L'europe a déraillé : que faire ?

  • Auteur de la discussion lafoy-china
  • Date de début
lafoy-china

lafoy-china

Alpha & Oméga
Membre du personnel
Faire un bilan de l'Europe à la veille de l'échéance électorale de mai, n'est pas chose aisée. Constater que le rêve européen est en crise économique, politique et morale est indéniable. Là où les choses se corsent c'est lorsqu'il faut poser un diagnostic sur ce qui fait dérailler l'idée européenne
Extrait : Il y a ceux qui pensent que l'idée épuise le non-respect des règles du jeu qui conditionnent le bon fonctionnement européen. Ceux au contraire qui pensent que ces règles invasives jouent au détriment de l'agilité et des cultures des pays-membres.

Et face à cette polarisation stérile, il y a tous ceux qui rêvent d'une sortie par le haut. C'est parce que l'Europe, et surtout la zone euro, est incomplète, inachevée qu'elle dysfonctionne. Il manque à l'Europe monétaire, un vrai budget, apte à stabiliser la zone, à créer un socle de fiscalité commune, à opérer des transferts entre régions. Un budget qui aurait pour corolaire un fonctionnement démocratique revivifié, rompant avec l'Europe des experts, des lobbies et des compromis opaques. C'est tout le sens par exemple du « manifeste pour la démocratisation de l'Europe » récemment impulsé par Thomas Piketty et signé par 120 intellectuels et politiques européens. S'ajoute à cela toutes les propositions qui visent à relancer le projet européen sur des missions d'intérêt commun, que ce soit la formation, l'ordre et la sécurité, l'énergie, l'écologie, qui sont autant de tentatives en faveur d'un budget renforcé. Et c'est au fond le sens de l'action des différents présidents français depuis l'instauration de l'euro. Une volonté de refondation, dont on connaît l'issue. La voix française est inaudible. Elle bute sur la divergence des intérêts, notamment des gagnants du compromis bancal actuel. Mais cette bonne volonté bute peut-être aussi sur quelque chose de plus profond : sa trop grande distance avec ce qui alimente le doute européen au cœur des populations.

Suite de l'article >>>

Source : LA TRIBUNE
 
Dernière édition par un modérateur:
znort

znort

Dieu Supérieur
13 Avr 2012
786
619
133
Kunshan
Ouvrir une telle porte à @Alplob nous annonce un fil passionnant et passionné.
 
F

Francaisb1

Membre Actif
20 Nov 2018
42
5
15
41

Faire un bilan de l'Europe à la veille de l'échéance électorale de mai, n'est pas chose aisée. Constater que le rêve européen est en crise économique, politique et morale est indéniable. Là où les choses se corsent c'est lorsqu'il faut poser un diagnostic sur ce qui fait dérailler l'idée européenne

Extrait : Il y a ceux qui pensent que l'idée épuise le non-respect des règles du jeu qui conditionnent le bon fonctionnement européen. Ceux au contraire qui pensent que ces règles invasives jouent au détriment de l'agilité et des cultures des pays-membres.

Et face à cette polarisation stérile, il y a tous ceux qui rêvent d'une sortie par le haut. C'est parce que l'Europe, et surtout la zone euro, est incomplète, inachevée qu'elle dysfonctionne. Il manque à l'Europe monétaire, un vrai budget, apte à stabiliser la zone, à créer un socle de fiscalité commune, à opérer des transferts entre régions. Un budget qui aurait pour corolaire un fonctionnement démocratique revivifié, rompant avec l'Europe des experts, des lobbies et des compromis opaques. C'est tout le sens par exemple du « manifeste pour la démocratisation de l'Europe » récemment impulsé par Thomas Piketty et signé par 120 intellectuels et politiques européens. S'ajoute à cela toutes les propositions qui visent à relancer le projet européen sur des missions d'intérêt commun, que ce soit la formation, l'ordre et la sécurité, l'énergie, l'écologie, qui sont autant de tentatives en faveur d'un budget renforcé. Et c'est au fond le sens de l'action des différents présidents français depuis l'instauration de l'euro. Une volonté de refondation, dont on connaît l'issue. La voix française est inaudible. Elle bute sur la divergence des intérêts, notamment des gagnants du compromis bancal actuel. Mais cette bonne volonté bute peut-être aussi sur quelque chose de plus profond : sa trop grande distance avec ce qui alimente le doute européen au cœur des populations.

