1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Immobilier : Kaisa, le groupe chinois qui inquiète les investisseurs

Discussion dans 'Informations Chine' créé par LouLou, 14 Janvier 2015.

  1. LouLou

    LouLou Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    14 Juillet 2007
    Messages:
    3 906
    Ratings:
    +1 491 / -11
    Chine-Les ennuis de Kaisa, un tournant pour les investisseurs

    HONG KONG, 13 janvier - Le spectre d'un défaut de paiement du chinois Kaisa Group, un promoteur immobilier qui semblait en bonne santé financière il y a tout juste deux mois, pousse les investisseurs à repenser leur façon de prendre en compte le risque politique lorsqu'ils acquièrent de la dette d'entreprises chinoises.

    Les sociétés immobilières chinoises ont fait une entrée massive sur les marchés internationaux des capitaux ces dernières années, attirées par des taux d'intérêt relativement bas par rapport à ceux pratiqués dans leur propre pays.Le secteur coté en Chine ou à Hong Kong a représenté 28,3 milliards de dollars (24 milliards d'euros), soit 61% des obligations à risque émises par des sociétés asiatiques, hors Japon et Australie, sur le marché de la dette en dollars l'an dernier, selon les données de Thomson Reuters.

    Mais l'affaire Kaisa a montré que le modèle traditionnel d'appréciation de la dette des promoteurs immobiliers sur la base de leurs flux de trésorerie ne suffit plus en Chine.Les investisseurs doivent désormais intégrer le risque croissant de mesures politiques et prendre en compte plus sérieusement l'absence de précédent concernant les recours des investisseurs étrangers sur les actifs des sociétés en Chine.

    Les ennuis de Kaisa ont commencé à la fin de l'an dernier lorsque des représentants du gouvernement à Shenzhen, ville du sud de la Chine, ont bloqué de façon inattendue les ventes de certains de ses projets immobiliers. Cette mesure a été suivie du départ soudain de plusieurs responsables du groupe, y compris du président, puis du non-paiement des intérêts sur une échéance d'une de ses obligations internationales la semaine dernière.Kaisa dispose d'un délai de grâce de 30 jours, à dater du 8 janvier, pour payer ces intérêts, sans quoi il sera le premier groupe immobilier en défaut de paiement sur sa dette extérieure.

    Mardi, les obligations émises par Kaisa sur le marché de la dette appelé "dim sum" se traitait légèrement au-dessus des 37 cents pour un dollar, près d'un plus bas record.Jusqu'au 3 décembre 2014, l'obligation s'échangeait à parité, alors que le groupe avait annoncé en août un bénéfice net en hausse de 34% pour le premier semestre de l'année, ce qui pouvait laisser penser que tout allait bien pour lui.Les responsables de Kaisa n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

    En attendant, ces difficultés ont mis en terme au boum des émissions d'obligations des sociétés immobilières chinoises. (Saikat Chatterjee et Michelle Chen, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison) Reuters

    [​IMG]
     
    • Informatif Informatif x 4
  2. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    Et ce n'est que le début ...
     
  3. GuYong

    GuYong Alpha & Oméga

    Inscrit:
    26 Octobre 2009
    Messages:
    4 636
    Localité:
    ZheJiang
    Ratings:
    +2 907 / -16
    Sans rire...
    Annee 1990s la Thailande
    Annee 2000s les US
    Annee 2010s La Chine

    Toujours et encore des investissements pourris en immobilier dus a la speculation et des emprunts "maladroits" (Dieu! que je suis poli ce soir..). Et des types qui se barrent avec des couilles en double plaque or et platine...

    On va dire que c'est dans la nature humaine de faire les memes conneries encore et encore mais il est peut etre temps de se demander si ce type de marche financier ne devrait pas etre encadre tres strictement et globalement (encore une fois...)..

    On serait un poil parano, on se dirait que c'est fait expres...

    A dans 10 ans, et la prochaine "economie en plein boom"...
     
