Identité numérique: l'état espère mettre en service son service alicem en 2020

Jimmy One

Demi-dieu
13 Déc 2007
1 083
272
108
Shanghai - Xu Jia Hui
www.google.com
Vous souhaitez protéger votre vie privée ? D'accord.
Jetez vos smartphones, vos box Wi-Fi, vos cartes bancaires, gardez les rideaux fermés, mettez des cagoules et des gants H24 dehors... Ect...
Vous me faites rire, les gens qui sont contre la reconnaissance faciale, alors que lorsque vous faites vos passeports, vous disez rien.
 

guillaumeenchine

Demi-dieu
09 Sept 2019
2 725
199
103
46
Les autoritees ont un type qui ressemble vaguement a Dupont de Ligonnes dans leur bureaux et il leur faut trois jours pour savoir si c'est lui ou pas alors cette appli de reconnaissance faciale elle me fait bien rire ahah
 

Zed

Dieu Supérieur
27 Sept 2007
529
901
138
Guangzhou
Les autoritees ont un type qui ressemble vaguement a Dupont de Ligonnes dans leur bureaux et il leur faut trois jours pour savoir si c'est lui ou pas alors cette appli de reconnaissance faciale elle me fait bien rire ahah
Le mec fait bugger le systeme, il lui manque un doigt, c'etait pas prevu dans le cahier des charges
 

Naxshe

Dieu souverain
05 Jan 2016
1 101
626
143
32
disons que le jour où ça tombera entre de mauvaises mains, vous risquez de comprendre mais un peu tard.

Quand tu vas a la préfecture, tu prouve bien ton identité avec ton passeport, permis ou carte d'identité. Tu remplace ça par une photo. Hormis améliorer la fiabilité comparé au contrôle papier, je vois pas le problème.
 

Yiyuan

Dieu suprême
16 Avr 2015
5 138
2 666
168
49
Quand tu vas a la préfecture, tu prouve bien ton identité avec ton passeport, permis ou carte d'identité. Tu remplace ça par une photo. Hormis améliorer la fiabilité comparé au contrôle papier, je vois pas le problème.
et pourquoi on ne le fait pas pour la sécurité sociale?? ça limiterait la fraude non?? Ah merde fin de la fameuse "paix sociale". Du coup on fait chier les gens mais pas tous!!
Et puis on peut le faire pour les retours de Syrie?? non plus!!
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 487
9 741
198
64
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Reconnaissance faciale : la France bascule-t-elle sur un terrain glissant ?

Les expérimentations de reconnaissance faciale se développent tous azimuts en France... et les critiques pleuvent sur le manque d'encadrement de cette technologie très invasive. Suite au test, par l'État, de l'application Alicem, qui permet d'accéder aux services publics en ligne en s'identifiant avec son visage, le secrétaire d'État au numérique, Cédric O, accepte d'ouvrir le débat sur les bénéfices et les risques de cette technologie .

Extrait :
Aux portiques et aux guichets des aéroports à Paris, dans des lycées à Marseille et à Nice... Les expérimentations autour de la reconnaissance faciale se multiplient en France. Dernière en date : l'application Alicem (pour Authentification en ligne certifiée sur mobile), développée par le ministère de l'Intérieur et l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). En phase de test sur quelques milliers de personnes depuis juin 2019, cette application impose aux utilisateurs de s'identifier sur smartphone via un système de reconnaissance faciale pour accéder aux services publics en ligne. Aucune date officielle de déploiement massif n'est connue à ce jour, mais l'initiative inquiète.

La reconnaissance faciale, technologie encore émergente, permet d'identifier une personne ou de vérifier qu'elle est ce qu'elle prétend être. Grâce à l'intelligence artificielle, cette technologie est capable d'analyser les traits du visage, mais aussi des données biométriques, comme les yeux, et de les comparer si besoin à des photos ou des vidéos.

