1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

La justice américaine pliera-t-elle face aux « princes rouges » chinois ?

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 2 Juillet 2015.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    LE MONDE du 1er juillet 2015

    La volonté américaine de lutter contre la corruption, épidémie cancéreuse affectant tous les pays, est indéniablement louable, bien que certains craignent une sorte d’impérialisme judiciaire qui impose la loi américaine au-delà de son territoire. Ce fut à nouveau le cas lors de la mise en cause des dirigeants de la Fédération internationale de football, ou encore d’entreprises comme BNP Paribas ou Alstom.

    Car, après tout, personne ne compte sur le Brésil ni la Russie pour assainir l’environnement des entreprises. Ni même sur la Chine où, sous la houlette du Parti et sans respect d’un cadre juridique, la campagne anticorruption lancée par le président Xi Jinping à corps perdu depuis deux ans s’avère finalement un outil commode pour écarter ses adversaires politiques. Le procès tenu à huis clos et la condamnation à la prison à vie, le 11 juin, de Zhou Yongkang, ancien chef de la sécurité, s’apparente plutôt à un règlement de comptes intérieur au régime.

    Frustrés, certains citoyens chinois voient en la portée extraterritoriale de la loi américaine une alliée inespérée, quand l’intraitable Securities and Exchange Commission (SEC) mène depuis 2013 des enquêtes contre plusieurs grandes banques, dont UBS et Goldman Sachs, dans le cadre du Foreign Corrupt Practices Act (FCPA), impitoyable épée de Damoclès sous laquelle tremble toute société qui entretient le moindre lien avec les Etats-Unis.

    Le gendarme de la Bourse américain suspecte en effet l’embauche par ces banques de renom de « princes rouges » chinois (expression qui désigne les enfants héritiers de cadres dirigeants du Parti communiste) ne viole la loi anticorruption : Goldman Sachs avait embauché le petit-fils de l’ex-président chinois Jiang Zemin ; Crédit Suisse a embauché la fille de l’ancien premier ministre Wen Jiabao, etc.

    http://pan.baidu.com/s/1o6BVGQA
     

Partager cette page