1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

L'école française plus inégalitaire que les autres ???

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par lafoy-china, 7 Décembre 2010.

  1. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 183
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 015 / -64
    Les élèves français? Moyens en compréhension écrite, plus si forts que ça en maths... Pas de quoi fanfaronner. Voilà pour résumer ce qui ressort de l'enquête Pisa, pour «Programme international pour le suivi des acquis des élèves». Depuis 2000, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) évalue tous les trois ans les systèmes éducatifs de 65 pays et mégalopoles comme Hong-Kong ou Shanghai.
    L'enquête repose sur trois épreuves (compréhension de l'écrit, maths et sciences) et sur un entretien oral d'une demi-heure. Au total, ont été interrogés 470.000 élèves de 15 ans (quel que soit leur classe, 3e ou seconde en France). Découvrez ici le graphique animé du palmarès.
    Déjà peu glorieux en 2007, le tableau de la France ne s'arrange pas. Les principaux points de cette nouvelle enquête.
    L'écart entre bons et moins bons élèves se creuse

    En compréhension de l’écrit, la France ne s'en sort pas trop mal, avec un score de 496 points. Soit dans la moyenne des pays de l’OCDE (493 points) et comparable aux fois précédentes (la France affichait 505 points en 2000). Mais cette stabilité apparente cache une évolution plus inquiétante: si le contingent de bons élèves se maintient (et même se renforce un peu), les moins bons ont de plus en plus tendance à décrocher.
    Cet «écart significatif» entre les meilleurs et les moins bons se traduit par «une proportion d’élèves performants en France au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE combinée à une proportion d’élèves en très grande difficulté scolaire elle aussi au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE», note l'étude.
    Dans le détail, en compréhension de l'écrit, la proportion de bons élèves en France a augmenté de 8,5% à 9,6% entre 2000 et 2009. Or, dans le même laps de temps, la proportion des élèves les moins performants a également augmenté, et de manière plus importante: ils étaient 15% en 2000, 20% en 2009, une proportion supérieure à la moyenne.
    De la même manière, en maths, la proportion des moins bons a augmenté de façon significative entre 2003 et 2009, passant de 16.6 % à 22.5 %, tandis que celle des meilleurs élèves reste stable.
    La mauvaise surprise des maths

    Jusqu'ici, les maths ont toujours été le point fort de la France. Lors des précédents classements, les Français se positionnaient dans le haut du tableau. Mais voilà, la dernière enquête est sans appel: le niveau des élèves de 15 ans a dégringolé, avec une baisse de 14 points par rapport à 2003. La France a rejoint le groupe des «moyens» en maths avec 497 points (la moyenne est à 496), ex-æquo avec la Slovaquie. Et à un ou deux points de la Pologne ou de l'Autriche.
    Sur le fond, ces résultats ne sont pas catastrophiques, mais sont un mauvais signal pour la France qui décroche des médailles Fields (équivalent du prix Nobel pour les mathématiques). Comment expliquer cette baisse de niveau? A y regarder de près, la proportion de «bons élèves» ne baisse pas, en revanche, ceux qui ont des difficultés sont passés de 16,5% à 22,5%.
    Les garçons prennent du retard sur les filles


    Depuis dix ans, l'écart entre les sexes se creuse. Entre 2000 et 2009, les garçons ont décroché, notamment en compréhension de l'écrit. Résultat, les filles ont désormais 40 points d'avance sur leurs camarades masculins, contre 29 auparavant.
    Les garçons restent toutefois devant en maths (seize points d'avance, contre douze points en moyenne dans les autres pays).
    Garçons et filles sont en revanche à quasi égalité en culture scientifique, où les garçons n'ont engrangé que trois petits points d'avance.
    L'école creuse les inégalités sociales


    En France, le milieu socio-économique pèse plus qu'ailleurs. L'enquête Pisa questionne les élèves sur le statut professionnel et le niveau de formation de leurs parents, le nombre de livres à la maison, la langue parlée en famille... Il en ressort qu'en France, ces facteurs expliquent 28 % de la variation de la performance des élèves, contre 22% en moyenne dans l’OCDE. A titre de comparaison, ce pourcentage est inférieur à 18 % en Islande, en Israël, au Canada, en Corée et en Estonie, mais supérieur à 26 % en Autriche, en France donc, en Belgique et au Luxembourg.
    L'étude montre que les pays qui accusent de fortes disparités socio-économiques ne les répercutent pas forcément à l'école. «Ce constat est important aussi, car il donne à penser que l’égalité des chances dans l’éducation est possible même lorsque le milieu socio-économique des élèves varie fortement», remarque l'OCDE.
    Les élèves issus de l'immigration à la traîne

    En France, les élèves issus de l'immigration représentent 13% de l'échantillon interrogé, une proportion comparable à celle de la Belgique, des Pays-Bas ou du Royaume-Uni.

