Quelles relations uk - ue - pendant & après la période de transition ?

  • Auteur de la discussion lafoy-china
  • Date de début
ChrisHK

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
14 283
11 181
178
Hong Kong et Shanghai
La conséquence direct d'un no-deal c'est surtout que les fournisseurs continentaux deviennent moins compétitifs par rapport à leurs concurrents britanniques et mondiaux.
Encore faut-il qu'il y ait des concurrents britanniques ... Prends l'automobile par exemple. Tous les Britanniques ne peuvent pas s'offrir une Rolls, Bentley ou Jaguar... et Honda va fermer son usine de Swindon (c'est ballot, personne ne leur a dit qu'ils allaient être si compétitifs) :siffle:
La frontiere physique sera dans le sens Irlande Nord -> Sud si l'UE veut être enquiquinante
Mais dans l'autre sens, les britanniques feront ce qu'ils voudront. Et là l'UE aura l'air bête si une frontière est ouverte et pas l'autre.
Tu veux dire que l'UE pourra imposer des droits de douane sur les marchandises venant d'Irlande du Nord, mais pourra exporter vers l'Irlande du Nord tout ce qu'elle veut sans droits de douane ??? Je me demande vraiment qui aura l'air bête ... :siffle:

Il n'est pas nécessaire d'avoir un accord commercial pour que 2 pays puissent commercer entre eux, qu'on se le dise !
Il n'est même pas nécessaire de faire du commerce avec d'autres pays : la Corée du Nord arrive (presque) a s'en passer ... qu'on se le dise ! :ptdr:
 
Breizh In China

Breizh In China

Alpha & Oméga
05 Nov 2009
4 940
2 289
178
Xuijiahui Shanghai
Tu en as du courage à encore répondre. Attendons 2 mois pour voir la formidable compétitivité de l’UK se dévoiler.
Et c’est vrai, mes traités avec l’UK ne servent à rien vu que l’encre n’a pas le temps d’être sèche que le traité est déjà caduc.
 
ChrisHK

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
14 283
11 181
178
Hong Kong et Shanghai
ChrisHK

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
14 283
11 181
178
Hong Kong et Shanghai
Pour les USA, il n'y a pas d'accord commercial actuellement entre les 2 pays (dont les échanges sont sensiblement équilibrés), donc la conséquence directe sera qu'il n'y aura aucune conséquence particulière.

Il n'est pas nécessaire d'avoir un accord commercial pour que 2 pays puissent commercer entre eux, qu'on se le dise !
«La relation spéciale (avec les USA) est vitale pour la Grande-Bretagne après le Brexit ».

C'est pas moi qui le dit, c'est Farage... et je ne pense pas qu'on puisse le soupçonner d'être anti-Brexit ! :siffle:
 
Alplob

Alplob

Dieu suprême
21 Avr 2010
2 631
1 538
168
Xujiahui
Encore faut-il qu'il y ait des concurrents britanniques ... Prends l'automobile par exemple. Tous les Britanniques ne peuvent pas s'offrir une Rolls, Bentley ou Jaguar... et Honda va fermer son usine de Swindon (c'est ballot, personne ne leur a dit qu'ils allaient être si compétitifs) :siffle:
N'importe quel pays ne peut avoir que des usines qui ouvrent, ça suit un cycle de vie aussi. Après une hirondelle ne fait pas le printemps, Nissan y investit actuellement. Après si c'est l'intérêt de la Grande Bretagne d'importer des automobile, et bien il baisseront les droits de douanes, et si ce n'est pas le cas, ou pour favoriser la ré-implantation d'usine de constructeurs étrangers, ils les augmenneront. Et ainsi ils agiront en fonction de leur intérêts.

Ensuite j'aimerai dire que pour un européiste français parler de l'industrie automobile britannique, c'est un peu une histoire de poutre et de paille. Parce que contrairement à la Grande Bretagne désormais, elle finance les pays de l'Est dans lesquels les constructeurs français délocalisent pour ensuite revendre sur le marché sans le moindre droit de douane, ou même emploient des travailleurs détachés en France.

Du coup, j'ai repris ton dessin appliqué à cet exemple du côté français:
mal.jpg

Enfin, l'industrie automobile est justement au coeur des priorités allemandes dans ces négociations. Mais pourquoi donc si il n'y a plus de constructeurs britanniques ? :rolleyes: À ben peut-être qu'au lieu de venir d'Allemagne, les voitures pourraient venir d'Asie.


