Quelles relations uk - ue - pendant & après la période de transition ?

  • Auteur de la discussion lafoy-china
  • Date de début
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Paris et La Haye exhortent l'UE à se montrer intraitable en matière de commerce

PARIS (Reuters) - La France et les Pays-Bas ont uni leurs forces pour exhorter l'Union européenne à se montrer plus intraitable en matière de * standards environnementaux et sociaux lorsqu'elle négocie des traités commerciaux avec d'autres pays, lit-on dans des documents vus par Reuters.

Communique :
Cette initiative commune intervient au moment où l'UE s'efforce de conclure un nouveau traité commercial avec la Grande-Bretagne, qui a formellement quitté l'UE le 31 janvier.
L'implication des Pays-Bas, traditionnellement des champions du libre-échange, aux côtés de la France souligne une évolution de la réflexion européenne - surtout provoquée par l'épidémie du nouveau coronavirus - avec un plus grand accent mis sur la protection de l'industrie de la région et les emplois, a dit un diplomate français.
L'attitude protectionniste des Etats-Unis sous l'administration Trump et la volonté de plus en plus marquée de la Chine de s'affirmer sur la scène mondiale ont également contribué à infléchir les positions européennes en matière de libre-échange.

L'UE devrait, quand c'est "pertinent", conditionner la baisse des tarifs douaniers à la mise en vigueur de mesures en faveur d'un développement durable et prévoir des sanctions si ces mesures ne sont pas respectées, lit-on dans le document franco-néerlandais envoyé aux 25 autres membres de l'UE.


* Deja que ce soit applique en interne a l'integralite des membres de la CE ca ne serait pas du luxe car question disparite niveau social et commercial pour ne citer que ces point precis , ce n'est pas tout a fait ca voir a l'oppose ! Chaque etat membre tire la couverture a lui suivant l'enjeu ou la situation du moment ...
 
Dernière édition:
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Gestion de crise : l'Allemagne accusée de faire cavalier seul et de fausser la concurrence à terme

La grogne monte au sein de l'Union européenne face aux larges dépenses de Berlin pour sauver ses fleurons industriels, tandis que certains pays ne disposent pas des mêmes marges de manœuvre. "Les aides sont données par ceux qui peuvent le faire. Si l'un peut en donner plus qu'un autre, nous sommes en train de fausser les conditions de concurrence", s'inquiète le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell .

Extrait :
'Allemagne dépense tous azimuts pour soutenir ses poids lourds industriels plombés par la crise. Mais la grogne monte parmi ses partenaires européens moins solides financièrement, qui s'alarment d'une concurrence faussée au sein de l'UE.
"À l'heure actuelle, la moitié des aides d'État accordées aux entreprises européennes l'ont été par l'Allemagne", constatait le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, lors d'une discussion récente avec un groupe de journalistes dont l'AFP.

"Les aides sont données par ceux qui peuvent le faire. Si l'un peut en donner plus qu'un autre, nous sommes en train de fausser les conditions de concurrence. Le marché unique sera fortement affecté par la manière dont les aides d'État seront accordées", mettait en garde l'ex-ministre espagnol des Affaires étrangères.


Monsieur de la Fontaine inspire d'Esope a ecrit de fameuses fables a ce sujet , entre autres " La cigale et la fourmi " ...
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Brexit: Michel Barnier «déçu» par le manque d'ambition du Royaume-Uni dans les discussions

barnier.jpg

Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, a fait part vendredi de sa déception à l'issue du troisième cycle de discussions entre les Européens et Londres sur la relation post-divorce. En dehors de «quelques ouvertures modestes, aucun progrès n'a été possible sur les autres sujets, les plus difficiles», a déclaré le Français lors d'une conférence de presse à Bruxelles, jugeant ce round «décevant».

