1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

L'impact de la Chine dans la politique europenne

Discussion dans 'Business en Chine : Annonces' créé par Beinouke, 25 Juin 2011.

  1. Beinouke

    Beinouke Membre Bronze

    Inscrit:
    26 Août 2008
    Messages:
    13
    Ratings:
    +0 / -0
    [h=1]Quotas de CO2 : la Chine fait pression sur Airbus[/h] [h=1]Par Olivia Derreumaux
    25/06/2011 lefigaro.fr[/h] [h=2][/h] [h=2]Pékin bloquerait un contrat de 2,7 milliards d'euros avec Airbus, pour s'opposer au projet européen d'inclure le transport aérien dans le système d'échange de quotas de CO2. D'autres commandes pourraient être gelées.[/h] [​IMG]


    A la veille de la fermeture des portes du Salon du Bourget, une ombre pourrait venir ternir l'immense succès rencontré par le constructeur européen Airbus à l'occasion de la grand-messe aéronautique biannuelle. Alors que le groupe a annoncé en quatre jours un nouveau record historique de commandes, avec 72,2 milliards de dollars de contrats engrangés, l'annonce par la Chine d'un possible blocage d'un contrat de 3,8 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros) portant sur 10 A380 apparaît comme un grain de sable venant gripper la mécanique bien huilée.
    C'est en tout cas ce que croît savoir le Financial Times ce samedi. Relayant les propos de sources proches du dossier, le quotidien explique que Pékin aurait menacé « de mettre en péril un accord de plusieurs milliards de dollars pour 10 super jumbos d'Airbus », afin de protester contre la décision de la Commission européenne d'inclure le transport aérien dans le système d'échange de quotas de CO2. Cette mesure consiste à acheter des autorisations pour chaque tonne de dioxine de carbone émise dans l'espace aérien européen, au-delà d'un certain seuil. La compagnie asiatique Hong Kong Airlines devait officialiser cette commande de très gros porteurs lors du Salon du Bourget. Mais le durcissement de la position chinoise face à la mesure européenne empêche la conclusion de l'accord, selon les sources.
    Ce désaccord ne permettra donc pas de porter à 12 les commandes d'A380 engrangées au Bourget. Jeudi , Airbus avait fait état d'une commande ferme portant sur 10 A380, de la part d'un client non identifié. Selon une source industrielle, cette commande correspondrait à celle d'Hong Kong Airlines. Le compteur pour les très gros porteurs restera donc pour le moment bloqué à 2.
    L'affaire pourrait par ailleurs prendre plus d'ampleur dans les mois à venir. « Ce ne sont pas les seuls contrats pris en otage par le Chinois. Celui portant sur les A380 pourrait n'être que le premier », détaille le journal en citant sa source. Car le constructeur européen a d'autres contrats en cours avec l'empire du milieu. En attendant, la direction d'Airbus compte sur la visite la semaine prochaine à Berlin du premier ministre chinois Wen Jiabao, pour débloquer la situation et conclure le contrat.
    [h=3]« Pas de plan B »[/h] Au-delà de ce contentieux ponctuel, la tournée chinoise en Europe (Wen Jibao est arrivé vendredi en Hongrie, pays occupant la présidence tournante de l'Union européenne) devrait être l'occasion d'aborder le problème de fond des quotas. Une affaire délicate, la commissaire européenne à l'action climatique, Connie Hedegaard ayant formellement exclu que les mesures chinoises de rétorsion aient un quelconque impact sur la mesure, prévue pour entrer en vigueur en janvier prochain. « Il n'y a aucun plan B. Notre position est très claire. Nous n'amenderons pas le projet », a-t-elle précisé.
    Face à cette inflexibilité, Tom Enders, le patron d'Airbus, a de son côté appelé l'Europe à faire preuve de souplesse, prétextant la « folie de s'attirer les représailles » de la part d'un acteur aussi influent que la Chine. Pour cette dernière, se soumettre aux exigences de l'UE entrainerait, pour les compagnies aériennes chinoises, un surcoût de 126 millions de dollars en 2012, selon les données de l'association chinoise des transports aériens (CATA). Ce chiffre appelé a augmenter dans les prochaines années, au moment où la Chine intensifie ses vols vers le continent européen. Dans son combat, la Chine est d'ailleurs soutenue par les Etats-Unis.
     
  2. jabysz

    jabysz Membre Platinum

    Inscrit:
    28 Octobre 2007
    Messages:
    656
    Ratings:
    +38 / -0
    la pollution pollue
    les hydrocarbures carburent
    et le dioxiDe de carbone dioxine
     

Partager cette page