1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice
  2. Il est important d'être conscient que le statut de stagiaire n'existe pas réellement pour les étrangers dans la plupart des provinces de Chine.

    Pour plus d'infos, voir : Stage en Chine / à Shanghai : légal ? quel visa ?

    Rejeter la notice

Ma première expérience en Chine. Et comment je me suis fais avoir.

Discussion dans 'Travailler en Chine' créé par China Lover, 15 Septembre 2015.

  1. China Lover

    China Lover Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    Bonjour à tous,

    Vivant depuis quelques mois l'aventure chinoise dans une province reculée de ce grand et beau pays, je souhaite partager mon expérience avec ceux qui seraient tentés de rejoindre notre belle communauté.

    Tout d'abord, je tiens à dire que de tous les choix que j'aie pu faire durant ma vie, celui de m'expatrier est probablement le plus heureux! Nulle raison de m'étendre sur le sujet, aussi je vais passer au sujet qui nous intéresse:

    Lorsque j'ai manifesté l'envie de venir vivre et travailler ici, je me suis assuré d'avoir de nombreux contacts dans les villes et zones dans lesquelles je souhaitais postuler. Cela paraît évident, mais un paquet de gens n'y pensent pas. Non seulement il faut se faire un carnet d'adresses, mais aussi, il est plus qu'indispensable de l'entretenir.
    Et ça, c'est parfois un boulot à plein temps!

    Voilà pour le premier conseil.

    Le second maintenant : J'imagine que la plupart des candidats à l'expatriation doivent avoir le même genre de réflexe, en apparence logique : On a toujours une bonne raison de quitter sa terre et ses proches, autrement, on ne les quitte pas. Vous quittez donc votre pays et votre culture pour venir vous établir sur une terre et dans un milieu culturel complètement différent, en venant en Asie, en général, et en Chine en particulier.
    Et donc, naturellement, vous vous dites que si vous deviez offrir votre confiance à quelqu'un, comme ça, spontanément, ce serait prioritairement à un de vos semblables.
    Après tout, si il / elle est ici, c'est probablement pour les mêmes raisons que vous. Donc bon.
    Voici donc l'histoire de ma première expérience en Chine. Lisez bien, relisez si nécessaire. Et dites vous qu'en Asie, la confiance se mérite. Peut être plus ici qu'ailleurs.

    Je suis venu en début d'année pour prospecter, travaillant dans l'architecture et ayant rencontré de nombreuses désillusions dans les agences hexagonales en France - et n'ayant plus foi en rien dans notre magnifique pays.
    Ayant de nombreux amis en Asie, partis s'installer quand l'odeur devenait désagréable en Europe, j'acceptais enfin leur aimable invitation.
    Je prenais donc un billet AR pour Shanghai et quelques autres billets pour me rendre aux entretiens à Hong Kong et Hanoï. J'arrivais à Shanghai, aimablement accueilli par de fidèles amis et logés dans un appartement spacieux et proche des commodités. Je commençais donc mes prospections sur place, cette fois, et enchainais les entretiens. Certains peu sérieux, d'autres plus aboutis.
    Et puis, par le biais d'un ami, je rencontrais un recruteur français à Shanghai. Celui-ci, emballé par mes références et mon expérience décidait de me présenter à un de ses amis, un français également, dont l'agence siégeait à Shanghai, mais qui souhaitait développer son activité dans l'Ouest sauvage et en plein essor.
    J'avais eu de nombreux entretiens avec des agences chinoises, internationales, à Shanghai. Ce jeune designer, qui se vantait d'avoir réalisé quelques intérieurs d'établissements de renom à Shanghai, m'expliquait qu'il avait un bureau à Urumqi, dans le Xinjiang, et qu'il lui fallait trouver quelqu'un capable de diriger l'antenne régionale, moyennant un beau package. Il m'informait également, qu'au regard de la santé de l'économie locale, il lui fallait maintenant se tourner vers d'autres horizons et qu'il envisageait de fermer l'antenne Shanghaienne pour relocaliser dans le Xinjiang. Conscient de la réalité écononmique de la Chine, je n'y voyais aucun inconvénient, Shanghai m'apparaissant plus comme un piège à fric que comme une destination de premier choix pour quelqu'un qui souhaitait donner un nouvel essor à sa vie professionnelle.
    Il me montrait donc des photos des lieux, certes magnifiques, m'expliquant les avantages que j'aurais à m'installer dans cette région qui peut paraître un peu hostile et éloignée (c'est beau mais c'est loin, pour reprendre une formule consacrée), et puis surtout, de façon fort sympathique, m'invitait à l'y rejoindre quelques jours pour me faire une idée plus précise.
    La proposition qu'il me fit, était alléchante:
    Un salaire net de 23000 RMB/mois, plus un pourcentage sur le bénéfice annuel, plus la retraite en France, plus l'assurance santé, plus un logement payé par l'agence et enfin, le réglement du vol depuis la France, vers Urumqi.