Communique :
Son homologue britannique David Frost a lui fustigé le «peu de progrès» accomplis et réclamé «un changement d'approche de l'UE» avant le prochain cycle de discussions le 1er juin.
«Rien de très nouveau sous le soleil», résume une source proche des discussions à l'issue de cette semaine. À l'exception, peut-être, du ton des échanges, cette fois-ci plus «fermes, parfois un peu virils». «Le ton s'est haussé un peu plus cette session», abonde une source européenne, qui évoque une semaine «frustrante». On fait du sur place et le temps passe, faute de «vision commune sur ce qu'on est en train d'essayer de faire», explique-t-elle.
Les précédents échanges, fin avril, s'étaient déjà achevés sur un constat d'échec, laissant planer une forte incertitude sur la capacité de Londres et Bruxelles à s'entendre, comme prévu, d'ici la fin de l'année.
Les Britanniques, qui ont formellement quitté l'UE le 31 janvier, sont entrés, jusqu'à la fin de l'année, dans une période de transition, pendant laquelle ils continuent d'appliquer les normes de l'UE. Les négociateurs doivent théoriquement décider en juin s'ils prolongent ou non cette période, afin de se laisser plus de temps pour négocier.

Mais Londres rejette catégoriquement cette idée, même si l'épidémie de coronavirus a chamboulé le calendrier des discussions, ainsi que leur forme: exclusivement par visioconférence.

 
Dernière édition:
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Comment la pandémie exacerbe la concurrence entre États européens par Romain Su Correspondant en Pologne pour Courrier international et Le Soir (Bruxelles)
15 mai 2020

« Si une entreprise a son siège fiscal ou des filiales dans un paradis fiscal, je veux le dire avec beaucoup de force, elle ne pourra pas bénéficier des aides de trésorerie de l’État », avait annoncé le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, à l’antenne de France Info jeudi 23 avril. Dans le secteur automobile, les aides pourraient même être conditionnées à la « relocalisation de certaines productions ».

Extrait :
Ailleurs en Europe, comme au Danemark et en Pologne, « l’État n’aidera pas les entreprises qui font de l’évasion fiscale », a-t-on pu lire dans l’Obs. Dans le cas polonais, précise le magazine, les entreprises qui veulent bénéficier des aides doivent satisfaire deux critères : « ne procéder à aucun licenciement et payer des impôts en Pologne ».
Bien que de telles conditions paraissent de bon sens, elles témoignent en réalité de la compétition accrue à laquelle se livrent les États, y compris dans le cadre de l’Union européenne et parfois en dépit de ses règles, au prétexte d’atténuer les dégâts économiques qu’ils ont eux-mêmes provoqués en adoptant des mesures radicales pour lutter contre la pandémie (fermeture des frontières, confinement…).

Dans sa version initiale, le programme d’aide polonais était ainsi réservé aux entreprises dont les « bénéficiaires réels », c’est-à-dire les personnes physiques qui exercent un contrôle significatif sur l’entreprise ou sa société mère, notamment au travers de la détention d’actions, ont « leur résidence fiscale en Pologne et y ont déclaré leurs impôts au cours des deux dernières années d’exercice (si applicable). Il est possible de déroger à cette règle si le bénéficiaire du programme d’aide s’engage à transférer sa résidence fiscale en Pologne dans les neuf mois suivant l’attribution de l’aide ».

Deux observations doivent ici être soulignées. Premièrement, l’application du test de la résidence fiscale aux actionnaires, et pas seulement à l’entreprise proprement dite ou à ses filiales, élimine de fait les sociétés à capitaux étrangers qui sont pourtant créatrices de richesses et d’emplois en Pologne. Imagine-t-on les propriétaires des groupes Auchan, PSA ou Cargill déménager en Pologne pour que leurs filiales locales puissent profiter des aides du gouvernement ?

Suite de l'analyse >>>

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Londres présente son nouveau régime douanier post-Brexit

LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni a présenté mardi un nouveau régime douanier pour l'après Brexit censé se substituer au Tarif extérieur commun (TEC) de l'Union européenne, en maintenant des droits de douane de 10% sur les voitures importées mais en les supprimant sur 30 milliards de livres (33,6 milliards d'euros) d'importations entrant dans les chaînes d'approvisionnement britanniques.


