1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Les PME françaises en Chine : Yes, they can … !

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 5 Septembre 2011.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    http://www.consulfrance-shanghai.org/Les-PME-francaises-en-Chine-Yes-they-can.html?lang=fr

    L’implantation des PME françaises en Chine a été très dynamique dans la décennie 2000, à la suite de l’adhésion de la Chine à l’OMC. Leur objectif premier est de servir le marché chinois : la production en Chine est essentiellement destinée au marché local, où se réalise l’essentiel des ventes. Leur installation est fréquemment couronnée de succès, même s’ils sont ardus à obtenir, et le développement de ses PME en Chine entraîne pour la France des effets positifs. Les solutions pour appuyer leur développement consistent à les sortir de l’isolement dans lequel elles se trouvent.


    L’étude des petites et moyennes entreprises (PME) françaises en Chine se doit de retenir une approche large de ce concept : son champ doit en effet inclure non seulement les micro-entreprises et les Très petites entreprises (TPE) (plus petites), mais également les entreprises de taille intermédiaire (ETI) (plus grandes) ; elle doit aussi inclure les sociétés de droit chinois, créées par des Français expatriés en Chine et ayant gardé un lien avec la France (notamment, par des exportations de biens et de services). Cette approche élargie permet de servir l’ensemble des intérêts économiques français liés à l’installation dans ce pays.


    L’arrivée des PME françaises (et étrangères) en Chine ne démarre significativement qu’à partir de 2001, lorsque les concessions faites par la Chine pour son entrée à l’OMC entraînent une libéralisation des conditions d’installation, notamment en élargissant les possibilités d’utiliser le statut d’entreprise à capitaux 100 % étrangers. Ce statut sera alors celui privilégié par les PME (comme par les grandes entreprises) pour leur implantation, qu’il va permettre d’accélérer. Tous les domaines d’activité autorisés par la loi chinoise sont concernés, des services à l’industrie, même si la structure de l’économie de la Chine, qui reste majoritairement industrielle, tend à faciliter ce secteur.

    [​IMG]

    Les zones de prédilection sont en premier lieu Shanghai, puis le Guangdong et enfin Pékin. Le centre et l’ouest restent très peu couverts par les PME, hormis certaines villes de présence française, comme Wuhan et Tianjin, du fait de difficultés accrues d’opérer dans ces provinces et bien qu’elles présentent de fortes opportunités commerciales pour les années à venir.


    L’installation des PME françaises en Chine procède de plusieurs causes : recherche d’un surcroît de compétitivité ; prolongation d’une approche entamée avec des échanges commerciaux ; besoin d’amortir les fluctuations du taux de change de l’euro. Quoi qu’il en soit, leur objectif premier en s’implantant en Chine est de servir le marché chinois : la production en Chine est essentiellement destinée au marché local, où se réalisera l’essentiel des ventes, et secondairement aux pays de la périphérie. La Chine peut toutefois aussi permettre l’élaboration d’une offre pour les marchés émergents, voire constituer une plateforme de sourcing. Les activités de R&D s’y développent depuis quelques années.


    Pour les PME, l’installation est fréquemment couronnée de succès, même s’ils sont ardus à obtenir ; pour la France, l’installation et le développement de ses PME en Chine entraînent des effets en majorité positifs, en termes d’exportations, d’emplois, plus rarement de rapatriement de flux financiers (le plus souvent réinvestis sur place) ainsi que de gains d’efficacité tirés de cette expérience.


    Les PME font face, encore plus que les grandes entreprises, à des difficultés d’installation : leur situation et leurs difficultés sont souvent mal comprises par leur siège en France ; de nombreux secteurs du marché chinois ne sont pas encore arrivés à maturité, alors que la concurrence s’accroît de la part des entreprises chinoises. Par ailleurs, le développement de la Chine ne va pas toujours de pair avec son ouverture et les PME souffrent, encore plus que les grands groupes, du resserrement des conditions d’investissement dans ce pays : abrogation des avantages fiscaux dont bénéficiaient les entreprises étrangères ; conditions resserrées d’autorisation des IDE ; protection de la propriété intellectuelle qui s’améliore, mais reste insuffisante, dans un contexte où la Chine cherche à faciliter les transferts technologiques au bénéfice des entreprises nationales ; autres contraintes propres à la Chine…


    En outre, en Chine comme ailleurs – mais plus qu’ailleurs – les PME se heurtent à des difficultés d’accès au crédit de la part des banques chinoises ou étrangères ; cette pénurie de capitaux pénalise leur activité, notamment en phase de démarrage. Par ailleurs les relations avec leurs clients, leurs fournisseurs, leurs distributeurs, leurs partenaires de co-entreprise et les autorités s’avèrent souvent difficiles. De même, la gestion des ressources humaines pose des difficultés croissantes : recrutement et rétention du personnel ; capitalisation du savoir technique et instauration d’une culture d’entreprise ; judiciarisation des relations de travail, du fait du renforcement de la réglementation du travail, dont le contrôle semble peser avec une attention particulière sur les entreprises étrangères.