    N'ayant que peu de temps entre mes prochains séjours Hong Kongais et Vietnamien et avant mon retour en France, je n'avais plus les moyens de réaliser ce périple. Il m'offrit de me payer le vol, mais n'ayant plus de temps, je devais décliner.

    Bon: au moins mon séjour en Chine et au Vietnam aura été parfait! Digne d'entrer dans la rubrique "mes meilleurs souvenirs". Et je revenais avec 3 propositions sérieuses.


    Je rentrais en France à la mi- Avril, après des entretiens moins alléchants obtenus de haute lutte à HK et Hanoï, et, après les deux premières semaines de réflexion décidais d'écarter les deux autres propositions - pourtant sérieuses - pour choisir celle qui était censée m'offrir le nouveau départ dont je rêvais, conquis par cette proposition qui s'avérait moins formelle et plus qu'amicale...
    Ce jeune patron français décidait alors d'engager les formalités administratives nécessaires à l'obtention de mon visa. Et me proposait de démarrer mon nouveau job en me donnant un concours à réaliser pour une école dans une ville proche de la frontière avec le Kazakhstan. En dix jours le projet était monté, et l'agence remportait bientôt son premier concours dans cette ville. J'étais ravi. Pendant ce temps, les paperasseries avancaient... Un deuxième projet arrivait très vite, avec une opération immobilière de 250 000 m² à construire dans un quartier de la ville. Je passais du temps à récolter les références, dessiner les plans, avec le peu d'infos dont je disposais, en particulier au sujet de la réglementation chinoise, et locale. De son côté, les paperasseries trainaient. Mais ce retard était également du fait de l'incroyable machine administrative française.
    Quand je lui posais la question : <<Est-ce que le travail fourni - et de qualité - sera rémunéré?>>, il me répondait : <<Oui ne t'inquiètes pas. Mais pour l'instant je ne peux pas effectuer de versements sur ton compte français, je ne peux le faire que sur un compte chinois. Tu comprends, les règles...>>.

    Entre temps, ce jeune patron français modèle, m'informait que je devais partager mon appartement durant les premiers mois avec deux autres transfuges de Shanghai, selon ses termes pour consolider les liens de l'équipe et faire en sorte que l'on soit moins perdus dans cette grande ville d'apparence hostile. Cette idée ne me paraissait pas idiote, d'autant qu'il m'assurait que cela ne durerait que les premiers mois.
    Finalement, après un long mois et demi de tractations, je me voyais offrir les précieux documents d'invitation par le gouvernement chinois.
    Je demandais donc à l'agence de prendre les billets depuis Marseille jusqu'à Shanghai. Mais là, première surprise, la secrétaire ne parvenait pas à prendre les billets depuis la Chine... Tout en m'assurant que je serais remboursé par l'agence plus tard, et dès que j'aurais ouvert un compte dans une banque chinoise.
    Je payais donc ces billets de ma poche. Mais j'étais tellement content de pouvoir enfin quitter la France et vivre une telle aventure que je ne prêtais aucune attention aux détails.
    J'effectuais toutes les démarches administratives demandées aussi bien par la France que par la Chine. Puis je vendais ma voiture : <<Elle ne me sera plus d'aucune utilité, et ça me fera au moins de l'argent... Pour payer mes impôts en France.>>

    Je passais ensuite un mois à Shanghai, durant lesquels je travaillais toujours pour l'agence, à distance, et de façon très épisodique. Lui m'assurait que tout était prêt pour ma venue ici et me proposait enfin le contrat qui devait servir de base pour l'établissement de mon visa permanent.
    A la lecture de celui-ci, je découvrais que celui-ci était enregistré pour Shanghai, et non pour Urumqi, puis, que mon salaire et mes avantages étaient bien différents de ceux qui avaient été mentionnés durant notre entretien. Après une explication avec la secrétaire d'abord, puis avec lui ensuite, il m'assurait que ce contrat serait remplacé par un autre, enregistré pour Urumqi, et avec tous les avantages dont nous avions discuté préalablement. Mais mon visa étant subordonné à ce contrat, je ne pouvais refuser de le signer.
    J'ouvrais mon compte bancaire chinois ici (une calamité => Tout n'étant rédigé qu'en Chinois), puis demandais à l'agence de me verser le prix du billet, ce qu'ils firent... Pour le trajet Paris - Marseille seulement.

