1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

Être expat dans un pays en voie de développement (fut une expérience horrible)

Discussion dans 'Bistrot Chine du "Lotus Bleu"' créé par Orang Malang, 1 Juillet 2015.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 932
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 137 / -35
    http://www.vice.com/fr/read/etre-expatrie-dans-un-pays-en-voie-de-developpement-912

    Je suis passé par ce que l'on appelle une grande école dans le domaine des relations internationales. À la sortie de ce type d'établissement, tout étudiant souhaitant travailler à l'étranger vise le Graal du VIA ou VIE : le Volontariat International en Administration ou en Entreprise. C'est censé être à la fois l'accomplissement de la fin de nos études et le début d'une brillante carrière toute tracée.

    J'ai obtenu un VI au sein d'une institution française à l'étranger dans un pays en développement d'Afrique. C'est là que j'ai découvert les affres de l'immobilisme administratif, l'absence de travail et le statut abusif d'expatrié.

    Le premier jour, on me présente mon bureau. Il est situé à 8 km de la direction. Je suis seul dans un bâtiment. Ils n'ont pas de place pour moi au siège. Dans cette pièce, j'ai au moins la climatisation. Ce sera mon tombeau – mais je ne le sais pas encore. Le téléphone fonctionne aléatoirement et Internet tourne lentement. Mon poste est situé juste à côté des services techniques. Au fur et à mesure de nos rencontres, ces mecs deviendront mes potes. J'ai toujours aimé la mécanique.

    Dès le début, je suis motivé. Je m'habille en chaussures de ville, chemise et veste, même sous 40 °C, ce qui est courant ici. Je reste le soir jusqu'à 20 h 30. Je fais du benchmarking (un mot anglais pour dire « comparatif ») sur les pratiques de communication des institutions ayant le même profil. J'analyse notre positionnement. J'étudie le gap entre notre identité et notre image. Je définis nos cibles. Je calibre notre message. Plusieurs documents stratégiques sortent de mon esprit en ébullition : plan de communication à 360, stratégie digitale, stratégie print, stratégie événementielle, stratégie RP. Le parfait kit du bleu fraîchement diplômé.

    Je rencontre mon supérieur. C'est un coq en pâte, un Aldo Maccione à la française. Cheveux blancs dans le vent, costard et belles chemises, beau parleur et des yeux qui fixent son interlocuteur. Il est à deux ans de la retraite. Ce point est essentiel. Je ne le sais pas encore. À deux ans de la retraite, généralement, tu y vas tout doux.

    Il y a un autre problème dans mon analyse. Un très gros problème. Mais, on ne l'apprend pas à l'école. Les supérieurs hiérarchiques haïssent l'innovation, sont contre l'idée même d'audace. Ils flippent leur race. Ici, il est surtout question de « minimiser » le moindre risque. Une fois ces nouveaux éléments en tête, mon quotidien va peu à peu sombrer dans un état végétatif.

    http://pan.baidu.com/s/1ntvcAvR
     
    • J'aime J'aime x 4
  2. HeShu

    HeShu Ange

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    834
    Localité:
    上海浦东新区
    Ratings:
    +501 / -7
    Bof, tout le monde sait ca depuis longtemps qu'être expat ce n'est plus la panacée et que seulement dans des cas très précis c'est la solution au bonheur. Ce qui serait bien plus intéressant c'est un cas d'immigration détaillé vers un pays du tiers monde avec la reconnaissance du terme "immigré" par la personne en provenance d'un pays "riche" et non expat.
    Cette simple distinction est pour moi le signe que la personne passe de "je suis un expat, profitons de la vie locale" à "je suis un immigré, à moi de me fondre dans la masse" et cela fait toute la différence. Dans le cas de la Chine, opter pour la seconde vision en forçant sur l'intégration aux mœurs, à la culture (même les soaps télé), fait la différence alors que celui qui souhaite rester proche de "sa culture" aura toujours du mal à s'intégrer (souhaite t-il déjà s'intégrer?) et sera d'une certaine manière refoulé par les locaux.
    Je crois sincèrement que l'assimilation culturel fonctionne dans tous les pays, plus ou moins facilement, mais c'est un long processus qui souvent ne permet d'assimiler que les générations suivantes (père immigré italien au USA => Fils américain avec culture italienne => Petit fils de culture mixte => ???) et qui nécessite un degré élevé d'abnégation de la part de l'immigré. Dans cet article, je doute fortement qu'avoir un 150m² avec bonne et vouloir jouer à "qui c'est qui a la plus grosse" permette vraiment de s'intégrer à la population locale... Tout est une question de volonté et si le jeune homme s'était habitué aux méthodes de sa hierarchie, sans doute que son expérience aurait été très différente.
     