Selon le ministère, Alicem permettra donc de connaître avec certitude l'identité des utilisateurs pour sécuriser les échanges en ligne. Concrètement, les utilisateurs devront être dotés d'un passeport biométrique, délivré après juin 2009, et équipé d'une puce sécurisée. Pour se connecter, l'utilisateur devra scanner et lire la puce de son passeport et procéder à la reconnaissance faciale. Cette dernière étape passe par la prise de plusieurs photos en mode "selfie".

 

Jean7

Alpha & Oméga
28 Juin 2007
2 884
1 314
173
Et puis on peut le faire pour les retours de Syrie?? non plus!!
on est loin de pouvoir le faire matériellement, mais il me semble que légalement le contrôle d'identité doit être opéré par un officier de police.
donc à moins d'assimiler un algorithme de reconnaissance faciale à un officier de police, pour le moment, les caméra ne contrôlent pas l'identité.

on parle de faciliter des démarches d'accès à des services à l'initiative le l'usager.
tant que l'on ne va pas compliquer l'accès à ces services, franchement...

alors oui, ça va permettre de développer des techniques dont on peut faire usage de diverses façon.
mais si tu veux qu'un jour on soit capables de repérer le vilain terroriste dans le troupeau des gentils moutons, il faudra bien que les gentils moutons aient tous dit bonjour à la caméra.

c'est de toutes façon en marche puisque dans les films et les séries télé c'est une pratique courante...
je veux dire par là que les consommateurs de fiction pour la plupart pensent que c'est déjà en place.
donc, celui dont l'opposition a cet épouvantail d'un avenir big brother est sincère et profond, devrait surtout exiger que l'on censure ces fictions qui ont pour effet massif de déporter la perception de la normalité et ainsi préparent au consentement à cette évolution de nos société.
 

Yiyuan

Dieu suprême
16 Avr 2015
5 138
2 666
168
49
on parle de faciliter des démarches d'accès à des services à l'initiative le l'usager.
tout est déjà en ligne donc c'est quoi la plus-value?? A part te ficher.
devrait surtout exiger que l'on censure ces fictions qui ont pour effet massif de déporter la perception de la normalité et donc préparent au consentement à cette évolution de nos société.
va falloir en censurer des films et des dessins animés parce qu'ils nous donnent une perception absolument fausse de la vie.

.
 

Jean7

Alpha & Oméga
28 Juin 2007
2 884
1 314
173
tout est déjà en ligne donc c'est quoi la plus-value?? A part te ficher.
s'il n'y a pas de plus-value pour l'usager, il ne le fera pas et ce n'est donc pas un problème en soit de l'avoir proposé.
la plus-value du fichage des faces et de l'expérimentation en grandeur réelle de la reconnaissance faciale pour identifier les personnes est par contre évidente pour la société.

est-ce que ce qui est bon pour la société est bon pour les citoyen... ?

le fait que l'on soit dans l'hésitation pour répondre... ça, c'est un vrais problème.
(il me semble)
 

Yiyuan

Dieu suprême
16 Avr 2015
5 138
2 666
168
49
la plus-value du fichage des faces et de l'expérimentation en grandeur réelle de la reconnaissance faciale pour identifier les personnes est par contre évidente pour la société.
on a vu ça dans le passé et ça n'a pas été glorieux.

est-ce que ce qui est bon pour la société est bon pour les citoyen... ?
beaucoup de ceux qui ont eu une étoile ne sont plus là pour en parler.
 

