Poste FLE - UTSEUS Shanghai [Expérience]

Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
U

UTSEUS Shanghai

Nouveau Membre
07 Juin 2018
1
Ratings
9
1
68
#1
Chers collègues,


Si vous trouvez ce message, vous êtes certainement en recherche de poste et êtes très probablement tombé sur une offre d’emploi d’enseignant FLE pour l’Université de Technologie Sino-Européenne de l’Université de Shanghai (UTSEUS). Si vous répondez par l’affirmative aux deux dernières suppositions les informations suivantes, résultat de mon expérience au sein de cette université, vous intéresseront certainement.

L’enseignement

Travailler au sein de l’UTSEUS au cours des dernières années fut un plaisir relatif. Vous serez dispatchés sur deux niveaux différents maximum. Vos horaires de travail seront relativement bien aménagés de sorte que vous ne venez jamais à l’université pour moins de 4 heures d’enseignement. Sachant que cette dernière se trouve à 40 minutes environ en métro de Jing’An - l’un des points centraux de Shanghai – vous pourrez espérer être dans la moyenne du temps de transport à Shanghai, qui est d’environ 2h heures aller-retour.

Aussi vous aurez l’opportunité de suivre un groupe pendant plusieurs mois et ainsi de voir le niveau de vos élèves évoluer rapidement puisqu’ils auront en moyenne 10 heures de français par semaine. Chose toujours agréable et permettant des initiatives pédagogiques. Cependant n’espérez pas pouvoir aller trop loin car vous changerez constamment de salle – n’espérez donc pas mettre en avant projets ou réalisations d’étudiants par ce biais – et l’initiative n’est pas encouragée, mais nous y viendrons dans une prochaine partie.

Pour vous donner une idée du niveau des élèves, en voici un indicatif: 1er année (A1.1-A1.2), 2e année (A1.2-A2.1) et 3e année (A2.2-B1.1). En ce qui concerne le contenu des cours, la 1ère et la 2e année proposent des cours de FLE généraux basés sur la méthode Alter Ego+1 et 2, tandis que la 3e année se voit divisée en deux parties : FLE et FOS. Sachez que tous les professeurs membres de l’équipe française sont dédiés au FOS en 3e année. Les clients, pardon les élèves, sont des futurs ingénieurs destinés à participer aux programmes d’échanges entre l’UTSEUS et plusieurs UT français (UTBM, UTT, UTC). Ainsi le « programme » de troisième année se concentre sur la préparation à la recherche de stage et l’insertion sur le marché professionnel.

Des clients

Excusez mon lapsus à propos des apprenants, mais il me semble important de signaler que les « étudiants » se voient rehausser leurs notes lorsqu’elles sont entrées dans le système informatique par les professeurs chinois. Bien entendu, cela n’est pas prouvé car ce travail est exclusivement réservé aux professeurs chinois qui préfèrent le faire « seul » et « tranquillement ». Peu difficile, cependant, d’imaginer ce qu’il se passe quand on voit des élèves de 3e année valider leur année alors qu’ils ne peuvent pas répondre lorsqu’on leur demande leur prénom. On demande quand même de faire une argumentation de type B1 à l’examen écrit…

À l’UTSEUS les professeurs chinois sont évalués par des agents administratifs qui sanctionnent si les résultats sont trop bas. Alors, quand un étudiant a un niveau trop faible on le fait passer même s’il n’a pas validé ses UE de français. S’il a vraiment de très grosses difficultés, on attend 7 ans et on lui donne le diplôme, sinon on risque d’avoir une plainte des parents puisque la règle stipule qu’il sera exclu de l’établissement au bout de 7 ans d’études infructueuses. Enfin, si jamais aucune de ces situations n’aboutit au résultat escompté, eh bien l’étudiant peut toujours pleurer ou menacer de se suicider, auquel cas il se verra attribuer une note de 70/100 immédiatement. (Oui, c’est arrivé plusieurs fois.)

