1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Le Japon relance la guerre des monnaies

Discussion dans 'Informations Chine' créé par lafoy-china, 30 Janvier 2016.

  1. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 182
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 021 / -64

    boj.jpg
    En appliquant aux dépôts un taux négatif, la banque du Japon a cherché - et réussi - à déprécier le yen. Un mouvement qui va nécessiter des répliques partout dans le monde et qui annonce un engrenage périlleux.

    Extrait :
    La décision de la Banque du Japon (BoJ) d'imposer des taux négatifs - même selon une méthode plus modérée que la BCE ou la Banque nationale suisse - ouvre un nouveau chapitre dans la guerre des monnaies que le Japon avait lui-même lancé lorsque le nouveau premier ministre Shinzo Abe, en 2012, avait publiquement fait savoir qu'il chercherait à déprécier le yen.

    La BoJ dépassée !
    Le choix de l'arme utilisé ce 29 janvier par le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, n'est, en effet, pas anodin. Il est clair que la politique monétaire japonaise devait répondre à la détérioration des perspectives de l'économie nippone et, notamment, de l'inflation. La BoJ a revu sa prévision d'inflation de 1,4 % à 0,8 %. Surtout, les effets de sa politique d'assouplissement quantitatif de 80.000 milliards de yens (607 milliards d'euros) par an commencent à s'essouffler sur le marché des changes. Logique, car la BoJ, longtemps en pointe dans les politiques expansionnistes s'est fait dépasser par la BCE et ses 720 milliards d'euros de rachats annuels alliés à des taux négatifs.

    Extrait concernant la Chine

    Pékin pris en étau

    Ce symbole ne doit pas être négligé : il annonce la volonté de Tokyo de contre-attaquer dans la guerre des monnaies. Et, de fait, désormais, la tâche des autres banquiers centraux va être plus complexe. A Pékin, les autorités tentent d'éviter la dégringolade du yuan, mais avec cette décision nippone, leur tâche va devenir plus malaisée. Les entreprises chinoises risquent de peiner davantage sous le poids du yuan fort. La tentation de laisser glisser encore le yuan sera donc considérable. Entre Pékin et Tokyo, les autres émergents d'Asie orientale, Taïwan, Corée du Sud ou Indonésie, vont être tentés de répliquer pour ne pas subir le contrecoup de cette bataille des devises. La guerre des monnaies est clairement relancée par cette décision. Rien de plus normal : lorsque le gâteau de l'inflation et de la croissance mondiale se réduit, on se montre d'autant plus agressif pour conserver sa part et l'augmenter.

    Suite de l'article >>>

    Source : LA TRIBUNE
     

Partager cette page