    Il décidait de passer quelques jours sur Shanghai, officiellement pour affaires, et lors d'un diner dans un restaurant qu'il aurait dessiné, il me rassurait en me disant que mon prochain contrat prendrait en compte le fait que j'aie déjà effectué un bon travail durant les précédents mois, et que par conséquent, la période d'essai était d'ores et déjà terminée et validée. Puis il termina le dîner en narrant ses exploits et son train de vie dantesque durant sa vie Shanghaienne... Pour ceux qui connaissent Shanghai, aucun besoin de faire de commentaires, vous aurez deviné de quoi je veux parler.

    Au terme d'un mois d'attente, justifié par les difficultés d'obtention des autorisations dans cette province reculée et souvent secouée par des heurts inter-communautaires, je prenais enfin un vol pour Urumqi.
    L'agence prenait en compte le prix du vol, le fret de mes bagages ainsi que le déplacement depuis l'aéroport jusqu'à l'appartement.
    Je prenais donc officiellement mes fonctions au sein de l'équipe le 17 Juillet.

    Là, je découvrais que certains de mes collègues (et colocataires) n'étaient pas régulièrement payés. Puis vint le communiqué de la direction, nous informant qu'en raison de problèmes de comptabilité, seuls les employés chinois - indispensables car préparant les rendus et images et effectuant la comptabilité - seaient rémunérés durant le mois de Juillet...
    Au fait, vous ai-je dit que j'étais supposé être rémunéré pour mon travail effectué depuis le 1er Mai?

    Un autre entretien avec ce jeune patron français modèle : <<Donc, puisque tu as pris tes fonctions à la mi-Juillet, tu percevras le pourcentage de ton salaire équivalent à ce temps effectué.>>
    Autant dire que cela ne m'enchantait guère. Et la motivation n'était déjà plus au rendez-vous.
    Lorsque vint la première (oui oui, la première), mouture du contrat sur Urumqi, je pensais qu'enfin j'aurais une base solide. Eh non!
    Les termes avaient évolué. Et pas dans le sens que j'espérais. Je renvoyais donc ce contrat, en insistant sur le fait que je souhaitais que les termes soient respectés.
    Deux semaines (oui oui, deux semaines) plus tard, la seconde mouture apparut. Encore des imprécisions, et les corrections que j'avais demandé n'étaient pas abouties. Je renvoyais une fois encore le contrat à l'expéditeur.
    La troisième mouture semblait presque bonne, mais je refusais de le signer en l'état, n'ayant encore trouvé aucune satisfaction à le lire. Et ma période d'essai prenait soudainement effet depuis ma date d'arrivée à Urumqi (souvenez-vous, le 17 Juillet), pour s'achever le 17 Septembre. On était bien loin des promesses de nos précédents entretiens.

    Les jours passaient, et aucune nouvelle ne filtrait. Je demandais à la secrétaire : <<Qu'en est-il des corrections du contrat?>>, et elle me répondait : <<La direction ne m'a pas encore dit de l'imprimer.>>
    Je demandais si il y avait lieu de m'inquiéter, et la encore, le même genre de réponse que j'avais désormais pour habitude de recevoir : <<Non, aucune raison de s'inquiéter.>>

    Mais je savais désormais que je ne signerais jamais de contrat.

    Quelques jours plus tard, une réunion de crise devait avoir lieu, un lundi matin.
    Le jeune patron modèle nous faisant tout un topo sur la crise, les problèmes financiers, et nous exortant à travailler d'arrache pieds pour sortir l'entreprise de l'ornière. Les projets étaient là. Les clients au rendez-vous. Il fallait juste être patient.

    A partir de cet instant, j'ai su que je partirais le premier.

