1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

L’ancien patron de Google Chine banni de Weibo

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 19 Février 2013.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    http://weibo.blog.lemonde.fr/2013/02/18/lancien-patron-de-google-chine-banni-de-weibo/


    L'ancien patron de Google en Chine, l'Américano-Taïwanais Lee Kai-fu est l'une des vedettes des microblogs chinois, avec plus de 54 millions d'abonnés : plus de 30 millions sur le principal site, Sina Weibo, et plus de 24 millions sur Tencent Weibo. Mais, a-t-il annoncé en chinois dimanche 17 février sur son compte Twitter, depuis trois jours, il ne peut plus publier de messages sur Weibo, et invite les internautes à venir le rejoindre sur le réseau américain.

    我在新浪腾讯都被禁言三天,大家可以来这里找我。
    Kai-Fu Lee (@kaifulee) 17 février 2013

    Il a confirmé l'information auprès de l'agence Bloomberg
    tout en refusant d'en donner les raisons. Sur ses comptes Weibo, Lee Kai-fu n'a cessé de s'en prendre à la censure chinoise. Pour certains, la décision de le réduire au silence s'explique par ses critiques récentes envers le moteur de recherches Jike, géré par le Quotidien du Peuple, l'organe du Parti communiste chinois (PCC). M. Lee s'était notamment interrogé sur la décision de nommer l'ancienne championne de tennis de table Deng Yaping comme PDG de Jike. "Pourquoi utiliser l'argent du contribuable pour créer un moteur de recherche ?", s'était-il également demandé.

    M. Lee a reçu des soutiens sur Weibo. Lundi, le compte du Nanfang Zhoumo, l'hebdomadaire censuré au début de l'année, renvoyait à un portrait de l'ancien numéro un de Google Chine réalisé en 2009, où il était interrogé sur sur son "rêve chinois". "J'espère que la Chine pourra devenir un pays d'innovation", expliquait-il.

    [​IMG]
     

Partager cette page