Economie mondiale " corona virus consequences " ...

  • Auteur de la discussion lafoy-china
  • Date de début
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 368
7 459
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Coronavirus: Freight capacity could become ‘biggest obstacle’ in March-April

A freight capacity crunch is likely this spring that could seriously hinder a return to normal international trade flows and now looks likely to disrupt global supply chains until April and potentially beyond, according to DHL.

In its latest update on the coronavirus outbreak in China, published yesterday, DHL’s Resilience 360 supply chain risk management platform warned: “While companies draw up contingency plans for production activities, supply continuation, and logistics services to cope with this complex and fast-changing situation, the crisis now looks (likely) to disrupt global supply chains until April and potentially beyond.

“While production-related challenges may be overcome in the coming weeks, limited inbound and outbound freight capacity could become the biggest obstacle in the months of March and April for supply chains to normalize. Chinese media organizations have put forward March 1 as the date when production schedules could return to near-normal operations; however, this will largely depend on when the outbreak will peak.”
Focusing on the squeeze in ocean freight capacity, the report said that according toSea-Intelligence Maritime Consulting, about 82 transpacific sailings have been canceled into March, taking out around 198,500 TEU from the market, while carriers have blanked around 54 sailings in total for trade between Asia and Europe.

The report also noted that according to some shippers, a delay of three to four weeks for containers to arrive at European destinations can be expected.
The Resilience 360 report went on to highlight that limited air and rail cargo capacity would lead to an increase in prices, noting: “Similarly (to ocean freight), the large number of cancellations of both passenger and freighter flights combined with factory and logistics operations restarting in the coming weeks are expected to cause an air freight capacity shortage that could last until April.

“In total, more than 25,000 flights have been cancelled per week so far, reducing air freight capacity by approximately 50%. In addition, Emirates Airlines has reportedly canceled freighters from Guangzhou to Dubai until 27 March, while Etihad has canceled freighters from Shanghai to Mumbai and Chennai until 30 March.

The expected capacity crunch could lead to an increase of air freight rates by 300-400%, according to media reports, it added.
“With limited air freight capacity, outbound cargo trains from China to Europe have received increased attention. While this option is, generally, twice as fast as ocean shipping, capacity challenges also affected this mode of transport due to multiple cancellations of scheduled trains and priority being given to containers remaining from the pre-Lunar New Year period.
“In addition, the difficulty of trucking cargo across provinces to large railway stations such as Chengdu, Xi’an, and Zhengzhou could lead to schedule adjustments, reducing visibility on potential arrival times in European destinations, including Hamburg, Duisburg and Tilburg.”
Summing up, Resilience 360 said: “While it remains difficult to foresee how the outbreak will continue to unfold, especially when it may peak, authorities have indicated that drastic measures to curb the outbreak should be avoided as much as possible due to their significant economic impacts.
“Reports suggested that operations in manufacturing and logistics within China could reach some form of normalcy sometime around 1 March, with logistics capacity and rates for shipments from and to China unlikely to return to normal before April. Given the fluidity of the situation and the vast operational and financial implications across multiple industries, it may take several months to assess how the event will have impacted an organization’s bottom line.”

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 368
7 459
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Le coronavirus perturbe les chaînes de fabrication de la planète

Extrait article payant : Deuxième économie de la planète avec plus de 16 % du PIB mondial, la Chine est évidemment incontournable dans les chaînes de production. Près de 51.000 entreprises étrangères, essentiellement des sociétés nord-américaines, ont un fournisseur direct en Chine dans les régions les plus affectées par le coronavirus, affirme Dun & Bradstreet, spécialiste des données d’entreprises, qui s’est penché sur les 19 provinces qui comportaient le 5 février au moins 100 cas confirmés de virus. Plus de 5 millions de sociétés du monde entier ont au moins un fournisseur de second rang, qui approvisionne l’un de leurs prestataires, dans ces régions. «Ces entreprises ne peuvent pas fonctionner normalement aujourd’hui», précise Thierry Millon, du cabinet Altares, le partenaire français de Dun & Bradstreet.

 
Silouane

Silouane

Dieu souverain
14 Jan 2015
1 242
553
143
上海
WARNING
Communiqué d'Apple.
Le coronavirus va affecter la production et les résultats financiers.
Apple est doublement touché.
D'une part, la reprise de la production par ses sous-traitants est plus lente que prévue.
D'autre part, ses ventes sont en baisse avec la réouverture limitée de ses Apple Store, 5 sur 42, avec des horaires limités.