    Les solutions à mettre en place pour appuyer le développement des PME françaises en Chine consistent toutes à sortir de l’isolement dans lequel se retrouve souvent enfermé le dirigeant de PME : d’un point de vue financier, mobiliser des crédits ; d’un point de vue des services d’expertise, dont manquent les PME en interne, mobiliser cette expertise de manière coordonnée et élaborer un parcours à leur installation et à leur développement en Chine ; encourager les échanges d’expérience entre les PME et développer l’accompagnement de celles-ci par les grands groupes, sur le modèle allemand, au lieu d’une arrivée en ordre dispersé. Enfin – dans le même état d’esprit – mettre en place des centres d’entreprise, soit pour l’accueil de structures administratives, soit pour l’installation de sites de production.


    En définitive, les PME françaises réussissent bien en Chine, à l’instar des grandes entreprises, mais dans des conditions encore plus ardues. Il est nécessaire et possible de faciliter leur développement, en abaissant les barrières qui se dressent sur leur parcours : l’ouverture du marché chinois se fera de manière progressive, au gré de la volonté des autorités, sur laquelle les demandes étrangères ont un poids tout relatif. Dans ce contexte, il apparaît pertinent de mieux mobiliser les ressources dont disposent les PME, en faisant une utilisation plus efficace et mieux coordonnées de celles-là : en quelque sorte, les barrières ne s’abaisseront pas, mais l’aptitude des PME à les franchir s’en trouvera accrue.


    Pauline Derez
    (pauline.derez @ sciences-po.org)
    et François Blanc
    (francois.blanc @ dgtresor.gouv.fr),
    Service économique régional de France à Shanghai
     
  2. C-E

    C-E Dieu
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    19 Novembre 2009
    Messages:
    3 860
    Localité:
    Peking
    Ratings:
    +104 / -2
    Cet article n'apporte rien de nouveau.

    Je me souviens du président de Rexel (PME Chimie) s'énervant contre les grands groupes, qui ne soutiennent absolument pas les PME, contre les PME elles-mêmes, qui se tirent dans les pattes plutôt que de s'aider (comme les Allemands), et contre Ubifrance, qui n'assiste pas les PME dans leur implantation en Chine.

    J'ai souvent lu que la chambre de commerce, créée par et pour les grands groupes, n'a que faire des PME... Espérons que l'avenir donne tort à cet adage !
     
  3. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    Comme la plupart des reportages ou documentaires sur l'eldorado qu'est la Chine ...

    Mais il est toujours bon de voir de quelle manière les choses sont abordées par les médias et les institutions qui nous représentent ...
     
  4. EoL

    EoL Demi-dieu

    Inscrit:
    9 Novembre 2006
    Messages:
    3 285
    Ratings:
    +19 / -0
    Etant dans ce cas, je peux te confirmer que ni la CCI, ni Ubifrance (encore plus grave) ne s'occupe des PME (du moins sans qu'ils aient un intérêt personnel direct dedans). De plus, il y a une guerre entre la CCI et Ubifrance ici donc cela n'aide en rien puisque la première vit de son propre argent quand Ubi vit avec notre argent ?!

    Le pire dans tout cela c'est qu'ils n'aident pas les compagnies mais des secteurs d'acitivité. En effet, ils ne sont pas partial et font leur boulot en choisissant globalement ce qui les intéresse. Et cela se fait depuis tellement longtemps que maintenant, si vous leur demandé de s’intéresser à d'autres domaines, et bien ils ne savent pas quoi vous répondre!

    Les Allemands sont un exemple habituel pour nous Français, mais on pourrait également parler des Américains, des Coréens, des Italiens ou même des Suisse...
     
  5. C-E

    C-E Dieu
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    19 Novembre 2009
    Messages:
    3 860
    Localité:
    Peking
    Ratings:
    +104 / -2
    Et Pierre Lellouche, de passage à Pékin, qui déclarait : "Je ne peux pas accepter le déficit commercial"

    Ben pour ça, il faudrait commencer par aider les boîtes qui prennent le risque de venir ici...
     