    • J'aime J'aime x 1
  4. LouLou

    LouLou Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    14 Juillet 2007
    Messages:
    3 906
    Ratings:
    +1 491 / -11
    Oui cela commence a sentir le sapin . !

    [​IMG]
     
  5. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    Le bamboo ...

    Merci de ne pas faire de référence aux fêtes Occidentales dans l'Empire du Milieu ...

    C'est mal vu ;-)
     
    • J'aime J'aime x 2
  6. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    dupond-et-dupont-boum.jpg
     
    • J'aime J'aime x 1
  7. bzhmaddog

    bzhmaddog Dieu Supérieur

    Inscrit:
    8 Mars 2013
    Messages:
    1 272
    Localité:
    Shanghai / Pudong
    Ratings:
    +634 / -5
    Ben de toute façon comme la chine reproduit un modèle économique qui ne fonctionne pas dans le reste du monde faut pas s'attendre a des miracles !!!
     
    • J'aime J'aime x 1
  8. A MU

    A MU Dieu Supérieur

    Inscrit:
    30 Juillet 2007
    Messages:
    874
    Localité:
    Shenzhen / Ganzhou
    Ratings:
    +626 / -4
    Quand la lutte contre la corruption pèse sur la croissance chinoise

    http://www.lesechos.fr/monde/asie-p...ance-chinoise-1083903.php?TzuqkfDoBuFdhesj.99

    Gabriel Gresillon / Correspondant à Pékin | Le 16/01 à 06:39

    "Cette fois, ce n’est plus le prix moyen du mètre carré qui sème le trouble au sujet de l’immobilier chinois. Mais les mésaventures de promoteurs officiant dans la ville de Shenzhen, au sud du pays. A l’origine, l’inquiétude concernait Kaisa, un groupe plutôt solide qui a subitement annoncé, la semaine dernière, qu’il n’allait pas pouvoir payer à temps les intérêts qu’il devait à des créanciers étrangers. Crise immobilière ? Il est vite apparu que l’affaire était politique : dans le cadre d’une enquête pour corruption, Kaisa s’est vu interdire la poursuite des projets qu’il menait à Shenzhen, gelant ses rentrées d’argent.

    Aujourd’hui, il semble que le cas de Kaisa ne soit pas isolé. Ainsi, deux autres promoteurs ont été temporairement interdits d’activité à Shenzhen : Rongchao, un pilier du secteur dans la ville, et Dong Dao.
    La cité, berceau du renouveau industriel de la Chine, apparaît subitement comme l’une des cibles importantes de la vaste campagne anticorruption lancée par le pouvoir central. Aujourd’hui, il devient clair que tout le secteur immobilier, dans la région, risque d’en faire les frais. Hier, les actions de nombreux groupes immobiliers ont ainsi plongé à la bourse, démontrant que pour les investisseurs étrangers, il est temps de repenser les stratégies d’investissement dans ce secteur en Chine.

    Non seulement il fait les frais d’un ralentissement sensible, mais il devient clair, également, qu’il va pâtir de la lutte anticorruption. Cette situation est d’ailleurs révélatrice, plus largement, d’une inquiétude croissante dans les milieux d’affaires chinois : jusqu’où ira le grand nettoyage piloté par Xi Jinping ?

    Dans un système où la corruption semblait quasi généralisée, vouloir l’éradiquer expose au risque d’une tétanie des entreprises et des officiels, et à un coup de froid conjoncturel majeur. Dans ce contexte, il est particulièrement intéressant de noter que Wanda, le géant de l’immobilier chinois, a annoncé hier un changement de stratégie décisif. Il s’engage, désormais, à faire appel à des investisseurs chargés de construire ses grands complexes immobiliers et d’en posséder les murs, se réservant, lui, des fonctions de management et de design. Une stratégie dite « légère en actifs » et qui révèle à quel point il apparaît dangereux, aujourd’hui, de s’endetter lourdement dans un secteur dont rien ne permet d’affirmer qu’il va continuer à connaître la hausse insolente de ces dernières années."

    Bonne Journee,
     
    • Informatif Informatif x 1

Partager cette page