1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Le Palais d’été, symbole d’un « ground zero » culturel pour les Chinois

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 31 Juillet 2015.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    LE MONDE du 31 juillet 2015

    Une élégante, ombrelle à la main, prend la pose devant un pilier de marbre brisé, tandis qu’unamoureux la photographie. Le sol en terre battue est jonché de frontons déchus et d’anciennes fontaines. Ce pourrait être l’Italie, c’est Pékin. Les vestiges baroques de l’ancien Palais d’été, ou Yuanmingyuan, donnent une étrange touche fellinienne aux soirs d’été. Immanquablement, quand baisse la lumière du jour, des amoureux jouent les équilibristes sur les dalles antiques ou se pourchassent dans le labyrinthe du Huanghuazhen, au cœur duquel trônait l’empereur de Chine, attendant que ses concubines trouvent leur chemin le soir de la fête de la lune.

    Le Yuanmingyuan, littéralement « jardin de la clarté parfaite », était la résidence d’été des empereurs Qing, la dernière dynastie chinoise. Edifié à partir du début du XVIIe siècle sous l’empereur Kangxi, mais largement étoffé sous le règne de Qianlong (1735-1796), il est situé dans le nord-ouest de Pékin, au sein du quartier des universités. Le site accueille 6 millions de visiteurs par an – jusqu’à 100 000 par jour en période de pointe – qui se dispersent dans un immense parc-jardin de près de trois kilomètres carrés. Jusqu’au début du XXe siècle, les quelque 200 palais et pavillons chinois regorgeaient d’objets précieux, peintures, calligraphies, porcelaine. A l’inverse de l’austère Cité interdite, où l’empereur résidait l’hiver, le Yuanmingyuan était un lieu de fantaisie, ouvert aux influences occidentales.

    http://pan.baidu.com/s/1dDrXhAT
     

Partager cette page