    Ces élèves ont globalement plus de mal que les autres en compréhension de l'écrit. Les nouveaux arrivants (issus de la première génération) ont deux fois plus de risques de compter parmi les élèves «peu performants». Cette inégalité est commune aux autres pays étudiés, comme la Suède par exemple, mais il semble qu'elle soit particulièrement forte en France. L'écart entre les élèves immigrés de la première génération et les autres est de 79 points – soit l’équivalent de plus d’une année d’études – contre 52 points en moyenne dans l'OCDE.
    La maternelle ne sert pas à rien

    Menacée par les économies budgétaires, la scolarisation des tout-petits est régulièrement remise en cause. Les profs des écoles se souviennent encore avec amertume des propos de Xavier Darcos, alors ministre de l'Education, en 2008: «Est-ce qu'il est logique de faire passer des concours bac + 5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches?»
    L'enquête Pisa remet les idées en place: «Les élèves qui ont été préscolarisés (qui ont été en maternelle, ndlr) pendant plus d'un an devancent les élèves qui ne l'ont pas été.» Et de beaucoup. L'écart en compréhension de l'écrit est de plus de 100 points en France, Belgique et Israël.
    Plaisir de lire = meilleures performances

    Les élèves qui prennent le plus de plaisir à lire obtiennent des scores nettement supérieurs aux autres. Jusque là, rien de très surprenant. L'enquête Pisa apporte des chiffres: en France, le plaisir de lire, même une demi-heure au plus par jour, explique 21% de la variation des performances. Une lecture variée est plus «rentable» en termes de résultats. Et de la même manière, lire en ligne (sur Internet) a également un «impact positif sur la performance», particulièrement en France. Enfin, les élèves de l'Hexagone déclarent plus que la moyenne des autres pays être incités par leurs profs à la lecture.
    Pour aller plus loin : L'enquête Pisa, c'est cinq volumes de 300 pages. En anglais (disponible en PDF). Pour s'y retrouver: les performances (volume 1), l'équité (volume 2), le plaisir des élèves (volume 3), les stratégies d'apprentissage (volume 4), les écarts entre les établissements (volume 5). La France, qui a refusé de répondre à ce dernier volet, n'y figure pas.

    http://q.liberation.fr/flash/20101206/32490_bons-et-mauvais-eleves-le-classement-des-65-pays.swf
     
  2. Feuerfrei

    Feuerfrei Membre Silver

    Inscrit:
    4 Avril 2008
    Messages:
    765
    Localité:
    La Gresle
    Ratings:
    +0 / -0
    Merci pour l'info.
     
  3. MTT

    MTT Demi-dieu

    Inscrit:
    17 Septembre 2008
    Messages:
    1 701
    Ratings:
    +150 / -1
    Pour les maths, on est pas aussi fort qu'on fait semblant de le dire. Facile de parler des medailles fields quand le dernier qui l'a eue est Ngô Bao Châu, un vietnamien qui s'est fait naturaliser de justesse !

    La vérité c'est qu'il suffit de regarder le classement des Olympiades Internationales de mathématiques depuis 20 ans, la France tourne dans les 30ièmes places, la Chine est entre la 1ière et 3ième chaque année.
     
  4. Vorkosigan

    Vorkosigan Membre Bronze

    Inscrit:
    12 Octobre 2010
    Messages:
    155
    Localité:
    Toulouse (France)
    Ratings:
    +0 / -0
    Apres avoir lu cet article, j'ai eu une reflexion du meme style que celle de MTT... Pourquoi parler des Medaille Fields ? Les Medaille Fields recompensent un individu exceptionnel qui ne represente en aucun cas la qualite de l'enseignement mathematique en France. Certains des Medaille Fields n'ont parfois meme pas ete scolarise, et Cedric Villani, Medaille Fields en 2010 par exemple, est un peu sorti du cursus scolaire normal...
    Pour la meme raison, je ne rejoins pas l'avis de MTT concernant les Olympiades Mathematiques... qui consistent a evaluer des personnes exceptionnelles et non la qualite de l'enseignement mathematique general ou des elites intellectuelles.

    Au passage, sisi il y a eu de tres nombreux Medaille Fields en France, en 2010 Cedric Villani a ete l'un des 4 nomines... Et lors des precedentes il y a quasi systematiquement eu des Francais... mais pas de Chinois, etrangement.
     