    Et effectivement, quelques jours plus tard, la direction (sa femme ouighour et lui donc) me convoquaient pour un entretien de fin de période d'essai... Pour me signifier que celle-ci prenait fin, définitivement. La raison? <<Nous ne pouvons plus assurer le paiement de ton salaire, et tu sembles mettre du temps à t'adapter au process Chinois. Mais ne t'inquiètes pas, ton visa vaut pour un an, et je ne l'annulerais pas. Fais simplement attention à ne pas faire de conneries, hein!? Et pour l'appart, tu peux y rester encore un peu, après quoi je te paies le billet retour pour Shanghai.>>

    Je n'ai signé aucun contrat. Donc en d'autres termes, aucune compensation de départ, aucune assurance, rien.
    Je suis toujours dans l'appartement, avec un visa permanent illégalement préparé, un contrat frauduleux, et sans argent.
    Et cette épée de Damoclès qui n'attend qu'une chose, c'est que cette enflure décide de mettre fin à mon visa.

    Depuis, j'ai fait mon enquête. Et tous ceux qui l'ont cotoyé me disent la même chose : Méfies-toi de ce type, il est louche et il raconte pas mal de conneries. Tu ne peux pas lui faire confiance.

    Ah vraiment?!?

    Et donc mon principal objectif, maintenant, est de survivre, et de rentrer sur Shanghai. Bien sûr, je n'espère pas avoir de billet retour de sa part.

    Voilà. Maintenant si vous avez des questions, je vous en prie, posez les. Je me ferais une joie d'y répondre.
    Mais un conseil, un vrai gros conseil : Si vous venez en Asie, peu importe qui vous reçoit, quelles promesses sont faites, ou l'impression que vous avez. Faites des recherches, confrontez les témoignages, creusez, déterrez les cadavres s'il le faut, mais n'espérez rien d'exceptionnel.

    Ah oui. Il est possible que vous vous disiez qu'il vaut mieux être malhonnête et peu scrupuleux dans ce monde. Je ne vous blâmerais pas si vous pensez ça.
    Pour ma part, je reste plus que jamais attaché aux principes que j'ai fait miens : Traitez toujours les autres comme vous aimeriez qu'ils vous traitent. Cela ne vous empêchera pas de vous faire avoir, mais au moins, vous aurez de bonnes surprises aussi.
    Précisément parce que mes amis peuvent compter sur moi, je peux compter sur eux.

    Maintenant, je vous laisse, j'ai un ou deux problèmes à régler...

    PS: Je suis sûr que vous vous demandez qui est ce jeune patron modèle! Réponse en MP.
     
    • Informatif Informatif x 16
  2. FabChine

    FabChine Dieu Supérieur

    Inscrit:
    8 Février 2012
    Messages:
    1 863
    Localité:
    Jingan, Shanghai
    Ratings:
    +808 / -4
    je veux bien que vous m'envoyiez le nom du jeune patron modèle!
    merci :D
     
  3. 五毛哥

    五毛哥 Dieu Supérieur

    Inscrit:
    4 Février 2013
    Messages:
    1 502
    Localité:
    Hefei
    Ratings:
    +1 604 / -68
    • J'aime J'aime x 1
  4. totoautibet

    totoautibet Dieu suprême

    Inscrit:
    3 Mars 2010
    Messages:
    3 043
    Localité:
    Nanning/Guangxi
    Ratings:
    +1 971 / -8
    bon courage pour ta prochaine experience que je te souhaite plus sereine...

    je pense que bon nombre d'entre nous ont croise ce genre de margoulin predateur d'expats a qui il fait miroiter son clinquant train de vie finance par des promesses non tenues...
    ils sont nombreux certes, mais leurs victimes encore plus... alors dénonçons! ce sera toujours ça de pris.
     
  5. Dui ni shuo de dui

    Dui ni shuo de dui Alpha & Oméga

    Inscrit:
    18 Septembre 2007
    Messages:
    5 668
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +6 333 / -18
    Des noms, des noms!
    Qui ramene le bois pour le bucher?

    Bon sinon pour l'OP, ce qui t'arrive n'est pas cool, mais faut jamais bosser pour quelque boite que ce soit tant que tu n'as pas un contrat signe et tamponne en bonne et due forme. Egalement toujours se renseigner le plus possible sur la boite en avance.

    Cela dit c'est facile a dire mais pas toujours possible dans la vraie vie.
    Bon courage en tout cas
     
  6. Platax

    Platax Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    Le texte est très bien écrit, c'est agréable à lire. Et instructif, cela va de soi.

    Le type est vicieux, effectivement il t'a bien eu...
     
