1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Fortes inquiétudes sur l'industrie française

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par lafoy-china, 20 Septembre 2012.

  1. lafoy-china

    lafoy-china Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe

    Inscrit:
    8 Mars 2009
    Messages:
    9 184
    Localité:
    Hong-Kong - Dongguan - Beijing
    Ratings:
    +5 021 / -64
    L'indice des directeurs d'achat manufacturier PMI-Markit est au plus bas depuis avril 2009, présageant une plongée de l'économie en récession au troisième trimestre. COE-Rexecode prévoit la stagnation du PIB sur 2012.

    La situation de l'industrie manufacturière française prend une tournure dramatique. L'indice PMI des directeurs d'achat manufacturier français, établi par l'agence Markit, a chuté à 42,6 points en septembre (contre 46 points en août), atteignant son plus bas niveau depuis 41 mois. Un indice sous le niveau des 50 signale une contraction de l'activité. L'Allemagne connaît elle aussi une contraction de son indice, qui s'est établi à 47,3 points, mais à un niveau beaucoup plus élevé. «Les fabricants français indiquent une baisse particulièrement forte de la production, le taux de contraction affichant son plus haut niveau depuis avril 2009, et étant nettement supérieur en août», expliquent les analystes de Markit, qui ajoutent que «les prestataires de service signalent quant à eux le plus fort recul de l'activité depuis 4 mois».

    Dans le détail, les entreprises manufacturières font part d'une diminution des nouveaux contrats pour le 7e mois consécutif, le taux de repli étant désormais au plus haut depuis presque trois ans et demi. Une tendance «qui résulte de la faiblesse de la demande et du climat d'incertitude actuel incitant les clients à la prudence», selon les industriels interrogés par Markit.

    Principale conséquence de cet effondrement de l'appareil industriel, les entreprises continuent de réduire leurs effectifs en septembre: «Le taux de contraction de l'emploi est au plus haut depuis 34 mois, les suppressions de postes s'accélérant tant dans l'industrie manufacturière que dans le secteur des services au cours de la dernière période d'enquête.» Ultime mauvaise nouvelle: pour la première fois depuis février 2009, les prestataires de services se disent pessimistes quant à leur perspective d'activité à 12 mois.

    Pour Jack Kennedy, économiste chez Markit, «la faiblesse des dernières données PMI semble annoncer une contraction du PIB français au troisième trimestre 2012».
    Et ce n'est pas fini… Les prévisions des économistes laissent penser que la France est loin d'être tirée d'affaire. La dernière étude en date, celle de COE-Rexecode, publiée ce matin, anticipe une stagnation du PIB cette année et une toute petite reprise, de 0,2%, en 2013 -assez loin du 0,8% que le gouvernement va inscrire dans le projet de loi de finances. «Vu la situation de la zone euro, on ne voit pas ce qui pourrait faire repartir la croissance», souligne le président de l'institut de conjoncture, Michel Didier.

    Aujourd'hui, les prévisions d'investissements, les taux de marge des entreprises se dégradent, et la consommation des ménages baisse. Dans ce contexte, COE-Rexecode anticipe deux années consécutives de baisse du pouvoir d'achat et «une contraction continue» de l'emploi salarié, pour atteindre un chômage de 10,5% de la population à la fin de l'année prochaine.

    L'Institut prône néanmoins la poursuite de la réduction du déficit, afin de le ramener à 3% du PIB fin 2013 -une pente que certains économistes commencent à trouver trop raide dans un contexte de stagnation de la croissance-, parce qu'il est important «d'assurer la soutenabilité de la dette à moyen terme». Il met néanmoins en garde contre une trop forte hausse des prélèvements obligatoires, qui continuerait à creuser encore un peu l'écart dans ce domaine entre la France et l'Allemagne, mais aussi contre «la concentration et l'accumulation des prélèvements sur le capital, qui éloignerait tout espoir de reprise de l'investissement». Le salut de l'Hexagone passe par «des mesures fortes et rapides de compétitivité» (innovation, travail et coût) pour compenser l'effet négatif de la réduction de déficit public, plaide une nouvelle fois COE-Rexecode.

    Source :http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/09/20/20002-20120920ARTFIG00473-l-industrie-f
     
    #1 lafoy-china, 20 Septembre 2012
    Dernière édition: 20 Septembre 2012

Partager cette page