CE COMMUNIQUÉ...
...met en lumière plusieurs éléments :
- la dépendance à la Chine de nombreux groupes internationaux pour leur production,
- la dépendance directe de grands groupes à la consommation et à la croissance chinoise,
- l'impact réel que le coronavirus va avoir sur l'économie réelle.
Mais les investisseurs vont balayer cela d'un revers de main en misant sur une relance puissante par le gouvernement chinois et en s'appuyant sur la TINA rule ("There is no alternative" aux actions en période de taux bas).

LE JAPON EN RÉCESSION ?
La croissance japonaise s'est effondrée en fin d'année.
-6.3% en base annualisée sur le dernier trimestre de l'année.
Les anticipations les plus pessimistes étaient de -3.7%.
Et le premier trimestre devrait être négatif aussi.
Deux trimestres de croissance négative et c'est donc, techniquement, une récession.
En cause : la hausse de la TVA et le coronavirus qui a touché l'approvisionnement des entreprises japonaises, mais également le tourisme.

POURQUOI IL FAUT SUIVRE LE JAPON DE PRÈS
Le Japon est un laboratoire.
En matière de démographie avec la baisse de sa population au rythme de 500 000 personnes par an, et son vieillissement, du fait de l'effondrement des naissances et de l'allongement de l'espérance de vie.
En matière de taux, car cela va faire bientôt 30 ans que le Japon pratique les taux nuls.
En matière de relance, car le Japon a, en trente ans, lancé un nombre élevé de programmes de relances budgétaires.
En matière de dette, une des plus élevées au monde en % du PIB, du fait notamment des plans de relance multiples.
Et, malgré cela, la croissance n'a jamais vraiment rebondi.
Or le monde se nipponise, en particulier l'Europe, et le Japon nous sert de test.
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 368
7 459
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Allemagne : Le moral des investisseurs en forte baisse, rapporte le ZEW

BERLIN (Reuters) - Le sentiment des investisseurs en Allemagne s'est dégradé bien plus qu'attendu depuis le début du mois de février en raison des craintes de voir l'épidémie de coronavirus en Chine freiner le commerce mondial, montre mardi l'enquête mensuelle de l'institut d'études économiques ZEW.

Communique :
Son indice du sentiment économique est tombé à 8,7 après 26,7 en janvier alors que le consensus Reuters tablait sur un recul plus limité, à 21,5.
Un indice distinct mesurant l'évolution du jugement des investisseurs sur la situation économique actuelle a reculé à -15,7 après -9,5 en janvier et -10,3 attendu.
"Les prévisions concernant l'évolution des secteurs de l'économie dépendants des exportations ont subi une baisse particulièrement forte", a déclaré Achim Wambach, président du ZEW.

 
Liseum

Liseum

Membre Bronze
05 Mai 2019
59
52
25
Editorial publié aujourd'hui. On y apprend qu'il ne fait pas bon à s'appeler Zu Zhxxxxxx :confused:
 
Silouane

Silouane

Dieu souverain
14 Jan 2015
1 242
553
143
上海
La finance n’a pas encore intégré le coronavirus à ses algorithmes
PAR MARTINE ORANGE
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 19 FÉVRIER 2020
Pour le monde financier, l’épidémie de coronavirus qui sévit en Chine depuis un mois existe à peine. Une vraie crise de l’économie réelle chemine pourtant au travers des réseaux d’une économie mondialisée, totalement interconnectée.
 

Fichiers joints

lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 368
7 459
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Hong Kong : Cathay Pacific et l’aéroport à la peine en janvier

Le mois de janvier 2020, marqué par des manifestations et le développement de l’épidémie du nouveau coronavirus Covid-19, a vu le trafic à l’aéroport de Hong Kong reculer de 11,7%, tandis que celui de la compagnie aérienne Cathay Pacific perdait 3,8%. Et ce sera pire en février.

Extrait :
L’aéroport international de Hong Kong-Chek Lap Kok a accueilli 5,7 millions de passagers et 33.210 mouvements d’avions le mois dernier, en baisse respectivement de 11,7% et 9,1% par rapport à janvier 2019. Le transport de fret a chuté de 10,4% à 359.000 tonnes. Le trafic de passagers à destination / en provenance de la Chine continentale, de la Corée du Sud et de l’Asie du Sud-est est celui qui a enregistré les baisses les plus importantes en janvier. Le trafic des visiteurs est resté faible, affichant une baisse annuelle de 43% ; mais les résidents de Hong Kong ont amené une forte augmentation du trafic pendant les vacances du Nouvel An chinois, représentant une croissance mensuelle de 25%.

