1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

En Chine, l’industrie de la contrefaçon scientifique

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 12 Mai 2015.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    LE MONDE du 12 mai 2015

    En 2005, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (Boston) ont créé un logiciel, SCIgen, capable d’écrire automatiquement des articles scientifiques, pour prouver que des publications sans signification pourraient être acceptées dans des conférences. En 2012, Cyril Labbé, chercheur en informatique à l’université Joseph-Fourier de Grenoble, après avoir testé avec succès un algorithme similaire, s’est mis en tête de créer un outil de détection des pastiches créés par SCIgen.

    Il a alors eu la surprise de dénicher chez Springer et IEEE, deux des plates-formes de publications scientifiques les plus reconnues, environ 120 documents des plus absurdes. « Une suite de mots issus du jargon, mais n’ayant aucun sens, respectant juste la langue anglaise et la forme », décrit M. Labbé, dont la trouvaille fit l’objet d’un article dans la revue Nature en février 2014. Ces travaux censés ne jamais être lus, mais intégrés comme si de rien n’était aux catalogues académiques en ligne, avaient une autre caractéristique : ils étaient tirés de prétendues conférences ayant eu lieu dans des villes chinoises et étaient signés d’auteurs chinois.

    Une nouvelle ombre au tableau de la grande puissance asiatique, où le problème de la fraude scientifique a été identifié de longue date. Les fausses conclusions de recherches, scandales de plagiat et autres affaires de corruption entre pairs chargés de passer en revue les travaux de leurs collègues sont monnaie courante. Dans un récent éditorial, la revue The Lancet s’inquiétait que ces fraudes ne viennent « menacer d’éclipser les réussites de la Chine ». Ses auteurs relevaient un nouveau phénomène en particulier. Entre le 26 et le 31 mars, BioMed Central, un important éditeur en ligne, a retiré quarante-deux travaux chinois ayant détourné le processus de revue par les pairs en ayant recours à des relecteurs fictifs. BioMed Central constatait qu’une agence tierce créait de manière systématique ces faux profils, suggérant l’émergence d’une petite industrie chinoise de la fraude.

    http://pan.baidu.com/s/1gd1XJvP
     
    • J'aime J'aime x 1
    • Informatif Informatif x 1
  2. elmanouch

    elmanouch Demi-dieu

    Inscrit:
    9 Avril 2008
    Messages:
    992
    Localité:
    Shanghai - Jing An
    Ratings:
    +274 / -2
    Trop forte l'UJF de Grenoble!
     
    • J'aime J'aime x 1
  3. FabChine

    FabChine Dieu Supérieur

    Inscrit:
    8 Février 2012
    Messages:
    1 863
    Localité:
    Jingan, Shanghai
    Ratings:
    +808 / -4
    cela explique pourquoi Pfedac a dû quitter précipitemment la Chine et aller s'exiler loin sur les plages de Rio...
     
  4. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 948
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 145 / -35
    On se rapproche, on déroule la pelote ....

    On va enfin connaître la vérité ....
     
  5. larquen

    larquen Dieu suprême

    Inscrit:
    12 Décembre 2007
    Messages:
    2 582
    Localité:
    Suzhou Wangtayuan
    Ratings:
    +1 105 / -4
    mon bon sens paysan m'oblige à demander pourquoi écrit-on des articles que personne ne lira ? A la limite, je comprendrais que ce soit le carnet de bord (ou journal intime) d'un scientifique. Mais pourquoi le publier ? pour se faire mousser ?
    Et donc si je comprends bien, on publie les articles sans les vérifier ??? C'est mieux sur Wikipedia :)
     
    • J'aime J'aime x 2
  6. phitheb

    phitheb Dieu souverain

    Inscrit:
    8 Décembre 2013
    Messages:
    4 486
    Ratings:
    +2 968 / -32
    Le fait que ces articles soient lus ou pas n'a pas d'importance ici, le but de ces "fraudeurs" est d'augmenter leur "nombre de publications" et leur "nombre de citations" (par d'autres auteurs), qui est souvent la manière dont la carrière d'un scientifique est évaluée aujourd'hui (bon, loin de moi de rejeter totalement l'évaluation par le nombre de publis, mais cela peut conduire à des excès).
     