Tu veux dire que l'UE pourra imposer des droits de douane sur les marchandises venant d'Irlande du Nord, mais pourra exporter vers l'Irlande du Nord tout ce qu'elle veut sans droits de douane ??? Je me demande vraiment qui aura l'air bête ... :siffle:
Je pensais surtout aux personnes, mais pour les marchandises cela pourrait fonctionner pareil, avec une déclaration des entreprises lors de la réception des marchandises en Irlande du Nord. Et des contrôles pour s'assurer qu'il n'y a pas de trafics à grande échelle. L'Irlande du Nord est grande comme un département français avec une frontière terrestre de 360 kilomètre, ça ne devrait être difficile de surveiller cette zone.

Il n'est même pas nécessaire de faire du commerce avec d'autres pays : la Corée du Nord arrive (presque) a s'en passer ... qu'on se le dise ! :ptdr:
Ah oui, le fameux exemple de la Corée du Nord. Une sorte de point Godwin commercial.

Il n'y a pas d'accord de libre échange actuellement entre les 2 plus grands exportateurs mondiaux (la Chine et l'Allemagne), tu vas sans doute me dire qu'il y a un risque de collectivisation de l'appareil productif par le prolétariat dans ces 2 pays ? Et les USA, 1ère puissance économique mondiale, n'a pas d'accord de libre échange avec ces 2 pays, donc du coup c'est un pays complètement fermé aussi?

La Grande Bretagne, ainsi que la Fance, n'a jamais été complètement fermée, cela n'a aucun sens de parler de la Corée du Nord.
 
Alplob

Alplob

Dieu suprême
21 Avr 2010
2 631
1 538
168
Xujiahui
Tu en as du courage à encore répondre. Attendons 2 mois pour voir la formidable compétitivité de l’UK se dévoiler.
Et c’est vrai, mes traités avec l’UK ne servent à rien vu que l’encre n’a pas le temps d’être sèche que le traité est déjà caduc.
Ça fait longtemps que tu ne nous a pas relayé un article parlant d'une "possible" prévision cataclysmique, tu n'en as plus sous la main, ou alors tu en as marre de ne pas les prévisions se réaliser? :)


«La relation spéciale (avec les USA) est vitale pour la Grande-Bretagne après le Brexit ».

C'est pas moi qui le dit, c'est Farage... et je ne pense pas qu'on puisse le soupçonner d'être anti-Brexit ! :siffle:
La "special relationship" :
1. n'a jamais inclus d'accord de libre échange
2. et donc du coup est trèèèèès loin de limiter au commerce

Il aurait fallu que les médias français qui vous ont guidé tout au long de ces 4 dernières années vers de mauvaises analyses contextualisent les propos de Nigel "Legend" Farage. Mais bon comme ils sont autant aveuglés par leur européisme que vous, cela ne risquait pas d'arriver.

Pour finir, un bon mot de Farage: No deal, no problem!
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 096
8 348
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Les négociateurs de Brexit continuent de parler mais Boris Johnson avertit le Royaume-Uni de se préparer à un "no-deal " By Cristina Gallardo

10/16/20 Updated 10/17/20,

Le premier ministre britannique a déclaré que l'UE avait "refusé de négocier sérieusement".

Communique :
LONDRES - Le premier ministre britannique va continuer à négocier avec l'UE, mais a accusé Bruxelles de ne pas s'engager dans des négociations pour un accord à la canadienne.
Dans un clip vidéo diffusé vendredi, M. Johnson a déclaré que le Royaume-Uni devrait se préparer à un "no-deal" à partir de janvier 2021.

Le premier ministre britannique avait précédemment fixé une date limite pour le sommet du Conseil européen de cette semaine afin de convenir d'un accord commercial avec Bruxelles. Cependant, les négociateurs n'ont pas réussi à faire des progrès sur les principaux points d'achoppement, notamment les quotas de pêche, les conditions de concurrence équitables que Bruxelles veut garantir au Royaume-Uni pour qu'il n'affaiblisse pas le bloc, et la gouvernance de tout accord.
Plus tard vendredi, le négociateur en chef du Royaume-Uni, David Frost, s'est entretenu avec son homologue européen Michel Barnier pour faire le point sur le clip vidéo de Johnson et a accepté de s'entretenir à nouveau "en début de semaine prochaine", a déclaré un porte-parole de Downing Street aux journalistes.

