1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Les bronzes de la collection Bergé-YSL acquis par un Chinois

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 2 Mars 2009.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 949
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    Les bronzes de la collection Bergé-YSL acquis par un Chinois
    Reuters02.03.09 | 07h40



    [​IMG]
    [​IMG]
    [​IMG]
    [​IMG] [​IMG]ar Ben Blanchard
    PEKIN (Reuters) - Un Chinois a déclaré qu'il avait remporté les enchères des deux bronzes chinois controversés de la collection de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent mais qu'il ne verserait pas l'argent.
    Les deux sculptures, une tête de rat et une tête de lapin, dont la Chine avait tenté en vain de faire interdire la vente en début de semaine dernière, ont été dérobées en 1860 lors du pillage par les Français et les Britanniques du Palais d'été de Pékin, pendant la seconde guerre de l'opium.
    Elles ont été cédées chacune pour 15,745 millions d'euros à un acheteur anonyme par téléphone.
    Cai Mingchao, conseiller pour une fondation chinoise spécialisée dans la récupération d'oeuvres ou d'objets d'art pillés, s'est présenté comme l'acquéreur, tout en ajoutant qu'il lui serait impossible de payer.
    "Je pense que tout Chinois se serait levé à ce moment. L'occasion s'est simplement présentée à moi. Je n'ai fait qu'endosser pleinement mes responsabilités", a-t-il dit dans un bref communiqué lu pendant une conférence de presse.
    La vente de la collection accumulée pendant cinquante ans par le couple Pierre Bergé et Yves Saint Laurent a rapporté plus de 373 millions d'euros, un record pour une collection privée. Elle était organisée par la maison d'enchères Christies.
    Ken Yeh, son représentant en Asie, n'a pas souhaité faire de commentaire sur les déclarations de Cai Mingchao. Un porte-parole de l'ambassade de France a déclaré qu'il attendait d'être plus amplement informé.
    Wang Weiming, une des responsables de la fondation, baptisé le Fonds chinois pour la récupération des objets d'art culturels perdus à l'étranger (www.relicsrecovery.org), a avoué qu'elle n'était pas "certaine" que les bronzes regagneraient un jour la Chine.
    "Ces trésors nationaux sont encore probablement en France. Nous devons voir comment la situation évolue", a-t-elle dit.
    La fondation, selon son site, a été créée en 2002 à Pékin par un groupe d'universitaires et de "personnalités de premier plan".
    Version française Jean-Stéphane Brosse
     

Partager cette page