Jean7

Alpha & Oméga
28 Juin 2007
2 884
1 314
173
on a vu ça dans le passé et ça n'a pas été glorieux.

beaucoup de ceux qui ont eu une étoile ne sont plus là pour en parler.
ça fait partie du vrais problème.

je veux dire qu'il n'est pas normal que en tant que citoyens nous soyons réduits à un tel niveau de méfiance envers la société que tout ce qui la rendrait plus efficace, plus efficiente, soit considéré comme une menace.
le problème est là.
pas dans les tentatives d’implémentation de divers fruits du progrès technique dans son fonctionnement.

toujours selon mon humble avis ce qui nous menace est surtout une forme d'arriération sociétale face aux développements techniques.
JE NE SAURAIS PAS AVEC CERTITUDE NOMMER LES PROGRÈS DONT NOUS AVONS BESOIN mais la nécessité de ces progrès me semble absolument certaine.
 

Dgibe

Dieu Supérieur
13 Mai 2016
1 381
616
138
38
Chengdu
ça fait partie du vrais problème.

je veux dire qu'il n'est pas normal que en tant que citoyens nous soyons réduits à un tel niveau de méfiance envers la société que tout ce qui la rendrait plus efficace, plus efficiente, soit considéré comme une menace.
le problème est là.
pas dans les tentatives d’implémentation de divers fruits du progrès technique dans son fonctionnement.

toujours selon mon humble avis ce qui nous menace est surtout une forme d'arriération sociétale face aux développements techniques.
JE NE SAURAIS PAS AVEC CERTITUDE NOMMER LES PROGRÈS DONT NOUS AVONS BESOIN mais la nécessité de ces progrès me semble absolument certaine.
Moi non plus je ne suis pas complément contre les systèmes de notation.

Ça me parait logique qu’un conducteur dangereux n’ait plus le droit de conduire ou qu’un mauvais payeur n’ait plus le droit d’emprunter.

Mais la le système semble vouloir attribuer une note unique à chacun et donc de tout mélanger.

Est-ce qu’un mauvais payeur ne devrait pas avoir le droit de conduire ou de prendre l’avion? Je ne crois pas.

Je pense qu’il faut plusieurs notes et non pas une seule.
 

Jean7

Alpha & Oméga
28 Juin 2007
2 884
1 314
173
on est passé de l'identification faciale au fichage, puis à la notation et enfin à la sanction.
dans tout ça, s'il fallait ne traiter qu'une question, ce serait plutôt le problème de la sanction.
 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 487
9 741
198
64
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Ca non plus ce n'est pas mal dans le genre comme idee ! Envoyer les tontons macoutes du prive recuperer des creances qui touchent au domaine public , comme si l'etat n'en avait pas les moyens de le faire lui meme . Heureusement certains en sont conscients vu le fichage en perspective et son utilisation possible par des entreprises privees !

Il y a des Huissiers de justice pour ca , apres ils peuvent relier les contrevenants au fichier de la caf , organismes sociaux , ou employeurs vu qu'ils prelevent a la source desormais , ils ont les moyens de le faire technologiquement !

Quand le privé veut aider l’État à faire payer les amendes

La Figec propose à l’État de l’aider à recouvrer «les impayés laissés dans la nature dont la somme en jeu est particulièrement importante».

Extrait :Chaque année, un milliard d’euros d’amendes et de contraventions ne sont pas payés par les contrevenants. Ce chiffre, issu d’un rapport sénatorial publié en septembre, a fait réagir les professionnels du recouvrement. Les membres de la Figec (Fédération nationale de l’information d’entreprise, de la gestion de créances et de l’enquête civile) proposent donc leurs services pour aider l’État à récupérer son dû. «À l’heure où les collectivités publiques sont de plus en plus exigeantes pour garantir l’équilibre des comptes publics, nous nous proposons de les aider à recouvrer ces impayés laissés dans la nature dont la somme en jeu est particulièrement importante», avance Charles Battista, président de la Figec.