    #6 phitheb, 12 Mai 2015
    Dernière édition: 12 Mai 2015
  7. Lyka

    Lyka Membre Platinum

    Inscrit:
    30 Juillet 2014
    Messages:
    718
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +510 / -5
    En Chine ils attachent énormément d'importance à ça. Par exemple, pour pouvoir terminer sa thèse il faut avoir publié au moins un article.

    Les Chinois ne jurent que par ça, il suffit de leur susurrer "Nature" ou bien "Science" et tout de suite leurs yeux commencent à pétiller. C'est d'autant plus important que la Chine veut montrer au monde qu'ils sont les meilleurs; en science le moyen le plus "irréfutable" c'est de publier dans des journaux internationaux. De plus les financements de projets dépendent très souvent des publi du meneur (en plus du guanxi...).
     
    • J'aime J'aime x 1
    • Informatif Informatif x 1
  8. phitheb

    phitheb Dieu souverain

    Inscrit:
    8 Décembre 2013
    Messages:
    4 486
    Ratings:
    +2 968 / -32
    Tu sais, le coup de la publi obligatoire, c'est une règle quasiment actée en France également. Dans mon domaine, elle s'applique depuis au moins 5 ans.
    Et quand je bossais à la Fac en Suède il y a 10 ans, la règle était de ... 3 publis acceptées avant de pouvoir soutenir une thèse.
     
    #8 phitheb, 12 Mai 2015
    Dernière édition: 12 Mai 2015
  9. Mog

    Mog Guest

    Ratings:
    +0 / -0
    Pour avoir travailler dans la robotique en compagnie de chercheurs je peu confirmer le fait que beaucoup de Labo publie un peu tout est n'importe quoi juste pour avoir une publication mais que au final c'est de la grosse branlette.

    La Chine semble t'il pousse le vice encore plus loin avec certain labo qui ne ce font même plus chier a écrire leur publication, c'est risible, en revanche cela de doit pas nous servir a décrédibiliser la recherche scientifique en Chine ou dans le monde en général, on a tous ( ou pas ) cet ami chercheur qui nous explique qu'il ce la touche au labo, mais il y en a qui ce casse vraiment le cul, surtout en Chine ou les énergies verte deviennent une priorité ( pas que pour le bien être des citoyen ).
     
    • J'aime J'aime x 1
  10. Lyka

    Lyka Membre Platinum

    Inscrit:
    30 Juillet 2014
    Messages:
    718
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +510 / -5
    C'est pas faux, mais en Chine la logique est un peu inversée: ce qui compte c'est de publier coûte que coûte, le contenu importe peu.

    En Europe, il y a aussi ce genre de critère, mais ça reste honnête je trouve. Ici, c'est une publi en temps que premier auteur dans un journal international. Quand tu vois le nombre de thésards...

    Bref je vais galérer :D
     
    • J'aime J'aime x 1
  11. Therugbygirl

    Therugbygirl Déesse

    Inscrit:
    27 Mai 2014
    Messages:
    2 012
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +2 900 / -4
    Un petit hommage au Biglotron de Pierre Dac

    Extrait:
    "Dernier-né de la technique expérimentale d'expression scientifique d'avant-garde, le Biglotron est un extraordinaire appareil de synthèse dont la conception révolutionnaire bouleverse de fond en comble toutes les lois communément admises, tant dans le domaine de la physique thermonucléaire que dans celui de la gynécologie dans l'espace.
    Entièrement réalisé en matière agnostique, autrement dit, pour éclairer le profane, en roubélure de plastronium salygovalent, il se présente sous la forme néo-classique d'un tripottsolipède rectangle, c'est-à-dire d'un ictère octopolygonal à incidence ipso-facto-verso-rectométrique"
     

    Fichiers attachés:

    • J'aime J'aime x 4
  12. Pfedac

    Pfedac Dieu Supérieur

    Inscrit:
    1 Mai 2013
    Messages:
    1 691
    Localité:
    Rio de Janeiro
    Ratings:
    +1 543 / -10
    En même temps, presque tous les articles franchement incomprehensibles et/ou inutiles que j'ai pu lire étaient chinois ( les indiens sont pas mal non plus d'ailleurs). Mais c'est un effet de nombre, ils publient beaucoup et ne sont pas encore au niveau pour la majorité d'entre eux et ont du mal à intégrer les connaissances des post-DOC étrangers (euphémisme). Donc ils ont beaucoup de publis pas "fausses" mais pas intéressantes.
     
