1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Paris veut modifier le système de sélection des étudiants chinois accueillis en Franc

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 13 Novembre 2010.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 969
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 168 / -35
    LE MONDE du 12 novembre 2010

    [​IMG]

    Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur, déclare dans un entretien au Figaro vendredi 12 novembre "vouloir modifier profondément notre système de sélection des étudiants chinois, mais aussi de tous les pays émergents dont nous avons intérêt à former les futurs cadres". La ministre rappelle que l'objectif de la France "est d'attirer toujours plus d'étudiants chinois en France, dont 75 % en master et en doctorat" et que le président de la République "souhaite multiplier leur présence par deux".

    La ministre est revenue sur le système de sélection des étudiants chinois, avec comme exemple le scandale de l'université de Toulon, où de graves irrégularités ont été relevées : "Le système était opaque, nous recevions des étudiants au niveau faible et parfois incapables de suivre des cours en français, mais comme les diplômes français sont cotés en Chine, ils étaient prêts à tout pour s'inscrire." Entre 2006-2007 et 2009-2010, le nombre d'étudiants chinois en France est passé de 17 176 à 21 038.

    DOUBLES DIPLÔMES

    De la même façon, l'université Paris-XIII-Villetaneuse a porté plainte auprès du tribunal de grande instance de Bobigny le 15 juillet pour "corruption", "trafic d'influence" et "escroquerie" dans une affaire de "dysfonctionnements administratifs" lors de l'inscription d'étudiants chinois en 2009. "A la rentrée 2009, on s'est aperçu que des étudiants chinois avaient été inscrits sans qu'on ait, dans leurs dossiers, les documents prouvant leur niveau de français et leur niveau académique. Et en interrogeant ici et là, on s'est aperçu que des étudiants chinois ne savaient pas bien parler français", a expliqué Jean-Loup Salzmann, son président.

    "Il y avait vraisemblablement un réseau de personnes chinoises qui 'aidaient' des étudiants chinois à s'inscrire, lesquels leur donnaient beaucoup d'argent pour cela", entre "2 000 à 3 000 euros", a-t-il ajouté. Selon lui, ces cas litigieux représentaient 50 à 60 dossiers, soit 10 % des étudiants chinois inscrits à Paris-XIII. "Une fois convoqués, ces étudiants ne se sont pas présentés. On les a radiés", a-t-il ajouté.

    Pour rendre la sélection de ces étudiants plus efficace, Mme Pécresse souhaite "multiplier les accords de coopération entre établissements français et chinois qui prévoiront des doubles diplômes, à l'image de ce qu'ont développé depuis les écoles centrales et le groupe Paris Tech ou, plus récemment encore, les universités de Paris-IV et Montpellier-III". "Nous réfléchissons à la création de diplômes bilingues avec un cursus de six mois minimum en anglais", ajoute la ministre, qui précise qu'on doit assurer à ces étudiants chinois "une inscription transparente, dans la filière de leur choix, quitte ensuite à leur proposer une mise à niveau en français".
     
  2. billcarson

    billcarson Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    j'ai eu hier une réunion avec une équipe de Campus France sur le process de sélection ( 2 tests au hasard plus entretient par des francais bilingues en chinois) et je dois dire que ce la me semble un peu léger car les tests se font par ordinateur donc il suffit d'avoir une compilation des réponses...pour rebondir sur l'idée des doubles diplomes, elle est très pertinente car cela fonctionne comme cela dans ma fac.L'université francaise (ici Grenoble) a fixé ses exigences concernant le niveau et des professeurs de grenoble viennent sur place.
     