Le marché serait intéressant pour les entreprises du secteur. «Aujourd’hui, alors que près de 34 millions d’avis de paiement ont été envoyés en 2018, à peine plus de la moitié des montants dus est recouvrée», relèvent les sénateurs Thierry Carcenac (PS) et Claude Nougein (LR). Le taux de recouvrement stagne, voire baisse, s’alarment-ils. Les réformes engagées n’ont pas produit les effets escomptés et le système informatique de l’État est, en ce domaine, «défaillant». À la vue de ce constat, Charles Battista assure «qu’il est de notre devoir de professionnels de proposer à l’État et aux collectivités publiques les services des sociétés de médiation financière». Mais les deux sénateurs ne recommandent pas de recourir au privé. Il faudrait au contraire «accélérer le déploiement» du nouveau logiciel de traitement ou encore «clarifier les informations données aux usagers». Et «rendre explicite la responsabilité des parents» à l’égard des amendes écopées par leurs enfants mineurs.



 
Dernière édition:

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 487
9 741
198
64
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
La reconnaissance faciale transforme déjà notre quotidien

Déverrouiller son smartphone, prendre l'avion ou encore ouvrir un compte bancaire... Autant d'actions qui peuvent désormais faire appel à un système de reconnaissance faciale en France. La Tribune dresse le panorama des expérimentations déjà réalisées dans l'Hexagone autour de cette technologie très controversée.

Extrait :
La reconnaissance faciale, longtemps restée cantonnée aux films de science-fiction, est devenue une réalité en quelques années, y compris en France. Dernière annonce en date : Cédric O, secrétaire d'Etat au Numérique, a récemment appelé à ouvrir une expérimentation de cette technologie en temps réel sur les images de vidéosurveillance.

Un marché estimé à 4,5 milliards d'euros en 2019

Grâce à l'intelligence artificielle, la reconnaissance faciale permet l'identification d'une personne à partir de son visage ou de vérifier qu'elle est ce qu'elle prétend être (on parle alors d'authentification). La reconnaissance faciale est capable d'analyser les traits du visage, mais aussi des données biométriques, comme les yeux, et de les comparer si besoin à des photos ou des vidéos.

Cette technologie controversée soulève de nombreuses craintes parmi ses opposants, qui craignent des atteintes à la protection des données et aux libertés individuelles avec des soupçons de surveillance généralisée. Pour ses défenseurs, la reconnaissance faciale permet des authentifications fiables, rapides et sécurisées pour lutter contre tous types de fraudes.
Le marché de la reconnaissance faciale était estimé à 5,07 milliards de dollars dans le monde en 2019 (4,55 milliards d'euros), et il devrait dépasser les 10 milliards en 2025 (9 milliards d'euros), selon une étude du cabinet d'analyse Mordor Intelligence. Cette technologie s'est déjà largement imposée dans certains pays, comme la Chine. En France, elle est juridiquement encadrée par la loi Informatique et liberté du 6 janvier 1978 et par le fameux RGPD européen (Règlement général sur la protection des données) entré en vigueur en mai 2018.

Par principe, l'utilisation de cette technologie est interdite. Mais de nombreuses exceptions existent, à commencer par l'obtention explicite du consentement. Les expérimentations se développent donc tous azimuts, en dépit des appels à moratoire lancés par la société civile, la Commission nationale Informatique et Libertés (Cnil) et certains élus. Tour d'horizon des usages déjà réels ou en projet de la reconnaissance faciale.

 

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 487
9 741
198
64
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Identité numérique: l'État espère mettre en service son service Alicem en 2020

L'État espère mettre en service en 2020 son service d'identité sur internet Alicem, a indiqué mercredi le directeur général de l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) Jérôme Létier, lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Extrait:«Nous espérons une mise en service en 2020» mais Alicem «n'est pas une fin en soi», a expliqué M. Létier devant la mission d'information sur l'identité numérique, dont les co-rapporteurs sont les députées Paula Forteza et Christine Hennion. Alicem est plutôt un «prototype», appelé à s'inscrire dans un système d'identité numérique plus large, dont elle ne serait qu'une des variantes, a-t-il expliqué.