Extrait :
Après avoir confié sa politique commerciale extérieure à l'Union européenne pendant des dizaines d'années, la Grande-Bretagne, qui a quitté officiellement le bloc communautaire le 31 janvier, négocie désormais des accords de libre-échange avec d'autres pays.
Le royaume et les Etats-Unis ont officiellement lancé début mai un premier cycle de négociations commerciales, faisant part de leur souhait d'avancer rapidement vers la conclusion d'un accord de libre-échange.
Le gouvernement britannique souhaite conclure des accords couvrant 80% de son commerce extérieur d'ici trois ans. Le nouveau régime s'appliquera uniquement aux pays pour lesquels aucun accord n'a été conclu.
Londres estime que ce nouveau régime, baptisé UK Global Tariff (UKGT), sera plus simple et moins cher que le TEC européen, car il supprimera notamment tous les droits de douane inférieurs à 2%.

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Brexit : Londres ne juge pas nécessaires de nouveaux postes à la frontière irlandaise

LONDRES (Reuters) - Le Royaume-Uni a jugé mercredi qu'il ne serait pas nécessaire d'établir des postes douaniers supplémentaires à la frontière irlandaise, en dévoilant ses propositions pour la gestion de cette zone à l'issue de la période de transition post-Brexit qui s'achève à la fin de l'année.

Communique :
Dans ses propositions, le Royaume-Uni estime que "s'il y aura certaines procédures supplémentaires limitées pour les biens arrivant en Irlande du Nord (...) nous comptons bien dédramatiser".
"Il n'y aura pas de nouvelles infrastructures douanières et nous ne voyons pas la nécessité d'en construire. Nous agrandirons cependant quelques points d'entrée pour les biens agroalimentaires afin de les adapter, en proportion des contrôles supplémentaires" qui seront nécessaires, est-il précisé.
La séparation entre l'Irlande du Nord, qui appartient au Royaume-Uni, et la République d'Irlande, Etat membre de l'Union européenne (UE), constitue la seule frontière terrestre entre les deux parties. Elle a été l'une des principales pierres d'achoppement des trois années de discussions entre Londres et l'UE, qui se sont soldées par une sortie officielle du Royaume-Uni du bloc le 31 janvier dernier.
Selon l'accord complexe de séparation, les biens en provenance du reste du Royaume-Uni transitant par l'Irlande du Nord et à destination de l'Irlande ou du reste de l'UE se verront appliquer des tarifs douaniers, nécessitant donc des contrôles.

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
La difficile solidarité européenne par Elie Cohen Directeur de recherche au CNRS
19 mai 2020
Il a suffi que Fitch baisse d’un cran la note de la dette italienne pour que le risque italien revienne sur le devant de la scène et avec lui les menaces sur l’avenir de l’euro.

Extrait : Pire, il a suffi que la Cour de Karlsruhe jette la suspicion sur les opérations de QE en demandant à la BCE de justifier ses achats de titres au regard des seuls objectifs de la politique monétaire pour qu’à nouveau la solidité de l’euro soit questionnée. À nouveau les regards se tournent vers l’Allemagne : à quoi est-elle prête à consentir pour sauvegarder l’Union ? C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier l’initiative franco-allemande d’un plan de relance de 500 milliards d’euros.

Une dramaturgie immuable

Dans un article précédent, nous avons pu établir que face à l’urgence l’Union européenne répondait d’abord de la pire façon en opposant des principes juridiques aux ravages humains et économiques de la pandémie, puis que dans un deuxième temps son bras fédéral, la BCE, n’hésitait pas à faire le nécessaire en réinterprétant son mandat avec le PEEP de 750 milliards d’euros, et dans un troisième temps que la Commission et la Banque européenne d’investissements se joignaient à l’effort avec un fonds de 540 milliards d’euros destiné à soulager les chômeurs, à aider les entreprises et à soutenir les pays les plus en difficulté comme l’Italie.
L’urgence passée, comme à son habitude l’Union se propose de préparer l’avenir, de coordonner les politiques de relance voire de faire de la crise une opportunité de rebond de la construction européenne. C’est dans ce cadre que les États membres vont d’abord se déchirer sur la proposition de coronabonds avant de rechercher un compromis sur le fonds de relance.

