1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Français de l'étranger : l'aide à la scolarité ne favorise plus les familles aisées

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 18 Janvier 2013.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 954
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 156 / -35
    LE MONDE | 17.01.2013

    [​IMG]

    La question est éminemment politique. La manière de la poser aussi. On peut se demander pourquoi les impôts des résidents français financeraient les frais de scolarité des 300 000 enfants d'expatriés qui, le plus souvent, paient leurs impôts hors de France. On peut aussi se demander pourquoi les petits Français du bout du monde n'auraient pas accès à une aide à la scolarité quand ceux qui grandissent en France ont une école gratuite. Ces questions prennent une résonance particulière avec le débat sur les exilés fiscaux et la raréfaction de l'argent public.

    Au nom de la francophonie, la France dispose d'un réseau unique de 500 établissements dans 148 pays. Les financements publics ne permettent plus d'en couvrir tous les frais et les droits de scolarité demandés aux familles sont d'environ 4 000 euros annuels. Les familles françaises qui font le choix de ces établissements sont aidées par des bourses.

    Ce dispositif, qui n'avait pas bougé depuis 1990, a été renforcé sous le mandat de Nicolas Sarkozy par le remboursement intégral des frais de scolarité des lycéens... Mesure prise à une époque où le fils du chef de l'Etat était scolarisé à New York, dans un établissement à 20 000 euros l'année.

    A peine installée dans sa fonction, Hélène Conway-Mouret, la ministre déléguée aux Français de l'étranger, a supprimé la prise en charge des frais de scolarité pour les lycéens (PEC) de 2007, mesure critiquée même à droite comme onéreuse et injuste, avant de s'attaquer à la refonte des conditions d'accès aux bourses.

    12 MILLIONS D'EUROS POUR 776 FAMILLES FRANÇAISES AUX ETATS-UNIS

    Car à côté de la PEC, qui distribuait 33 millions d'euros sans prise en compte du revenu des familles, existent des bourses sociales. Au budget 2013, 110 millions d'euros seront distribués et M[SUP]me[/SUP] Conway-Mouret, jugeant que les critères d'octroi "privilégiaient trop les familles au train de vie le plus élevé", a changé les règles.

    En ouvrant le livre des comptes 2011, la ministre est tombée sur quelques curiosités qui ont conforté ce qu'elle avait vu sur le terrain. Ainsi, en 2011, une famille de Français installée à Londres et gagnant 170 000 euros annuels s'est vue rembourser 41 % des 16 000 euros de frais de scolarité qu'elle déboursait pour ses deux enfants inscrits dans l'école bilingue.

    Une autre, expatriée à Houston aux Etats-Unis, était aidée à hauteur de 76 % pour ses 26 000 euros annuels de facture scolaire. En dépit de ses 120 000 euros de revenus annuels...

    Globalement d'ailleurs, 776 familles françaises installées aux Etats-Unis se sont partagées en 2011 une enveloppe de 12 millions d'euros au titre de l'aide à étudier dans un établissement français, alors que les 1 470 familles résidant à Madagascar, souvent binationales et percevant des salaires locaux, se partageaient la moitié de cette somme.


    [​IMG]

    En fait, les règles qui prévalaient depuis 1990 à la répartition de cette manne étaient opaques, et s'intéressaient aux sommes restant à une famille une fois son loyer, ses emprunts et tous ses frais payés. On tenait compte aussi bien de sa facture de téléphone, que de ses emprunts ou de ses frais de baby-sitter. Tout se déduisait... La France prenant même en charge une partie des frais de cantine.