Bien sûr ce type de situation existe dans de nombreux établissements de par le monde mais il est lassant de voir que le travail effectué n’est pas considéré et n’a aucune valeur. Vous tenterez certainement de suggérer améliorations ou innovations mais lorsque celles-ci ne seront pas entendues, elles seront prises comme attaques personnelles. Ainsi tout dialogue est automatiquement rompu puisque la face pourrait tomber. (En Chine, comme dans d’autres pays asiatiques, il est important de garder la face quelle que soit la situation). En somme travaillé apparait rapidement inutile aux étudiants étant donné qu’il suffit de payer pour valider son diplôme et partir « étudier » en France. Ainsi, la motivation et l’investissement d’une grande majorité d’étudiants chutent drastiquement dès qu’ils ont compris le système, à savoir milieu de 1ère année pour la plupart. On comprend aisément que certaines personnes, travaillant dans la partie administrative au sein de l’institution, qualifient alors l’UTSEUS d’ « agence de voyages ».

La pédagogie

Vous aurez peut-être aussi remarqué l’utilisation de guillemets pour désigner le « programme » de 3e année. En effet, il vous sera très probablement - entendez au même titre que les années précédentes - fourni une page A4 avec quelques indications succinctes pour désigner les objectifs d’enseignement de la 3e année. Si vous êtes désigné pour celle-ci, sachez qu’il n’existe aucune cohésion d’équipe et qu’ainsi vous devrez établir un programme de FOS ciblé sur le CV, la lettre de motivation, l’entretien d’embauche et l’argumentation pour un public A2.2, voire B1.1 dans les meilleurs des cas, afin de réaliser correctement vos cours.

Bien entendu, puisque 4 / 9 des professeurs natifs ont déjà annoncé quitter l’UTSEUS fin 2018 vous serez plusieurs à rejoindre l’équipe et pourrez peut-être travailler ensemble. C’est d’ailleurs ce que je vous souhaite car il ne faudra pas espérer pouvoir coopérer avec les autres « piliers » natifs présents depuis plusieurs années. Des tentatives furent entreprises, mais pour reprendre leurs termes « travailler ensemble ça sert à rien » et si vous insistez ils vous répondront certainement « tu fais ce que tu veux, moi j’fais mon truc et j’en ai rien à faire des autres. »

Sachez tout de même que certains professeurs avant vous, auront bien tenté de remédier à cette absence de cohésion. Un programme pédagogique complet et détaillé, des fiches de cours prêtes à l’emploi ainsi que des sujets de contrôle continu ont été proposés dans le but d’harmoniser et d’améliorer la situation, mais en vain. Ce types d’initiatives, bien que non rémunérées et volontaires, furent à chaque fois jugées opportunistes et ont engendré l’indifférence voire l’ire d’autres membres de l’équipe qui n’ont pas voulu s’impliquer ou/et changer leurs habitudes.

Ce manque de volonté à porter un regard critique sur son travail se retrouve tant au niveau de la direction pour qui de nouvelles méthodologies représenteraient un travail supplémentaires de quelques heures – bien que cela permettrait de profiter de centaines d’heures de travail ; qu’au niveau des autres professeurs qui refusent toute discussion visant à remettre en question l’ordre établi car ils risqueraient alors de perdre de l’aplomb en se voyant avouer qu’une autre voie que la leur est envisageable. Comment espérer progresser sans critique ni médiation ? « Tout est au mieux dans le meilleur des mondes », à l’UTSEUS.

La cohésion d’équipe

Ce qui me conduit au point qui m’amène à quitter cet établissement : la cohésion pédagogique et l’équipe! La cerise sur le gâteau dira-t-on. Ce message étant anonyme, je n’aurai pas non plus la lâcheté de citer des noms mais sachez que certains individus précédemment identifiés ne souhaitent jamais assister aux réunions. « Mais que fait la direction ? » me direz-vous ! Eh bien, lorsque vous vous présenterez seul(s) aux réunions on vous demandera d’expliquer ces manquements et on vous rappellera à l’ordre, tel un professeur qui crie sur les absents. Assez ironique et cocasse mais lorsqu’il s’agit de votre quotidien cela est lassant.

Oh mais pas d’inquiétude, les réunions ne sont pas légions à l’UTSEUS. Pendant l’année 2017-2018 par exemple, une seule et unique réunion « pédagogique » fut organisée ! Peu surprenant lorsqu’on entend la directrice pédagogique déclamer « Mais vous pensez que les réunions sont utiles ? ». Non, bien sûr que non ! Il est bien plus judicieux de ne pas se concerter ou d’harmoniser l’enseignement malgré des évaluations collectives généralisées en fin de trimestre. Ajoutez à cela le fait qu’on vous communique les modalités et sujets d’évaluation deux semaines avant les examens ou qu’on les modifie la semaine de l’examen. Dans ces conditions, comment préparer correctement ses étudiants ?

