1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

le Moyen periple à Tsingtao青岛,mon troisième essai en français

Discussion dans 'Culture Chinoise' créé par Roberspierre, 1 Novembre 2010.

  1. Roberspierre

    Roberspierre Membre Bronze

    Inscrit:
    22 Mai 2010
    Messages:
    35
    Ratings:
    +0 / -0
    [FONT=&quot] Tsingdao le 30 oct. 10[/FONT]
    [FONT=&quot] [/FONT]
    [FONT=&quot] Cette ville est complètement changée depuis mon premier séjour, il y a 15 ans. À proximité, une presqu’île dont j’ignorais alors l’existence s’est déjà transformée en un immense port marchand et l’environ immédiat du centre ville, en port de plaisance avec une rade saupoudrée de quelques voiliers blancs. Sur une extrémité du rivage se dressent d’un côté un opéra en forme de coquillage, et à perte de vue un phare. Tout est blanc, sur une saillie dans la mer. Près du phare, marqué en chinois sur une stèle « phare jumeau – Brest, France ». Cette rade me fais penser à un admirateur, portant dans ses bras une grosse turquoise.[/FONT]
    [FONT=&quot] [/FONT]
    [FONT=&quot]C’est ici la ville de Tsingdao, une ville très marquée par la colonisation allemande sous Guillaume II, à qui elle doit son nom actuel. Les vestiges sont encore nombreux, entre autres : la cathédral de style gothique ; les palais de l’administrateur colonial hébergeant aujourd’hui la noblesse rouge ; le « Tsan Tsiao » , une longue parcelle de transbordement à côté de laquelle s’ancrèrent des navires de guerres, d’abord d’allemands, puis des Japonais qui chassèrent les premiers après avoir bombardé la ville.[/FONT]
    [FONT=&quot] Du côté continental, des milliers de grues s’élèvent, rasent et engouffrent l’arrière pays. On se croit de temps à autre dans un champs de bataille, au passage des chantiers colossaux où il ne reste qu’un vaste terrain truffé de décombres.[/FONT]
    [FONT=&quot] [/FONT]
    [FONT=&quot] Le soleil brille en douceur sur ce dernier samedi d’octobre. Je me balade dans un parc, un petit livre de poche à la main, sans but, sans rien faire. Des enfants s’amusent en criant, courant, se poursuivant… plus loin un toboggan. À dix pas à l’écart, une sculpture en forme d’un lune et deux ballons représentant des étoiles, tout en acier. Autour d’eux, une piste en spirale montant du sol à la lune, en acier aussi. L’ambition de la conquête de la lune reste très marxiste. Son initiateur affirmait que l’homme pouvait triompher des éléments. Qui sait s’il avait raison ? On verra.[/FONT]
    [FONT=&quot] [/FONT]
    [FONT=&quot] Les hommes bougent, vibrent, se pressent, se bousculent … se battent et se tuent. Que restera-t-il, quand nos descendants nous regarderont. Penseront –t-ils encore à nous, les passants, tout comme les autres éteints dans l’histoire éternelle.[/FONT]
    [FONT=&quot] Il me revient dans l’idée une blague américaine. Un millionnaire passait ses vacances à la plage au Mexique, servi par un pauvre pêcheur. Lorsqu’il le vit ne passer son temps qu’ allongé sur cette belle plage, il plaignit son sort.[/FONT]
    [FONT=&quot] « Pour quoi ne travaillez-vous pas aussi dur que moi ? » demanda le premier.[/FONT]
    [FONT=&quot] « Travailler dur, pourquoi ? » posa cette question le second.[/FONT]
    [FONT=&quot] « Je serais vous, je passerais dix ans au large et j’aurais une récolte fort plus importante que maintenant. Avec l’argent que j’aurait ramassé, j’achèterais un bateau, un chalut, puis deux , et puis encore et dans dix ans j’en aurais plusieurs pour former une flotte de pêche et je serais un grand patron » lui répondit le banquier.[/FONT]
    [FONT=&quot] « Et alors, quoi faire ? » interrogea encore le petit pêcheur.[/FONT]
    [FONT=&quot] « Et alors je m’achèterais une grande maison, épouserais une belle femme et prendrais ma retraite. Comme ça je changerais ma vie, je pourrais aller sur cette plage et profiter de ce beau temps en m’allongeant toute la journée … »[/FONT]
    [FONT=&quot] [/FONT]
    [FONT=&quot]Le monde, tout le monde …[/FONT]
    [FONT=&quot]Wie froh bin ich, daß ich weg bin !


    Roberspierre ,un chinois en Chine
    [/FONT]

     

Partager cette page