"Dès le début, nous avons été parfaitement clairs sur le fait que nous ne voulions rien de plus compliqué qu'une relation à la canadienne basée sur l'amitié et le libre-échange", a déclaré M. Johnson. "À en juger par le dernier sommet européen de Bruxelles, cela ne marchera pas pour nos partenaires européens. Ils veulent pouvoir continuer à contrôler notre liberté législative, notre pêche, d'une manière totalement inacceptable pour un parti indépendant".

M. Johnson a ajouté : "Étant donné qu'ils ont refusé de négocier sérieusement pendant une grande partie des derniers mois et que ce sommet semble exclure un accord de type canadien, j'ai conclu que nous devrions nous préparer pour le 1er janvier avec des arrangements qui ressemblent davantage à ceux de l'Australie, basés sur les principes simples du libre-échange mondial".

Le Royaume-Uni sera prêt à "écouter" s'il y a un "changement fondamental d'approche" de la part de l'UE, a ajouté M. Johnson. Dans le cas contraire, le Royaume-Uni optera pour la "solution australienne", c'est-à-dire la non-réalisation d'un accord. Le Premier ministre a indiqué qu'il était prêt à conclure des mini-accords avec Bruxelles dans des domaines tels que la sécurité sociale, l'aviation et la coopération nucléaire si le Royaume-Uni et l'UE ne parvenaient pas à un accord de type canadien.
Après la diffusion du clip vidéo de Johnson, un fonctionnaire de l'UE a déclaré que Bruxelles donnerait probablement quelques semaines supplémentaires aux négociateurs. "S'il n'y a pas d'accord dans les deux ou trois semaines à venir, nous devons sérieusement commencer à préparer un scénario sans accord. Dans ce cas, cela n'a pas beaucoup de sens de mettre beaucoup plus d'énergie dans les négociations", a déclaré le fonctionnaire.

"La pression des pays de l'UE pour publier des plans d'urgence sur la Commission augmente, mais la Commission attend pour ne pas envoyer le mauvais signal à Londres et parce qu'on ne sait pas quel serait l'impact sur les négociations en cours", a ajouté le fonctionnaire.
Les dirigeants européens se sont réunis à Bruxelles pour un sommet jeudi et vendredi et ont appelé "le Royaume-Uni à prendre les mesures nécessaires pour rendre un accord possible".

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, a déclaré lors d'une conférence de presse tenue lors du sommet qu'il souhaitait se rendre à Londres lundi pour faire avancer les négociations, en faisant pression sur Londres pour qu'elle poursuive les discussions après que les dernières semaines n'aient pas permis de faire une percée.

Le négociateur en chef britannique, David Frost, a exprimé sa déception face aux conclusions publiées par les dirigeants lors du sommet. "Surpris que l'UE ne s'engage plus à travailler "intensivement" pour parvenir à un futur partenariat", a tweeté M. Frost, soulignant que des discussions intensives avaient été convenues avec la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, le 3 octobre. "Il a également été surpris par la suggestion que pour obtenir un accord, toutes les initiatives futures doivent venir du Royaume-Uni.
La rhétorique a continué à s'intensifier vendredi, le porte-parole du premier ministre en ayant parlé aux journalistes : "Les négociations commerciales sont terminées, l'UE y a effectivement mis fin en disant qu'elle ne veut pas changer sa position de négociation", a déclaré le porte-parole. "Michel Barnier ne devrait venir à Londres la semaine prochaine que s'il est prêt à discuter de toutes les questions sur la base d'un texte juridique, de manière accélérée, sans que le Royaume-Uni ne soit obligé de faire tous les gestes".

 
Dernière édition:
G

guillaumeenchine

Membre Platinum
09 Sept 2019
1 287
227
73
45
Les négociateurs de Brexit continuent de parler mais Boris Johnson avertit le Royaume-Uni de se préparer à un "no-deal "

Tant mieux, on aurait du commencer par ca actuellement. De toutes facons un "no deal" ne signifie pas qu'on discute plus. Ca signifie qu'on discute avec le RU en situation de grande faiblesse ce qui est nettement a notre avantage.
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 096
8 348
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Un hard Brexit pourrait coûter à l'UE 33 milliards d'euros en exportations annuelles
20 octobre 2020

Les chances d'obtenir un Brexit sans accord à la fin de 2020 ont considérablement augmenté pour atteindre 45 %.