Le fret a reculé en raison de la fermeture d’usines et d’entreprises en Chine continentale pendant les vacances du Nouvel An chinois. La baisse du fret a été principalement attribuée aux baisses de 15% et 10% des importations et des transbordements, respectivement. Les exportations ont diminué de 9% par rapport au même mois l’an dernier.

Vivian Cheung, directrice exécutive, Opérations aéroportuaires de l’Autorité aéroportuaire de Hong Kong (AA), a déclaré dans un communiqué : « Le trafic de HKIA a été affecté par de nombreux facteurs, notamment l’épidémie de nouveau coronavirus fin janvier et les circonstances sociales. Nous prévoyons une baisse continue du trafic en février, les compagnies aériennes ayant suspendu leurs vols et les gouvernements de différents marchés ayant mis en place des restrictions à l’immigration et des mesures de quarantaine ». La dirigeante ajoute que l’AA a « intensifié les travaux de nettoyage et de désinfection dans le terminal et les installations pour passagers, et continue de travailler en étroite collaboration avec la Division de la santé portuaire du ministère de la Santé et nos partenaires commerciaux concernant les travaux de prévention des maladies à l’aéroport ».

 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 368
7 459
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
Coronavirus : les entreprises et secteurs les plus touchés reçus à Bercy ce vendredi

Le gouvernement, les syndicats patronaux et les acteurs des principales filières concernées tenteront «d'anticiper les difficultés à venir» en cas de propagation du virus.


Les conséquences se font déjà ressentir

Extrait choisi : Des conséquences se font déjà sentir pour de nombreuses entreprises françaises, qui sont présentes en Chine ou dont le pays est un maillon essentiel de la chaîne de production. Jeudi, le groupe d'équipements et services à l'énergie Schneider Electric a ainsi indiqué que son usine de Wuhan, épicentre du virus, n'avait pas redémarré, tandis que le groupe hôtelier Accor a souligné que 200 de ses hôtels en Chine et à Hong Kong avaient une activité à l'arrêt.

Les entreprises françaises en Chine s'attendent à une forte baisse de leur chiffre d'affaires. D'après une enquête de la Chambre de commerce française en Chine et de l'ambassade de France auprès de 466 dirigeants d'entreprise, 61% d'entre eux s'attendent à une baisse du chiffre d'affaires pouvant aller jusqu'à 50% au premier semestre. Les entreprises de services sont plus pessimistes que celles qui sont actives dans l'industrie: 18% d'entre elles s'attendent à une baisse de 80% du c.a. contre seulement 9,5% pour les entrepreneurs industriels. Les mesures radicales prises par la deuxième économie mondiale pour combattre le virus ont désorganisé le pays et entraîné une forte chute de la consommation, beaucoup d'habitants choisissant de rester à la maison afin d'éviter tout risque de contagion.

 
bernard22

bernard22

Membre Gold
22 Jan 2013
147
9
58
Acco
Coronavirus : les entreprises et secteurs les plus touchés reçus à Bercy ce vendredi

Le gouvernement, les syndicats patronaux et les acteurs des principales filières concernées tenteront «d'anticiper les difficultés à venir» en cas de propagation du virus.

Les conséquences se font déjà ressentir

Extrait choisi : Des conséquences se font déjà sentir pour de nombreuses entreprises françaises, qui sont présentes en Chine ou dont le pays est un maillon essentiel de la chaîne de production. Jeudi, le groupe d'équipements et services à l'énergie Schneider Electric a ainsi indiqué que son usine de Wuhan, épicentre du virus, n'avait pas redémarré, tandis que le groupe hôtelier Accor a souligné que 200 de ses hôtels en Chine et à Hong Kong avaient une activité à l'arrêt.