  3. Buhao

    Buhao Dieu souverain

    Inscrit:
    18 Mars 2014
    Messages:
    3 926
    Localité:
    Ningbo - Shanghai
    Ratings:
    +1 643 / -40
    C'est bien son article !
    D'ailleurs j'en ai deja croise plein des francais qui se prenaient pour des kings a shanghai... je vous rassure je traine pas avec...
    Generalement on les retrouve a laisser des annonces de stage sans visa sur bjc....
    Apres le mec dans son histoire il a pas de bol.. il se fait chier... donc rien de nouveau... un verre de rouge et ca passe... il avait pas besoin des cachetons... enfin bref...
     
  4. remi/huanhuan

    remi/huanhuan Demi-dieu

    Inscrit:
    5 Juillet 2012
    Messages:
    804
    Localité:
    Pyrénées
    Ratings:
    +827 / -5
    Bonjour,

    Son expérience est particulière, et n'est pas significative:
    - Poste dans une institution française (i.e pour l'Etat ou assimilé): obligation de mettre une représentation partout même si il n'y a pas une charge suffisante + condition statutaire non négociable (fonction publique....). Ca serait intéressant de connaitre la différence de conditions de vie entre les gens envoyés par l'Etat et ceux du privé (même en Chine).
    - Basé en Afrique: pour des raisons de sécurité et/ou de possibilité locale, pas trop le choix, il faut vivre en vase clos (il n'y pas de solution intermédiaire comme en Chine)
    - En VIA: normalement ils sont là en supplément, pas pour gérer le projet. Moins vrai en VIE où ils prennent un vrai poste de plus en plus (en étant moins payé).

    Pour résumer, il a pas compris le poste quand il l'a pris: on utilise quelqu'un car il faut un nom pour faire de la présence, on va prendre un jeune en VIA pas trop chère et on lui file les conditions de vie "personnel d'ambassade" pour qu'il soit content. Son poste c'était "d'être là" pour de la représentation, pas d'avoir des idées;

    Si il veut vraiment être occupé et avoir des conditions juste bonnes, il peut partir pour un employeur privé.
    Boulot: il aura des objectifs clairs (l'usine doit démarrer à une date précise, un volume de vente doit être réalisé au bout de x temps sur place).
    Condition de vie: selon un budget prédéfini, et le moins possible pour ne pas peser sur le projet.
    Il aura ainsi la joie d'avoir un chef en France qui ne comprendra pas les réalités locales, des responsabilités et des problèmes pour faire vivre sa famille de manière acceptable (école, retour en France pour rencontrer ses collatéraux, retraites....).

    Rémi
     
    • J'aime J'aime x 1
  5. GuYong

    GuYong Alpha & Oméga

    Inscrit:
    26 Octobre 2009
    Messages:
    4 626
    Localité:
    ZheJiang
    Ratings:
    +2 896 / -16
    Donc le gaillard part bosser pour une institution publique, en representation, et s'attend a quoi? lol..
    "mais y m'ecoutent pas, j'ai pas de boulot, mes projets sont refuses".. blablabla... Et c'est qui qui a accepter de bosser pour ce type de travail et au sein de ce type de structure..?

    "Ce premier job a été le pire de ma courte vie. J'ai fini dans le cabinet de mon médecin en pleurs."

    He ben t'as pas fini de ramer mon gars...

    Perso, J'ai eu la meme experience en demarrrant pour un grand groupe publique francais (en fait le probleme est plus la (grosse structure publique frouze), que relatif a une quelconque expatriation/emmigration), et j'en fait pas des blogues geignards. Tu prends tes decisions, et ne travaille plus pour ce type de boite... Il y a le choix dans le vie...

