entre eux sont également travailleurs migrants saisonniers et ont donc moins de temps à accorder à leurs cultures. Cette dépendance est due aux subventions qu’octroie l’Etat chinois, qui permet ainsi l’achat d’engrais à moindre coût. “Le gouvernement est conscient des problèmes environnementaux dus aux fertilisants chimiques, mais il se préoccupe aussi de la question du rendement.”

    De nombreux agriculteurs cultivent les lopins destinés à leur production alimentaire séparément des cultures qu’ils destinent à la vente, traitées à l’aide d’engrais chimiques. “J’ai l’impression que je ne peux plus rien manger de sain. On ne pense plus qu’à faire de l’argent”, explique Huang Zhanliang, un agriculteur du Hebei. Ces dernières semaines, le site du Renmin Ribao(“Quotidien du peuple”) a révélé que des contraceptifs chimiques humains avaient été utilisés sur des plantations de concombres dans la ville de Xian ; le China Daily a démontré que des piments cultivés dans le Sichuan déteignaient au rinçage et le portail d’information Sina a dévoilé que de la poudre de baryte avait été injectée à des poulets de la province du Guizhou afin d’augmenter leur poids. Plus inquiétant encore, une étude menée par des chercheurs de l’Université d’agronomie de Nankin a montré qu’un dixième du riz produit en Chine pourrait contenir du cadmium, un métal lourd pouvant affecter le système nerveux.

    De nombreux consommateurs choisissent d’acheter des produits importés, estimés plus fiables, mais cela risque aussi d’inciter à la fabrication d’étiquetages mensongers. Cette semaine, l’Association de l’industrie fruitière de la province du Guangdong déclarait aux journalistes que “la plupart des ‘fruits importés’ [étaient] produits en Chine”
     

Partager cette page