Les entreprises françaises en Chine s'attendent à une forte baisse de leur chiffre d'affaires. D'après une enquête de la Chambre de commerce française en Chine et de l'ambassade de France auprès de 466 dirigeants d'entreprise, 61% d'entre eux s'attendent à une baisse du chiffre d'affaires pouvant aller jusqu'à 50% au premier semestre. Les entreprises de services sont plus pessimistes que celles qui sont actives dans l'industrie: 18% d'entre elles s'attendent à une baisse de 80% du c.a. contre seulement 9,5% pour les entrepreneurs industriels. Les mesures radicales prises par la deuxième économie mondiale pour combattre le virus ont désorganisé le pays et entraîné une forte chute de la consommation, beaucoup d'habitants choisissant de rester à la maison afin d'éviter tout risque de contagion.

Il fallait s y attendre. A voir ce qui se passera apres la fin du virus. Pas sur que le service remonte rapidement.(en chine)
 
bernard22

bernard22

Membre Gold
22 Jan 2013
147
9
58
La Chine, Hongkong et Macao ne représentent toutefois que 3% du chiffre d’affaires global d'Accor, a relativisé le directeur général adjoint en conférence de presse.

Le français Accor, sixième groupe hôtelier mondial, a annoncé jeudi que 200 de ses hôtels en Chine et à Hong Kong avaient une activité à l'arrêt en raison de l'épidémie de coronavirus, qui n'a toutefois qu'un impact marginal sur ses revenus à ce stade. «Nous n'avons pratiquement plus d'activité dans nos hôtels en Chine», a indiqué à la presse son directeur général adjoint, Jean-Jacques Morin, en présentant les résultats du groupe en 2019 lors d'une conférence téléphonique.

» LIRE AUSSI - Accor se rebaptise All pour séduire et fidéliser le grand public

La Chine continentale, Hong Kong et Macao ne représentent toutefois que 3% du chiffre d'affaires global d'Accor, a-t-il relativisé. Et l'épidémie n'a causé «à ce jour que 5 millions d'euros d'absence de redevances» pour le groupe - qui encaisse les revenus des établissements mais n'en possède pas les murs la plupart du temps -, a déclaré le PDG Sébastien Bazin jeudi matin sur BFMTV. «Ce n'est pas grand-chose pour l'instant», a-t-il dit. Ainsi, 200 hôtels sur un total de 370 dans la zone sont «fermés à la réservation»: une «soixantaine» garde effectivement portes closes, a indiqué Sébastien Bazin, et les autres «n'ont quasiment plus de clients, mais le gouvernement chinois n'a pas encore validé leur fermeture officiellement», a précisé à l'AFP une porte-parole.



«Une grande partie des hôtels fermés ont été mis à disposition des autorités chinoises pour les accompagner pour héberger toutes les équipes médicales, pour donner de l'alimentaire, pour tous ceux qui travaillent dans les hôpitaux. On est totalement à disposition du gouvernement chinois, on est très très local depuis 47 ans en Chine», a précisé le PDG d'Accor.

L'Asie-Pacifique génère le tiers de l'activité du groupe, qui compte plus de 5000 hôtels et a réalisé l'an dernier plus de 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Or l'activité de cette zone géographique a déjà pâti l'an dernier des tensions commerciales sino-américaines, des manifestations pro-démocratie à Hong Kong et des incendies en Australie.

» LIRE AUSSI - Coronavirus: les personnes asymptomatiques risquent de compliquer la lutte contre l’épidémie

Accor attend désormais «le point de retournement» de l'épidémie de coronavirus pour pouvoir juger de l'effet qu'elle aura sur l'industrie hôtelière. «Personne ne sait combien de temps cela prendra de revenir à une situation normale», a souligné Jean-Jacques Morin, tout en saluant «l»extrême réactivité du gouvernement chinois". La Chine a annoncé jeudi un nombre quotidien de nouveaux cas de contamination au coronavirus au plus bas depuis près d'un mois. Le bilan officiel dépasse désormais les 2100 morts.
 
bernard22

bernard22

Membre Gold
22 Jan 2013
147
9
58
La Chine, Hongkong et Macao ne représentent toutefois que 3% du chiffre d’affaires global d'Accor, a relativisé le directeur général adjoint en conférence de presse.

Le français Accor, sixième groupe hôtelier mondial, a annoncé jeudi que 200 de ses hôtels en Chine et à Hong Kong avaient une activité à l'arrêt en raison de l'épidémie de coronavirus, qui n'a toutefois qu'un impact marginal sur ses revenus à ce stade. «Nous n'avons pratiquement plus d'activité dans nos hôtels en Chine», a indiqué à la presse son directeur général adjoint, Jean-Jacques Morin, en présentant les résultats du groupe en 2019 lors d'une conférence téléphonique.