    • J'aime J'aime x 1
  13. phitheb

    phitheb Dieu souverain

    Inscrit:
    8 Décembre 2013
    Messages:
    4 486
    Ratings:
    +2 968 / -32
    Allez, pour te consoler un peu:
    research.jpg
     
    • J'aime J'aime x 1
  14. Dui ni shuo de dui

    Dui ni shuo de dui Alpha & Oméga

    Inscrit:
    18 Septembre 2007
    Messages:
    5 667
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +6 327 / -18
    Est ce que quelqu'un parmi vous aurait des exemples de publications a nous montrer (bonnes, mauvaises ou standard)?

    Je me demande toujours comment on peut publier quelque chose de nouveau ou d'innovant a un tel rythme, sachant qu'apparemment n'importe quel etudiant en doctorat semble etre oblige d'en rediger. Si celles ci apportaient reellement quelque chose a la science a chaque fois, j'aurais tendance a croire que la recherche avancerait nettement plus vite...
     
    • J'aime J'aime x 1
  15. phitheb

    phitheb Dieu souverain

    Inscrit:
    8 Décembre 2013
    Messages:
    4 486
    Ratings:
    +2 968 / -32
    Tu sais, les progrès scientifiques sont, la plupart du temps, très incrémentiels. Chaque publication apporte en général une toute petite pierre à l'ouvrage. Il y a, je pense, très peu de publications "inutiles" ou "bidon", et il y a également très peu de publications "révolutionnaires". La réalité de la science est un peu entre les deux: de toutes petites avancées, dispersées dans moult publications. Le quotidien de la science relève plus de l'artisanat que de l'art.
     
    • J'aime J'aime x 1
  16. Lyka

    Lyka Membre Platinum

    Inscrit:
    30 Juillet 2014
    Messages:
    718
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +510 / -5
    Entièrement d'accord.

    À nuancer cependant: de bonnes publications vont amener à se poser de nouvelles questions. À l'inverse il y a un bon paquets de publications qui répondent à des questions dont l'intérêt est limité. Il y a souvent certaines publi qui augmentent la complexité d'un problème sans vraiment se demander si ça sert à quoi que ce soit.

    Genre en physique atomique, il y a pas mal de gens qui essayent de faire de la simulation quantique, c'est-à-dire créer un système, controllable en laboratoire pour simuler un autre système plus utile comme la matière condensée. Mais en général les intéressé dans l'autre domaine en ont un peu rien à cirer et n'y comprennent pas un iota. Donc c'est pas bidon, c'est intéressant, mais pas forcément pertinent.

    De plus ça prend un certain temps pour se rendre compte de publications intéressantes. Si tu regardes les prix Nobel par exemple, c'est souvent pour des travaux effectués 10 ou 20 ans avant. Si tu veux savoir si l'on innove encore, attends 10 ou 20 pour juger ;)
     
  17. Lyka

    Lyka Membre Platinum

    Inscrit:
    30 Juillet 2014
    Messages:
    718
    Localité:
    Shanghai
    Ratings:
    +510 / -5
    Aussi un point qu'il ne faut pas négliger avec la science, ce sont les développement techniques qui l'accompagnent. Très souvent dans les laboratoires ont a besoin d'équipement très pointus ou de matériel qui n'existent pas commercialement ; la solution est de les développer soi-même. Par conséquent il y a un certain nombre de start-up qui se créent à partir de développement fait dans les laboratoires.

    Typiquement en physique atomique, la plupart des companies qui vendent des lasers ont pu développer leurs technologies car c'est poussé par la recherche.

    Il n'y a qu'en Chine où les dirigeants croient qu'il suffit de poser des buts concrets pour qu'il y ait un développement linéaire de la recherche proportionnel au budget investi...
     
    • J'aime J'aime x 1

Partager cette page