    Dans la nouvelle formule, en vigueur partout depuis le 1[SUP]er [/SUP]janvier, la commission (composée de représentants des affaires étrangères, de l'éducation, d'élus et de parents) ne se penche plus que sur les revenus, les charges sociales, les impôts et le coût de l'école. "L'ancien système créait un effet d'aubaine pour certaines familles",reconnaît François Denis, président de la Fédération des associations de parents d'élèves des établissements d'enseignement français. Pourtant, cette fois on tombe dans un calcul dangereusement automatique. J'ai demandé à la ministre qu'on évalue le nouveau système au bout d'un an, afin d'observer s'il n'y a pas de laissés-pour-compte."A la demande du député socialiste Pouria Amirshahi, un rapport parlementaire devra être réalisé en 2014.

    LES FRANÇAIS D'ESPAGNE OU D'AMÉRIQUE DU NORD SONT LES GRANDS PERDANTS

    En fait, la répartition des bourses était deux fois inégale. Au sein d'un même pays puisqu'elle privilégiait les familles à hauts revenus dépensant beaucoup. Entre les pays aussi, parce que l'évaluation du coût de la vie n'était pas harmonisée. "Chaque pays utilisait son barème. Ainsi, on estimait que vivre à Madrid coûtait 15 % de plus qu'à Paris. Qu'être installé à Toronto nécessitait des revenus supérieurs de 97 % à ceux avec lesquels on pouvait vivre en France", rappelle l'entourage de la ministre. Cette dernière a décidé d'en finir et d'appliquer désormais une grille utilisée par les entreprises pour calculer le coût de la vie dans le monde.

    Si à Caracas l'inflation de ces dernières années sera désormais prise en compte, les Français d'Espagne ou d'Amérique du Nord, hier favorisés, sont les grands perdants. "Je crains des déscolarisations", s'inquiète Soledad Margareto, conseillère auprès de l'assemblée des Français de l'étranger et membre de la commission nationale des bourses. "Il ne faut pas oublier que le pourcentage de familles dont les frais de scolarité sont totalement remboursés baisse de 32 % dans le nouveau dispositif",ajoute François Denis.

    Donnée démentie par la ministre qui assure de son côté qu'"après la réforme, ce sont 400 familles supplémentaires qui sont aidées et les familles hier prises en charge à 100 % continueront de l'être, sauf si elles avaient des revenus élevés". Plus globalement, elle s'est engagée à ce qu'"aucune famille ne pâtisse d'un différentiel supérieur à 20 points entre 2011 et 2012". Ceux qui payaient 20 % de l'école ne devraient donc pas s'acquitter de plus de 40 % de leur facture cette année.

    DIFFÉRENTIEL DE NIVEAUX DE VIE

    Reste que le cas des pays en crise est inquiétant. "En Espagne, la moyenne des frais de scolarité à la charge des familles pour étudier dans un établissement français est de 4 000 euros annuels. En payer 10 % sera impossible pour certaines familles au chômage",ajoute M[SUP]me[/SUP] Margareto. Une inquiétude relayée par Jean-Yves Leconte, sénateur des Français de l'étranger qui craint aussi que 5 % à 10 % des enfants quittent les établissements français.

    Lire Les frais de scolarité des lycées à l'étranger ont augmenté de plus de 23 % en quatre ans

    Globalement, 14 257 familles ont demandé une bourse pour 2012, lors de la première vague de commissions (la seconde est en cours). Au sein de ce groupe, 35 % vont bénéficier d'une prise en charge à 100 %, et 10,8 % entre 90 % et 100 %. Seuls 7,4 % de ceux qui l'ont demandée n'auront rien. L'argent économisé sur la PEC viendra abonder les bourses. L'enveloppe de 110 millions d'euros va croître à 118 millions en 2014 et à 125,5 millions en 2015 selon les engagements pris par Laurent Fabius, le ministre des affaires étrangères.

    Le vrai problème, c'est qu'on ne sait plus très bien qui est le Français de l'étranger. De l'expatrié d'une grosse entreprise, cadre supérieur, aux couples binationaux ou aux "aventuriers" qui fuient l'Europe morose, il y a entre eux comme un différentiel de niveaux de vie... que les réformes ont du mal à prendre en compte.