Vous pourrez bien tenter de communiquer avec la « directrice pédagogique » mais celle-ci vous renverra vers les « directeurs d’années » qui eux-mêmes vous renverront vers la « directrice ». Chose assez commune et appliquée pour les démarches administratives mais il vous faudra suivre les enseignements du Bouddha et « supporter les injures avec une patience égale à [votre] force. » Nous sommes en Chine, vous en verrez d’autres.

Le « bureau FLE »

Grâce à cette organisation hors-norme, il peut vous être demandé de revoir les copies d’examens - envoyées 2 semaines auparavant - 12 heures avant le dit examen. Oui, oui, à 21 heures pour un examen le lendemain à 9h. Ou peut-être recevrez-vous un message au début de votre cours pour vous demander de préparer vos étudiants A2.2 à l’argumentation en 2 semaines, soit en 4 heures de cours – inclus les 2 heures de cours que vous commencez à l’instant - puisqu’il vient d’être décidé par la direction que le sujet de PE des prochaines évaluations sera une argumentation de type B1.

Alors peut-être exprimerez-vous votre point de vue face à ces absurdités mais on vous rétorquera que vous trouverez « une solution pour les étudiants », que « grâce à [votre] investissement vous y arriverez ! », que « vous pouvez proposer des cours supplémentaires si vous pensez que c’est nécessaire. » Ces éléments semblent démontrer une dévotion certaine pour les étudiants, n’est-ce pas ?

Hélas non !... du moins pas lorsque cela implique de rémunérer les professeurs. Certains professeurs se sont vus refuser le paiement d’heures supplémentaires parce qu’ils avaient trop travaillé. Malgré un accord préalable et l’assistance de l’administration pour mettre des salles à disposition, une fois les cours dispensés (plus de 200 heures supplémentaires sur une période 6 mois), le paiement fut refusé. Ceci n’est qu’un exemple d’un ratage du « bureau FLE », car c’est ainsi que se nomment les professeurs chinois chargés du contenu des cours et des examens. Ces ratages sont communs, mais toujours non assumés, donc non résolus, car la Chine est le pays de la face, ne l’oublions pas !

Le bien être des étudiants ?

Autre instance révélatrice d’un manque de questionnement et de remise en question est celui du bien être des étudiants à travers les conditions dans lesquelles vous enseignerez. Vous travaillerez dans des salles au simple vitrage et non climatisées avec des ventilateurs défectueux. Ainsi en hiver, les températures avoisinent les 2°c et en été les 40°c en salle de classe. De nombreux professeurs et moi-même, avons vu nos étudiants frigorifiés, grelotter et faire des allers-retours réguliers pour courir aux toilettes en hiver parce qu’ils étaient malades.

Vous aurez certainement des difficultés à me croire mais c’est la réalité ! En été, se déroule un stage intensif : 6 heures de cours par jour pour tous les étudiants de 1er année et 2ème année. L’UTSEUS est une école où on demande à un être humain de s’assoir sur une chaise et d’apprendre pendant 3 heures dans une salle à 2°C et 6 heures dans une salle à 40°c ! Vous, en tant que professeur, êtes debout et mobile donc l’hiver est supportable avec plusieurs épaisseurs et vous pouvez vous modérer pour l’été ; mais les étudiants eux n’ont pas le choix, ils tombent malades ou font des malaises ! Et après la direction vous envoie des messages en vous parlant du « bien être » et de « l’intérêt » des étudiants !

Des nouveaux bâtiments modernes avec salles de classes équipées de TBI, couloirs jonchés d’écran 120cm de diagonale et aux toilettes climatisées ont été construits fin 2017. Les bureaux y ont été transférés mais seuls les étudiants français venus de France ont la chance d’y avoir cours. Peut-être pourriez-vous voir une lueur d’espoir à cette relocalisation face aux problèmes précédemment évoqués mais non, « les budgets sont clos et ont été votés. Ces bâtiments sont réservés à l’équipe Française qui enseigne aux étudiants Français. » Ainsi pour vous rendre de votre bureau à votre salle de classe comptez 15 bonnes minutes de marche avant de geler/suer.


