1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

L'artiste et activiste chinois Ai Weiwei n'aurait pas été torturé

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 16 Mai 2011.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 931
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 136 / -35
    LE MONDE du 16 mai 2011

    [​IMG]

    L'artiste et activiste chinois Ai Weiwei, détenu depuis six semaines, a pu rencontrer son épouse ce week-end pour la première fois depuis son incarcération. L'entrevue se serait déroulée dimanche après-midi. Selon le récit de la mère de l'artiste, Gao Ying, son épouse a été contactée par la police et menée auprès de lui. Ai Weiwei et Lu Qing ont passé "peu de temps" ensemble, a-t-elle poursuivi. "Le fait que Lu Qing ait pu le voir constitue déjà un geste très charitable de la part des autorités", a-t-elle dit.

    Ai Weiwei ne serait pas entré dans les détails des accusations portées contre lui, sinon pour dire qu'il ne les comprenait pas. Il aurait également indiqué à sa femme qu'il n'avait pas subi de mauvais traitements. "Les rumeurs de torture que nous avons entendues nous étaient insupportables, mais à présent, nous ne pouvons croire que ce que nous voyons, il est en bonne forme", a poursuivi sa mère. Son épouse, elle, n'a pu être contactée en dépit de multiples appels téléphoniques.

    Ai Weiwei a été arrêté le 3 avril à l'aéroport international de Pékin. L'artiste, âgé de 53 ans, est soupçonné de "crimes économiques", notamment de fraudes fiscales. Pour sa famille, ces charges ne sont qu'un prétexte utilisé pour le réduire au silence. Son incarcération a été vivement critiquée par les Occidentaux. Et Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, devrait évoquer son cas lors de sa visite à Pékin cette semaine.
     

Partager cette page