» LIRE AUSSI - Accor se rebaptise All pour séduire et fidéliser le grand public

La Chine continentale, Hong Kong et Macao ne représentent toutefois que 3% du chiffre d'affaires global d'Accor, a-t-il relativisé. Et l'épidémie n'a causé «à ce jour que 5 millions d'euros d'absence de redevances» pour le groupe - qui encaisse les revenus des établissements mais n'en possède pas les murs la plupart du temps -, a déclaré le PDG Sébastien Bazin jeudi matin sur BFMTV. «Ce n'est pas grand-chose pour l'instant», a-t-il dit. Ainsi, 200 hôtels sur un total de 370 dans la zone sont «fermés à la réservation»: une «soixantaine» garde effectivement portes closes, a indiqué Sébastien Bazin, et les autres «n'ont quasiment plus de clients, mais le gouvernement chinois n'a pas encore validé leur fermeture officiellement», a précisé à l'AFP une porte-parole.



«Une grande partie des hôtels fermés ont été mis à disposition des autorités chinoises pour les accompagner pour héberger toutes les équipes médicales, pour donner de l'alimentaire, pour tous ceux qui travaillent dans les hôpitaux. On est totalement à disposition du gouvernement chinois, on est très très local depuis 47 ans en Chine», a précisé le PDG d'Accor.

L'Asie-Pacifique génère le tiers de l'activité du groupe, qui compte plus de 5000 hôtels et a réalisé l'an dernier plus de 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Or l'activité de cette zone géographique a déjà pâti l'an dernier des tensions commerciales sino-américaines, des manifestations pro-démocratie à Hong Kong et des incendies en Australie.

» LIRE AUSSI - Coronavirus: les personnes asymptomatiques risquent de compliquer la lutte contre l’épidémie

Accor attend désormais «le point de retournement» de l'épidémie de coronavirus pour pouvoir juger de l'effet qu'elle aura sur l'industrie hôtelière. «Personne ne sait combien de temps cela prendra de revenir à une situation normale», a souligné Jean-Jacques Morin, tout en saluant «l»extrême réactivité du gouvernement chinois". La Chine a annoncé jeudi un nombre quotidien de nouveaux cas de contamination au coronavirus au plus bas depuis près d'un mois. Le bilan officiel dépasse désormais les 2100 morts.
J admire l aplomb du groupe accord, ou, l art de faire bonne figure.
 
why

why

Alpha & Oméga
26 Déc 2010
3 078
2 230
173
闵行区
Les conséquences visibles c'est surtout le freight...
J'ai des expéditions urgentes par avion, ça me coûte 5 à 8 fois plus cher que d'habitude. Toute ma marge y passe. Et c'est hyper difficile de trouver des slots.
Bateau je ne sais pas.

Par ailleurs le fret dans le Guangdong (intra) ça reprend mais tout doucement. C'est encore difficile...
 
bernard22

bernard22

Membre Gold
22 Jan 2013
147
9
58
La croissance de l'activité privée en zone euro a accéléré légèrement en février, et même atteint un pic de six mois malgré l'épidémie de coronavirus, selon une première estimation de l'indice PMI composite publiée vendredi par le cabinet Markit. L'indice mensuel s'affiche à 51,6 en février, en hausse par rapport à 51,3 en janvier, a précisé le cabinet dans un communiqué.

» LIRE AUSSI - Budget européen: les «dépensiers» affrontent les «radins»

«Le regain de croissance amorcé en janvier s'est poursuivi, malgré les diverses perturbations provoquées par l'épidémie de coronavirus, notamment sur les chaînes d'approvisionnement et sur l'activité des voyagistes et du secteur touristique», note Chris Williamson, chef économiste de Markit, pour lequel cette tendance «préfigure une hausse trimestrielle du PIB d'environ 0,2%». «Si les données de février permettent de tempérer les craintes d'un ralentissement économique lié à la maladie Covid-19, il est encore trop tôt pour mesurer l'impact réel de l'épidémie sur l'économie de la zone euro», prévient-il toutefois.