L’équipe

L’équipe est clairement divisée en deux parties : les professeurs natifs et les chinois. Chaque classe bénéficie d’un professeur chinois et d’un professeur natif. La coopération se déroule plus ou moins bien selon les personnes bien sûr, mais dans l’ensemble ce système semble fonctionner auprès des étudiants. La majeure partie de la communication s’effectue à travers Wechat (messagerie gouvernementale très populaire en Chine). Je me focaliserai ici sur l’équipe française car c’est celle que j’ai majoritairement côtoyée hormis mes binômes chinois avec qui la coopération s’est très bien passée.

Chaque professeur a différentes méthodes et manières d’enseigner, cela bien entendu fait la richesse de nombreux instituts ou écoles. Pourtant ici, l’attitude de certains professeurs est abjecte et inadmissible. Il est hallucinant de voir que la direction tolère et renouvelle le contrat de professeur qui insulte ses étudiants ou/et fait faire des lignes à toute une rangée car un élève a commis un impair (porter une jupe jugée trop courte, éternuer sans s’excuser, porter un t-shirt au logo jugé provocateur). Plusieurs professeurs ont déjà dû intervenir entre cet élément et les étudiants pour désenvenimer un conflit qui aurait pu mener aux mains. Peu surprenant alors d’apercevoir ce même individu cracher sur les étudiants et jeter ses culs de joints en se justifiant les yeux injectés de sang : « Eh, c’est des chinois ! C’est bon quoi… »

Bien sûr une équipe de personnes différentes amenées à travailler ensemble n’est jamais parfaite mais à l’UTSEUS vous pouvez vous faire agresser et menacer de vous faire « péter la gueule » pour un simple bonjour, sans rappel à l’ordre Aussi, les membres de l’équipe qui refusent de vous adresser la parole pour X raison, prohibant ainsi tout échange professionnel, sont nombreux. Oui, les tensions semblent régner en maître au sein de cette équipe et les remarques acerbes pleuvent par mél et sur le groupe WeChat de l’équipe enseignante. Difficile donc de coopérer dans ces conditions. Difficile aussi de croire travailler avec des adultes dans un milieu professionnel…

La direction n’intervient pas pour rétablir l’ordre ou du moins permettre à chacun de réaliser correctement son travail en oubliant querelles superflues et puériles. Ainsi c’est la débandade et l’on se croit dans une cours de récréation. Nous parlons bien sûr ici de cette direction qui va refuser de payer les professeurs qui font des heures supplémentaires. Cette même direction qui va aussi demander à ses professeurs d’intervenir gratuitement un dimanche sous peine de sanction disciplinaire. Toujours la même direction qui va faire signer un contrat à un collègue pour ensuite lui annoncer un mois plus tard qu’il est « mis en retraite dû à [son] âge ». Même direction qui ne va pas répondre à ses mails des jours durant puisque « [son] téléphone n’avait plus de batterie ». Même direction enfin qui va manquer des cours parce qu’il faut « nourrir [son] chat ». Pas étonnant alors de se voir dire, toujours par la direction, qu’« ici on ne veut pas trop travailler et s’investir car ça implique trop d’heure. » Une fois encore, la situation est figée car la face semble dominer dans des relations qui devraient être régies pas une déontologie et un code professionnel où l’affect n’a pas sa place.

Et après ?

En somme, l’UTSEUS est plus épicurienne que confucianiste puisque le devise de Diogène « Rien ne produit la tranquillité comme éviter de s’affairer » semble être le mot d’ordre. Le portrait est dressé certes mais cela ne reflète que mon expérience et bien entendu mes opinions. J’ai choisi de les partager ici car j’aurai aimé pouvoir avoir toutes ces informations avant de rejoindre cet établissement.

Vous cherchez une planque où la médiocrité est non seulement tolérée mais encouragée, un travail avec peu d’horaires et un salaire raisonnable au vu des offres FLE disponibles sur internet : ce poste est pour vous ! Vous êtes passionné, cherchez à apprendre et affiner vos techniques et méthodes d’enseignement : sachez que le chemin sera stérile et semé d’embuches administratives.

Quoi que vous décidiez, je vous souhaite bon courage et bonne continuation, vous êtes informés.
 
Dernière édition:
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.