1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Hattemer, l'école où le CE1 s'appelle «10e» et où la répétition est plébiscitée

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par lafoy-china, 21 Septembre 2013.

?

Enseigner a l'ancienne est ce la solution ?

  1. Oui :

    45.0%
  2. Non:

    55.0%
  1. Fizz

    Fizz Dieu créateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    1 537
    Localité:
    Nouvel arrivant a Auxerre
    Ratings:
    +1 325 / -3
    On ecrit "un souci" :cool:.
     
  2. MandaRhum

    MandaRhum Dieu souverain

    Inscrit:
    15 Septembre 2012
    Messages:
    2 643
    Localité:
    地中海
    Ratings:
    +2 107 / -16
    Bien vu. C'était pourtant pas obvious.
     
  3. JeremyV

    JeremyV Membre Gold

    Inscrit:
    26 Novembre 2012
    Messages:
    339
    Localité:
    Beijing
    Ratings:
    +109 / -8
    Je ne vois pas de quoi vous parlez... :oops:
     
    #63 JeremyV, 25 Septembre 2013
    Dernière édition: 25 Septembre 2013
  4. 何昂湍

    何昂湍 Demi-dieu

    Inscrit:
    10 Janvier 2007
    Messages:
    903
    Localité:
    Binzhou - Qingdao, Shandong
    Ratings:
    +479 / -4
    Me concernant, une simplification orthographique basée sur la phonétique me paraîtrait assez hérétique du fait que la langue contemporaine est le fruit d'une évolution, d'un passé, d'un système de pensée élaboré à l'antiquité et qui a structuré notre vision du monde.

    Lorsque l'on s'intéresse à la linguistique en général et à l'étymologie en particulier, la langue écrite permet, à mon avis, d'avoir une vision du monde plus détaillée et une compréhension plus profonde des mécanismes sociaux liés à l'oralité.

    Par ailleurs, Mario Perard du site ortograf.net annonce que la langue appartient au peuple qui la parle et que le peuple doit être en mesure d'en prendre le contrôle et de la simplifier s'il le désire. C'est une forme de revendication intéressante et un désir d'émancipation compréhensible. Toutefois, ce désir d'émancipation, aussi louable soit-il, ne me semble pas être canalisé dans la direction adéquate. J'aurais plus tendance à observer le phénomène sous l'angle opposé : la langue n'appartient pas au peuple, mais c'est plutôt le peuple qui appartient à sa langue, dans le sens ou cette langue a façonné sa vision du monde et des relations sociales. Le fait de mettre en oeuvre une simplification orthographique pourrait-il dé-complexifier notre monde et les phénomènes sociologiques qui s'y perpétuent et évoluent, faisant évoluer la langue avec eux? J'en doute.

    Lors de la première simplification des caractère chinois, ces derniers ont tout de même gardé une complexité suffisante pour conserver l'étymologie et surtout la sémantique (qui sont l'essence d'une culture écrite), mais une deuxième tentative de simplification s'est montrée désastreuse après guerre (je ne me souviens plus exactement à quelle décade), car la langue écrite a perdu une grande partie de son sens, et le retour au premier système de caractère simplifié fut alors nécessaire. Ces réformes avaient bien entendu comme but de donner aux masses un plus grand accès à la culture pour l'élévation des masses, mais la deuxième a eu l'effet inverse : elle a abaissé la culture au niveau des masses. Les écoliers ayant étudié lors de la mise en oeuvre de cette ultra simplification des caractères se retrouvent désormais bien ennuyés.

    Une simplification de l'orthographe français, plutôt que de donner plus de chances aux masses, aurait plus comme effet de renforcer le fossé entre les lettrés "classiques" et "contemporain". En effet, qu'on le veuille ou non, le niveau de culture écrite a toujours été considéré comme un facteur de supériorité ou d'infériorité sociale.

    Au départ, une langue est bien sur un phénomène oral, mais sa mise à l'écrit permet de pérenniser la culture, pour cette raison la préservation de la complexité de la langue écrite m’apparaît importante afin de ne pas oublier notre héritage culturel.

    Pour terminer, une réforme visant à simplifier l'orthographe ne s'avère pas nécessaire, car l'informatisation de la société s'en charge déjà tout naturellement.
     
    • J'aime J'aime x 2
  5. Xiao Hai

    Xiao Hai Dieu créateur

    Inscrit:
    6 Octobre 2009
    Messages:
    1 042
    Ratings:
    +1 107 / -17
    Ca se discute.
    Si utiliser la phonétique n'a aucun sens, on pourrait très bien simplifier des règles qui n'apportent rien quant à l'étymologie.
    L'Espagne l'a fait au XIXe, ils ont pas l'air de s'en plaindre. Le souci est qu'en francais il y a beaucoup d'homonymes, donc on ne pourra de toute facon pas simplifier énormément.
    Mais les accents par exemple sont parfaitement simplifiables sans impact réel (faudrait conserver le circonflexe quand même).
    Marquer le pluriel avec uniquement le "s" (genou, chou, caillou).
    Les "exceptions qui confirment la règle", quand même, ca sert à pas grand chose.
    Je vois pas trop en quoi un outil (la langue) décrivant un phénomène (monde, sociologique et compagnie) pourrait avoir un quelconque impact sur la complexité du dit-phénomène.
    Bof.
    Les vietnamiens (en fait les francais) ont tellement simplifié les caractères chinois qu'ils les ont remplacé par des lettres latines, dis donc. C'était tellement désastreux qu'ils en ont fait leur écriture officielle à l'indépendance. Pour dire.
    Il n'y a pas de lien de causalité entre tes 2 propositions (le "en effet"): "le niveau de culture écrite est un facteur de différenciation, donc simplifier l'écriture va creuser le fossé".
    (Faut voir que les lettrés "classiques" seront tous morts dans 100 ans aussi)
     

Partager cette page