Extrait :
Bien que nous attendions toujours un compromis de dernière minute, étant donné les conséquences sociales, politiques et économiques d'un tel résultat en plus de la crise Covid-19 qui se poursuit au Royaume-Uni et dans toute l'Europe en général, un Brexit dur pourrait coûter jusqu'à 33 milliards d'euros d'exportations annuelles vers l'UE, l'Allemagne (8,2 milliards d'euros), les Pays-Bas (4,8 milliards d'euros) et la France (3,6 milliards d'euros) pays les plus touches . En cas de non-accord au 1er janvier 2021 (probablement annoncé après la mi-novembre pour permettre au moins un mois de préparation), le Royaume-Uni pourrait connaître une contraction de - 5% du PIB et une baisse de -15% des exportations, outre une inflation supérieure à 5% pendant au moins six mois.

Cette dernière sera principalement alimentée par la forte hausse des prix à l'importation (+15%) : (ii) une augmentation significative des barrières non tarifaires (perturbation de la chaîne d'approvisionnement, obstacles administratifs, augmentation des coûts et du temps de transport) - les estimations suggèrent que celles-ci pourraient se traduire par un tarif ad valorem de +10% sur la valeur des produits pour les importations en provenance de pays tels que la France, l'Allemagne ou l'Espagne, puisqu'ils font partie de l'Union douanière et du marché unique, et d'environ +5% sur les importations en provenance de Norvège, membre du marché unique mais pas de l'Union douanière. (iii) une dépréciation prévue de -10% de la livre sterling (voir figure 1).

1603268519484.png1603268429655.png
 
Dernière édition:
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
16 096
8 348
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Brexit : l'UE appelle Londres à renoncer à toute «tactique de négociation»

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a appelé mercredi 21 octobre le Royaume-Uni à renoncer à toute «tactique de négociation» dans les discussions sur la relation commerciale post-Brexit, actuellement dans l'impasse alors que le temps presse.

Extrait : «Le Royaume-Uni a maintenant un choix important à faire concernant son propre avenir. Il ne s'agit pas de choisir une tactique de négociation. Il s'agit de choisir le modèle de société et le modèle d'économie pour leur propre avenir», a-t-il déclaré devant le Parlement européen.
Il a reproché à Londres de vouloir accéder au marché unique européen «tout en étant capable de s'écarter de nos normes et réglementations quand cela lui convient». Mais «on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre, et le sourire de la crémière», a-t-il lancé.

Le beurre monsieur Michel je vous conseille d'en mettre un peu de cote , monsieur Johnson est en train de vous la faire a l'envers a l'approche du 3 novembre , suivant les resultats la quantite variera ! ;)
 
ChrisHK

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
14 283
11 181
178
Hong Kong et Shanghai
Brexit : l'UE appelle Londres à renoncer à toute «tactique de négociation»

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a appelé mercredi 21 octobre le Royaume-Uni à renoncer à toute «tactique de négociation» dans les discussions sur la relation commerciale post-Brexit, actuellement dans l'impasse alors que le temps presse.

Extrait : «Le Royaume-Uni a maintenant un choix important à faire concernant son propre avenir. Il ne s'agit pas de choisir une tactique de négociation. Il s'agit de choisir le modèle de société et le modèle d'économie pour leur propre avenir», a-t-il déclaré devant le Parlement européen.
Il a reproché à Londres de vouloir accéder au marché unique européen «tout en étant capable de s'écarter de nos normes et réglementations quand cela lui convient». Mais «on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre, et le sourire de la crémière», a-t-il lancé.

Le beurre monsieur Michel je vous conseille d'en mettre un peu de cote , monsieur Johnson est en train de vous la faire a l'envers a l'approche du 3 novembre , suivant les resultats la quantite variera ! ;)
Bojo est un bon joueur de poker ... il bluffe bien.

En lui demandant de renoncer à toute tactique de négociation, l'UE vient de montrer son jeu (en partie en tout cas), et semble prête à se dégonfler, alors que c'est maintenant qu'il faut tenir bon.