1. Bienvenue sur Bonjourchine.com, le 1er forum francophone sur le travail, les études et le voyage en Chine.

    Pour poser une question ou répondre à une discussion déjà ouverte, inscrivez vous. C'est facile, rapide et gratuit !

    Cela vous permettra de sucroit de ne plus avoir de pub qui s'affiche à l'écran (0 pub pour les membres du forum!).
    Rejeter la notice

En Chine, le nouvel art de la censure

Discussion dans 'Informations Chine' créé par Orang Malang, 3 Juin 2016.

  1. Orang Malang

    Orang Malang Alpha & Oméga
    Membre de l'équipe Modérateur

    Inscrit:
    23 Octobre 2005
    Messages:
    15 970
    Localité:
    常熟,江苏
    Ratings:
    +8 171 / -35
    LE MONDE du 2 juin 2016

    C’est une période difficile pour les « technobéats », ceux qui promettaient la fin des dictatures grâce à l’avènement des nouvelles technologies. Twitter et Facebook, deux rejetons de la Silicon Valley, allaient permettre, expliquaient-ils, de faire tomber les dernières chaînes des totalitarismes. Les régimes communistes qui avaient survécu à la chute du mur de Berlin, à commencer par la Chine, ne pourraient que succomber à la circulation sans frein de la parole et à la capacité de mobilisation offerte par les réseaux sociaux. Les « printemps arabes » en 2011 n’étaient-ils pas la démonstration irréfutable de la véracité de leurs propos ? Cinq ans après, leur optimisme se révèle très discutable. La Chine apporte désormais la preuve qu’un régime autoritaire peut non seulement contrôler les réseaux sociaux, mais aussi les intégrer dans sa politique de propagande.

    « Je préfère ne plus parler de censure en Chine, mais de gouvernance de l’Internet », a expliqué le journaliste et blogueur Michael Anti, l’un des meilleurs spécialistes du monde numérique chinois, le 17 mai, lors de la conférence « La Chine à la croisée des chemins », organisée par l’European Council on Foreign Relations et par la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne. Selon lui, la deuxième puissance économique mondiale est entrée dans une nouvelle ère. Certes, la méfiance est toujours de mise : la « Grande Muraille électronique » est toujours là, obligeant les internautes à utiliser des réseaux privés virtuels pour consulter les sites étrangers bloqués dans le pays. Mais, fait nouveau, le régime promeut l’innovation numérique.

    http://pan.baidu.com/s/1jIfdWqE
     
    • Informatif Informatif x 1

Partager cette page