Suite de l'analyse >>>


Avec de telles economies disparates on peut se poser la question sur les bienfaits d'une monnaie unique ? Ce qui peut relancer une economie est le libre flux de son taux de change ... Mais bon c'est ainsi !
 
Breizh In China

Breizh In China

Alpha & Oméga
05 Nov 2009
4 924
2 154
178
Xuijiahui Shanghai
Le désastre Cummings est en train d’affaiblir BJ à une vitesse effarante et Cummings s’accroche à son poste.

A suivre.

EA98D8C2-FCA6-4ECA-A42B-B987224E88F0.jpeg
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Une initiative européenne de relance : une ambition commune pour l'Europe par Pierre Goguet & Eric Schweitzer
27/05/2020


OPINION. Les milieux économiques des pays de l'Union européenne (UE) ont besoin d'un plan de relance coordonné pour éviter les réflexes protectionnistes et la tentation de renationaliser les politiques européennes. Par Pierre Goguet, Président de CCI France, et Eric Schweitzer, Président du DIHK (Deutscher Industrie und Handelskammertag).

Extrait :
Pour surmonter la crise économique provoquée par le coronavirus, l'Europe a besoin d'un plan de relance solide qui corresponde aux besoins de tous les pays de l'UE - un compromis qui soit à la fois audacieux et financièrement responsable sur le long terme. La récente proposition franco-allemande d'un prêt européen de 500 milliards d'euros pour financer la relance européenne porte en soi une grande ambition et envoie ainsi un signal fort de solidarité dans ce contexte. A circonstances exceptionnelles, réponses exceptionnelles. Avec la relance, le plus difficile est encore devant nous. L'initiative de la France et de l'Allemagne de montrer l'exemple et de trouver de nouvelles solutions est l'attitude que nous devons voir de la part des dirigeants européens en ce moment. Une chose est sûre : notre économie souffre, et la crise actuelle réclame des réponses d'une ampleur inégalée, mais certainement à des niveaux qu'aucun Etat européen ne pourra assumer seul.
Nos entreprises doivent trouver les moyens de répondre efficacement à la profonde récession qui touche tous les Etats membres. Le ralentissement économique est évalué à 7,7% dans la zone euro pour 2020. Il était « seulement » de 4% en 2009, au cœur de la crise financière...

Les économies allemande et française dépendent fortement des exportations vers le marché unique, la reprise n'est donc possible que si tous les autres États membres se redressent également. Les entreprises allemandes réalisent 60 % de leurs activités dans l'UE, c'est globalement du même ordre pour les entreprises françaises. De plus en plus de chaînes d'approvisionnement sont transfrontalières dans toute l'Union et des milliers d'entreprises européennes sont en relation d'affaires dans d'autres Etats membres.

Suite de l'analyse >>>

 
Dernière édition:
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Les banques doivent se préparer à un "Brexit sans accord"

Une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord est "l'une des nombreuses possibilités à laquelle les banques britanniques doivent se préparer", a averti mercredi la Banque d'Angleterre dans un communiqué, tandis que les négociations sur le Brexit patinent.