Car l'Europe c'était quoi à la base : le rêve d'un espace pacifié, au plan militaire et économique, favorisant les coopérations, la promesse d'un grand marché unifié de débouché qui devait rééquilibrer la balance avec les États-Unis et faire bénéficier l'appareil productif des mêmes effets d'échelle que ceux dont bénéficient les entreprises US, et favoriser le lancement à grande échelle des produits innovants. Tout un cercle vertueux qui devait permettre une insertion gagnante dans la mondialisation.

Or que voit-on ? Le grand marché de débouché est devenu un grand marché de mise en concurrence des facteurs de production. Il s'est ouvert à tous les vents de la concurrence internationale. La concurrence sociale et fiscale y fait rage en période de difficulté. Certains pays, des PECO ou la Grèce deviennent de vrais chevaux de Troie de la conquête chinoise du marché intérieur. Les migrations sont vécues comme une menace qui ne peut que paupériser les citoyens. Bref l'Europe n'est plus vécu comme un espace protecteur. Il n'est en rien la bulle qui devait amortir la violence de la mondialisation. Et il faut alors se demander en quoi la focalisation française sur un budget européen répond à ce sentiment de défaut de protection européenne.

Suite de l'article >>>

Source : LA TRIBUNE
L'Europe était un projet Allemand repris par les Américains pour combattre l'Union soviétique , l'urss n'existe plus.
Union Européene comme otan sont juste des outils pour comforter la domination Germano Américaine.
Pour souvenir, Trump et bon nombre d'Américains sont des descendants d'Allemand non d'Anglais.
 
poochielechien

poochielechien

Dieu suprême
05 Déc 2007
2 136
1 243
168
Alplob

Alplob

Dieu créateur
21 Avr 2010
1 938
1 221
158
Xujiahui
Ouvrir une telle porte à @Alplob nous annonce un fil passionnant et passionné.
Salut Znort,

Je n'écrirai a priori pas grand chose sur le sujet, 80% des gens sont complètement aveuglés (ou ne veulent pas voir) que les principaux pouvoirs ont été transférés à l'UE comme ils le souhaitaient (ben ouaip à 400 millions d'habitants on pèse grave...) et par conséquent qu'on ne plus faire grand chose et surtout pas ce qui serai bon pour la France car il y a 27 autres pays avec chacun leur propres intérêts nationaux... On imagine que tout le monde pense comme les francais.. Ça doit être un immense syndrome de Stockholm. Je ne peux rien faire, aucune explication basée sur des fait historique et/ou des faits économiques n'arrivent à convaincre la moindre personne. J'ai vu une conférence d'Idriss Aberkane qui traitait en partie des effets de groupe sur la psychologie des gens notamment sur les décisions irrationnelles, il faudrait agir à ce niveau là, mais je n'en ai pas les capacités.

Je conseillerai juste cette formidable conférence d'Emmanuel Todd, qui n'est pas très longue (1heure + 1 heure de questions/réponses) mais qui explique fondamentalement pourquoi l'union européenne ne marchera jamais (et plus généralement sa logique permet d'expliquer le comportement de chacun des états du monde, dont la Chine). Attention Emmanuel Todd, n'est pas le premier venu puisqu'il avait anticipé la chute de l'URSS, les printemps arable ainsi que l'impasse que représente l'euro. Si vous ne savez pas quoi regarder ce soir, n'hésitez pas, sinon tant pis vous avez raison, la pilule bleue a le gout vanille, bien plus agréable que la rouge qui est plutôt amère mais saine.




ou pas.... relis l'histoire de l creation de la CECA...
L'idée d'union des pays européens date de bien avant la CECA... Et il difficile de nier que cela a largement été utilisé par les USA afin d'en faire une zone d'influence via l'OTAN.... Que l'on retrouve meme dans le traite franco-allemand qui va être signé aujourd'hui...
 
Alplob

Alplob

Dieu créateur
21 Avr 2010
1 938
1 221
158
Xujiahui
Ouvrir une telle porte à @Alplob nous annonce un fil passionnant et passionné.
Salut Znort,

Je suis dans le train Wuxi-Shanghai ce qui m'a rappelé le titre de ce fil de discussion.

