1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

La tortue à respiration cloacale est menacée d’extinction

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Therugbygirl, 18 Décembre 2014.

  1. Therugbygirl

    Therugbygirl Déesse

    Inscrit:
    27 Mai 2014
    Messages:
    2 012
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +2 900 / -4
    Maintenant que nous savons tous ce qu'est un cloaque, sur BJC... je voulais etre sure que ce nouveau drame ne passait pas inapercu..

    La tortue serpentine à gorge blanche est menacée du fait de son mode de respiration très particulier. Le manque d’oxygénation de l’eau, du fait de barrages, la force à remonter à la surface, et à s'exposer ainsi aux prédateurs.
    En plus d’être la plus grande tortue d'eaux vives vivant en Australie, l'Elseya Albagula a une particularité anatomique qui la rend unique en son genre: elle respire par son cloaque. «Cette tortue respire par son anus! C’est juste fantastique!» s’exclame Jason Schaffer qui les étudie depuis 8 ans au sein de l’université James Cook.
    Le spécimen qui peut atteindre l’âge canonique de 100 ans respire donc d’une manière fort peu commune. Cette tortue filtre l’oxygène présent dans l’eau par «l’arrière» explique le scientifique. Une technique qui lui permet de rester en sécurité au fond de l’eau à l’abri de certains prédateurs.
    Alors comment une tortue aussi bien adaptée à son milieu peut-elle être si proche de l’extinction ? En grande partie à cause de barrages installés sur les rivières qui constituent son milieu naturel. En retenant l’eau, ces constructions humaines ralentissent le débit. Le courant devient plus calme, ce qui empêche la bonne oxygénation de l’eau. Les tortues sont donc obligées de remonter vers la surface pour trouver l’oxygène nécessaire. Elles se retrouvent donc exposées aux prédateurs et limitées dans leurs déplacements pour trouver un partenaire sexuel.

    http://www.liberation.fr/sciences/2...newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=quot
     
    • Informatif Informatif x 1

Partager cette page