    Annexe :

    115 000 élèves français scolarisés à l'étranger

    1 594 303
    Français étaient inscrits comme expatriés fin 2011.

    48 % sont en Europe, 20 % en Amérique, 15 % en Afrique, 8,5 % en Asie-Océanie et 6,6 %
    au Proche et au Moyen-Orient.
    480 établissements français répartis dans 148 pays dépendent de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger. 310 000 élèves y sont scolarisés, dont 115 000 Français. 180 000 autres jeunes Français utilisent les systèmes locaux.
    26,2 % des personnes consultées par l'enquête 2010 sur
    l'expatriation déclarent gagner entre 30 000 et 60 000 euros net par an, 19,7 % plus de 60 000 euros (enquête de la Maison des Français de l'étranger).

     
  2. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 954
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 156 / -35
    Réactions de lecteurs à l'article

    BRUNO GIORDANO 17/01/2013 - 21h15
    Je vis a l'étranger, je n'ai pas de contrat d'expat, je ne gagne pas 120K/an, je n'ai droit a rien, donc rien demandé et pas dans ces stats. Le lycee francais coute 8K euros/an pour mes 2 enfants, ils n'y vont pas... TV5 est incapable d'etre diffusée sur Direct TV (1er reseau TV satellite en Amérique) et les emissions TV francaises sont "geo-restricted" sur internet a l'exception du JT. Notre politique Francophonie coute plusieurs 10aines de millions chaque année...



    Pierrick Moreaux 17/01/2013 - 18h28
    Je ne comprends pas les expatries qui mettent leur enfants dans un établissement français alors qu’un des avantages de l’expatriation est de donner aux enfants une culture internationale, et surtout de leur éviter de souffrir de l’éducation nationale Française! Etant moimême expatrie a Londres, je mettrais mes enfants dans une école anglaises et ils seront instruis en Anglais, et je leur apprendrais le Français moi même afin qu’ils puissent l’utiliser comme deuxième langue pour les vacances



    CEE 17/01/2013 - 21h13
    votre approche est séduisante, ms les enfants grandissant il faut savoir qu'il sera alors très difficile de les réintégrer ds le système scolaire français. J ai moi même 3 enfants et amené à vivre dans 3 pays Finland, UK, US....(heureusement avec des intermèdes en FR) et j ai vu combien il est diffile voire impossible d'enseigner en à ses propres enfants Francais ET maths (aussi nécessaire.). Difficile apres de trouver une ecole qui les accueillera et comprendra leurs lacunes ss les stimagiser



    Yves M 17/01/2013 - 21h06
    Comme suggéré en fin d'article, le terme "expatrié" recouvre des situations très différentes. Il y a celle des personnes détachées par leur entreprise pour une durée déterminée, celle des couples bi-nationaux définitivement installés dans le pays (ils choisissent d'ailleurs souvent le système scolaire local à moins qu'ils n'aient la chance d'avoir une école bilingue), etc,etc.



    Pierrick Moreaux 17/01/2013 - 20h01
    @Un prof: j'ai ete scolarise en Belgique, en France et en GB, croyez moi j'ai pu comparer>> tout sauf l'education national francaise



    Un prof 17/01/2013 - 19h31
    les pauvres !



    laurent 17/01/2013 - 17h58
    Enfin un article bien documenté sur le sujet! je m'étonne que pendant 5 ans sous Sarkozy, ce fut, dans la presse, y compris Le Monde, l'omerta sur le sujet!
    répondre
     
  3. xiao bai

    xiao bai Dieu

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    1 550
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +284 / -1
    Bon article et merci pour les commentaires.
    Ca a l'air d'etre un bon coup de balai dans ce systeme sans vouloir stygmatise les expat', c'est pas mal, pour une fois.
     
