1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Hold-up... numérique

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 18 Mai 2016.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    http://www.lepoint.fr/high-tech-int...p-numerique-mondial-17-05-2016-2039864_47.php

    Découvert en avril, un virus informatique particulièrement dangereux aurait infecté des milliers de distributeurs de billets dans le monde entier.

    Ce virus, que les Américains ont baptisé « skimer » pour sa capacité à enregistrer les informations contenues dans les bandes magnétiques et les puces des cartes avait déjà frappé la Russie entre 2010 et 2013. La nouvelle version de ce malware, identifiée le mois dernier, s'est visiblement propagée dans le monde entier. Selon Jornt Van Der Wiel, il aurait été retrouvé dans des dizaines d'agences aux quatre coins du globe. La France aurait été touchée, comme les États-Unis, la Chine, l'Allemagne, l'Espagne, le Brésil, mais aussi les Émirats arabes unis.

    Impossible à ce stade d'évaluer de façon précise quel montant les cybercriminels ont pu détourner grâce à lui. Mais deux affaires récentes permettent d'affirmer sans risques que le butin se chiffre probablement en millions de dollars. En trois ans, les hackers d'un gang, surnommé Carbanak, ont ainsi dérobé entre 300 millions de dollars et 1 milliard de dollars à une dizaine d'établissements russes. Et un pirate informatique turc arrêté début 2014, qui se fait appeler Predator, a reconnu avoir dérobé à une banque près de 40 millions de dollars en une nuit.

    (...)

    Mais pour de nombreux experts, cette absence de réaction publique des banques est compréhensible. « En général, nous ne communiquons que lorsque la menace a été totalement circonscrite, et ce, afin de ne pas alerter les pirates informatiques que nous les avons repérés », indique sous couvert d'anonymat le responsable sécurité d'une grande entreprise française.
     

Partager cette page