Alicem (Authentification en ligne certifiée sur mobile) doit permettre aux Français détenteurs d'un passeport biométrique de s'identifier avec une sécurité élevée sur Internet. Cette identification forte doit leur permettre de faire des démarches en ligne qui sont aujourd'hui inaccessibles.

Mais le système est contesté par les défenseurs de la vie privée, car pour en bénéficier, il faut passer par une étape de reconnaissance faciale. La première fois qu'un utilisateur se sert d'Alicem, il doit en effet prendre une photo et une courte vidéo de lui-même, et scanner son passeport, pour que l'application compare les selfies avec la photo numérisée dans le passeport. Cette phase n'est pas répétée lors des utilisations ultérieures.

 

Naxshe

Dieu souverain
05 Jan 2016
1 101
626
143
32
Identité numérique: l'État espère mettre en service son service Alicem en 2020

L'État espère mettre en service en 2020 son service d'identité sur internet Alicem, a indiqué mercredi le directeur général de l'Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) Jérôme Létier, lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Extrait:«Nous espérons une mise en service en 2020» mais Alicem «n'est pas une fin en soi», a expliqué M. Létier devant la mission d'information sur l'identité numérique, dont les co-rapporteurs sont les députées Paula Forteza et Christine Hennion. Alicem est plutôt un «prototype», appelé à s'inscrire dans un système d'identité numérique plus large, dont elle ne serait qu'une des variantes, a-t-il expliqué.

Alicem (Authentification en ligne certifiée sur mobile) doit permettre aux Français détenteurs d'un passeport biométrique de s'identifier avec une sécurité élevée sur Internet. Cette identification forte doit leur permettre de faire des démarches en ligne qui sont aujourd'hui inaccessibles.

Mais le système est contesté par les défenseurs de la vie privée, car pour en bénéficier, il faut passer par une étape de reconnaissance faciale. La première fois qu'un utilisateur se sert d'Alicem, il doit en effet prendre une photo et une courte vidéo de lui-même, et scanner son passeport, pour que l'application compare les selfies avec la photo numérisée dans le passeport. Cette phase n'est pas répétée lors des utilisations ultérieures.


Je vois pas le lien entre la vie privée et le scan de sa face pour prouver son identité. On le fait bien dès qu'on prends un avions aux bornes automatiques.
 

Yiyuan

Dieu suprême
16 Avr 2015
5 138
2 666
168
49
Alicem est plutôt un «prototype», appelé à s'inscrire dans un système d'identité numérique plus large, dont elle ne serait qu'une des variantes
Bien sûr, quid des variantes. Faut pas inquiété le peuple. C'est quoi la prochaine étape au flicage des gens??
Je vois pas le lien entre la vie privée et le scan de sa face pour prouver son identité. On le fait bien dès qu'on prends un avions aux bornes automatiques.
dès que tu vas te connecter à un site du gouvernement, ce même gouvernement sera sur quels sites (opposés au pouvoir) tu vas via ton adresse IP, donc pour faire simple, quelles sont tes opinons politiques et donc si tu es pour ou contre le gouvernement actuel. Voir si tu es dangereux :hum:
 

Naxshe

Dieu souverain
05 Jan 2016
1 101
626
143
32
Bien sûr, quid des variantes. Faut pas inquiété le peuple. C'est quoi la prochaine étape au flicage des gens??

dès que tu vas te connecter à un site du gouvernement, ce même gouvernement sera sur quels sites (opposés au pouvoir) tu vas via ton adresse IP, donc pour faire simple, quelles sont tes opinons politiques et donc si tu es pour ou contre le gouvernement actuel. Voir si tu es dangereux :hum:

C'est un système pour te permettre d’accéder a des services sécurisés, pas à t'espionner sur ta navigation internet.

"Via ton adresse ip" on est plus en 2005, les adresses ip aujourd'hui ca sert juste a envoyé des lettres aux papis qui téléchargent du derrick en peer to peer.