  7. Neuromancer

    Neuromancer Alpha & Oméga

    Inscrit:
    13 Mai 2008
    Messages:
    3 949
    Localité:
    Shanghai, Chine
    Ratings:
    +2 022 / -45
    Possible d'avoir recours en justice? Le mec est quand même une enflure ici...
     
  8. ChrisHK

    ChrisHK Dieu créateur

    Inscrit:
    27 Décembre 2013
    Messages:
    8 843
    Localité:
    Hong Kong et Shanghai
    Ratings:
    +7 165 / -39
    Il est évidement facile de dire après coup, "tu aurais dû...",

    mais dès le début, le "pas possible de prendre les billets en Chine" aurait pu te mettre la puce à l'oreille.
    N'importe quelle agence de voyage peut le faire, toutes les compagnies assurant les liaisons France-Chine ont des sites internet de réservation en chinois, et des centrales de réservations avec des opérateurs parlant chinois, sans parler des sites comme CTRIP qui font également toutes les réservations.
     
  9. Panda Rebel

    Panda Rebel Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    Bon, on ne va pas te faire la morale, d'autant que tu as certes perdu un peu de temps et d'argent, mais rien de très grave ne t'est arrivé.

    Comme tu l'as écrit, la fibre patriotique n'est pas un gage de confiance. Personnellement, j'ai travaillé en Chine, en Allemagne et en Russie et ai eu écho de Français qui s'étaient faits arnaquer par d'autres dans ces trois pays.
     
  10. wanbatin

    wanbatin Dieu souverain

    Inscrit:
    15 Janvier 2013
    Messages:
    3 064
    Localité:
    Suresnes
    Ratings:
    +1 743 / -73
    Alala on peut vraiment vs faire avaler n'importe quoi.
     
  11. GuYong

    GuYong Alpha & Oméga

    Inscrit:
    26 Octobre 2009
    Messages:
    4 635
    Localité:
    ZheJiang
    Ratings:
    +2 907 / -16
    Bon courage pour l'avenir!
    J'ai eu, il y a quelques annees, un boulot en Chine ou je n'ai pas ete paye pendant 1 an (la structure ne le pouvait pas), mais j'ai finalement recu un solde de tout compte en partant. Il ne faut jamais baisser les bras!
    Dans ton cas, difficile de te battre puisque tout est a l'orale, mais des arguments subsistent toujours.

    Un petit truc/astuce pour plus tard, J'ai l'habitude de toujours souligner oralement un point de morale avec mes employeurs sur la conclusion de negos:
    "L'honnetete est un devoir en affaire; Si je vous vole, je reconnais que vous avez moralement le droit de me dezinguer. Il est evident que la reciproque est valide".. Les types serieux et avec des epaules et experience, ne le prennent jamais mal..
     
  12. parapluie

    parapluie Dieu suprême

    Inscrit:
    9 Mai 2013
    Messages:
    7 645
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +3 615 / -6
    salut

    après lecture les points suivants m'ont intrigué
    pour la préparation du visa généralement les problèmes viennent de chine pas de france, mais bon tu parles peut être d'autre chose
    si c'est possible, mais j'avoue que c'est plus compliqué qu'un virement local
    c'est dans les temps, généralement ça peut prendre jusqu'à 3 mois
    mouai là c'est plutôt qu'ils veulent pas
    normalement une copie du contrat est fournis pour la demande de visa Z (tu aurais donc du le signer avant d'arriver en chine, même si ce n'était pas la version définitive), qu'est ce que tu veux dire par visa permanent, le visa Z c'est seulement un permis de résident de travail de 1 an
    as tu fais la procédure de permis de résident à Shanghai? il y a plusieurs membres qui ont des permis de résident différents de où ils travaillent, c'est pas top mais ça se fait (surtout si la maison mère est dans la province du permis de résident)
    il faut relativiser, c'est bien plus facile d'ouvrir un compte bancaire ici qu'en france, on montre le passeport, on signe et c'est bon
    quelles autorisations, vu que tu n'as pas fait ton transfert de permis de résident?

