1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

La face cachée des contes de fées

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par MINNY, 1 Juin 2014.

  1. MINNY

    MINNY Membre Platinum

    Inscrit:
    7 Mai 2014
    Messages:
    677
    Localité:
    Paris
    Ratings:
    +370 / -43
    Vous ne le saviez peut-être pas mais les contes de fées ne sont à la base pas si féerique que cela. Chacun a sa part d'ombre... même eux!


    Extrait du "conte du genévrier" des frères Grimm:

    Il était une fois une femme qui désirait, plus que tout au monde, avoir un enfant. Un jour d’hiver, elle se coupa le doigt en épluchant une pomme sous le genévrier de son jardin, et un peu de sang s’égoutta sur la neige. Neuf mois plus tard, elle donnait naissance à un garçon à la peau blanche comme neige et aux lèvres rouges comme sang. Elle mourut hélas à sa naissance et, le temps passant, son mari finit par prendre une nouvelle femme, qui lui donna une fille.

    Cette belle-mère haïssait le garçon et lui rendait la vie impossible. Un jour, elle l’invita à choisir une pomme dans un coffre ; au moment où le bambin se penchait pour la saisir, elle claqua si fort le couvercle que l’enfant eut la tête arrachée. La marâtre replaça la tête sur le cou et assit le garçonnet sur une chaise. Quand la petite fille méchante rentra à la maison, sa mère l’encouragea à réclamer à son frère la pomme qu’il tenait à la main: «Et s’il ne te répond pas, flanque-lui une bonne claque.» Évidemment, il resta muet, et sa sœur en le giflant fit valdinguer sa tête.

    « Ne t’inquiète pas, je sais comment dissimuler ton crime », déclara la femme à la petite. Et de découper le garçonnet en menus morceaux pour le faire cuire en ragoût. Le soir venu, elle servit ce mets à son mari qui, ignorant tout du drame, l’apprécia tant qu’il en mangea jusqu’à la dernière bouchée, jetant les petits os sous la table.

    Éperdue de chagrin, la fillette entreprit alors de recueillir les os de son frère pour les déposer au pied du genévrier. Bientôt, un oiseau splendide surgit des branches en chantant merveilleusement une chanson qui disait ceci :

    Ma mère m’a tué
    Mon père m’a mangé
    Ma sœur a enterré mes os,
    Sous le genévrier.
    Bel oiseau que je suis !



    Source: http://www.books.fr/litterature-et-arts/les-contes-cruels-des-freres-grimm/
     
  2. Lewenelle

    Lewenelle Membre Bronze

    Inscrit:
    4 Avril 2014
    Messages:
    111
    Ratings:
    +74 / -0
    10296797_1605338536358372_4964499193513782760_n.jpg
     
    • J'aime J'aime x 1

Partager cette page