1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Etre microbrasseur, ce n’est pas de la petite bière

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 28 Juin 2015.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 946
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    LE MONDE du 26 juin 2015

    Coreff. Traduisez « cervoise » en breton. Avec sa tête de cheval sur l’étiquette, cette marque de bière a valeur de symbole. Pour ses 30 ans, cette brasserie installée à Carhaix, au cœur du Finistère, fait figure d’emblème d’un mouvement dont l’ampleur est toute récente. L’émergence des microbrasseries. On en dénombre aujourd’hui près de 700 sur le territoire français. Dont une centaine apparues en 2014. Nombre d’entre elles ouvriront leurs portes, les 26, 27, 28 juin, à l’occasion de « La Moisson des brasseurs », une opération de promotion de la bière organisée par la profession.

    Remontons le temps. Nous sommes en 1985. « Alan Stivell et d’autres chanteurs avaient fait redécouvrir la culture bretonne en France. Cela avait déclenché un sursaut de fierté des Bretons et un renouveau des fest-noz dans les villages », raconte Matthieu Breton, actuel patron de Coreff. C’est dans cette ambiance de retour aux sources qu’est née Coreff, d’abord brassée à Morlaix. Cafetiers comme associations festives ont joué le jeu. La bière « made in breizh » a commencé à couler dans les verres à l’effigie de la tête de cheval. Les fondateurs de cette microbrasserie, Christian Blanchard et Jean-François Malgorn, avaient puisé l’idée au Pays de Galle. C’est là qu’ils avaient découvert ce concept de bière artisanale, très typée, alors que, en France, le client se contentait souvent de demander « un demi » au patron.

    Une démarche commune à de nombreux projets. Dominique Sialelli a eu l’idée, en 1992, avec sa femme Armelle, de s’installer en Corse, d’où il était originaire, pour créer une bière locale, la Pietra, après de nombreux voyages à l’étranger. Un projet lié à une volonté de changer de vie. Au départ : une feuille blanche. A l’arrivée : la création d’une bière à la châtaigne. Du jamais-vu sur l’île de Beauté. Mais l’idée séduit les insulaires et surtout les touristes. « C’était le début de la mondialisation et, paradoxalement, cela donnait de l’attrait aux produits régionaux », explique M. Sialelli.

    http://pan.baidu.com/s/1o6IGYca
     
    • J'aime J'aime x 1
  2. remi/huanhuan

    remi/huanhuan Demi-dieu

    Inscrit:
    5 Juillet 2012
    Messages:
    804
    Localité:
    Pyrénées
    Ratings:
    +827 / -5
    Bonjour,

    Les produits régionaux, normalement ça doit être en rapport avec l'histoire la région, sinon c'est juste du marketing et ça donne des machins bizarres.
    Exemple: http://www.brasseriedoc.com/francais/brasserie_doc-cola.html , du coca avec un symbole local pour mieux le vendre....

    Je comprends pas trop l'idée de faire de la bière au sud de la France, comme en Corse. Ca serait plus intelligent de vendre de la jacqueline ou de la sangria express en bouteille, ca éliminerait le surplus de production de vin et on fait très bien la fête avec ça.

    Rémi
     

Partager cette page