    bon pour les conseils tu peux aller au prud homme chinois (avec un ami chinois de préférence) et lancer une procédure contre ton ancien employeur, tu peux surement le faire depuis shanghai si la branche n'est pas fermée et que ton employment permit dépend de là, si la branche est fermée il aura en plus des emmerdes pour ne pas avoir annulé ton permis de résident (contrat il y a car tu as obtenu ton visa Z, mais à voir quel est le contenu)
    donc en gros tu as les moyens de lui mener la vie dure, mais tu devra quitter le pays et probablement payer un amende pour ne pas avoir annulé ton permis de résident
    regardes là
    https://www.bonjourchine.com/thread...ligatoire-au-depart-de-son-entreprise.110905/
    si tu trouves un autre travail il faudra que tu contacte ton ancien employeur pour obtenir ta release letter avec les dates qui correspondent, normalement tu pourra faire la procédure toi même sans qu'il ait besoin de t'accompagner
    réfléchis donc à quelle est la meilleure ligne de conduite à suivre en fonction de tes plans à court terme
     
    • Informatif Informatif x 1
    #12 parapluie, 16 Septembre 2015
    Dernière édition: 16 Septembre 2015
  13. why

    why Dieu souverain

    Inscrit:
    26 Décembre 2010
    Messages:
    1 717
    Localité:
    Guangzhou
    Ratings:
    +1 239 / -8
    Des noms des noms !!!!!

    Ce n'est pas pour jeter la pierre, mais j'en parlais dernièrement: il y a des expats malhonnêtes. Il y a des corrompus, des louches.
    Ce qui t'arrive est vraiment très moche. Je ne vais pas te donner de conseils, car en ce moment, ça ne sert à rien. Juste, accroche-toi et prends en de la graine. Prochaine négociation, tu seras plus aguerri.

    Personnellement, je me suis fait avoir une fois et depuis, je me méfie. Il ne faut pas avoir peur de poser les bonnes questions et surtout de faire sa petite enquête.

    Bref, je te souhaite bien du courage pour la suite de tes aventures chinoises.
     
  14. ANUSTART

    ANUSTART Guest

    Ratings:
    +0 / -0

    J’aimerais aussi savoir le nom de la personne si possible.

    Je suis vraiment navre par ce qui vous est arrivé. C’est un coup d’arnaque et il semble que le mec vous a engagé car vous ne connaissez pas vraiment le system en Chine.

    J’avoue que même pour changer de travail en Chine j’y pense 10 fois et je fais des recherches sur la boite avant de m’engager. Il y a plusieurs éléments à prendre en compte car un simple problème pourra avoir des conséquences énormes voire l’expulsion du pays.

    Sur le déroulement, votre prospection et autre, je pense tout a été correcte et n’importe quel autre personne aura pu être séduit par cette offre. Par contre et comme @ChrisHK l’a évoqué, une fois que vous vous êtes engagé (tj étant en France), il y a eu pas mal d’occasion ou vous aurez pu remarquer la puanteur de cette entreprise :

    - Les billets d’avion c’est évidemment un premier signe, on peut acheter de n’importe où et même avec les cartes chinoises.

    - L’autre point c’est sur le travail que vous avez fait avant de commencer officiellement et dont le mec assurait vouloir vous payer. Tout simplement, si vous n’êtes pas sous contrat d’embauche, la boite devrait vous faire un contrat de X mois en étant consultant afin de justifier tout payement. Sinon ils sont dans le black.

    Evidement ce n'est pas facile d'y penser si on était à votre place; mais je dirais que j’aurais mis plus de pression pour avoir toute ces promesses écrit noire sur blanc.

    Concernant la façon dont vous vous êtes engagé, avez-vous signé une offre avant de venir ?

    Le process en Chine est tout d’abord de signer l’offre, et puis le contrat de travail est signer durant le premier mois de travail. L’offre en elle-même a une valeur légale et si la boite à changer des détails vous aurez droit à une compensation.

    Sinon pour le contrat qu’il vous a fait signer sur Shanghai. Je t’avoue que ce n’est pas la seule boite en Chine qui fait pareil. Mon ancienne boite le faisait aussi et on nous disait que c’était juste une formalité pour le permis de travail. Dans mon cas j’avais toujours mon salaire comme agrée sur le contrat en anglais, par contre légalement c’est ce contrat chinois qui fera référence et on avait essayer de l'utiliser contre moi en quittant la boite.

    Concernant votre situation actuel, et comme mentionner par @parapluie , vous pouvez lancer une procédure contre la boite. Par contre, si vous n’aviez pas signé d’offre; à mon avis vous ne pourrez pas faire grand-chose. Dans ce cas je conseille de ne pas s’embrouiller avec ce monsieur et faire en sorte qu’il vous fasse la release lettre une fois que tu as trouvé un nouveau boulot. Sinon ça sera mieux que vous quittez la Chine et de tourner la page.
     

Partager cette page