1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

« Protéger les gens, ce n'est pas leur promettre une société qui n'existe plus » (Macron)

Discussion dans 'La France vue de Chine' créé par lafoy-china, 4 Mars 2016.

  1. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 184
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 021 / -64
    macron.jpg

    Dans cet entretien à La Tribune, le ministre de l'Economie s’explique sur la loi qui ne porte pas son nom, mais reprend pour l’essentiel l’inspiration de ce qui aurait pu être la loi Macron II sur les Nouvelles opportunités économiques.


    LA TRIBUNE - La loi El Khomri soulève une bronca à gauche. Martine Aubry et d'autres frondeurs critiquent ce virage libéral pour lequel ils n'ont pas voté. Les syndicats la jugent trop déséquilibrée. Les étudiants de l'Unef appellent à manifester, alors que plus de 800 .000 personnes ont signé une pétition sur les réseaux sociaux. Avez-vous employé la bonne méthode pour aborder un sujet aussi sensible en fin de quinquennat ? Pensez-vous encore possible de trouver
    une majorité, comme l'a demandé le président de la République ?


    EMMANUEL MACRON - Oui, c'est possible et nécessaire, à condition de clarifier, de donner l'explication qui va avec pour dépassionner le débat. L'idée n'est pas de détricoter cette loi et de ne rien changer à un moment où nous avons décrété un état d'urgence économique et social pour inverser la courbe du chômage. Tout n'a pas été essayé pour y parvenir et la réforme du marché du travail fait partie de la panoplie des mesures à prendre, comme l'ont fait certains de nos voisins européens - l'Italie, l'Allemagne, les Pays-Bas ou l'Espagne.

    Essayons de parvenir à un diagnostic partagé. C'est peu de dire que la situation actuelle sur le marché de l'emploi est inefficace et injuste. Nous sommes l'un des rares pays européens où le chômage ne baisse pas. Nous avons depuis trente ans dans notre pays plus de 18 % des jeunes au chômage en moyenne. Aujourd'hui, il touche plus de 10 % de la population active et 25 % des jeunes de moins de 25 ans. Parmi les gens qui ont un travail, 80 % sont en CDI, c'est bien. Mais 90 % des gens qui rentrent sur le marché de l'emploi passent par des CDD ou de l'intérim de manière durable. Et cela dans un système qui est ainsi fait que quand vous êtes en situation de précarité, vous ne pouvez pas construire votre vie, car vous n'avez pas accès au crédit, vous ne pouvez pas vous projeter dans l'avenir.

    De quoi a-t-on besoin ? D'abord et avant tout d'adaptabilité. On a besoin de faire confiance aux acteurs de terrain, de leur donner de la souplesse. Pas pour tout flexibiliser, mais pour pouvoir absorber les chocs. En 2009, on a subi une crise en Europe. Elle a été deux fois plus violente en Allemagne qu'en France et, pourtant, elle a détruit sept fois moins d'emplois. Pourquoi ? Il serait irresponsable de ne pas se poser la question. Parce qu'ils ont un modèle adaptable, parce qu'ils ont su négocier au niveau de l'entreprise, des baisses de salaires ici, du chômage partiel là... Ce faisant, ils ont préservé leurs salariés et leur savoir-faire, et leur capital productif.

    La bonne réponse à notre situation, c'est donc de donner plus de flexibilité au niveau de l'entreprise. On a commencé à le faire avec les accords de maintien dans l'emploi, notamment dans la loi Croissance et activité, que j'ai portée. Quand ça va mal, une entreprise peut désormais négocier par le biais d'un accord majoritaire des dérogations à la loi pour une durée qui peut aller jusqu'à cinq ans. C'est l'équivalent du Kurtzarbeit allemand, mais défensif.

    Ce que propose la loi sur le travail, c'est d'étendre cette souplesse dans un sens plus offensif. Il y a en effet une hiérarchie des normes en France, qui prend la forme de ce que l'on appelle la crémaillère sociale. La loi définit un ordre public minimal qui peut être amélioré au niveau de la branche ou de l'entreprise : ce qui veut dire qu'à chaque fois qu'on descend d'un niveau de normes, on ne peut pas déroger à celles du dessus, ce qui ne permet pas de prendre en compte les spécificités des entreprises. Dans un environnement de compétition économique ouvert, ce système est trop rigide. Redonner de la souplesse aux acteurs de terrain, c'est leur dire qu'ils peuvent définir de nouvelles règles du jeu par accord d'entreprise majoritaire ou par consultation, si des syndicats représentant plus de 30 % des voix aux élections le demandent pour sortir de situations de blocage. La consultation des salariés peut être utile dans certaines situations spécifiques.

    Suite de l'entretien >>>


    Source : LA TRIBUNE
     

Partager cette page