1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Lu Wei, le cyberpropagandiste en chef de la Chine

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 30 Septembre 2015.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 944
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 143 / -35
    LE MONDE du 30 septembre 2015

    Il était aux côtés de Xi Jinping à Seattle, lors de la photo de groupe de la rencontre entre le numéro un chinois et les grands noms de l’économie numérique américaine, Jeff Bezos, le patron d’Amazon, Mark Zuckerberg le fondateur de Facebook, ou encore Tim Cook, d’Apple. Lu Wei, un homme de petite taille à la mâchoire carrée, portant une cravate bleue est le seul à ne pas avoir ôté son badge ce 23 septembre. Le « tsar de l’Internet chinois » détient les clefs de l’accès aux 650 millions d’internautes de la deuxième puissance économique mondiale.

    En Chine, on attribue à ce cyberpropagandiste en chef du régime communiste chinois la mise au pas de la weibosphère, la communauté d’usagers du Weibo, le Twitter chinois. C’est aussi cet ancien apparatchik de la presse d’Etat et de la Ville de Pékin que le président Xi Jinping a chargé, depuis son entrée en fonction début 2013, de promouvoir un nouveau concept à travers le monde, celui de « cybersouveraineté ».

    Selon cette vision, chaque pays doit balayer uniquement devant sa porte dans le domaine du Web, une manière de légitimer le système de censure chinois. Une question de rhétorique aussi. La Chine, sous Lu Wei, n’assassine pas la liberté d’expression, elle « sauvegarde ses intérêts » et « protège sa sécurité ». De là à faire des réseaux sociaux des instruments « d’ingérence dans les affaires internes d’un pays » – un tabou absolu pour la Chine –, il n’y a qu’un pas que pourrait franchir la fameuse loi sur la cybersécurité actuellement en cours de préparation, là aussi sous la supervision du « cybertsar ».

    http://pan.baidu.com/s/1qW5miwW
     
    • Informatif Informatif x 3

Partager cette page