    #2 billcarson, 13 Novembre 2010
    Dernière édition par un modérateur: 13 Novembre 2010
  3. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 969
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 168 / -35
    Étudiants chinois en France : les dessous du système

    LE FIGARO du 11 novembre 2010

    [​IMG]

    Palais de l'Élysée, jeudi 4 novembre 2010: face au président Hu Jintao, Nicolas Sarkozy porte un toast aux «deux grandes nations» que sont la Chine et la France. Le chef d'État français salue «l'immense succès que représentent (…) les 30.000 étudiants chinois (qui) vivent dans notre pays», affirmant même sa volonté d'en doubler le nombre. Un sujet secondaire en apparence mais qui, pour les initiés, est loin d'être anodin. Car, ces dernières années, la pression de Pékin a été forte pour que ses étudiants soient accueillis en nombre. L'ambassade de France à Pékin «a ouvert grand les bras aux candidats souhaitant intégrer les universités françaises», note un diplomate. Quitte à ne pas être très exigeante sur la qualité des postulants. En dix ans, le nombre des admis a été multiplié par dix. «Les dés sont pipés», insiste-t-il, pointant les dérives d'un système qui avait cours ces dernières années. Poussé à l'extrême, il a pu aboutir au scandale de l'université de Toulon où de «graves irrégularités» ont été relevées dans l'inscription des étudiants chinois.

    Depuis, un rapport conjoint des Inspections générales de l'Enseignement supérieur et des Affaires étrangères a démonté les mécanismes d'une situation explosive. Mais il faudra sans doute attendre les lendemains du remaniement pour que les deux ministères le rendent public. Enquête sur les failles d'un système que le gouvernement veut désormais assainir.

    En Chine, une sélection laxiste

    Les recalés d'un système universitaire chinois draconien préfèrent souvent tenter leur chance à l'étranger. Après cet exil, revenus au pays, ils peuvent séduire les multinationales qui apprécient ces profils rodés aux codes occidentaux. Mais rien ne prépare ces jeunes de Shanghaï, Canton ou Pékin à ce saut dans l'inconnu. Tout commence chez eux par un «test de niveau linguistique». Le français n'étant pas enseigné dans le secondaire, les candidats doivent soit s'offrir des cours accélérés, soit… tricher. Certains vont jusqu'à acheter des grilles pour apprendre les quatre-vingts réponses par cœur. Un entretien oral est aussi prévu mais mené, semble-t-il, sans grande rigueur. Sur ce laxisme ambiant se sont greffées des officines qui monnayent de pseudo-packages permettant de décrocher l'examen, le visa, la pré-inscription en faculté et le billet d'avion…

    En mars 2009, le Centre international d'études pédagogiques lance une alerte aux 83 universités françaises: «Des dysfonctionnements ont été constatés lors des sessions du test de connaissance du français (…). Des fraudes ont pu, de ce fait, avoir lieu (…). Des résultats ne correspondent pas au niveau réel de compétences en français.» Les centres de «Pékin, Shanghaï, Canton, Wuhan et Chengdu» sont visés. Dans la foulée, les tests sont modifiés et renouvelés tous les trois mois.

    En France, des dérives multiples

    À des milliers de kilomètres de là, plusieurs universités - souvent de second rang - s'accommodent d'une situation qu'elles ne maîtrisent guère en amont, les yeux rivés sur leur budget. En effet, celui-ci est calculé au prorata des étudiants inscrits. Depuis la réforme des universités, cette politique du chiffre «n'est plus aussi rentable». Quelques exemples illustrent ces effets pervers. À Grenoble, plusieurs Chinois découvrent à leur arrivée qu'une formation, pourtant dûment payée (environ 5400 euros), n'existe plus… À Perpignan, un étudiant propose à un maître de conférences une liasse de billets de 500 euros pour qu'il remonte la moyenne de ses copies et valide son passage dans l'année supérieure. Et, dans divers campus, des professeurs ont été surpris de recevoir en quatrième année des élèves fraîchement sortis de première année à l'autre bout de la France. Un pas de géant assez inexplicable.