» LIRE AUSSI - Le taux d’emploi au plus haut depuis 40 ans

Dans le sillage de nombreux retards de livraisons en février et en l'absence d'amélioration des flux d'approvisionnement, il existe en effet un risque selon lui que la crise affecte plus sévèrement dès mars «les chaînes de distribution, les transports de personnes, le secteur du tourisme et le niveau de la demande». Cette croissance «modeste» de l'activité est tirée par les services (52,8 contre 52,5 en janvier), le secteur industriel restant à la traîne même s'il continue à montrer quelques signes de progression après la forte contraction observée en 2019.
Bonne nouvelle, malgre le coronavirus
 
lafoy-china

lafoy-china

Modo en rolls
Membre du personnel
08 Mar 2009
14 368
7 459
198
Hong-Kong - Dongguan - Beijing - Paris -
La croissance de l'activité privée en zone euro a accéléré légèrement en février, et même atteint un pic de six mois malgré l'épidémie de coronavirus, selon une première estimation de l'indice PMI composite publiée vendredi par le cabinet Markit. L'indice mensuel s'affiche à 51,6 en février, en hausse par rapport à 51,3 en janvier, a précisé le cabinet dans un communiqué.

» LIRE AUSSI - Budget européen: les «dépensiers» affrontent les «radins»

«Le regain de croissance amorcé en janvier s'est poursuivi, malgré les diverses perturbations provoquées par l'épidémie de coronavirus, notamment sur les chaînes d'approvisionnement et sur l'activité des voyagistes et du secteur touristique», note Chris Williamson, chef économiste de Markit, pour lequel cette tendance «préfigure une hausse trimestrielle du PIB d'environ 0,2%». «Si les données de février permettent de tempérer les craintes d'un ralentissement économique lié à la maladie Covid-19, il est encore trop tôt pour mesurer l'impact réel de l'épidémie sur l'économie de la zone euro», prévient-il toutefois.

» LIRE AUSSI - Le taux d’emploi au plus haut depuis 40 ans

Dans le sillage de nombreux retards de livraisons en février et en l'absence d'amélioration des flux d'approvisionnement, il existe en effet un risque selon lui que la crise affecte plus sévèrement dès mars «les chaînes de distribution, les transports de personnes, le secteur du tourisme et le niveau de la demande». Cette croissance «modeste» de l'activité est tirée par les services (52,8 contre 52,5 en janvier), le secteur industriel restant à la traîne même s'il continue à montrer quelques signes de progression après la forte contraction observée en 2019.
Bonne nouvelle, malgre le coronavirus
Bonjour Bernard
Exemple pour une chaine de distribution en France

C'est logique les derniers conteneurs sont partis de Chine entre le 20 et le 30 janvier , ils arriveront a destination environ fin Fevrier ou debut Mars , des stocks tampons etaient existants en France donc la chaine est approvisionnee jusqu' a debut Avril , c'est la que ca se complique car rien ne partira en Fevrier et comme c'est parti quasi rien en Mars donc les ennuis vont commencer debut Avril , car rupture de la chaine de fabrication et logistique qui subissent la paralysie due au virus .

...
 
G

guillaumeenchine

Membre Silver
09 Sept 2019
679
131
50
45
le groupe d'équipements et services à l'énergie Schneider Electric a ainsi indiqué que son usine de Wuhan, épicentre du virus, n'avait pas redémarré,
Je me marre. Schneider, example parfait de l'entreprise qui a tout mise sur l'Asie et la Chine. C'est pas le patron de Schneider qui avait demenage avec femme et enfants a Hong Kong? C'est vrai que Hong Kong c'est tellement plus "exotique" que Paris. Maintenant il vient pleurer a Bercy??? Pourquoi il va pas pleurer a Pekin????
 
bernard22

bernard22

Membre Gold
22 Jan 2013
147
9
58
Bonjour Bernard
Exemple pour une chaine de distribution en France

C'est logique les derniers conteneurs sont partis de Chine entre le 20 et le 30 janvier , ils arriveront a destination environ fin Fevrier ou debut Mars , des stocks tampons etaient existants en France donc la chaine est approvisionnee jusqu' a debut Avril , c'est la que ca se complique car rien ne partira en Fevrier et comme c'est parti quasi rien en Mars donc les ennuis vont commencer debut Avril , car rupture de la chaine de fabrication et logistique qui subissent la paralysie due au virus .

...
Comme quoi, les infos, faut savoir bien les lires car comme ils presentent le truc, on pensera que tout va bien.
Merci de ton analyse plus coherente.
 
Yiyuan

Yiyuan

Dieu suprême
16 Avr 2015
5 850
2 454
168
48
une vidéo qui parle des conséquences du corrona virus sur l'économie et la finance mondiale.