    Tu ne peux pas t'orienter vers Michelin puis dire : " ouai.. c'est naze.. j'aime pas les pneux.."

    Ceci dit, merci pour l'article mais on a quand meme a faire a un blanc bec de premiere...
     
    • J'aime J'aime x 3
    #5 GuYong, 1 Juillet 2015
    Dernière édition: 1 Juillet 2015
  6. Zhima

    Zhima Membre Bronze

    Inscrit:
    18 Juin 2015
    Messages:
    131
    Localité:
    Tokyo
    Ratings:
    +57 / -0
    Je bosse dans la publicite, et j'ai un client qui est une branche d'un grand groupe francais ici au Japon.
    Son president etait un anglais qui a ete la pendant 2-3 ans (il a ete remplace par un francais depuis).

    Tu ne vois jamais le mec et tu ne sais pas a quoi il sert.
    Par contre, il te demande de creer un evenement ou il serrera des pinces et fera un discours (en anglais... au Japon devant des gars qui pigent que dalle),
    et faudra le filmer pour le faire remonter a la direction. Non non, son experience n'a rien de bizarre :)
     
  7. remi/huanhuan

    remi/huanhuan Demi-dieu

    Inscrit:
    5 Juillet 2012
    Messages:
    804
    Localité:
    Pyrénées
    Ratings:
    +827 / -5
    Bonjour,

    Ca vient peut-être du milieu technique dans lequel j'évolue. Le indicateurs sont clairs et on ne peut pas trop cacher es choses: ça marche ou pas.

    je ne connais pas assez le monde de la pub, marketing et communication .... Pour moi c'est des machins qu'on ne peut pas mesurer avec une entrée et une sortie (en nombre de pièces, kWh, euros, tonne de ferraille, nb d'hommes/jour....).

    Rémi
     
  8. Zhima

    Zhima Membre Bronze

    Inscrit:
    18 Juin 2015
    Messages:
    131
    Localité:
    Tokyo
    Ratings:
    +57 / -0
    Mon client n'est pas du tout dans le milieu de la pub, pour rester tres vague, il vend des produits a des consommateurs.
    Ca se mesure tres bien avec des entrees et des sorties. A mon avis, le mec signe les budgets, verifie les chiffres, et hop c'est fini :)
    Et il va manger aux repas de l'ambassadeur...
     
  9. bienjouemrwest

    bienjouemrwest Membre Actif

    Inscrit:
    4 Juin 2015
    Messages:
    90
    Ratings:
    +21 / -3
    Rien de nouveau sous le soleil....Il s'attendait à quoi ce jeunot en Afrique ?? Faut savoir dans quel pays on va vivre....Faut qu'il arrête de pleurer et qu'il passe à autre chose
     
  10. MTT

    MTT Demi-dieu

    Inscrit:
    17 Septembre 2008
    Messages:
    1 701
    Ratings:
    +150 / -1
    article peu interessant et avec tres peu de details ... on apprend pas grand chose du pays, et de toute manière si on aime être responsabilisé, gérer un budget et des objectifs, on travaille pour le privé, encore mieux, pour une petite structure privée, pas pour le mammouth...
     
    • J'aime J'aime x 1
  11. Yiyuan

    Yiyuan Dieu Supérieur

    Inscrit:
    16 Avril 2015
    Messages:
    2 451
    Ratings:
    +1 229 / -8
    il n'a pas compris la regle No 1 de l'administration: "ne dors pas la matin, tu ne sauras pas quoi faire l'apres-midi“ :grin::grin:
     
    • J'aime J'aime x 2
  12. phitheb

    phitheb Dieu souverain

    Inscrit:
    8 Décembre 2013
    Messages:
    4 486
    Ratings:
    +2 963 / -32
    En fait, les notions d'expats et d'immigré ne sont, en principe, pas tout à fait identiques.
    Si ça t'intéresse, il y a eu un thread BJC sur le sujet il y a quelques mois:
    https://www.bonjourchine.com/threads/expats-ou-immigres.125469/
     
    • J'aime J'aime x 1

Partager cette page