  6. beliou

    beliou Membre Gold

    Inscrit:
    6 Décembre 2007
    Messages:
    291
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +15 / -1
    Il aurait été intéressant de nous montrer un autre jolie camembert sur la répartition du marché en fonction du pays d'origine des PME.

    Sinon, je rejoins Guillaume dans ses remarques, l'attitude des organismes censés aider les PME est inadmissible.
    Par exemple, pour ceux qui connaissent le forum Travailler Ensemble, je m'en suis occupé pendant 2 ans à Shanghai et pour chaque événement, la CCIFC et la ME ne sont d'aucune aide, la CCIFC vous disant qu'ils sont occupés à l'accueil des officiels français de passage pour 2 jours en Chine et la ME vous disant qu'ils ne sont pas là pour aider les PME françaises déjà implantées en Chine (si ce n'est pas choquant...). Par contre, quand l'évènement est une réussite, ils se couvrent de laurier et commencent à se tirer dans les pattes pour savoir qui a été le plus formidable dans l'organisation. C'est écœurant. Les seuls qui tiennent la route sont les CCE et ERAI qui s'impliquent vraiment dans la vie des sociétés ici en Chine.

    On nous bassine avec les élections des députés de l'étranger en ce moment, et bien celui qui aura mon vote sera celui qui saura secouer le cocotier pour mettre un peu de démocratie dans ces bastions de technocrates, on a besoin de gens responsables et pro actif à la tête de ces organismes et certainement pas de "pote de machin ou de bidule" qui ont été placés là où ils sont car ils sont professionnels en cirage de pompe.
     
    #6 beliou, 5 Septembre 2011
    Dernière édition: 5 Septembre 2011
  7. billcarson

    billcarson Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    déjà qu'en France pour les PME c'est la galère administrative,l'accès au crédit qui est difficile ( le vrai boulot des banques c'est d'investir, pas de spéculer),alors en Chine, je n'ose imaginer le m....er si en plus les administrations compétentes ( CCI,UBI etc) ne font pas le job....
    mais bon rien de nouveau sous le soleil et continuons de se palucher sur les grands groupes....
     
  8. C-E

    C-E Dieu
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    19 Novembre 2009
    Messages:
    3 860
    Localité:
    Peking
    Ratings:
    +104 / -2
    J'étais à celui de Pékin cette année.
    Les grandes entreprises juraient la main sur le coeur qu'elles aidaient les PME
    Ubifrance faisait la promo des outils à la disposition des PME.
    Et c'est à ce moment que le PDG de Rexel a tiré dans le tas...
     
  9. EoL

    EoL Demi-dieu

    Inscrit:
    9 Novembre 2006
    Messages:
    3 285
    Ratings:
    +19 / -0
    Bah voyons... Les grandes entreprises qui aident les PME!!! Merci Guillaume, tu m'as donné un grand éclat de rire :D

    - L'ambassade qui préfère acheter ailleurs que des produits Made in France car c'est 30% moins cher et 300% moins bon
    -La ME (ou Ubifrance c'est pareil) qui, pendant des salons, n'est pas capable de représenter son pays comme il se doit, dans une domaine ou, pourtant, nous sommes au sommet
    - Les grandes entreprises qui demandent des hongbao pour être clair ou qui achètent ailleurs alors qu'ils peuvent largement se payer des produits français sans dépenser 3/4 fois le prix d'un concurrent...

    Je ne parle même pas des points plus qu'obscures du pavillon France ou bien même de la construction de la nouvelle ambassade (n'oublions tout de même pas le prix de ces deux bâtiments: aux alentours de 70 millions d'Euros!)
     
  10. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 185
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 021 / -64
    Oui Bof.... On peut se passer de leurs services ,comme dit si bien un de nos compagnon du forum ,ils nous ignorent superbement dans nos entreprises a la creation de celles ci , et vont chercher a nous ponctionner quand ca roule bien , ou a se faire reluire le pommeau , ce genre d'article c'est du pipo .

    Chacun chez soi ,et les vaches seront bien gardees ...

    Merci a Matt pour sa contribution ..
     
    #10 lafoy-china, 5 Septembre 2011
    Dernière édition: 5 Septembre 2011
  11. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    Comme dit LAFOY, on peut s'en passer comme des cabinets d'avocats qui vous proposent de vous écrire le contrat ... Il existe plein de ressources ...

    Bon, Changshu n'est pas Shanghai (c'est peut être cela l'avantage aussi) et la signature du contrat, la livraison du bâtiment, les procédures administratives, l'ouverture de l'usine ... 5 mois et 6000 RMB ... avec un employé de la municipalité qui suivait le dossier "gratuitement" pour moi ...
     

Partager cette page