    Sur les campus, les Chinois se mêlent peu aux autres. Les enseignants se heurtent parfois à un mur d'incompréhension lorsqu'ils s'adressent à l'un d'eux. Un simple «Je vous en prie, asseyez-vous» à un candidat de master n'est suivi d'aucun effet. À Paris 13-Villetaneuse, des soupçons de fraude se confirment à la rentrée 2009. Toujours ces tests de français étranges, ces dossiers incomplets parmi les quelque 700 étudiants accueillis… De quoi alerter le président de l'université, Jean-Loup Salzmann, prompt à réagir: «On a dénombré plusieurs dizaines de cas litigieux et convoqué les étudiants concernés. La plupart ne sont pas venus… Au terme d'une enquête de l'Inspection, deux administratifs ont été sanctionnés et un enseignant renvoyé devant la commission disciplinaire. Enfin, nous avons porté plainte au pénal. Le système, en phase de croissance, était en train de s'installer. Nous l'avons coupé.»

    L'enjeu de la transparence

    Un haut fonctionnaire de l'éducation tire une triste morale de cette affaire: «Comment pouvons-nous continuer d'accepter de sacrifier l'ambition d'une jeunesse qui ne demande qu'à réussir? On a trompé ces étudiants. Des universités ont joué leur survie sur leurs têtes.» Le gouvernement affiche aujourd'hui sa volonté de transparence. Plus question de fermer les yeux sur ces dérapages. Tout le monde devrait trouver un intérêt à cette opération mains propres: les entreprises chinoises en recrutant des diplômés bien formés et la France, qui cherche à gagner des places dans les classements internationaux, tel celui de Shanghaï, en valorisant l'image de ses cursus universitaires.
     
  4. billcarson

    billcarson Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    les grands esprits se rencontrent^^
     
  5. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 969
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 168 / -35
    A deux minutes près lol

    Sinon, c'était la collision ....
     
  6. billcarson

    billcarson Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    allez, je me sacrifie....
     
  7. Vermeylen

    Vermeylen Membre Silver

    Inscrit:
    15 Juin 2010
    Messages:
    120
    Localité:
    Paris, France, France
    Ratings:
    +4 / -0
    Au delà de ça, j'ai vu deux reportages des JT de France 2 et TF1 à deux jours d'inter-val qui font passé les étudiants chinois en France pour des cancres...
    Les médias français, continue à diffuser du contenue globalement anti-chinois....

    ...dans le même temps, les résultats des étudiants Chinois (en France) sont meilleures que ceux des autres communautée issue de l'immigration, mais ça, ça fait 10 secondes sur france 5 ...attention discrimination !!!

    Si non oui il y a du laxisme du coté administratif français, les chinois (et autres) auraient tord de s'en privé !
     
  8. Adicolor

    Adicolor Membre Silver

    Inscrit:
    15 Avril 2010
    Messages:
    62
    Ratings:
    +0 / -0
    En même temps Vermeylen, je ne sais pas si tu as deja cotoyé des étudiants chinois à l'étranger, mais oui pour la majorité, ils ne font pas grand chose. Ils profitent pour découvrir des choses nouvelels et généralement ne s'investissent pas trop dans leur boulot. En même tps est ce que le but d'un échange à l'étranger est de recevoir des cours de qualité dans le pays choisi ou d'ouvrir sa personnalité et ses connaissances par la rencontre de nouvelles personnes ??
     
  9. Vermeylen

    Vermeylen Membre Silver

    Inscrit:
    15 Juin 2010
    Messages:
    120
    Localité:
    Paris, France, France
    Ratings:
    +4 / -0
    Oui, je les côtoient même au quotidien, ma femme en est issue de ces étudiants chinois venu en France pour faire leur études et autres ...aujourd'hui elle travail pour un grand groupe français...
    Oui, certains profitent du système... ...comme d'autres (pays) migrants
    Oui, les Chinois de France vive globalement entre eux.
    En règle générale les étudiants chinois viennent éffectivement en France, par défaut ...Canada,USA, GB et Australie ont les faveurs des meilleures et plus riches !

    ...mais bon ce que je stigmatise c'est que les médis français tape toujours sur les "chinois" cible facile et qui ne répond que très peux.
    ...tu peux prendre les mêmes articles avec les migrants, tu remplaces Chinois par africains et c'est des émeutes en banlieue.
     

Partager cette page