  4. FabChine

    FabChine Dieu Supérieur

    Inscrit:
    8 Février 2012
    Messages:
    1 863
    Localité:
    Jingan, Shanghai
    Ratings:
    +808 / -4
    Sujet intéressant.
    Je croyais que seules les familles à revenus modestes pouvaient avoir droit à un financement pour l'école.

    Habitant à Shanghai, bientôt papa, et avec un job qui me rapporte un salaire équivalent à un salaire dans la moyenne en France, je me suis toujours demandé comment je pourrais un jour payer l'école francaise (entre 10k et 15k € à Shanghai...). Pour un enfant ça pouvait aller, en me ruinant un peu, mais 2 enfants? inconcevable...

    Cet article a le don de me rassurer, j'imagine que j'aurai droit au financement? :redface: N'étant pas dans la partie haute des salaires...
    edit: réponse à ma question sur cette page http://www.consulfrance-shanghai.org/Bourses-scolaires,19930.html

    En même temps sur le point de vue de la morale, je suis résident fiscal chinois, je ne paye pas mes impôts en France... est-ce normal dans ces conditions de demander une aide financière à l'état français? :/
     
    #4 FabChine, 18 Janvier 2013
    Dernière édition: 18 Janvier 2013
  5. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 954
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 156 / -35
    Je viens de me rendre compte que le lien de l'article sur l'augmentation des frais de scolarité, n'est accessible que par les abonnés.

    Je vous le mets en bonus ...


    ------

    Les frais de scolarité des lycées à l'étranger ont augmenté de plus de 23 % en quatre ans

    édition abonnéLE MONDE | 17.01.2013

    [​IMG]

    La prise en charge (PEC) des frais de scolarité des lycéens scolarisés dans les lycées français de l'étranger n'aura duré que le temps du quinquennat Sarkozy, et n'aura financé que les seules inscriptions dans les classes de lycée. La loi de finances rectificative au budget 2012 a gelé cette PEC.

    Entre 2008, date à laquelle elle ne concernait que les lycéens de terminale, et 2011, où tous étaient pris en charge, cette facture a été multipliée par neuf, en dépit du gel des remboursements au niveau des coûts de 2008.

    En 2011, elle a coûté 33,7 millions pour aider 7 300 familles, alors que 115 000 enfants sont scolarisés dans le système français.

    Etendue à tous, de la classe de CP à la terminale, elle aurait coûté près de 700 millions d'euros au contribuable.

    4 000 EUROS EN MOYENNE

    La mesure a déstabilisé le paysage : les établissements français de l'étranger ont augmenté leurs frais de scolarité de 23 % à 26 % depuis 2007, a relevé le sénateur (UMP) Adrien Gouteyron dans une enquête parlementaire en 2011. Et, depuis son rapport, les dépenses ont encore flambé.

    En 2007, la moyenne des frais de scolarité dans les écoles françaises de l'étranger était de 2 700 euros. Elle dépasse les 4 000 euros aujourd'hui.

    Le record est détenu par l'Ecole internationale des Nations unies et ses 20 847 euros annuels de frais de scolarité. La moins chère est le lycée Clairefontaine à Madagascar, à 474 euros l'année.

    Les entreprises ont elles aussi largement profité de l'instauration de la PEC. Elles ont même été les grandes bénéficiaires de la mesure mise en place, puisqu'elles ont laissé à l'Etat la prise en charge des frais de scolarité qu'elles assuraient souvent elles-mêmes pour expatrier leurs salariés dans de bonnes conditions.
     
  6. helios99

    helios99 Dieu Supérieur

    Inscrit:
    13 Juillet 2009
    Messages:
    2 094
    Localité:
    Shanghagha
    Ratings:
    +529 / -2
    Pour l'instant! :)
     
  7. Zhu Li An

    Zhu Li An Ange

    Inscrit:
    9 Mai 2007
    Messages:
    1 302
    Localité:
    洛里昂
    Ratings:
    +22 / -0
    anim_verysurprisedça revient à cher de faire des gamins!!! à ce tarif là je préfère acheter des actions Durex, cela me semble un meilleur investissement!
     