Communique :
La déclaration de l'institution intervient après que la chaîne de télévision Sky News a révélé un peu plus tôt que le gouverneur de la Banque d'Angleterre Andrew Bailey avait contacté plusieurs dirigeants bancaires mardi pour leur demander d'accélérer leurs préparatifs en vue d'un "no deal".
"Le gouverneur rencontre très régulièrement les dirigeants des banques britanniques", a sobrement commenté la Banque d'Angleterre.
Les négociations entre Londres et Bruxelles ont repris mardi, sans grand espoir de percée et alors que le fossé reste béant entre les deux parties et que la période de transition expire fin décembre. Une sortie sans accord est souvent considérée par les milieux d'affaires comme le scénario noir pour l'économie du Royaume-Uni.
Architecture de l'accord (un ou plusieurs), conditions de concurrence loyale (sur les normes environnementales, sociales, fiscales), règlement des différends et droits d'accès des pêcheurs aux eaux britanniques font partie des principaux sujets de discorde.
Un bilan des discussions doit être établi en juin lors d'une rencontre au plus haut niveau entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, celui du Conseil européen Charles Michel, et le Premier ministre britannique Boris Johnson.
Londres avait fait de ce point d'étape une date butoir en menaçant de ne pas poursuivre les pourparlers si les progrès n'étaient pas suffisants. Mais c'était avant le choc causé par la pandémie, qui a précipité le Vieux Continent dans une récession historique.

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Relance européenne : le groupe de Visegrad pose ses conditions

LEDNICE, République tchèque (Reuters) - Le groupe de Visegrad, qui rassemble la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Pologne, pourrait approuver le plan de relance post-pandémique présenté par la Commission européenne s'il ne favorise pas les pays les plus riches ou qu'il ne pénalise pas ceux qui sont parvenus à surmonter l'épidémie, a déclaré jeudi le Premier ministre tchèque Andrej Babis.

Communique :
Les dirigeants des quatre pays d'Europe centrale et orientale se sont réunis ce jeudi à Lednice, en République tchèque, pour aplanir leurs divergences et présenter un front unis dans les négociations qui s'annoncent.
Présenté le 27 mai dernier, le plan de la Commission, qui doit encore être approuvé par les dirigeants des Vingt-Sept, propose de débloquer 750 milliards d'euros pour permettre à l'économie du bloc de se remettre de l'épidémie de coronavirus.
Ce fonds, financé par des emprunts réalisés par la Commission au nom des Vingt-Sept, serait reversé aux Etats-membres, aux deux tiers par des dotations et transferts budgétaires et, pour le tiers restant, par des prêts classiques remboursables par les Etats bénéficiaires. L'Italie et l'Espagne en seraient les principaux bénéficiaires.
Troisième pays le mieux loti par ce plan de relance européen, la Pologne en est aussi l'un ses premiers partisans alors que la République tchèque et la Hongrie déplorent qu'elle soient censées recevoir un montant inférieur à celui de l'Allemagne, un des pays d'Europe occidentale où le COVID-19 a fait le moins de victimes.

"Les pays les plus pauvres ne devraient pas avoir à supporter les coûts des plus riches", a déclaré Andrej Babis.

Quant à Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, il s'est dit hostile à l'endettement massif prévu par le plan de relance tout en prévenant qu'il pourrait l'approuver si la répartition lui était plus favorable.
"Nous avons une approche positive. Les heures difficiles justifient des mesures difficiles. En ce qui concerne l'économie, les convictions philosophiques doivent dans ce cas être mises de côté", a-t-il dit.


Comme dit precedemment au sujet de ce groupe il faut les inciter a constituer avec le reste des pays de l'Est et autres Balkans une entite economique bien a eux , ces pays n'ont rien a faire dans la CE ce sont des poids morts a la main tendue en permanence qui de plus destabilisent les emplois et les economies en Europe de L'Ouest , Nord et Sud ...
 