Dans la série "l'UE il faut la faire pour lutter et se protéger contre les blocs", on a la fameuse fusion Alstom Ferroviaire avec Siemens qui va probablement être empêchée par la Commission Européenne.. Marrant nan? Et il y a 4 ans, cette même Commission avait observé sans sciller le depecage d'Alstom Power par GE. Avec des amis comme ça, on pas besoin d'ennemi, Du grand art qui nous coute même 9 milliards d'euros/an!
https://www.europe1.fr/politique/fusion-alstom-siemens-mise-a-mal-bruno-le-maire-critique-durement-la-commission-europeenne-3833348

Je continue dans cette série avec une note de Natixis datée du 14 janvier intitulée "La zone euro va être achetée" [par les USA et la Chine]. Je cite la synthèse: "une perte qui semble inévitable du contrôle des entreprises de la zone euro par les Européens." Du lourd cet euro qui pèse... A noter que j'avais déjà fait une analyse similaire il y a bientôt 3 ans sur l'absurdité d'avoir une ouverture complète des mouvements de capitaux, notamment avec des pays qui ne s'appliquent pas les contraintes que nous ...
https://www.research.natixis.com/GlobalResearchWeb/main/globalresearch/ViewDocument/kELwh-z5ZfldubfXWr9cZQ==

Du très lourd. La suite au prochain épisode!
 
znort

znort

Dieu Supérieur
13 Avr 2012
786
619
133
Kunshan
Salut Znort,

Je suis dans le train Wuxi-Shanghai ce qui m'a rappelé le titre de ce fil de discussion.

Dans la série "l'UE il faut la faire pour lutter et se protéger contre les blocs", on a la fameuse fusion Alstom Ferroviaire avec Siemens qui va probablement être empêchée par la Commission Européenne.. Marrant nan? Et il y a 4 ans, cette même Commission avait observé sans sciller le depecage d'Alstom Power par GE. Avec des amis comme ça, on pas besoin d'ennemi, Du grand art qui nous coute même 9 milliards d'euros/an!
https://www.europe1.fr/politique/fusion-alstom-siemens-mise-a-mal-bruno-le-maire-critique-durement-la-commission-europeenne-3833348

Je continue dans cette série avec une note de Natixis datée du 14 janvier intitulée "La zone euro va être achetée" [par les USA et la Chine]. Je cite la synthèse: "une perte qui semble inévitable du contrôle des entreprises de la zone euro par les Européens." Du lourd cet euro qui pèse... A noter que j'avais déjà fait une analyse similaire il y a bientôt 3 ans sur l'absurdité d'avoir une ouverture complète des mouvements de capitaux, notamment avec des pays qui ne s'appliquent pas les contraintes que nous ...
https://www.research.natixis.com/GlobalResearchWeb/main/globalresearch/ViewDocument/kELwh-z5ZfldubfXWr9cZQ==

Du très lourd. La suite au prochain épisode!
Sur le cas Alstom si c'est confirmé il y a de quoi rigoler.
Tu peux aussi ajouter que la fusion Bayer-Mosanto ne lui a pas posé le moindre cas de conscience en terme de monopole de marché....ceci expliquant probablement les promesses non tenues en la matière.
 
mahu 马虎

mahu 马虎

Comique en carton
10 Avr 2010
8 394
6 204
188
wesh ma couille
Sur le cas Alstom si c'est confirmé il y a de quoi rigoler.
Tu peux aussi ajouter que la fusion Bayer-Mosanto ne lui a pas posé le moindre cas de conscience en terme de monopole de marché....ceci expliquant probablement les promesses non tenues en la matière.
Achat d'avions F-35 par la Belgique : la colère de Macron
Le gouvernement belge a préféré l'avion de combat américain au Rafale. Un choix qui « va a contrario des intérêts » européens, selon Emmanuel Macron.
Source AFP
Modifié le 26/10/2018 à 19:43 - Publié le 26/10/2018 à 19:31 | Le Point.fr

« Cette décision va a contrario des intérêts européens », a déclaré Emmanuel Macron à Bratislava.

© BERTRAND GUAY
Emmanuel Macron ne décolère pas. Le président français a déploré vendredi la décision de la Belgique d'acheter des avions de combat américains plutôt qu'européens, ce qui « stratégiquement va a contrario des intérêts » du Vieux Continent, des critiques balayées par Bruxelles. Le gouvernement belge a officialisé jeudi son choix du multirôle F-35 américain pour remplacer ses chasseurs F-16, au détriment notamment du Rafale français qui n'avait pas respecté la procédure belge. « Je regrette le choix fait. Il n'y avait pas que l'offre du Rafale, il y avait aussi l'Eurofighter, une vraie offre européenne. La décision est liée à une procédure belge, à des contraintes politiques du pays, mais stratégiquement va a contrario des intérêts européens », a déclaré Emmanuel Macron à Bratislava.
https://www.lepoint.fr/politique/le-president-francais-fustige-la-belgique-pour-son-choix-d-avions-americains-26-10-2018-2266353_20.php

disons qu'un coup c'est bien, un coup c'est pas bien.
 
Shiruba

Shiruba

Ange
07 Oct 2007
615
139
88
Faut faire table rase et repartir sur de meilleures bases. Que les pays récupèrent leur souveraineté et leur monnaie déja.