1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Quand les Chinois décrocheront la lune

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 24 Septembre 2010.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    LE MONDE - 24 Septembre 2010

    Ils sont ronds, croustillants ou moelleux, on en trouve aux graines de sésame, au canard farci. A la purée de haricot rouge, ou, qui dit mieux, à la pâte de durian. Au centre, un jaune d'oeuf de cane salé, couleur de lune. Les yuebing, ou "gâteaux de lune", sont sans doute, en ces jours de fête de la mi-automne, la friandise la plus échangée de la planète : il s'en est fabriqué 250 000 tonnes cette année en Chine, écoulées en un peu plus de soixante-douze heures. On les déguste en famille le 15e jour du 8e mois lunaire, qui est tombé le mercredi 22 septembre. Sacré "journée sans voiture" dans 110 villes chinoises, l'équinoxe d'automne vit Pékin se coiffer d'un ciel de lapis après plusieurs jours de smog. Et c'est au soir du 16e jour, dans la nuit du 23 au 24, que l'on est sorti admirer en couple, en famille, entre amis, en déambulant dans la fraîcheur automnale et en pensant à ceux qui sont loin, l'astre qui est, à ce moment précis, le plus rond et le plus plein de l'année. Trois jours de congé furent accordés cette année pour la fête de la mi-automne, selon un arrangement bizarre qui a vu convertis en jours ouvrés le dimanche du week-end précédent, et l'intégralité du week-end suivant.

    La plénitude, la bonté et la joie des retrouvailles que célèbre zhong qiu jie font pourtant suite à un branle-bas de combat épique - et à des tractations insoupçonnées. Jamais la capitale - et nombre de villes de Chine - n'avait connu autant d'embouteillages que dans les jours précédant l'équinoxe. 140 sections de périphérique, d'autoroute et de boulevard furent bloquées le vendredi 17 à Pékin, un record absolu. Il pleuvait, certes, mais "c'est à cause des gâteaux de lune ! Les gens ont vraiment trop d'argent !", vous affirment les chauffeurs de taxi. Car les yuebing sont devenus le cadeau obligé qu'il faut faire à son supérieur, à ses clients, à ses fournisseurs, au bureaucrate qui attribue une licence ou des marchés à votre société... par les employés, mais aussi des services entiers d'entreprises ou d'administrations à d'autres services.

    Sous forme de coffrets élaborés, qu'il faut récupérer là où on les a commandés, puis distribuer à pied, en vélo, en métro ou en voiture, dans un ballet effréné : "Cette année, ça dépasse tout !" dit un cadre dans le département international d'une entreprise qui a fait envoyer des yuebing à des ambassades étrangères. Mais "des simples", plaide-t-il, pas des "tian jia yuebing", au prix "aussi haut que le ciel" avec leurs ingrédients précieux (nid d'hirondelle, aileron de requin, ginseng rare), qui, dit-il, "ont pollué la tradition" - au point que le gouvernement a même tenté de limiter l'inflation du prix du gâteau de lune.

    Mais qui sait, murmure-t-on, ce que peut contenir en secret un coffret ? Et puis les yuebing s'accompagnent désormais volontiers d'autres cadeaux, comme des vins chers... Même les bijouteries se sont mises à en vendre : 9 757 yuans (un peu plus de 1 000 euros) pour un gâteau de lune en or à 24 carats.

    Loin de toute cette agitation mercantile, a-t-il eu droit à son gâteau de lune, le capitaine du chalutier chinois arraisonné début septembre par les gardes-côtes nippons, et dont le sort nourrit la pire querelle sino-japonaise depuis 2005 ? Détenu dans une geôle d'Okinawa, le pêcheur est la personnalité qui a reçu le plus grand nombre de voeux sur Weibo, le service de micro-blogging du portail Sina. Quant aux adeptes de Twitter, le service de micro-blogging américain interdit en Chine, ils se sont mobilisés, eux, pour Tian Xi, le jeune séropositif détenu dans une prison de la province du Henan pour avoir renversé le contenu du bureau d'un directeur d'hôpital qui refusait de lui donner des médicaments. Son procès pour "destruction de biens publics" a eu lieu le 21 septembre. Une centaine de militants ont fait le voyage pour le soutenir. Le jeune homme de 23 ans, qui fut contaminé par transfusion sanguine à l'âge de 9 ans et a découvert sa séropositivité à l'âge de 17 ans, a raconté sa vie sur son blog. Il s'est ensuite lancé dans une croisade pour obtenir justice à Pékin. Jusqu'à ce que les autorités de son village lui proposent de rentrer pour "discuter" de son cas - mais refusent ensuite de le recevoir.

    Que penserait de cette petite tyrannie la belle Chang'e, la déesse de la Lune que l'on croit parfois distinguer, au côté de son lièvre de jade, sur la face mouchetée de l'astre de nuit ? La mythologie chinoise veut que la belle n'ait pu s'empêcher de goûter à l'élixir d'immortalité que son mari, l'archer Houyi, gardait caché pour leurs vieux jours. Elle en but trop, et s'envola. Jusqu'à la Lune. Une version alternative prétend que Houyi, qui avait sauvé la Terre en abattant de ses flèches les neuf Soleils qui brûlaient les récoltes, était devenu tyrannique. Et que Chang'e lui vola l'élixir pour l'empêcher de nuire éternellement.

    C'est peut-être bien pour le savoir que les Chinois mettent les bouchées doubles pour conquérir la Lune : la sonde Chang'e 2, dont la mission d'observation de la Lune était prévue au moment de la fête de la mi-automne, en est bien au stade préparatif de lancement, a confirmé à la presse chinoise l'un des responsables du programme d'exploration lunaire chinois. En 2013, Chang'e 3 effectuera une mission non habitée de reconnaissance, qui préparera l'alunissage des taïkonautes vers 2020. A cette date, la Chine comptera, vient d'estimer un vice-ministre de l'industrie chinois, 200 millions de véhicules. De quoi faire un embouteillage sur une distance égale à plus de deux fois celle qui sépare la Terre de la Lune...



    Courriel : pedroletti@lemonde.fr.
     

Partager cette page