ChrisHK

ChrisHK

Alpha & Oméga
27 Déc 2013
13 861
10 678
178
Hong Kong et Shanghai
... approuver le plan de relance post-pandémique présenté par la Commission européenne s'il ne favorise pas les pays les plus riches ou qu'il ne pénalise pas ceux qui sont parvenus à surmonter l'épidémie,...
Le concept de solidarité n’est-il justement pas que les pays qui s'en sortent le mieux (i.e. ceux qui sont parvenus à surmonter l'épidémie) viennent en aide à ceux qui ont le plus souffert ?
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Brexit : Londres «confirme formellement» à l'UE ne pas vouloir prolonger la période de transition

Communique : Le Royaume-Uni «a confirmé formellement» vendredi 12 juin à l'Union européenne ne pas vouloir prolonger la période de transition expirant fin décembre pendant laquelle ils doivent s'accorder sur leur relation post-Brexit, avant un mini-sommet consacré à ces négociations lundi.
«J'ai formellement confirmé que le Royaume-Uni ne prolongerait pas la période de transition, et le moment pour demander une extension est désormais passé», a déclaré le ministre Michael Gove sur Twitter après une réunion en ligne avec le vice-président de la Commission européenne chargé des relations institutionnelles Maros Sefcovic.


Ca a le merite d'etre clair !
 
Alplob

Alplob

Dieu suprême
21 Avr 2010
2 600
1 505
168
Xujiahui
Le concept de solidarité n’est-il justement pas que les pays qui s'en sortent le mieux (i.e. ceux qui sont parvenus à surmonter l'épidémie) viennent en aide à ceux qui ont le plus souffert ?
Nan mais ne t'inquiète pas Chris, ils sont très solidaires avec les contributions françaises au budget européen, les travailleurs détachés et les délocalisations intra-européennes. Donc c'est bon.

Comme dit precedemment au sujet de ce groupe il faut les inciter a constituer avec le reste des pays de l'Est et autres Balkans une entite economique bien a eux , ces pays n'ont rien a faire dans la CE ce sont des poids morts a la main tendue en permanence qui de plus destabilisent les emplois et les economies en Europe de L'Ouest , Nord et Sud ...
Bonjour Maitre,

L'unanimité des états membres est nécessaire pour changer les traités européens, y compris celle de ce groupement d'intérêt économique :p


Brexit : Londres «confirme formellement» à l'UE ne pas vouloir prolonger la période de transition

Communique : Le Royaume-Uni «a confirmé formellement» vendredi 12 juin à l'Union européenne ne pas vouloir prolonger la période de transition expirant fin décembre pendant laquelle ils doivent s'accorder sur leur relation post-Brexit, avant un mini-sommet consacré à ces négociations lundi.
«J'ai formellement confirmé que le Royaume-Uni ne prolongerait pas la période de transition, et le moment pour demander une extension est désormais passé», a déclaré le ministre Michael Gove sur Twitter après une réunion en ligne avec le vice-président de la Commission européenne chargé des relations institutionnelles Maros Sefcovic.


Ca a le merite d'etre clair !
Ça fait vraiment plaisir de voir, pour reprendre les mots de De Gaulle, un "pays qui tienne debout". On en est loin en France, on cautionne encore de se faire plumer comme des mougeons.
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Brexit : Johnson plaide pour un accord d'ici la fin de l'été

LONDRES (Reuters) - Boris Johnson va plaider lundi pour une accélération des négociations sur l'avenir des relations entre Londres et Bruxelles afin d'aboutir à un accord d'ici la fin de l'été, a déclaré son porte-parole.

Communique :
Le Premier ministre britannique doit s'entretenir dans l'après-midi par visioconférence avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le président du Conseil européen, Cearles Michel, et le président du Parlement européen Davide Sassoli.
"Vous pouvez vous attendre à ce que le Premier ministre réclame davantage d'énergie et d'engagement pour aboutir à un accord d'ici la fin de l'été", a indiqué le porte-parole de Boris Johnson.
Michael Gove, le ministre du Bureau du cabinet britannique, a répété vendredi que Londres ne prolongerait pas la période de transition accompagnant son divorce avec l'UE au-delà du 31 décembre 2020, ajoutant que les délais étaient de toute façon d'ores et déjà dépassés.
Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier dernier mais reste soumis aux règles communautaires pendant cette transition qui court jusqu'à la fin de l'année, le temps que les deux parties s'entendent sur leur relation future et évitent le "saut dans le vide" d'un Brexit brutal.

