1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Pékin donne un nouveau tour de vis au Web et aux réseaux sociaux

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 27 Octobre 2011.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 932
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    LE MONDE du 27 Octobre 2011

    [​IMG]

    Les autorités chinoises ont ordonné un renforcement du contrôle de l'Internet, notamment des réseaux sociaux, afin d'empêcher la publication de rumeurs et de matériel "vulgaire", une semaine après un plénum du Parti communiste consacré aux médias.

    Le Global Times expliquait jeudi en "une" que les dirigeants chinois avaient lancé un programme sur dix ans destiné à
    renforcer "la construction d'un système de valeurs socialiste" et le "soft power" chinois. La popularité croissante des médias sociaux dans ce pays qui compte désormais plus de 500 millions d'internautes alarme Pékin, de même que le fait que l'Internet est devenu le canal privilégié de nombreux Chinois pour exprimer leur colère contre les abus et injustices.


    Selon la presse, la police a commencé cette semaine à
    arrêter des internautes soupçonnés de répandre des "rumeurs" et le contrôle de l'Internet, déjà sous étroite surveillance, a été encore intensifié. Des chaînes de télévision provinciales ont aussi été appelées à limiter les programmes récréactifs afin d'expurger les contenus trop "matérialistes".


    RENFORCER LE CONTRÔLE DU PARTI


    Un plénum du comité central du Parti communiste chinois (PCC) consacré au"développement culturel" du pays a eu lieu à la mi-octobre. Selon les observateurs indépendants, il s'agissait pour une large part de
    renforcer le contrôle du Parti sur tous les médias, alors qu'une nouvelle génération de dirigeants doit arriver au pouvoir en Chine dans un an.


    Le bureau politique "a discuté d'un projet de résolution du comité central du PCC sur les réformes culturelles", avait rapporté l'agence officielle Chine nouvelle, indiquant que le document "servirait de guide pour
    accélérer les réformes culturelles", et renforcer le "soft power" chinois.


    "Nous devons
    renforcer la gestion des outils tels que les réseaux sociaux et les messageries instantanées", selon la directive qui a été publiée par la presse cette semaine."Nous devrions punir en fonction de la loi les pratiques qui consistent à répandre des informations dommageables et intensifier la campagne contre la pornographie et les informations vulgaires sur l'internet", poursuit le texte.
     
  2. xiaolongh

    xiaolongh Archange

    Inscrit:
    14 Septembre 2010
    Messages:
    1 161
    Localité:
    Singapore
    Ratings:
    +257 / -1
    c'est bien ce que je disais dans ton post précédent, les dialogues extraits de messagerie mis en exemple sont ou seront très vite qualifié de racolage et les auteurs seront punis.

    En plus, si le contrôle d'internet s'intensifie, il va plus rester grand chose pour communiquer à une vitesse acceptable !!
     
  3. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 932
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    Il nous restera plus qu'à faire comme cela ...

    [​IMG]
     
  4. mike

    mike Grandmaster M.
    Membre de l'équipe Admin

    Inscrit:
    8 Avril 2006
    Messages:
    8 667
    Localité:
    Canton Powah
    Ratings:
    +3 998 / -6
    Il y a quand meme un truc qui me derange un peu.
    Les chinois ne font plus vraiment confiance aux medias. La tele, les journaux...ils ont tous bien compris que c'etait de la propagande et que "la verite est ailleurs" comme on dit.


    Ailleurs = sur le net. Une source que le gouvernement ne controle pas (enfin un peu quand meme mais pas assez) et qui permet aux chinois de s'informer autrement.
    Le probleme est que j'ai l'impression qu'ils font trop confiance a ce qu'ils voient sur le net.
    Il n'y a qu'a voir sur Weibo (quand ils parlent de reseaux sociaux, c'est principalement weibo), le twitter chinois : C'est rempli de rumeurs, de conneries, de photos avec des fausses legendes, des faux comptes etc.
    Du coup plein de chinois tombent dedans et croient a tout ce qu'ils lisent. Un peu comme s'ils se disaient : Ca ne vient pas du gouvernement donc c'est forcement vrai.

    Meme des sites comme Shanghaiist prennent l'info directement de weibo. Sans verifier, pour se rendre compte plus tard que c'etait des conneries.
    Evidemment je ne suis pas pour un controle plus intense du gouvernement, car comme pour tout gouvermenent, ce sont bien les derniers a qui on ferait confiance. Ils prennent comme excuse les rumeurs (sur ce point je suis d'accord, les rumeurs c'est mal ;) ) pour vouloir controler l'information (et la je ne suis plus d'accord).

    Bref c'est un joyeux bordel ;)
     
  5. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 932
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    La France, championne du monde de la surveillance du Web

    LE POINT du 26 Octobre 2011

    [​IMG]

    Un rapport de Google montre que Paris est largement en tête des demandes d'informations sur ses internautes.

    Google prend bien garde de ne pas l'écrire en toutes lettres, mais l'analyse de son dernier "Transparency Report" (rapport de transparence) est sans appel. La France est le pays au monde qui demande le plus d'informations sur ses citoyens à Google, par rapport à son nombre d'internautes. Sur les six premiers mois de 2011, les autorités françaises ont formulé 1 300 requêtes, soit une pour 34 500 internautes*. Attention, toutefois, car les statistiques de Google n'incluent pas certains pays, comme la Chine, qui arriverait probablement en tête.


    Placés juste devant la France en nombre total de requêtes, les États-Unis (5 950 demandes) et l'Inde (1 739 demandes) restent largement derrière l'Hexagone si l'on rapporte ces chiffres à leur population internaute : une requête pour 41 000 internautes aux États-Unis et une pour 57 500 en Inde. Les requêtes d'informations sont des demandes, formulées auprès de Google par les autorités des États, afin d'identifier un internaute ou de surveiller son activité sur le réseau. Le rapport concerne les requêtes des États avec Google uniquement, et non l'ensemble de leurs demandes concernant Internet.


    Hausse de 27 % pour la France



    La comparaison avec les voisins européens est, elle aussi, douloureuse pour la France. L'Allemagne a formulé 1 060 demandes, soit une pour 61 500 internautes et l'Espagne 460 demandes, soit une pour 63 000 internautes. Même la Grande-Bretagne, célèbre pour sa conception restrictive de la vie privée, n'a formulé "que" 1 273 demandes, soit une pour 40 500 internautes.


    Si le nombre de requêtes est rapporté au nombre total d'habitants (pas seulement les internautes), la France reste championne du monde avec une requête pour 50 000 habitants, à égalité avec la Grande-Bretagne. Il n'est pas possible de rapporter le nombre de requêtes au nombre d'utilisateurs de Google dans chaque pays, car ces chiffres ne sont pas publics. Mais l'Inde et le Brésil, où le réseau social Orkut (Google) est très présent, sont sans aucun doute pénalisés dans ce classement.


    Le nombre de demandes françaises est en hausse de 27 % par rapport au premier semestre 2010. Un bond qui inquiète fortement les défenseurs de la vie privée et des libertés fondamentales. Ceux-ci sont toutefois rassurés, car le moteur de recherche n'a donné suite qu'à 48 % des demandes, après analyse de la recevabilité des requêtes sur le plan juridique. Contacté par nos soins, Google Europe rappelle qu'il ne fait jamais de commentaires sur ses Transparency Reports, et laisse chacun "tirer les conséquences" des données publiées.


    * les chiffres utilisés pour la population des internautes sont ceux d'Internet World Stats. Les données brutes de Google sont disponibles via son outil Transparency Report.
     

Partager cette page