  8. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 954
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 156 / -35
    Et puis une chose qui doit être sûr ... Dans les contrats d'expats pour la société du même nom, il y a une clause stipulant que la société ne prend pas en charge les frais de scolarité des gamins ... :siffle:
     
  9. Zhu Li An

    Zhu Li An Ange

    Inscrit:
    9 Mai 2007
    Messages:
    1 302
    Localité:
    洛里昂
    Ratings:
    +22 / -0
    Du moment qu'une autre close stipule qu'une prime est versée pour chaque essai de nouveaux prototypes, ça me parait un bon deal:chinois:
     
  10. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 954
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 156 / -35
    Sachant que le coût annuel moyen d'une scolarisation d'un enfant à l'étranger est de 4000 Euros, cela laisse une marge de négociation de cette prime entre 1 et 3999 Euros ...

    Par contre, faut la bétonner en cas de défection du dit prototype ... Car sinon, cela va faire double effet kiss cool pour la société ...
     
  11. Cyril.G

    Cyril.G Dieu Supérieur

    Inscrit:
    17 Juin 2009
    Messages:
    2 016
    Localité:
    Shanghai, Pudong
    Ratings:
    +395 / -3
    Merci pour l'article, ça laisse réfléchir...
     
  12. silg

    silg Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    Il est vrai que, quand on émigre dans un pays étranger, il faut assumer les avantages et les inconvénients. A la limite, l'aide a la scolarité permet aux enfants de ne pas perdre leurs attaches culturelles avec la France, ce qui doit aider indirectement le pays.

    Par contre, il est inadmissible que des retraites puissent s'expatrier pour échapper a l’impôt et soient a nouveau pris en charge par la sécurité sociale quand ils reviennent (ce qu'ils font invariablement quand ils tombent malade), cela revient a les soigner gratuitement, et coute bien plus que 33 millions d'euros.
     
  13. elmanouch

    elmanouch Demi-dieu

    Inscrit:
    9 Avril 2008
    Messages:
    992
    Localité:
    Shanghai - Jing An
    Ratings:
    +274 / -2
    Mouais... 120K aux US ca veut dire quoi???
    Par ce que 120K USD => 90KE et si on enlève les 40% de cotisation retraite / sécu / mutuelle, on tombe sur du 50KE brut. Pas de quoi prétendre avoir un salaire de fou justifiant de devoir débourser plusieurs dizaines de KE pour la scolarisation des gamins.
    Bon après dans un pays comme les US, pourquoi ne pas scolarisé des gamins en école américaine... bah quand on voit le niveau des collèges / lycées làbas ça fait peur (je parle pas des facs qui sont d'un bon niveau).
    Bref, encore une mesure qui doit être bien réfléchie, car pas sûr que tous les français de l'étranger soient à mettre dans le même panier: contrat expat tout payé / contrat local / double national ... c po pareil et ca gagne po pareil... on peut aussi être les 3 à la fois (franco chinois en contrat chinois expat en Thailande par ex).
     
  14. jabysz

    jabysz Membre Platinum

    Inscrit:
    28 Octobre 2007
    Messages:
    656
    Ratings:
    +38 / -0
    vu les prix, on va finir par creer nos propre structure privees en francais.. business juteux..
     
  15. FabChine

    FabChine Dieu Supérieur

    Inscrit:
    8 Février 2012
    Messages:
    1 863
    Localité:
    Jingan, Shanghai
    Ratings:
    +808 / -4
    pas sûr qu'une école orientée très business/profit obtienne l'homologation
    et une école non homologuée ne peut pas faire l'objet de financement boursier rtfm

    mais sinon oui je pense que il y a un vrai business en chine sur les écoles, les autres écoles internationales sont largement plus chères et pourtant elles sont populaires! les riches chinois y mettent leurs enfant les yeux fermés...
     

Partager cette page