Mais les négociations engagées sur cet avenir piétinent, notamment en ce qui concerne le respect des règles de libre concurrence et le secteur de la pêche.

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Brexit : Paris refuse de céder à la "pression" et n'exclut pas le "no deal"

Alors que les Britanniques souhaitent être fixés dès juillet sur un accord post-Brexit, l’Union Européenne tente de temporiser et n’exclut pas le risque du "no deal".

Extrait :
"On ne cédera pas à cette espèce de pression du calendrier, à ce sprint final que veulent nous imposer les Britanniques en espérant que nous céderons", a déclaré ce vendredi 19 juin sur Europe 1 Amélie de Montchalin. La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargée des affaires européennes, n'exclut pas l'éventualité d'un "no deal" qui serait plus pénalisant pour les Britanniques que pour les Européens. "Nous ne voulons pas d'un accord pour un accord, on veut un accord mais on veut un accord équilibré, un bon accord, un accord protecteur", a assuré la ministre.

La veille, le Premier ministre britannique Boris Johnson avait déclaré au président français Emmanuel Macron, lors d'un entretien bilatéral à Londres, qu'il ne souhaitait pas prolonger les négociations à l'automne.

 
Alplob

Alplob

Dieu suprême
21 Avr 2010
2 600
1 505
168
Xujiahui
Pour Unilever, il est évident qu'ils ne vont pas dire: le Brexit ça craint, on se tire. Ils ménagent leur part de marché UK en restant politiquement correct. Mais entre un marché de 70millions et un autre de 400millions, ils ont choisi leur camps.
Ah oui, pas mal tes éclaircissements sur la décision d'Unilver, on croirait presque une prévision de Jacques Attali ou de BHL. Et ce alors même que le gouvernement britannique refuse d'envisager d'envisager une prolongation de la période transitoire.

À l’heure du Brexit, Unilever choisit le Royaume-Uni
Le géant de la grande consommation va fusionner ses entités néerlandaise et britannique pour être basé à Londres.

Unilever a beau être sur le point de céder ses thés anglais Lipton, il n’en est pas moins attaché la Grande-Bretagne. Jeudi, le géant anglo-néerlandais célèbre pour ses marques Dove, Axe, Ben & Jerry’s, Knorr ou Magnum (52 milliards d’euros de chiffre d’affaires) a réaffirmé son projet de fusionner ses deux entités historiques, britannique et néerlandaise, pour ne garder qu’un siège basé à Londres. Ce projet, qui doit obtenir l’aval des actionnaires, viendrait mettre fin à une organisation bicéphale vieille de 90 ans, héritage de l’union entre le fabricant néerlandais de la margarine Unie et celui, britannique, du savon Lever Brothers.

[La suite]
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Le moment hamiltonien de l’Europe? par Elie Cohen Directeur de recherche au CNRS
26 juin 2020
Après avoir traité l’urgence avec l’intervention massive de la BCE, puis commencé à réparer les dégâts avec le MES, le programme SURE d’indemnisation du chômage et les fonds de la BEI pour relancer l’investissement et aider les PME, la Commission propose un Fonds de relance de 750 milliards d’euros inspiré du projet Merkel-Macron du 18 mai .

Extrait :
Ce fonds serait affecté aux régions aux secteurs et aux pays ayant le plus souffert de la pandémie. Il serait levé par la Commission, garanti par le Budget, et comporterait une part subventions et une part prêts.
L’accueil des médias et au delà des observateurs européens confine à l’enthousiasme : ce serait rien moins que le moment hamiltonien de l’intégration européenne, ce moment ou la confédération mue en fédération, où la mutualisation de la dette ouvre la voie à la création d’une Agence de la dette et donc d’un Trésor européen, et donc à la levée d’impôts européens pour assurer le service de la dette. Une union de transferts basée sur la solidarité et la redistribution s’esquisserait ainsi conférant à terme au Parlement européen un vrai pouvoir législatif au nom du principe « no taxation without représentation ».