  5. MTT

    MTT Demi-dieu

    Inscrit:
    17 Septembre 2008
    Messages:
    1 701
    Ratings:
    +150 / -1
    en regardant les olympiades sur une période de plus de 20 ans, je pense qu'on peut en dégager quelques conclusions. Les premières places ont souvent été récupérées par des Russes à l'époque de l'URSS et dorénavant la Chine est Numéro 1 depuis 20 ans !!

    Certes ce n'est pas suffisant pour en faire une règle mais c'est révélateur tout de même.
     
  6. Vorkosigan

    Vorkosigan Membre Bronze

    Inscrit:
    12 Octobre 2010
    Messages:
    155
    Localité:
    Toulouse (France)
    Ratings:
    +0 / -0
    Desole si je n'ai pas ete tres clair dans ma reponse... Ce que je voulais dire c'est que c'est certainement quelque chose mais que cela ne permet pas de prejuger de la qualite de l'enseignement mathematique dans un pays.
    Ca revele l'investissement d'un pays dans cette competition, de l'investissement dans une education speciale pour eleves surdoues... mais au final cela ne donne aucune indication sur la competence mathematique de 2 personnes plus standards, comme des ingenieurs, des techniciens, des avocats, medecins.

    Pour donner un exemple plus marquant, on pourrait comparer ca au fait que comme les ecuries de Formule 1 anglaises sont les plus nombreuses depuis 20 ans, l'industrie automobile anglaise se porte bien... or ca n'est pas du tout le cas.
     
  7. domanlai

    domanlai Membre Silver

    Inscrit:
    26 Janvier 2008
    Messages:
    405
    Ratings:
    +0 / -0
    je me posais des questions sur cette étude - notamment concernant le point mis en avant dans cet article l'inégalité de l'école. Que cette égalité se dégrade en France, je veux bien le croire mais ça soulevait des questions sur la manière dont est menée l'étude sachant que le taux de scolarisation secondaire en Chine n'est pas de 100% et de loin et qu'il y a une question de frais encore plus évidente qu'en France.

    J'avais pas eu le temps de chercher puis j'y ai plus pensé. Mon mari me parle de cette étude à partir d'info qu'il a lues sur Ming pao en me disant que HK était super bien classée. Et c'est là que ça fait tilt : il ne s'agit pas que de pays. Donc, effectivement, si l'on regarde l'étude en détail : ce n'est pas la Chine qui est classée au top mais la ville de Shanghai en Chine. La Chine est représentée par les villes de Shanghai et de HK, si j'ai bien compris. Déjà, ça explique que tout en étant intéressant d'un certain point de vue, ça relativise l'éventualité d'analyse qu'on peut en faire sur la qualité d'un système scolaire au sein de la société.

    Ensuite, il s'agit en moyenne d'un échantillon de 5000 élèves alors je ne c'est pas trop comment chaque pays/ville pioche ses représentants.

    Si non, mon mari qui n'est pas un fan du système scolaire chinois HK me dit et le développement de la créativité dans tout ça ?

    J'ai pas le temps de chercher s'il y a des commentaires chinois sur cette étude. L'opinion de mon mari n'est peut-être pas très représentative (il est assez remonté contre le système chinois qu'il n'a pas bien vécu). mais j'ai trouvé ceci en français :

    http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-...u-triomphe-chinois-11-12-2010-1274116_301.php
     
    #7 domanlai, 12 Décembre 2010
    Dernière édition: 12 Décembre 2010
  8. huno

    huno Membre Gold

    Inscrit:
    15 Février 2009
    Messages:
    641
    Localité:
    Dalian - 大连
    Ratings:
    +10 / -0
    Bonjours, j'ai eu la même réaction que ton mari il y a quelques jours, quand ils en ont parlé aux info en france. Et j'étais offusqué de voir leur classement qui montrait Shanghai devant ... la France...
    ridicule, premièrement c'est débile de comparé une ville a un pays, et deuxièmement ils se basent sur quoi ? parce que dans leur reportage ils montraient une super école primaire a shanghai un truc d’élitiste pour famille riche. Comment ils font leur comparaisons ? Il vont nous dire que le système scolaire est meilleurs en chine qu'en France... c'est vraiment n'importe quoi la télé de nos jours.

    La France à un sérieux problème avec son système, et on trouve bien évidemment HK ou shanghai des école mieux coté qu'en France, mais de là à tous mélanger...

    Ton document dit:

    Je vois pas le rapport entre industrialisation et innovation, l'innovation en chine je la vois nul part, les chinois perdent pas leur temps a innover alors que les occidentaux le font très bien pour eux. Ils pourront innover quand à l'école ils arrêterons d'enseigner du par coeur et de limiter la réflexion personnelle au profit de la pensée façon PCC
     

Partager cette page