Ce moment hamiltonien aurait été rendu possible par la conversion de l’Allemagne à l’Union de Transferts jusque-là rejetée avec constance par Mme Merkel et ses prédécesseurs. À nouveau la question se pose, s’agit-il du dernier tabou allemand qui vient de sauter, ouvrant la voie à l’union politique, ou est-ce une solution ad hoc pour éviter les risques d’éclatement de l’euro, dont l’occasion aura été paradoxalement fournie par l’arrêt eurosceptique de la Cour de Karlsruhe, un moment whatever it takes? Dans les deux cas une avancée notable est réalisée à la faveur de la crise mais la portée n’est bien sûr pas la même.
Ainsi et sans transition l’opinion publique et l’opinion informée ont basculé d’une vision noire de l’Europe, égoïste, incapable de tendre la main à l’Italie en pleine pandémie et donc menacée d’éclatement, à celle d’une Europe qui affronte la crise, réinvente la solidarité et se donne un destin fédéral.

Suite de l'analyse >>>


Globalement le changement dans la continuite !
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Brexit : La Grande-Bretagne prête au modèle australien faute d'accord

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne est prête à quitter l'Union européenne avec un nouveau statut similaire à celui de l'Australie si aucun accord n'est trouvé avec les Européens sur les termes de leur future relation, a déclaré samedi le Premier ministre Boris Johnson à son homologue polonais Mateusz Morawiecki.

Communique :
La Grande-Bretagne a quitté l'Union le 31 janvier, basculant dans une période de transition pendant laquelle elle demeure dans le marché unique européen et l'union douanière. Ce régime expire le 31 décembre et la pression monte pour trouver un accord d'ici la date butoir.
Alors que les positions des deux parties demeurent éloignées, un nouveau cycle de "négociations intensifiées" doit commencer la semaine prochaine.
"Il (Boris Johnson) a dit que la Grande-Bretagne négocierait de façon constructive mais qu'elle était également prête à quitter la période de transition dans un modèle australien si aucun accord ne pouvait être trouvé", a fait savoir Downing Street dans un communiqué.
L'Australie n'a pas d'accord de libre-échange étendu avec l'Union européenne. La plupart des échanges entre les deux parties est régi par les règles standards de l'Organisation mondiale du Commerce, même si des accords spécifiques ont été définis pour certains produits.

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
15 904
7 786
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Boris Johnson va dévoiler un plan de relance de l'économie britannique

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va dévoiler un vaste plan de relance, fondé sur la construction d'infrastructures, pour soutenir l'économie britannique, durement affectée par l'épidémie de nouveau coronavirus.


Extrait :
Le dirigeant doit présenter ce programme dans un discours mardi, ont rapporté des médias. Il comprend notamment un plan de reconstruction d'écols. Doté de un milliard de livres (1,1 milliard d'euros), ce programme de reconstruction débutera en 2020/21 et portera d'abord sur 50 projets, ont annoncé ses services dimanche. «Alors que nous nous remettons de la pandémie, il est important que nous jetions les bases d'un pays où chacun a la possibilité de réussir, avec nos jeunes générations au coeur de cette mission», a déclaré le Premier ministre, cité dans un communiqué.

Après avoir été très critiqué sur sa gestion de la pandémie de coronavirus, qui a fait plus de 43.000 morts au Royaume-Uni, ce qui en fait le pays le plus touché d'Europe, Boris Johnson a pour tâche de réussir le déconfinement et de relancer l'économie. Le confinement strict imposé tout le mois d'avril s'est traduit par un effondrement de 20,4% du produit intérieur brut (PIB) britannique, un record historique. Sans aide supplémentaire de l'Etat, le taux de chômage pourrait atteindre des niveaux jamais vus depuis les années 1980, dépassant le pic de 3,3 millions enregistré en 1984, a rapporté dimanche The Observer, citant une analyse de la Bibliothèque de la Chambre des communes.